Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2016 4 10 /11 /novembre /2016 23:55

À Ségeste, en Sicile, nous avions assisté à la représentation de l’Électre d’Euripide dans le théâtre antique (mon article Électre au théâtre de Ségeste, en date du 19 août 2010). Puis, dans le théâtre antique de Philippes, nous avons assisté à une représentation de l’Œdipe Roi de Sophocle dans une mise en scène modernisée (mon article Philippes, daté 24 et 25 août 2012), qui m’a donné l’envie d’écrire en 2013, à ma sauce et en contemplant l’Acropole par la fenêtre de notre appartement athénien, ma trilogie tragique Œdipe Roi, Les Sept contre Thèbes, Antigone, que j’ai intitulée Les Labdacides 2013. Quoique nous soyons passés plusieurs fois par Épidaure, cela n’a malheureusement jamais été à l’époque des représentations. C’est toujours merveilleux d’assister à un spectacle dans ces cadres antiques conservés ou rénovés. À condition toutefois de ne pas oublier de se munir d’un bon coussin ou d’un oreiller, car comme, j’en suis sûr, aurait écrit Du Bellay en pensant à ses fesses, “Plus que le marbre dur me plaît la plume fine”.

 

Nous avons vu des affiches annonçant, à Athènes, un spectacle de danses et de chants folkloriques dans le bel odéon d’Hérode Atticus, qui appuie ses gradins au flanc de l’Acropole. Nous n’avons pas hésité, au diable l’avarice, nous nous sommes offert deux places dans les premiers rangs. Et nous ne l’avons pas regretté.

Spectacle à l’Odéon d'Hérode Atticus. Le 4 octobre 2013

En cette saison, il fait encore bien doux le soir même tard. Il y a des montagnes presque partout en Grèce, elles sont souvent hautes, il peut donc faire très froid, ce qui étonne bien des gens pour qui la Grèce c’est un ciel bleu et un chaud soleil sur une mer tiède. Mais ce n’est pas le cas à Athènes qui, sur sa péninsule de l’Attique, est tout près de la mer à une altitude de cent soixante-dix mètres, et la montagne qui la borde au sud-est et culmine à un peu plus de mille mètres la protège plus qu’elle ne la refroidit. Toutefois, ici ou là, on remarque que des Athéniens habitués à un climat doux en hiver et très chaud en été se sont ce soir couverts d’un anorak!

Spectacle à l’Odéon d'Hérode Atticus. Le 4 octobre 2013
Spectacle à l’Odéon d'Hérode Atticus. Le 4 octobre 2013

Pénétrons dans le théâtre. Nous gagnons nos places numérotées, dans les tout premiers rangs. Nous allons bien voir la scène durant le spectacle, comme le montre ma photo. En attendant (car, impatients, nous sommes arrivés pour l’ouverture des portes), je peux remarquer qu’ici, les plaques d’égout sont sophistiquées.

Spectacle à l’Odéon d'Hérode Atticus. Le 4 octobre 2013

Maintenant, je me retourne pour voir les gens entrer et s’installer peu à peu. Il est encore un peu tôt car on peut constater sur ma photo que le théâtre est encore assez peu rempli.

Spectacle à l’Odéon d'Hérode Atticus. Le 4 octobre 2013

Photos et films sont interdits. Je ne montrerai donc (presque) rien. Je n’ai fait qu’une photo en fraude. Je crois que l’interdiction a deux buts: d’une part éviter les flashes incessants, mais surtout, d’autre part, de ne pas laisser des amateurs déflorer le spectacle pour qui ne l’a pas encore vu. Sur le premier point, je n’ai évidemment pas utilisé de flash; et comme je suis horriblement en retard pour publier cet article il y a bien longtemps que le spectacle a fini de tourner. Par ailleurs un film sonore est plus apte à reproduire un spectacle de danse et de musique folkloriques qu’une toute bête photo.

 

En effet, c’était un spectacle folklorique mêlant la Crète et le Pont. La Crète, bon, c’est la grande île qui s’étire au sud de la Grèce, je pense que tout le monde le sait. L’appellation de “Pont” est moins courante. Le mot (pontos), dans la poésie grecque ancienne, désigne la haute mer et, en prose, il est plutôt employé dans le nom de certaines mers, comme “le Pont Euxin”, que l’on appelle en français la Mer Noire (notons d’ailleurs qu’en grec moderne, cette mer est appelée comme en français, à savoir Μαύρη Θάλασσα, Mavri Thalassa). Par extension, les Grecs appellent “Pont” la côte nord de l’Asie Mineure qu’ils ont très tôt colonisée et qu’ils ont continué à habiter pendant plusieurs millénaires, jusqu’au terrible échange de populations qui a suivi le Traité de Lausanne en 1923 et les a obligés à rejoindre la mère patrie, qu’ils ne connaissaient pas plus que les Pieds Noirs ne connaissaient la France métropolitaine en 1962. Ces deux régions, qui étaient éloignées de la Grèce continentale, ont développé des traditions et un folklore très originaux, et très forts. Le spectacle avait pour titre Κρήτη και Πόντος σμίξανε, La Crète et le Pont se mêlent. Un cocktail vraiment enthousiasmant, avec des danseurs remarquables.

Spectacle à l’Odéon d'Hérode Atticus. Le 4 octobre 2013

Tout à l’heure j’ai montré le théâtre en train de se remplir, laissant penser que le spectacle n’avait peut-être pas attiré de grandes foules. Alors à peine est-ce terminé, je me hâte de prendre une photo qui prouve qu’il n’en est rien, avant que les gens ne repartent. Lors de sa construction, en 161 de notre ère, il pouvait accueillir cinq mille spectateurs. Il est tombé en ruines, et il a été récemment restauré. Je ne sais combien de places il comporte à présent, mais c’est au moins autant qu’à l’origine.

Spectacle à l’Odéon d'Hérode Atticus. Le 4 octobre 2013

Les gradins sont hauts, il est difficile de sauter de l’un à l’autre, et pour cela des saignées d’escaliers permettent de monter et de descendre plus aisément. Par ailleurs, à mi-hauteur, un palier horizontal permet de passer d’un escalier à un autre car plus on s’élève, plus le demi-cercle de l’amphithéâtre est large, nécessitant plus de saignées d’escaliers. Je trouve l’effet amusant, de ces gens qui, dans ce vaste espace, forment des processions somme des colonies de fourmis…

Spectacle à l’Odéon d'Hérode Atticus. Le 4 octobre 2013

Juste au moment où je photographie mes “fourmis”, quelqu’un a demandé à la troupe du Pont de se rassembler sur la scène pour une photo souvenir. Et bien sûr j’en profite pour prendre moi aussi la photo.

Spectacle à l’Odéon d'Hérode Atticus. Le 4 octobre 2013
Spectacle à l’Odéon d'Hérode Atticus. Le 4 octobre 2013

Et puis ceux-ci, gentiment, ont accepté de venir sur le côté de la scène, pour moi. Je ne me suis pas fait prier pour prendre ma photo, une photo posée, mais ensuite je me suis empressé de déclencher l’obturateur pour avoir aussi une photo spontanée, naturelle. Et je trouve que cette jeune fille, malgré sa grimace, ne manque pas de charme, non?

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

miriam 12/11/2016 17:26

j'ai eu la chance d''assister à Choephore et euménides à Epidaure, comme c'était le Festival d'Athènes et que j'avais eu la programmation très à l'avance j'ai pu lire en français le texte de la pièce avant et le relire juste avant la représentation, j'ai eu l'impression de comprendre le grec ancien (ce qui n'est pas du tout le cas) c'était inoubliable (d'ailleurs c'est un souvenir très ancien

Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche