Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2016 5 23 /09 /septembre /2016 23:55
Fête folklorique à Goudievitchi. Samedi 17 août 2013
Fête folklorique à Goudievitchi. Samedi 17 août 2013

Aujourd’hui, nous nous rendons à une centaine de kilomètres au sud-est de Grodno pour voir une fête folklorique dans un bourg de Biélorussie que je ne connais pas. Il s’appelle, en biélorusse, Гудзевiцы (Goudzevitsy), et en russe, Гудевичи (Goudievitchi). Ci-dessus, son église, consacrée à la Nativité de la Vierge, date de 1852.

Fête folklorique à Goudievitchi. Samedi 17 août 2013
Fête folklorique à Goudievitchi. Samedi 17 août 2013

Dans ce village et dans les environs, on est frappé par l’opposition radicale entre deux types de vie, d’une part des bâtiments privés qui s’intègrent bien dans la nature, d’autre part d’énormes blocs impersonnels comme le kolkhoze de ma seconde photo. En effet, dans ce pays, les kolkhozes de l’agriculture soviétique n’ont pas été supprimés, et parallèlement à des exploitations privées il existe encore une agriculture collective étatique.

Fête folklorique à Goudievitchi. Samedi 17 août 2013

Il y a, à Goudievitchi, une maison traditionnelle de village, en bois, que l’on peut visiter comme un musée. Je n’ai pas bien compris si c’était un musée permanent, ou si elle était ouverte à la visite publique à l’occasion de la fête.

Fête folklorique à Goudievitchi. Samedi 17 août 2013
Fête folklorique à Goudievitchi. Samedi 17 août 2013

Puisque l’on peut la visiter, cette maison, allons-y! C’est très intéressant. Commençons par la cuisine, avec tous les accessoires en bois et en terre cuite.

Fête folklorique à Goudievitchi. Samedi 17 août 2013
Fête folklorique à Goudievitchi. Samedi 17 août 2013

À présent, le couchage. La maison, je l’ai dit, est traditionnelle, mais le lit est de forme tout à fait classique. En Bretagne ou en Auvergne, par exemple, on trouverait un lit clos, et si l’ère soviétique n’a pas introduit le mobilier “moderne” que nous voyons, cela signifie que déjà du temps où cette région de Biélorussie était polonaise, les campagnes utilisaient des formes de lits urbains. Je dis “formes”, parce que le confort n’avait rien de commun avec celui d’un lit douillet de Varsovie ou de Grodno. Le berceau, lui, était suspendu tout comme en France dans les campagnes par le passé. Un doux balancement aidait le bébé à s’endormir. Une modernisation a consisté à placer sous le berceau des patins courbes, comme ceux d’un fauteuil à bascule, pour bercer l’enfant. Et la dernière modernisation a remplacé cet équipement par quatre pieds ou quatre roues, plus de balancement, et si bébé ne se décide pas à dormir on le prend dans ses bras et on le berce. Ah, le progrès!

Fête folklorique à Goudievitchi. Samedi 17 août 2013
Fête folklorique à Goudievitchi. Samedi 17 août 2013

Encore deux images de cette maison. Une belle rangée de chaussures et de sabots, et la remise où s’entassent en désordre des roues de charrettes et des essieux.

Fête folklorique à Goudievitchi. Samedi 17 août 2013

Dans mes articles précédents, j’ai eu l’occasion de montrer en Pologne à Sejny, en Lituanie à Druskininkai, de ces sculptures paysannes en bois qui peuvent, aujourd’hui, être situées dans l’espace public, dans un parc en ville, sur la place d’une église, etc., mais qui autrefois étaient fréquentes dans des espaces privés, comme ici cette statue près de la maison que nous venons de visiter.

Fête folklorique à Goudievitchi. Samedi 17 août 2013
Fête folklorique à Goudievitchi. Samedi 17 août 2013

Mais venons au centre du village, où se tient un marché de folklore. C’est doublement intéressant parce que la Biélorussie, malgré nombre de monuments qui valent la visite, malgré une jolie campagne, n’est guère touristique du fait de son gouvernement dictatorial, et d’autre part parce que les rares touristes étrangers ne viennent pas ici, faute d’information. C’est vraiment parce que mon beau-père vit dans le pays et parce qu’il a lu dans le journal que Goudievitchi était en fête aujourd’hui que nous sommes montés dans le camping-car tous les trois, lui, Natacha et moi, et que nous avons roulé vers Goudievitchi. Nous sommes donc dans une authentique fête locale, qui n’a attiré quasiment que des Biélorusses des villages avoisinants et de la ville de Grodno. Dans la rue, s’est installé ce petit marché. Comme on peut le voir sur cette photo, la vannerie est extrêmement traditionnelle ici, soit pour des accessoires domestiques, soit pour des objets décoratifs, poupées ou autres.

Fête folklorique à Goudievitchi. Samedi 17 août 2013
Fête folklorique à Goudievitchi. Samedi 17 août 2013

Ici, comme dans toutes les campagnes d’Europe, le tissage a fait partie des activités traditionnelles, jusqu’à ce que l’industrialisation le fasse peu à peu disparaître des villages. En effet, bien des gens tissaient à domicile, seuls les citadins achetaient des tissus.

Fête folklorique à Goudievitchi. Samedi 17 août 2013

Toutes les explications nous ont été données par cette dame fort sympathique (nota bene: c’est bien sûr avec son autorisation que je publie sa photo, même si je n’ai que du bien à dire d’elle). Explications et démonstration. Ne parlant pas la langue, ne comprenant que quelques mots ici ou là sauf si l’on ânonne lentement des phrases extrêmement simples, je n’ai pu profiter que du résumé que m’a fait Natacha après sa longue conversation avec elle. À son regard qui pétille, à sa prestance, à sa façon de s’exprimer (qui ne se voit pas en photo!), on se rend compte que ce village perdu dans la campagne est loin, très loin d’être arriéré.

Fête folklorique à Goudievitchi. Samedi 17 août 2013
Fête folklorique à Goudievitchi. Samedi 17 août 2013
Fête folklorique à Goudievitchi. Samedi 17 août 2013

Voilà ci-dessus quelques exemples des ouvrages réalisés. Sur la première de ces photos, les motifs représentés en rouge sont typiques de Biélorussie. Le costume traditionnel ne se porte plus, hélas, les femmes sont plus à l’aise en jeans, mais lorsqu’elles le revêtent pour une fête comme celle d’aujourd’hui, ou pour quelque occasion très spéciale, leur chemisier est brodé, en rouge, de ces motifs. Cette disparition du costume dans la seconde moitié du vingtième siècle n’est pas propre à ce pays, je me rappelle que lorsque j’étais adolescent et même quand j’étais jeune homme (je parle des années 1950-1960. Hé oui, je ne suis pas de première fraîcheur, hélas), en Bretagne on voyait encore très fréquemment des femmes en coiffe et en robe longue, et aujourd’hui si l’on en rencontre c’est pour appâter le touriste. Sur la troisième photo, on remarque que le nom du bourg est écrit en langue biélorusse. Même si l’on ne lit pas l’alphabet cyrillique, on peut comparer avec ce que j’ai écrit tout au début du présent article. Le nom du lieu est suivi de l’année, 1994. Après quoi on voit une lettre qui ressemble au gamma du grec, c’est un G, abréviation du mot qui signifie “année”.

Fête folklorique à Goudievitchi. Samedi 17 août 2013

Et si l’on a en vue l’une de ces occasions où l’on souhaite arborer le costume traditionnel, on peut l’acheter ici. La broderie que j’évoquais il y a un instant apparaît discrètement sur le plastron de la chemise de droite.

Fête folklorique à Goudievitchi. Samedi 17 août 2013

Je disais que l’essentiel de la batterie de cuisine était en terre cuite ou en bois. Parmi les éventaires des marchands de vannerie, de vêtements, de souvenirs, cet artisan potier travaille en public. Il est fascinant de voir un pot se former entre ses mains sous nos yeux.

Fête folklorique à Goudievitchi. Samedi 17 août 2013

Je ne sais si ces deux élégantes, dont le costume n‘est pas celui de la campagne biélorusse, doivent participer à une quelconque démonstration ou si elles ont seulement eu envie de revêtir de belles robes et de coiffer des chapeaux assortis, mais une chose est sûre: elles ne sont pas désagréables à regarder!

Fête folklorique à Goudievitchi. Samedi 17 août 2013

Quoique ces jeunes gens et ces jeunes filles soient beaucoup trop jeunes pour avoir eu l’occasion de porter de tels costumes usuellement, ils sont beaucoup plus authentiques. Ils font partie d’un groupe folklorique qui va se produire sur scène. Nous allons les voir dans un instant.

Fête folklorique à Goudievitchi. Samedi 17 août 2013

En effet, une scène a été dressée où vont venir chanter des groupes folkloriques. Comme le disent ces sigles (ce sont les lettres de codes internationaux utilisés sur les plaques d’immatriculation des véhicules), nous allons entendre des groupes de PL (Pologne), BY (Biélorussie), UA (Ukraine). Comme je le disais dans mon récent article sur Grodno, la Pologne avait colonisé l’ouest de la Biélorussie actuelle et l’ouest de l’Ukraine, ce qui donne un passé commun aux trois pays, qui ont eu envie de cette rencontre.

Fête folklorique à Goudievitchi. Samedi 17 août 2013
Fête folklorique à Goudievitchi. Samedi 17 août 2013

Évidemment, il faut les entendre chanter pour apprécier, mais au moins je montre ici la scène et l’un des groupes. Par ailleurs, je dois avouer mon incompétence pour reconnaître l’origine des chanteurs, soit par le costume, soit par le langage. Natacha s’est assise, moi je me promène avec ma caméra, je ne peux donc lui demander de m’éclairer car, si peut-être elle ne sait identifier le costume, en revanche elle parle russe, biélorusse, polonais, et sait assez d’ukrainien pour identifier la langue dans laquelle ils chantent.

Fête folklorique à Goudievitchi. Samedi 17 août 2013
Fête folklorique à Goudievitchi. Samedi 17 août 2013
Fête folklorique à Goudievitchi. Samedi 17 août 2013

Je dis “les chanteurs”, et “ils”, parce que je ne parle pas seulement de ce groupe de femmes par lequel j’ai commencé, mais de tous les groupes en général. Avant de finir, donc, j’en montre trois autres, d’abord celui auquel appartiennent les jeunes que j’ai pris en photo sur le banc devant la maison de village que j’ai visitée, puis un groupe composé essentiellement de femmes, avec trois hommes sur le côté, et enfin de très jeunes filles à l’air facétieux.

 

Pour conclure, je dirai que c’était une journée très riche qui m’a permis d’entrer plus profondément dans la culture des campagnes de ce pays. Et c’est important, dans un monde qui s’urbanise de plus en plus et où la culture des campagnes tend à disparaître, en s’alignant sur celle des villes. La télévision est dans tous les foyers, qui y montre les modes vestimentaires, qui y diffuse des façons de penser, de sorte que les différences s’estompent entre les habitants des grandes métropoles et ceux des plus petits villages perdus. Ou plutôt, qui ne sont pas du tout perdus, puisque la voiture, la moto, le vélo, l’autocar, se déplaçant sur des routes à l’asphalte lisse, effacent la barrière des distances. Journée riche, donc, intéressante, et fort distrayante. Nous rentrons à Grodno pour nous préparer au départ: nous entamons après-demain notre retour vers la France.

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche