Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 23:55

Depuis que nous sommes dans cette île, nous avons vu une grande église byzantine, deux châteaux vénitiens, des monastères de l’époque de l’occupation ottomane et de l’époque post-ottomane, au cours de nos promenades nous avons vu à quoi ressemble la Paros d’aujourd’hui, mais de la Paros antique nous n’avons pas encore vu grand-chose. Nous allons donc jeter maintenant un coup d’œil sur les ruines laissées par cette Paros-là, et mon prochain article sera consacré, lui, au musée archéologique.

 

Mes guides ne font pas allusion au sanctuaire d’Apollon Délien, et les personnes avec lesquelles nous avons eu l’occasion de parler –et il y en a eu plusieurs avec lesquelles nous avons eu de longs et sympathiques entretiens– ne nous en ont rien dit non plus. C’est longtemps après avoir quitté l’île, en recherchant de la documentation pour rédiger cette page de mon blog, que j’en découvre l’existence. C’est vraiment idiot, nous avons manqué une visite fort intéressante.

La Paros antique. Du 14 au 17 avril 2014

En effet, sur une colline qui fait face à l’île sacrée de Délos où Apollon et sa sœur Artémis ont vu le jour, tout au nord de Paros, en un lieu qui, tout naturellement, a pris le nom de Délion, il se trouve quelques ruines de temples consacrés à ces dieux. Mais c’est aussi de là que l’on transmettait d’île en île des signaux lumineux avec des flambeaux, ce qui permettait de faire courir des nouvelles presque aussi vite qu’aujourd’hui avec le téléphone ou Internet. Les signaux de fumée des Indiens d’Amérique n’étaient visibles que de jour, les signaux lumineux des Grecs n’étaient visibles, eux, que la nuit. À défaut de pouvoir montrer les ruines, ou au moins le lieu d’où étaient émis les signaux, je me reporte à l’Agamemnon d’Eschyle, une tragédie avec laquelle il a remporté le premier prix au concours des Grandes Dionysies d’Athènes en 458 avant Jésus-Christ. Au début, le veilleur sur le toit du palais de Mycènes s’écrie:

“La ville d’Ilion a été prise, comme l’annonce le signal de feu (ὁ φρυκτός, ho phryktos)”.

Puis Clytemnestre, la femme d’Agamemnon, le général en chef, en est informée:

“Un signal envoyait un signal ici même, par un relais de feu (Φρυκτός δέ φρυκτόν […] ἔπεμπεν, phryktos dé phrykton épempen)”.

Plus loin, c’est le coryphée qui se demande si la nouvelle est avérée:

“Bien vite, nous saurons si ces signaux et ces relais de feu disent vrai (φρυκτωρίας τε καὶ πυρὸς παραλλαγάς, phryktôrias te kai pyros parallagas)”.

Ainsi, le phryktos est le signal lui-même et la phryktôria (la phryctorie) est le système de signaux.

 

Nous apprenons par ce texte que le signal parti du mont Ida près de Troie est passé par l’île de Lemnos, par le mont Athos, [par un relais nommé dans un vers qui s’est perdu], par l’île d’Eubée, par le Messapios en Béotie, par le mont Cithéron près de Thèbes, par un relais situé près de Corinthe, par le détroit du golfe Saronique, par Argos, avant d’être vu sur le toit du palais où réside Clytemnestre. Non, ce signal-là, celui de la victoire grecque à Troie, n’est pas passé par Délion sur l’île de Paros!

 

Pour qui voudrait aller y voir, si j’ai bien compris Délion est situé au nord de Paroikia, tout près, quelque part entre Krotiri et Kalami.

La Paros antique. Du 14 au 17 avril 2014
La Paros antique. Du 14 au 17 avril 2014
La Paros antique. Du 14 au 17 avril 2014

Commençons par le plus ancien, remontons à l’époque mycénienne (tiens, justement, l’époque de la Guerre de Troie). Nous sommes ici à Koukounaries, juste avant d’arriver à Naousa, et nous voyons les restes de l’acropole de la dernière période mycénienne, soit après 1200 avant Jésus-Christ. Là se trouvaient un palais fortifié et un habitat assez peuplé. Puis, comme en Crète, comme dans le Péloponnèse, comme à Thèbes, la ville a été détruite et incendiée. Mais vers 1100 on retrouve des traces d’habitation, et la ville s’est de nouveau développée jusqu’au huitième siècle avant Jésus-Christ. Évidemment, seuls des spécialistes peuvent lire cela dans le paysage, dans les ruines, mais aussi dans les objets trouvés sur le site.

La Paros antique. Du 14 au 17 avril 2014
La Paros antique. Du 14 au 17 avril 2014

La renommée de Paros tient essentiellement, on le sait, à son marbre blanc de qualité exceptionnelle qui a servi à sculpter les plus merveilleuses statues de l’antiquité, la Vénus de Milo, la Victoire de Samothrace, l’Hermès de Praxitèle entre autres. Nous sommes donc allés voir ces carrières de marbre. Par coquetterie, la route qui y mène est pavée de marbre… D’autre part, cette statue contemporaine est là pour montrer la continuité de la tradition depuis l’antiquité jusqu’à nos jours. Elle ne me déplaît pas, cette sculpture, mais je confesse que je n’y lis pas le même génie que dans les créations que je viens de citer…

La Paros antique. Du 14 au 17 avril 2014
La Paros antique. Du 14 au 17 avril 2014
La Paros antique. Du 14 au 17 avril 2014

Quand on approche et que l’on voit ces falaises rouges, on ne peut se douter que plus bas dans la terre une veine blanche a pu donner un marbre si pur. Un panneau interdit l’accès en alléguant des raisons de sécurité, et un haut grillage clôt l’accès. Il n’est toutefois pas trop difficile de l’écarter et d’aller y voir de plus près. J’ai ainsi pu prendre la troisième photo ci-dessus, mais au-delà il fait si sombre que mes photos sont inexploitables et qu’à vrai dire même en décollant mes yeux de mon viseur je n’ai pas vu grand-chose de plus. Il n’empêche: être en ces lieux est émouvant.

La Paros antique. Du 14 au 17 avril 2014
La Paros antique. Du 14 au 17 avril 2014

Tout près de la côte, juste de l’autre côté de la route qui la longe, a été découvert à la fin du siècle dernier le cimetière de Paroikia. Les fouilles sont menées depuis 1983. Parce qu’il est situé un peu au-dessous du niveau actuel de la mer, il est nécessaire de sans cesse drainer le sol. On y trouve des tombes dont les plus anciennes remontent au huitième siècle avant Jésus-Christ. Le panneau, sur le site, dit “début du huitième siècle”, tandis que plusieurs sites Internet qui semblent sérieux disent “fin du huitième siècle”. Peut-être cette différence s’explique-t-elle par une différence dans les dates de l’information, les dernières fouilles ayant pu révéler des tombes plus anciennes, inconnues au moment de la rédaction des sites? Je suis bien incapable de trancher.

La Paros antique. Du 14 au 17 avril 2014
La Paros antique. Du 14 au 17 avril 2014
La Paros antique. Du 14 au 17 avril 2014

Le cimetière a été en usage pendant plus d’un millénaire, jusqu’au troisième siècle après Jésus-Christ. Selon les époques, selon également les moyens financiers des familles, les tombes différaient. D’époque impériale romaine on trouve des sarcophages plus ou moins riches, plus ou moins ouvragés. Il y avait même, est-il dit, d’énormes monuments le long des murs. Ils n’ont pourtant pas été démontés et transportés ailleurs, mais je n’en ai pas vu…

La Paros antique. Du 14 au 17 avril 2014

D’époque classique, on trouve de simples tombes alignées. C’est sans doute ce qui ressemble le plus à nos cimetières de France aujourd’hui. Je précise “de France”, parce qu’à l’exception de quelques familles de notables les grands monuments ne sont pas le lot de tous les défunts, alors qu’en Italie, par exemple, pour le commun des mortels les tombes sont superposées en murs, mais les chapelles funéraires plus ou moins imposantes sont très nombreuses.

La Paros antique. Du 14 au 17 avril 2014

À l’époque archaïque, on pratiquait la crémation. Aussi les archéologues ont-ils mis au jour quantité d’urnes funéraires. Sur ma photo, on en voit les couvercles alignés sur le sol.

 

Notons une découverte qui n’est pas visible en photos, une sépulture collective d’hommes avec une grande pierre tombale commune, qui date de l’époque géométrique, huitième siècle avant Jésus-Christ. Si je le signale, c’est parce que c’est un exemple unique, dans cette civilisation égéenne, de ce que l’on appelle un polyandrion.

La Paros antique. Du 14 au 17 avril 2014
La Paros antique. Du 14 au 17 avril 2014
La Paros antique. Du 14 au 17 avril 2014

Koukounaries pour l’époque mycénienne, les carrières du célèbre marbre, le cimetière. Concernant la religion, à défaut de montrer les restes du temple d’Apollon Délien, voici ce que nous avons vu de l’Asclépieion du quatrième siècle avant Jésus-Christ, c’est-à-dire le sanctuaire d’Asclépios, le dieu médecin. Ce petit édicule lui était dédié, ce n’est pas un temple miniature car le culte, ici, était rendu en plein air. Sur le site on honorait également Apollon Pythien, c’est-à-dire l’Apollon de Delphes, puisque là il avait supplanté le serpent Python, et que là se trouvait la Pythie.

La Paros antique. Du 14 au 17 avril 2014
La Paros antique. Du 14 au 17 avril 2014
La Paros antique. Du 14 au 17 avril 2014

On a également mis au jour, dans Paroikia, des ruines de maisons d’habitation. Ici, nous sommes à la période hellénistique, au troisième siècle avant Jésus-Christ. Ces ruines ne sont pas très parlantes, mais on distingue cependant les murs de différentes pièces, par exemple, ou les dalles d’une allée.

La Paros antique. Du 14 au 17 avril 2014
La Paros antique. Du 14 au 17 avril 2014

En se promenant dans les ruines, on découvre aussi certains éléments qui sont beaucoup plus lisibles, comme ce caniveau qui permettait l’évacuation des eaux usées, ou encore ce que je crois être un puisard situé au bout d’une canalisation d’eaux pluviales.

La Paros antique. Du 14 au 17 avril 2014
La Paros antique. Du 14 au 17 avril 2014

Et puis dans certaines de ces maisons on a retrouvé des sols en mosaïque. Ces mosaïques peuvent être extrêmement simples, sans rien représenter comme celle de ma première photo ci-dessus, ou être plus élaborées, comme celle de la seconde photo. Néanmoins, je n’ai pas vu, ici à Paroikia, de belles mosaïques de sol représentant des scènes mythologiques, ou des animaux, etc. Si tel était le cas, je suppose que le site ne serait pas en accès libre, ouvert à tous vents.

La Paros antique. Du 14 au 17 avril 2014
La Paros antique. Du 14 au 17 avril 2014
La Paros antique. Du 14 au 17 avril 2014
La Paros antique. Du 14 au 17 avril 2014

Ailleurs, notre promenade dans la capitale de l’île nous a fait découvrir un autre site archéologique. On nous dit qu’il s’agit de l’atelier d’un sculpteur d’époque hellénistique. Bien sûr, le visiteur ne peut s’en rendre compte, mais les archéologues, eux, disposent d’indices, comme les nombreux éclats de marbre jonchant le sol, et peut-être même une statue inachevée ou des ébauches ratées.

La Paros antique. Du 14 au 17 avril 2014
La Paros antique. Du 14 au 17 avril 2014
La Paros antique. Du 14 au 17 avril 2014
La Paros antique. Du 14 au 17 avril 2014
La Paros antique. Du 14 au 17 avril 2014
La Paros antique. Du 14 au 17 avril 2014

Ce site archéologique est lui aussi hellénistique  (curieusement, le panneau bilingue dit “hellénistique” dans le texte en grec, et seulement “ancien” dans le texte en anglais). Il s’agit de l’atelier d’un potier. Si je ne suis pas capable de dire l’usage de chacune des salles de l’atelier, en revanche je trouve que le four est remarquablement bien conservé.

 

Comme on le voit, il n’y a pas à Paros de grand site archéologique où subsiste par exemple un temple en bon état avec ses colonnades, un théâtre, une stoa, etc., mais l’antiquité a laissé un peu partout ses traces sur des sites épars, ce qui rend très intéressante la visite de l’île. Et puis ce qui a été trouvé sur ces sites a été rassemblé dans le musée archéologique, qui va faire l’objet de mon prochain article.

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche