Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juin 2016 7 26 /06 /juin /2016 23:55
Ravenne 06 : le baptistère de Néon. Vendredi 10 mai 2013
Ravenne 06 : le baptistère de Néon. Vendredi 10 mai 2013

Le bâtiment où nous sommes aujourd’hui n’a pas été construit pour être un monument religieux. On ne sait pas trop s’il s’agissait d’un nymphée ou de bains, mais il est d’époque romaine. Le sol de ce premier bâtiment est à trois mètres sous le niveau actuel de la chaussée (le sol sur lequel nous marchons aujourd’hui est le quatrième). C’est l’évêque Orso qui, dans le premier quart du cinquième siècle, l’a transformé en baptistère puis, après 452, l’évêque Néon l’a fait orner des superbes mosaïques que nous allons voir. Pour cela, on l’appelle Battistero Neoniano, Baptistère de Néon. Nous avons vu dans mon précédent article que Théodoric a voulu aussi un baptistère pour les Ariens, ce qui fait que parfois celui de Néon est appelé par opposition Battistero degli Ortodossi, Baptistère des Orthodoxes.

Ravenne 06 : le baptistère de Néon. Vendredi 10 mai 2013
Ravenne 06 : le baptistère de Néon. Vendredi 10 mai 2013

Malgré ce que je disais des origines romaines et laïques de ce bâtiment, la plaque sculptée en bas-relief qui représente un cavalier et qui, de toute évidence, est également d’époque romaine, ne pouvait être d’origine sur ce mur. En effet, ce très classique cavalier est –nous en avons vu d’innombrables en Grèce– une stèle sépulcrale. Elle a donc été récupérée quelque part dans un cimetière antique et placée là a posteriori comme décoration. Mais quand, je l’ignore. La gravure au-dessus de la porte, en revanche (“EN ESPOIR DIEU”), est bien destinée au baptistère chrétien. Mais ce ne sont ni les Byzantins, qui parlaient grec, ni les Italiens, qui parlaient… italien et dont les clercs parlaient latin, qui ont placé cette phrase en français. Le français, nul ne l’ignore, vient du latin. En latin, le complément de nom n’est pas introduit par une préposition, mais il est indiqué par sa terminaison (le génitif). Dans l’évolution lente et progressive entre le latin et le français d’aujourd’hui, la déclinaison (indication de la fonction du mot dans la phrase par la variation de sa terminaison) n’a disparu que peu à peu. “Espoir de Dieu” et non plus “espoir Dieu” ne remonte qu’au Moyen-Âge (en français moderne, nous avons conservé le nom d’Hôtel Dieu pour désigner l’hôpital ancien dans certaines villes, là où bien souvent on finissait sa vie, c’était l’hôtel de Dieu, l’hôtel tenu par Dieu qui vous recevait et vous guérissait ou vous emmenait directement auprès de lui pour l’éternité). Cela dit, mon commentaire n’est qu’une datation si vague qu’il n’en est pas une. Or, comme pour le bas-relief du cavalier, je n’en sais pas plus.

Ravenne 06 : le baptistère de Néon. Vendredi 10 mai 2013
Ravenne 06 : le baptistère de Néon. Vendredi 10 mai 2013

En entrant, on se rend compte tout de suite que l’espace est plus vaste que dans le baptistère des Ariens. Par ailleurs, puisque Théodoric l’avait respecté et que dès 540 les Byzantins orthodoxes ont repris le pouvoir sur la ville, ils ont pu supprimer les mosaïques de la religion considérée comme hérétique, mais ils ont soigneusement protégé les leurs. D’ores et déjà (je vais en montrer plus de détails tout à l’heure) nous voyons la richesse de la décoration.

Ravenne 06 : le baptistère de Néon. Vendredi 10 mai 2013
Ravenne 06 : le baptistère de Néon. Vendredi 10 mai 2013
Ravenne 06 : le baptistère de Néon. Vendredi 10 mai 2013

Puisque le baptême se fait par immersion, il faut une grande cuve baptismale. Pour faire du baptistère des Ariens une chapelle, il a été dépouillé de la sienne, mais celle des Orthodoxes a été conservée. Précisons quand même que cette cuve que nous voyons aujourd’hui n’est cependant qu’une reconstruction, à l’exception du petit ambon de marbre de ma dernière photo, qui est d’origine. Parce que bien des gens ont l’habitude de jeter une monnaie dans les fontaines, dans les puits, ici aussi l’eau est remplacée par ces garants des vœux émis. La fondation Pièces Jaunes de Bernadette Chirac pourrait y puiser de quoi financer ses projets dans les services pédiatriques des hôpitaux!

Ravenne 06 : le baptistère de Néon. Vendredi 10 mai 2013
Ravenne 06 : le baptistère de Néon. Vendredi 10 mai 2013
Ravenne 06 : le baptistère de Néon. Vendredi 10 mai 2013
Ravenne 06 : le baptistère de Néon. Vendredi 10 mai 2013

Surplombant la cuve baptismale, la vaste coupole représente le baptême de Jésus, et tout autour on peut voir la procession des douze apôtres. Mais si, comme je le disais dans mon précédent article, les Ariens se sont très largement inspirés des Orthodoxes pour la décoration de cette coupole, ils s’en sont aussi écartés pour nombre de détails. Des détails plus significatifs que la simple inversion en miroir, la personnification du Jourdain étant ici à droite et Jean Baptiste à gauche. Jésus est également nu dans le fleuve, avec de l’eau jusqu’à hauteur du bassin, mais ici son âge le rapproche de celui de Jean Baptiste et de l’âge qu’il avait réellement à cette époque. Il porte aussi la barbe, comme c’était l’usage de son temps et dans son pays, à la différence de l’usage des Romains (les statues de l’empereur Tibère sont glabres, ce n’est qu’avec Hadrien, au deuxième siècle, que la mode va changer à Rome. Puis les monnaies de Théodoric ou d’Honorius montrent des visages glabres). Du temps de Racine, Phèdre (1677) était jouée en costumes contemporains, d’époque Louis XIV, et de nos jours elle est jouée en costumes antiques. De même pour cette barbe le baptistère des Orthodoxes a choisi le “costume antique” et le baptistère des Ariens le “costume contemporain”. Et puis la colombe du Saint-Esprit ne verse pas d’eau sur la tête de Jésus. Ici Jésus est grave et recueilli, les yeux baissés, là il nous regarde avec attention.

Ravenne 06 : le baptistère de Néon. Vendredi 10 mai 2013

Dans le baptistère des Ariens, on voyait les apôtres converger vers une grande croix posée sur un gros coussin. Ici, nous sommes dans un registre situé sous celui de la procession des apôtres, le coussin est posé sur un trône, et la croix est beaucoup plus petite, mais elle est lumineuse.

Ravenne 06 : le baptistère de Néon. Vendredi 10 mai 2013
Ravenne 06 : le baptistère de Néon. Vendredi 10 mai 2013
Ravenne 06 : le baptistère de Néon. Vendredi 10 mai 2013

Chacun des apôtres est identifié par son nom inscrit dans la mosaïque. Par exemple, sur ma première photo il est indiqué que ce sont, de gauche à droite, Jean, Philippe et Bartolomé. Les deux autres photos sont des gros plans de saint Paul et de saint Pierre qui permettent d’apprécier combien les visages sont individualisés et combien ils sont expressifs.

Ravenne 06 : le baptistère de Néon. Vendredi 10 mai 2013
Ravenne 06 : le baptistère de Néon. Vendredi 10 mai 2013
Ravenne 06 : le baptistère de Néon. Vendredi 10 mai 2013
Ravenne 06 : le baptistère de Néon. Vendredi 10 mai 2013

Beaucoup plus bas, entre les colonnes, d’autres mosaïques représentent des personnages dont les noms ne sont pas indiqués et je serais bien en peine de devoir les identifier. Et pourtant, jeunes ou mûrs, barbus ou imberbes, ils sont très différenciés.

Ravenne 06 : le baptistère de Néon. Vendredi 10 mai 2013
Ravenne 06 : le baptistère de Néon. Vendredi 10 mai 2013

Les diverses mosaïques de ce baptistère sont remarquables (j’en montre ici une de près pour que l’on puisse apprécier l’art avec lequel ont été disposées les tesselles), mais ce n’est pas tout, comme on peut le voir sur ce chapiteau très finement sculpté.

Ravenne 06 : le baptistère de Néon. Vendredi 10 mai 2013
Ravenne 06 : le baptistère de Néon. Vendredi 10 mai 2013

De part et d’autre des fenêtres, au pied des arcs dans lesquels elles s’inscrivent, des plaques de marbre sont sculptées de bas-reliefs qui représentent, paraît-il, des prophètes, mais comme pour les personnages des mosaïques de tout à l’heure, leurs noms ne sont pas indiqués, et je ne suis pas capable de dire qui ils sont, bien qu’ils portent des attributs qui devraient, normalement, me permettre de les reconnaître…

Ravenne 06 : le baptistère de Néon. Vendredi 10 mai 2013
Ravenne 06 : le baptistère de Néon. Vendredi 10 mai 2013

On peut aussi remarquer ce grand vase de marbre décoré en bas-relief. Puisqu’il y a la grande cuve baptismale, il n’est pas destiné aux baptêmes. Par ailleurs, les bas-reliefs représentent deux hommes nus et ailés, ce qui n’est pas une image que l’on trouve dans le christianisme. Les anges ne sont jamais nus, sauf parfois les angelots, mais ces deux hommes sont des adultes. On penserait plutôt à un sujet mythologique, Dédale et Icare s’enfuyant du Labyrinthe où Minos les avait enfermés. Dans le baptistère, le panneau explicatif évoque “un vase en marbre, peut-être en usage chez les païens pour les purifications nuptiales”. Ce qui veut dire qu’il est antérieur à la transformation de l’édifice en baptistère. Mais ces purifications nuptiales, si c’est ainsi que l’on doit interpréter ce vase, ne devaient pas avoir lieu dans un nymphée, et encore moins dans des bains. Il a donc été apporté là par la suite, mais rien ne dit à quelle date.

Ravenne 06 : le baptistère de Néon. Vendredi 10 mai 2013

Cette grande croix qui date du septième siècle, elle, n’a pas toujours été là. En effet c’est elle qui s’élevait à l’extérieur, au sommet de l’édifice. Il n’est pas dit quand elle en a été ôtée, mais c’est en juin 1963 qu’elle a été placée ici, à l’intérieur.

Ravenne 06 : le baptistère de Néon. Vendredi 10 mai 2013

Avant de partir, je voudrais m’arrêter quelques instants devant cette plaque. Posée en 2009, elle célèbre le mille cent quarantième anniversaire de la mort de saint Cyrille, survenue le 14 février 869. Offerte par les Slovaques de la région autonome de Trnovo au saint patron de l’Europe, elle est bilingue, italien et slovaque, et rappelle que saint Cyrille et saint Méthode ont contribué à la construction de l’Europe, non seulement en diffusant le christianisme à l’est, mais en tendant à en réaliser l’union civile et culturelle. Ces mots faisant l’éloge de ces deux saints ont été prononcés par le pape Jean-Paul II ici à Ravenne le 11 mai 1986. On peut en effet imaginer que ce pape polonais qui a vécu la chute du mur de Berlin et la sortie de l’emprise communiste des pays d’Europe de l’est, dont sa patrie polonaise et cette Tchécoslovaquie qui n’allait pas tarder à se scinder en deux blocs ethniques, voyait se réaliser l’idéal de soudure entre tous les peuples d’Europe auquel ont œuvré toute leur vie les deux frères Cyrille et Méthode. Plus à l’est, hélas, les relations sont plus tendues.

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche