Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 23:55

“Salamine? Non, n’y allez pas, il n’y a rien à voir. C’est dévoré par les sites industriels”. Voilà ce que nous disait une Athénienne, impliquée dans le tourisme. Du côté maternel, je suis breton, adjectif synonyme de têtu, donc nous y sommes allés voir. Et nous n’avons pas été déçus, loin de là. Au contraire, une journée ne nous a pas suffi, nous avons refait la traversée le lendemain. Et parce que Salamine est tout près de la côte et de la route qui va d’Athènes à Corinthe, je ne peux qu’en recommander la visite à qui fait un petit séjour dans les parages.

Salamine aujourd’hui. Les 10 et 11 mai 2014

Salamine, cela évoque immédiatement la célèbre bataille navale de 480 avant Jésus-Christ. Je n’en parlerai pourtant pas aujourd’hui, je réserve cela pour mon prochain article, Salamine dans l’antiquité. Dans le présent article je vais essayer de montrer le visage de la Salamine d’aujourd’hui.

 

Les Guides ne s’intéressent guère à Salamine. Je suis un chaud partisan du Guide Vert Michelin, mais celui qui traite des îles grecques ne consacre que deux pages à cette île, et en retirant la photo, l’encadré sur la bataille de 480, les hôtels et restaurants, il n’y a en tout et pour tout que 16 lignes de texte et pas de carte. Dans The Greek Islands du célèbre Eyewitness Travel Guides, où les pages sont imprimées sur trois colonnes, Salamine n’occupe qu’une colonne (en très petits caractères, il est vrai). Ce qui rend l’orientation très difficile pour le visiteur. Aussi ai-je noté, presque partout, les coordonnées GPS de ce dont je vais parler.

 

À commencer par l’embarquement de la voiture sur un bac. Pas de ferry, c’est tout près, et il y a un départ tous les quarts d’heure. Parce que ma publication intervient près de trois ans après notre passage, je préfère ne pas dire de prix, cela a pu changer, mais c’est plus que raisonnable.

N 37°57’51,56” / E 23°33’22,20”

Salamine aujourd’hui. Les 10 et 11 mai 2014

Si, avec ces bateaux abandonnés, je commence par donner une idée négative de l’île, tant pis, parce que je trouve qu’il y a quelque chose de romantique dans l’image d’un cimetière marin, d’un bateau qui se noie…

Salamine aujourd’hui. Les 10 et 11 mai 2014
Salamine aujourd’hui. Les 10 et 11 mai 2014

Entre la péninsule de l’Attique et le Péloponnèse, le golfe Saronique se termine, tout au nord, par un autre golfe beaucoup plus petit que ferme presque complètement l’île de Salamine. Pas étonnant, alors, que le relief montagneux du continent s’y prolonge. Et ce n’est pas particulièrement plat!

Salamine aujourd’hui. Les 10 et 11 mai 2014

Comme partout en Grèce, de petites églises sont semées dans le paysage de Salamine, dans ces paysages ensoleillés leurs formes blanches sont tout à fait décoratives.

Salamine aujourd’hui. Les 10 et 11 mai 2014

N 37°56’26,62” / E 23°32’19,67”. Visiblement, ce petit théâtre n’est pas antique, mais c’est une excellente idée de la part de la municipalité d’avoir construit cette structure dont le style rappelle les théâtres de la Grèce classique, et où je suppose que doivent avoir lieu des spectacles ou des réunions, mais qui en outre offre un espace de repos pour le promeneur.

Salamine aujourd’hui. Les 10 et 11 mai 2014
Salamine aujourd’hui. Les 10 et 11 mai 2014

N 37°57’51,10” / E 23°30’05,80”. Devant la mairie de Salamine (municipalité de la capitale de l’île) on peut voir ce canon et ce bateau de guerre. Sur la châssis du canon, une plaque dit “À la mémoire des trois cents soldats salaminiens du corps de G. Karaïskakis, novembre 1826 – avril 1827. Ce Georgios Karaïskakis a été l’un des chefs les plus brillants de la Guerre d’Indépendance. Dans mon article intitulé Arachova, Chéronée, Orchomène, daté du 24 mars 2014, je racontais quelle était la grande victoire remportée par les Grecs sur les Ottomans lors de la bataille d’Arachova, mais je ne citais pas le nom du chef du détachement grec: c’était Karaïskakis, en décembre 1826. Il mourra le 4 mai 1827, d’une blessure au ventre reçue la veille au cours d’une escarmouche.

Salamine aujourd’hui. Les 10 et 11 mai 2014
Salamine aujourd’hui. Les 10 et 11 mai 2014
Salamine aujourd’hui. Les 10 et 11 mai 2014

N 37°52’38,64” / E 23°26’30,51”. Les côtes de Salamine sont incroyablement découpées. Des anses, des criques, de petits golfes, et à chaque fois une jetée et quelques barques ou quelques dinghies amarrés. Ici, l’un de ces sympathiques ports de poupées. Et ce souci d’esthétique: une œuvre d’art, ce globe terrestre, dans un paysage qui est par lui-même un chef d’œuvre.

Salamine aujourd’hui. Les 10 et 11 mai 2014
Salamine aujourd’hui. Les 10 et 11 mai 2014
Salamine aujourd’hui. Les 10 et 11 mai 2014
Salamine aujourd’hui. Les 10 et 11 mai 2014

N 37°59’06,64” / E 23°26’08,67”. Petite visite au poète lyrique Άγγελος Σικελιανός / Angelos Sikélianos (1884-1951). Je ne sais si ce sont des admirateurs nationalistes ou les conservateurs enthousiastes de sa maison-musée qui ont drapé son buste de ce drapeau grec, mais ce geste prouve la dévotion qu’il suscite. Il n’est pas salaminien, puisqu’il est né et a grandi dans l’île de Leucade. Dans un grand projet humaniste d’union et d’amitié entre les peuples à travers le retour aux valeurs antiques, il s’installe à Delphes de 1924 à 1932 pour y développer son projet d’Union delphique. Dans ce pays où la presque totalité de la population se déclare orthodoxe, il insiste sur le fait que le christianisme est fondé sur les valeurs de la justice sociale. Pendant la guerre, il est énergiquement engagé dans les mouvements de résistance.

 

C’est dès 1933 qu’il loue cette maison de Salamine où il reviendra très fréquemment jusqu’à sa mort.

Salamine aujourd’hui. Les 10 et 11 mai 2014
Salamine aujourd’hui. Les 10 et 11 mai 2014
Salamine aujourd’hui. Les 10 et 11 mai 2014

N 37°59’03,64” / E 23°26’07,86”. Nous n’avons pas manqué de visiter le grand monastère de la Panagia Faneromeni, situé juste en face de la maison de Sikélianos. À quelques dizaines de mètres à l’est de l’entrée que j’ai située avec le GPS, c’est-à-dire vers la gauche en regardant l’entrée, part un chemin qui permet d’avoir une vue sur le flanc du monastère derrière son mur et derrière son jardin de pistachiers. J’avais négligé de prendre une photo en gros plan d’un pistachier: c’est Natacha qui m’a passé la troisième photo ci-dessus, dont elle est l’auteur. D’habitude, nous “travaillons” chacun pour notre compte, en fonction de nos centres d’intérêt et du regard que nous portons sur ce que nous voyons, mais une fois n’est pas coutume!

Salamine aujourd’hui. Les 10 et 11 mai 2014
Salamine aujourd’hui. Les 10 et 11 mai 2014

Il y aurait eu ici un temple païen, mais les auteurs qui l’évoquent ne disent ni leurs sources, ni le dieu ou la déesse qui y était honoré. C’est l’hagiographie d’un certain Laurent qui prend le relais. Ce Laurent était un homme pieux, qui était marié et avait deux fils, et qui vivait à Mégare, ville sur le continent juste à l’ouest de Salamine. Or voilà que notre Laurent, dans son sommeil, fait un rêve. Il voit la Sainte Vierge (la Panagia) qui vient à lui et lui dit de se rendre à Salamine à un endroit qu’elle lui indique, et d’y restaurer pour elle une ancienne église. Réveillé, il s’y est donc rendu, et a découvert à l’endroit indiqué les ruines d’une église. Sa femme et lui, alors, édifièrent une nouvelle église, celle que nous voyons, et fondèrent un monastère. C’était en 1632. Ce Laurent, qui s’est fait tonsurer et est devenu moine, est mort en 1770 et a été canonisé par l’Église Orthodoxe. La Panagia, la “Toute Sainte”, est qualifiée ici de Faneromeni, “Révélée”.

 

Durant la Guerre d’Indépendance, le monastère a servi de base d’opérations. Ce Georgios Karaïskakis que j’évoquais tout à l’heure avait établi son camp sur une plage proche, et le monastère fonctionnait comme un hôpital pour les blessés de la guerre. Il accueillait aussi des résistants.

 

Nous voyons ici la façade du catholicon et la petite église des Saints-Apôtres qui lui est accolée et qui présente aujourd’hui quelques reliques de la Guerre d’Indépendance.

Salamine aujourd’hui. Les 10 et 11 mai 2014
Salamine aujourd’hui. Les 10 et 11 mai 2014
Salamine aujourd’hui. Les 10 et 11 mai 2014

Ces quelques images permettent de se faire une idée de la richesse et de la magnificence du catholicon. Tout cela date de l’époque ottomane, bien longtemps après la conquête turque, mais l’influence byzantine est restée très forte.

Salamine aujourd’hui. Les 10 et 11 mai 2014
Salamine aujourd’hui. Les 10 et 11 mai 2014

Ce qui, surtout, rend célèbre cette église, ce sont ses fresques réalisées de 1719 à 1735 par le peintre Georgios Markos. Elle en est entièrement revêtue, et en dénombrant les personnages, il a été compté 3597 portraits très exactement. Ici, sous la coupole, un Christ Pantocrator. Par ailleurs, ce chœur des anges est très beau et expressif.

Salamine aujourd’hui. Les 10 et 11 mai 2014
Salamine aujourd’hui. Les 10 et 11 mai 2014

Les innombrables scènes représentées se répartissent selon les thèmes abordés. De façon très classique et très logique, il y a les événements de la vie du Christ tels que relatés dans les évangiles. La première de ces deux photos montre Jésus avec la Samaritaine (cette sainte Foteini des orthodoxes), et les apôtres tout étonnés de le voir en conversation avec une femme d’un peuple que l’on se doit d’éviter.

 

Ailleurs, ce sont des scènes de martyres. Ma photo montre un homme précipité du haut d’un mur. En haut de la fresque, je lis très distinctement μαρτύριον του αγίου Ιακώβου του Αδεφοθέου, ce que je peux traduite par Martyr de saint Jacques Adéphothée. J’ai beau chercher qui peut bien être ce saint Jacques, nulle part je n’ai trouvé trace d’un Adéphothée… Ce qui ne m’empêche pas d’admirer la fresque!

Salamine aujourd’hui. Les 10 et 11 mai 2014

Et puis l’Ancien Testament n’est évidemment pas oublié, avec cette image de la tentation d’Adam et Ève. Le démon tentateur a forme humaine, une tête, deux bras, ce n’est que le bas du corps qui s’enroule en forme de serpent le long du tronc de l’arbre, et il tend la pomme à Ève, qui ouvre la main pour la recevoir. Mais Adam n’est pas présenté comme l’innocent trompé par sa femme, ce n’est certes pas lui qui prend la pomme, mais il a entendu les paroles du Diable et il a déjà la main tendue pour goûter du fruit défendu.

 

Comme pour les catholiques, la nudité des corps était à cette époque choquante pour les orthodoxes. Mais comment faire, quand la Bible dit clairement qu’Adam et Ève étaient nus, puisqu’ils s’en sont rendu compte et en ont eu honte quand ils ont péché en croquant la pomme? Pour les saints, on fait parfois voleter un voile aux endroits censurés. Je me souviens avoir vu, alors que j’étais enfant dans les années 1950 (pas au Moyen Âge!!!) une religieuse retouchant une par une des images pieuses représentant une Vierge à l’Enfant, je ne sais plus de quel peintre célèbre, peut-être la Sainte Famille avec Saint Jean-Baptiste, du Caravage, en leur ajoutant au pinceau un pan de tissu sur le bas-ventre de l’Enfant Jésus… Pour nos premiers parents, puisque ce n’est pas possible d’imaginer voiles ou vêtements, parce que le hasard fait bien les choses ils sont en train de passer là où une branche feuillue va tout juste cacher ce qu’il ne faut pas voir. Ici, le peintre a fait un autre choix: les personnages sont tout simplement asexués. Entre les jambes de l’homme et celles de la femme, aucune différence.

Salamine aujourd’hui. Les 10 et 11 mai 2014

J’aurais été bien en peine d’interpréter cette grande fresque dont je ne montre que la partie gauche, le Christ trônant au centre, si je n’avais pas lu la légende qui y est inscrite. Il est dit que c’est la “parousia”, c’est-à-dire l’avènement de Jésus à la fin des temps. C’est le mot qu’emploie saint Matthieu dans son évangile: “Dis-nous, quand cela arrivera-t-il, et quel sera le signe de ton avènement et de la fin du monde?” Ainsi, ce que nous voyons, ce sont les saints, et leur ange derrière chacun d’eux.

Salamine aujourd’hui. Les 10 et 11 mai 2014
Salamine aujourd’hui. Les 10 et 11 mai 2014

L’une des fresques les plus célèbres de cette église est celle du Jugement Dernier. Mais il me faut traduire ce qui y est écrit, parce qu’il y a un élément original qui n’est pas discernable sur ma photo non agrandie. Sur ma seconde photo, qui montre un détail, on peut lire –mais cela, on l’aurait compris sans l’inscription– ο ζυγός της δικαιοσύνης (la balance de la justice). Ce qui est moins évident, c’est δικαίων ψυχαί εν χειρί Κυρίου (les âmes des justes dans la main du Seigneur): pour traduire, j’ai agrandi mon  image, et ce n’est qu’alors que j’ai constaté que cette main qui sort d’un nuage derrière un dais contenait de tout petits bonshommes, représentant les âmes des justes. Car sur les murs, on ne voit cela que de loin, de plus l’église est sombre, impossible de deviner que cette main contient quelque chose. Puis la photo tout entière aux dimensions de mon écran d’ordinateur n’est pas beaucoup plus lisible que dans l’église. Aussi, sans ma curiosité de déchiffrement des inscriptions, je serais passé à côté de ce détail.

Salamine aujourd’hui. Les 10 et 11 mai 2014
Salamine aujourd’hui. Les 10 et 11 mai 2014

N 37°54’30,00” / E 23°26’36,34”. L’île de Salamine affecte une forme de… comment dire? Un peu comme un C à l’envers, les pointes tournées vers l’ouest, mais un C très déformé… Chez Sikélianos, comme au monastère de la Panagia Faneromeni, nous étions sur la côte nord de la branche nord. Maintenant, nous voici dans la branche sud, et comme cette branche est épaisse nous sommes au milieu, dans une zone montagneuse presque inhabitée et très boisée. Là est venu s’établir le monastère d’Agios Nikolaos Lemonion, Saint-Nicolas-Lemonion. Le paysage est si grandiose et si beau qu’il m’a semblé nécessaire de commencer par le montrer.

Salamine aujourd’hui. Les 10 et 11 mai 2014

Comme on peut le constater, c’est un monastère de bonne taille. L’endroit est propice à la méditation et à la contemplation. Découverte dans le campanile, une inscription donne la date de 1742. Fort bien, mais… malgré des études approfondies, les experts ne peuvent dire s’il s’agit de la date de fondation ou de celle d’une restructuration et d’une restauration. Dans mon récent article sur les monastères de l’île d’Andros, j’expliquais comment l’administration du roi Othon a décidé dans les années 1830 la fermeture d’office de la plupart des monastères orthodoxes de Grèce, sous prétexte de rationalisation. Celui de Saint-Nicolas a été victime de cette fermeture. Il a fallu attendre cent trente ans environ pour qu’en 1966 il retrouve ses fonctions de couvent.

Salamine aujourd’hui. Les 10 et 11 mai 2014

On sait très bien, au contraire, que cette petite église toute proche, Saint Jean Kalyvitès (“qui vit dans une masure”, donc “le pauvre”), au style byzantin très évident, date authentiquement du dixième siècle.

Salamine aujourd’hui. Les 10 et 11 mai 2014
Salamine aujourd’hui. Les 10 et 11 mai 2014

Mais revenons au monastère. Nous avons pu entrer, certes, mais pas visiter. Aussi me limiterai-je à montrer l’allée d’accès et l’intérieur, relativement sobre et simple pour une église orthodoxe, du catholicon.

 

Sans aborder ce qui a trait au passé antique, puisque comme je le disais au début ce sera l’objet de mon prochain article, il y aurait encore bien d’autres choses à voir, un musée ethnographique, des églises intéressantes, des paysages, des plages… mais malgré les deux jours passés à Salamine, nous n’avons pas eu le temps d’approfondir la visite de “cette île où il n’y a rien à voir”!!!

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche