Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2016 1 20 /06 /juin /2016 23:55

Au musée archéologique de Ravenne, nous avons vu quelques fragments de sols en mosaïque. Bien peu de chose pour la capitale mondiale de la mosaïque! Dans le présent article et dans les suivants, nous allons en voir plus. Beaucoup plus. Aujourd’hui, nous commençons avec le mausolée de Galla Placidia.

Ravenne 03 : le mausolée de Galla Placidia. Mardi 7 mai 2013
Ravenne 03 : le mausolée de Galla Placidia. Mardi 7 mai 2013

Galla Placidia, née à Constantinople en 390, est la fille de l’empereur romain d’Orient Théodose le Grand (379-395), celui-là qui a mis fin à l’Arianisme et qui, avec l’édit de Thessalonique, interdit le culte païen, fait détruire les temples païens ou les transforme en églises, fait briser les statues des dieux païens. Il a aussi prohibé les Jeux Olympiques qui avaient lieu tous les quatre ans depuis 776 avant Jésus-Christ, sans interruption pendant 1168 ans. La mère de Galla Placidia, qui s’appelle Ælia Galla, est elle-même fille de l’empereur d’Occident Valentinien 1er (364-375). La monnaie ci-dessus qui représente Galla Placidia, je l’ai photographiée au musée numismatique d’Athènes. La seconde photo est un poids, mesure officielle de l’Empire Byzantin, à son effigie, que j’ai prise à Istanbul, au musée de Pera.

Ravenne 03 : le mausolée de Galla Placidia. Mardi 7 mai 2013

Galla Placidia a des demi-frères que Théodose a eus d’un premier mariage. Parmi eux, Honorius (pièce de monnaie ci-dessus photographiée au musée numismatique d’Athènes) est coempereur d’Occident à partir de 393 puis seul empereur d’Occident en 395 à la mort de Théodose. Mais il n’a que onze ans, et c’est un Vandale, le général Stilicon, qui lui sert de tuteur et assure la régence. Honorius et sa petite sœur Galla âgée de cinq ans s’installent à Ravenne. Stilicon pousse ses pions en mariant sa fille à Honorius et en fiançant son fils Eucher à Galla. En 408, Honorius fait exécuter Stilicon et Eucher, Galla reste célibataire. En 410, le roi wisigoth Alaric envahit et pille Rome, il fait prisonnière Galla Placidia pour la garder comme otage, et meurt la même année. Son successeur roi des Wisigoths est Athaulf, son beau-frère. En 413 il décide d’épouser sa captive selon les rites wisigoths, puis en 414 à Narbonne qu’il vient de conquérir il la ré-épouse selon les rites romains. Il conquiert Bordeaux, Toulouse, il est à Barcelone –où Galla vient d’accoucher– quand il est assassiné par un serviteur. Constance, général de l’empereur Honorius, qui a repris Narbonne, récupère Galla, et la ramène à Ravenne. Aux alentours de 415 ou 417, Honorius force sa sœur Galla à épouser Constance. En 421 Constance se fait proclamer empereur mais sept mois plus tard, la même année 421, il meurt de pleurésie, ce qui met fin au conflit avec Honorius qui est encore vivant. Galla et Constance ont deux enfants, Honoria née en 417 et Valentinien né en 419. L’enfant qu’elle a eu d’Athaulf, à Barcelone, n’a pas vécu. Honorius les expédie tous les trois, la mère et les enfants, à Constantinople en 423, et meurt peu après. Un certain Jean se fait nommer empereur, faisant fi des droits du petit Valentinien. Théodose II, empereur d’Orient à Constantinople, envoie un général récupérer l’Italie et Valentinien est proclamé empereur en 425. Comme il n’a que six ans, Galla assume la régence et continuera d’exercer le pouvoir même quand Valentinien sera capable de gouverner, puisqu’elle reste le vrai maître de l’Occident pendant vingt-cinq ans, jusqu’à sa mort en 450.

Ravenne 03 : le mausolée de Galla Placidia. Mardi 7 mai 2013

…Jusqu’à sa mort survenue à Rome. Ce mausolée abrite trois sarcophages, et celui-ci est dit “de Galla Placidia”, quoiqu’elle ait très probablement été enterrée à Rome. Dès lors le nom attribué à cet édifice tout entier n’est plus justifié que par le fait que sa construction, commencée en 430 et achevée avant 450, a été décidée par elle. Mais si les restes de Galla Placidia n’ont jamais été déposés dans ce sarcophage, qui donc alors y repose? Et pour qui ce monument a-t-il été construit? À la première question, je n’ai nulle part trouvé de réponse. À la seconde, certains suggèrent qu’il aurait pu être voulu par Galla pour son fils né à Barcelone de son mariage avec Athaulf, qu’elle avait appelé Théodose comme son père et dont la mort l’avait très douloureusement affectée. Pour son enterrement provisoire à Barcelone, il avait été enseveli dans un cercueil d’argent, et elle comptait très certainement le rapatrier plus tard à Ravenne. En l’absence de preuves et de faits concrets, ce ne sont que des hypothèses.

Ravenne 03 : le mausolée de Galla Placidia. Mardi 7 mai 2013
Ravenne 03 : le mausolée de Galla Placidia. Mardi 7 mai 2013

Cet autre sarcophage est dit “de Constance III”, le second mari de Galla et le père, notamment, de son successeur Valentinien. Mais d’une part Constance est mort en 421, alors que ce sarcophage est daté de la fin du cinquième siècle ou du début du sixième, et d’autre part il semble qu’il n’ait pas été terminé, car ce n’est probablement pas volontaire si ni l’arrière, ni le côté droit de ce sarcophage ne portent de sculptures. Et si ce n’est pas Constance III qui y a été déposé, on ne sait pas pour qui il a été réalisé.

Ravenne 03 : le mausolée de Galla Placidia. Mardi 7 mai 2013
Ravenne 03 : le mausolée de Galla Placidia. Mardi 7 mai 2013

La notice du musée concernant cet autre sarcophage le date du début du sixième siècle dans son texte en italien et dans sa traduction anglaise, et du début du cinquième siècle dans sa traduction française. Il est dit “de Valentinien III”, le fils de Galla. S’il est du début du cinquième siècle, il n’a pu être réalisé pour Valentinien, qui ne mourra qu’en 455. De toutes façons, si l’on en croit le chercheur Giuseppe Bovini, inspecteur à la Superintendance des Monuments de Romagne et directeur du Musée National de Ravenne, ces trois sarcophages n’auraient intégré ce monument qu’au quatorzième siècle, ledit “mausolée” n’ayant par voie de conséquence peut-être jamais été un mausolée, mais une chapelle.

Ravenne 03 : le mausolée de Galla Placidia. Mardi 7 mai 2013

Et si c’était une chapelle, reste à savoir à quel saint elle était dédiée. Un gril, cela fait penser immédiatement à saint Laurent, d’autant plus que la famille de Théodose le Grand avait une dévotion particulière pour ce saint. Cependant, certains chercheurs éminents voyant que, face à des rouleaux de parchemin bien rangés dans la bibliothèque à droite, parchemins qui sont les évangiles puisque (c’est très lisible sur ma photo originale, en qualité haute définition) on y lit les noms Marcus, Lucas, Matteus, Ioannes, de l’autre côté du foyer cet homme apporte d’autres documents. Car nous sommes à l’époque où le pape Léon Ier (futur saint Léon, surnommé Léon le Grand) est en lutte contre le manichéisme. Il y avait en effet des livres diffusés par les manichéens qui étaient des apocryphes attribués mensongèrement aux apôtres et qui confortaient les thèses manichéennes, il y avait aussi des textes authentiques dont certains mots étaient modifiés, ou supprimés, ou au contraire ajoutés, de façon à en pervertir le sens. Prosper d’Aquitaine, rédacteur à la chancellerie pontificale de Léon Ier, nous dit dans sa Chronique concernant l’année 443 que “l’on brûla leurs livres, dont une quantité considérable avait été saisie”. Ainsi, portant la Croix du Christ, cet homme s’apprête à jeter ces textes dans le brasier. Le fait que Galla Placidia ait été un fervent support du pape Léon plaide en faveur de cette thèse.

Ravenne 03 : le mausolée de Galla Placidia. Mardi 7 mai 2013

Mais j’ai lu le texte d’une communication à l’Académie des Inscriptions et Belles-lettres faite en 1934 par Jacques Zeiller, vice-président de la Société d’Histoire Ecclésiastique de la France, qui rejette cette thèse. Je ne vais pas reproduire ici tous ses arguments, ce passionnant article fait onze pages. En substance, le personnage qui va vers le brasier est trop jeune pour être Léon Ier, âgé d’environ quarante-cinq ans en 443. Ni le symbole de la papauté, l’apôtre saint Pierre, traditionnellement représenté plus vieux, et portant une clé. Et puis ce n’est pas un feu d’autodafé, mais un gril. Cet homme de blanc vêtu porte sur l’épaule droite une croix, c’est la croix triomphale du martyre. Par ailleurs, un siècle plus tard, au sixième siècle, la mosaïque de Saint-Laurent-hors-les-Murs, à Rome, représente saint Laurent jeune, avec la même coupe de barbe que celui de Ravenne, avec la croix sur l’épaule et les évangiles à la main (les caractères sur le livre, même vus de près, sont absolument indistincts, ce qui fait dire à certains –affirmation sans fondement– qu’ils sont de l’hébreu). Or saint Laurent était diacre, et au temps de Galla Placidia c’est le diacre qui lisait l’évangile. Enfin un sermon de saint Augustin (354-430) nous apprend que le culte de saint Laurent, très fervent à Ravenne, lui avait valu qu’une basilique lui soit consacrée dans la ville. La présence de cette mosaïque qui le représente signifie très probablement qu’avant d’être un mausolée contenant des sarcophages, l’édifice était une petite chapelle paléochrétienne où l’on honorait saint Laurent. Mais non dédiée à lui…

 

En effet, je lis dans une communication de William Seston (1900-1983, professeur à la Sorbonne, membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres) à l’École Française de Rome, en 1980, que “il est désormais hors de doute que le mausolée n’a jamais porté le vocable de San Lorenzo”, mais que cette chapelle était dédiée à saints Nazaire et Celse, deux martyrs décapités à Rome au premier siècle. Par ailleurs, dans ce jeune homme qui marche avec résolution, dans son vêtement blanc, il voit le Christ portant le livre dans lequel sont inscrits tous les hommes avec leurs bonnes actions el leurs mauvaises. Pour justifier ce gril, il cite l’Apocalypse de Pierre selon laquelle certains pécheurs ne cesseront d’être “tournés et retournés dans une poêle à frire”. Il n’est peut-être pas inutile que je précise que cette Apocalypse est un apocryphe rédigé au second siècle attribué à saint Pierre, certes considéré comme suspect depuis le quatrième siècle mais régulièrement lu la veille de Pâques encore dans la première moitié du cinquième siècle, c’est-à-dire à l’époque de Galla Placidia, et qui n’apparaît clairement rejeté comme apocryphe que dans le Catalogue des soixante livres canoniques, du sixième siècle. Par ailleurs, sous le gril se trouvent de petits cercles et, ne voyant pas pourquoi le gril de saint Laurent serait monté sur roulettes, il y voit les anneaux dont parle la Bible (Exode, XXVII) sur la grille de l’autel des holocaustes: “Fais au grillage quatre anneaux de bronze à ses quatre côtés […] et introduis les barres dans les anneaux et qu’elles soient aux côtés de l’autel quand on le porte”.

 

Destruction des écrits manichéens, saint Laurent et le gril de son supplice, Christ annonçant le Jugement dernier devant l’autel des holocaustes, entre ces trois hypothèses défendues avec de savants arguments, je me garderai bien de choisir. Mais je pense qu’il n’est pas inutile de savoir que c’est bien vite dit, quand les guides et les articles Internet parlent tout simplement de ce “mausolée préalablement chapelle dédiée à saint Laurent”.

Ravenne 03 : le mausolée de Galla Placidia. Mardi 7 mai 2013
Ravenne 03 : le mausolée de Galla Placidia. Mardi 7 mai 2013
Ravenne 03 : le mausolée de Galla Placidia. Mardi 7 mai 2013
Ravenne 03 : le mausolée de Galla Placidia. Mardi 7 mai 2013
Ravenne 03 : le mausolée de Galla Placidia. Mardi 7 mai 2013

Avant de regarder quelques-unes des mosaïques qui tapissent les murs de ce mausolée, portons nos yeux vers la voûte (à l’extérieur, pas de dôme, il est dissimulé par une tour carrée qui l’entoure et le recouvre) où l’on a compté plus de cinq cent soixante-dix étoiles entourant une grande croix latine, et vers le sol qui a fait l’objet d’autant de soin, ou vers les rares espaces de murs où, au lieu de mosaïques, on trouve un bandeau de fins bas-reliefs entre murs et coupole.

Ravenne 03 : le mausolée de Galla Placidia. Mardi 7 mai 2013
Ravenne 03 : le mausolée de Galla Placidia. Mardi 7 mai 2013

Une coupole, c’est semi-circulaire. Et une demi-sphère, pas plus qu’une sphère, ça n’a pas d’angles. Je ne sais comment exprimer les retombées de la coupole sur les murs qui la soutiennent. C’est là que sont représentés les quatre évangélistes. Ici l’aigle de saint Jean et le taureau de saint Luc

Ravenne 03 : le mausolée de Galla Placidia. Mardi 7 mai 2013
Ravenne 03 : le mausolée de Galla Placidia. Mardi 7 mai 2013
Ravenne 03 : le mausolée de Galla Placidia. Mardi 7 mai 2013

L’une des plus belles mosaïques de ce mausolée est sans doute cette représentation du Bon Pasteur. Parmi ses six brebis, le Christ est représenté en jeune homme calme, aux cheveux longs, et son bâton de berger est une croix, symbole de résurrection. Cette mosaïque, ainsi que les autres, comme nous allons le voir, conviennent tout à fait à un mausolée, avec l’idée de la mort suivie de la résurrection pour qui suit le Bon Pasteur. C’est d’ailleurs également un argument de William Seston pour voir dans la mosaïque du gril le Jugement dernier, car il remarque que si elle représente le martyr de Laurent, elle détone complètement au milieu de toutes les autres.

Ravenne 03 : le mausolée de Galla Placidia. Mardi 7 mai 2013
Ravenne 03 : le mausolée de Galla Placidia. Mardi 7 mai 2013

Autour du monument, huit apôtres groupés deux par deux désignent la Croix eschatologique, qui est “la voie” du salut éternel. La finesse de la composition est remarquable.

Ravenne 03 : le mausolée de Galla Placidia. Mardi 7 mai 2013
Ravenne 03 : le mausolée de Galla Placidia. Mardi 7 mai 2013

Aux pieds de chacun des couples d’apôtres, sont représentées des colombes sur une coupe pleine d’eau. Cet oiseau est symbole de paix, c’est aussi la façon dont on représente l’Esprit Saint, et ces colombes sont ici les âmes des hommes qui s’abreuvent à l’eau de la Vie.

 

“Comme une biche se penche sur les courants d'eau, ainsi mon âme se penche vers toi, ô Dieu!” (psaume 42). Le cerf allant vers la fontaine est souvent utilisé pour représenter les hommes de tous pays allant étancher leur soif à la parole du Christ. Mais aussi, en buvant la parole divine dans les évangiles, le chrétien se prémunit contre le péché comme, croyait-on, le cerf buvait de l’eau d’une source vive pour se protéger du venin du serpent. Dans le Physiologos, ouvrage traitant des caractères physiques mais aussi symboliques des animaux rédigé à une date imprécise entre le second et le quatrième siècle, mais en tous cas antérieur à l’époque de notre mausolée, le cerf représente le Christ. Ainsi, dans les lunettes de chacun des bras du transept, deux cerfs se penchent vers un petit étang entouré de verdure.

Ravenne 03 : le mausolée de Galla Placidia. Mardi 7 mai 2013

Tel est cet exceptionnel mausolée de Galla Placidia, classé au patrimoine mondial par l’UNESCO, et le plus ancien monument conservé intact, avec toutes ses mosaïques. Y compris celles des voûtes du transept, où j’ai vu des personnages tels que celui de ma photo, dont nulle part je n’ai trouvé l’identification. Mais il me fallait le montrer avant de poser le point final, en espérant qu’un lecteur bien informé me permettra de compléter cet article et d’éclairer les autres lecteurs…

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche