Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2017 2 28 /02 /février /2017 23:55

Le peintre grec Konstantinos Parthenis est exposé à Athènes à la Fondation B. & M. Théocharakis du 26 février au premier juin. Comme, dans moins d’une semaine, nous allons partir visiter un bon nombre d’îles en mer Égée et que nous ne reviendrons pas à Athènes avant plusieurs mois, il n’y a pas de temps à perdre, vite, nous courons Leoforos Vasilissis Sofias, à côté de l’ambassade de France.

Exposition Konstantinos Parthenis. Jeudi 15 mai 2014

Né en 1878 à Alexandrie, en Égypte, il commence par travailler au Caire avec le peintre symboliste allemand Diefenbach, qu’il suit à Vienne en 1897. Il expose à Vienne, puis à Athènes, et à Paris au pavillon de la Grèce à l’Exposition Universelle de 1900. Il peint des paysages, mais aussi des icônes et des coupoles d’églises. En 1909 il se marie, et le couple va s’installer à Montmartre. Deux ans plus tard, déménagement vers Corfou, puis en 1917 vers Athènes. Il accumule expositions et récompenses, et en 1929 il obtient un poste de professeur à l’École des Beaux-Arts d’Athènes. Lors de la première participation de la Grèce à la Biennale de Venise en 1934, il fait partie de la sélection. En 1937, à l’Exposition Universelle de Paris, il reçoit la médaille d’or. En 1947, las d’être sans cesse en butte à l’opposition de ses collègues, il démissionne de l’École des Beaux-Arts. À Athènes en 1948, on lui décerne aussi une médaille d’or, mais d’obscures manœuvres de ses adversaires des cercles conservateurs parviennent à faire annuler ses prix, ce qui va l’amener à désormais rester chez lui et ne plus exposer. En 1966, ses étudiants montent une grande exposition rétrospective, à laquelle il ne se rend même pas. C’est à cette époque qu’il perd sa femme. Lui-même, malade, est hospitalisé en 1967 et meurt à l’hôpital.

Exposition Konstantinos Parthenis. Jeudi 15 mai 2014

Le mieux, pour apprécier l’œuvre de Parthenis, est de suivre la chronologie de sa production. Ce tableau, intitulé Paysage avec des sapins, est daté du 15 mai 1902 et a été réalisé à Ischl, en Autriche. En format 32x43 centimètres, c’est à peu de chose près un A3.

Exposition Konstantinos Parthenis. Jeudi 15 mai 2014

Ici, nous voyons des minarets, il est clair que nous ne sommes plus en Autriche. Cette huile sur toile, réalisée en 1904, représente un Paysage de Kavala. Mesurant 63,3x52 centimètres, le tableau est un peu plus grand.

Exposition Konstantinos Parthenis. Jeudi 15 mai 2014

Ce tableau a été réalisé, nous dit-on, à l’huile et au crayon, sur toile montée sur carton, entre 1905 et 1909. Il représente Hydra (cette île du Golfe Saronique). Nous sommes donc, on le voit, dans sa période de paysages. J’aime beaucoup ces tons doux et fondus. Avec 23x31,5 centimètres, il mesure à peine plus qu’une feuille de papier A4.

Exposition Konstantinos Parthenis. Jeudi 15 mai 2014

Cette huile sur toile montée sur carton est contemporaine de l’huile précédente, puisqu’elle est de 1905-1907. C’est l’Allumage des chandelles. Dans toute cette période, Parthenis s’est limité bien souvent à de petits formats puisque ce tableau est plus petit qu’une feuille de papier A4, avec 28,5x21 centimètres.

Exposition Konstantinos Parthenis. Jeudi 15 mai 2014

Cette Annonciation est très intéressante, parce que non conventionnelle, et la palette de tons pastels du peintre se cantonne au bleu et au rose. Cette toute petite huile sur carton (20,7x22 centimètres) se situe entre 1907 et 1910. Je la trouve magnifique. Il en a d’ailleurs peint diverses versions dans les mêmes tons.

Exposition Konstantinos Parthenis. Jeudi 15 mai 2014

Nous voilà arrivés en 1915-1917 avec ce Paysage de Corfou, une huile sur toile de 55 sur 63 centimètres. Toujours on retrouve son goût pour les arbres élancés, ifs, pins, peupliers. De quoi réjouir Freud!

Exposition Konstantinos Parthenis. Jeudi 15 mai 2014

Parthenis est un peintre qui “me parle”, mais je dois avouer que ce tableau intitulé La Résurrection ne me convainc pas réellement. C’est une huile sur toile, plus grande que ce que nous voyons habituellement de lui (123,5x135,7 centimètres), qui date de 1917-1919.

Exposition Konstantinos Parthenis. Jeudi 15 mai 2014

Il est évident que ces deux tableaux ont été réalisés pour être présentés face à face, néanmoins Parthenis ne les a pas appelés conjointement L’Annonciation, mais L’Ange de l’Annonciation et La Vierge (Panagia) de l’Annonciation. Ce sont des huiles sur toile de 46x32 centimètres, qui ont été peintes vers 1920-1923. Elles proviennent de l’église Saint-Alexandre, de Paléo Faliro, cette banlieue d’Athènes où se trouvait le port antique avant la construction du Pirée et qui, aujourd’hui, offre une promenade très agréable en front de mer.

Exposition Konstantinos Parthenis. Jeudi 15 mai 2014

Dans cette exposition, les titres des tableaux, dates, techniques, origines, sont indiqués en grec, et en-dessous toutes les données sont ensuite traduites en anglais. Mais pour ce tableau, le titre est donné en français et en grec, et en-dessous en français et en anglais. Or il est daté de 1920-1927, alors que le peintre n’habite plus à Paris depuis un bon nombre d’années. Nul doute, par conséquent, qu’il a été réalisé pour une exposition en France ou dans un pays francophone. Ce titre, c’est Petite église de Céphalonie. Huile et crayon sur toile, 115,2x130,6 centimètres.

Exposition Konstantinos Parthenis. Jeudi 15 mai 2014

Dans cette même période (ici la fourchette est un peu plus large, c’est 1920-1930), voilà un Portrait d’Aristovouli Lopresti (115x109,5 centimètres), peint à l’huile sur toile. Que ce soient des paysages ou des portraits comme celui-ci, on retrouve quelques touches de couleurs fortes, sombres, et des couleurs délicates transparentes.

Exposition Konstantinos Parthenis. Jeudi 15 mai 2014
Exposition Konstantinos Parthenis. Jeudi 15 mai 2014

En esquissant une rapide biographie de Parthenis, tout à l’heure, je disais qu’en 1937, à l’Exposition Universelle de Paris, il avait obtenu une médaille d’or. C’était avec ce tableau, Combat d’Héraklès avec les Amazones, peint à l’huile sur une toile de 116 sur 130,6 centimètres. Il ne l’a pas réalisée spécifiquement pour cette exposition, puisqu’il l’avait exécutée entre 1921 et 1927. Les arbres torturés, le ciel d’un bleu profond, composent une nature violente, dans laquelle s’exprime aussi la violence du héros, dont la peau sombre s’oppose à la carnation légère des Amazones, deux d’entre elles mortes, gisant au sol, une autre déjà abattue et cherchant à se défendre, visiblement sans espoir.

Exposition Konstantinos Parthenis. Jeudi 15 mai 2014

La Fille au poisson rouge est une peinture à l’huile sur toile de 1925-1930, dans un format de 80x63,5. Alors que le Portrait d’Aristovouli Lopresti, original et personnel par le style et la couleur, était traditionnel pour le graphisme, représentant une personne de façon ressemblante (du moins je le suppose), nous n’avons pas ici le portrait d’une personne nommée, et le graphisme est résolument moderne.

Exposition Konstantinos Parthenis. Jeudi 15 mai 2014

Très éclectique, Konstantinos Parthenis a également peint des natures mortes, comme celle-ci, à l’huile sur toile, d’un format presque carré, 60,3x60,2 centimètres. Elle a été réalisée entre 1925 et 1935. En rédigeant, je me rends compte que très rares sont, parmi ses œuvres, celles qui sont datées précisément. Au début, oui, l’année est indiquée; puis la fourchette est de trois ou quatre ans; ensuite, nous voilà dans une fourchette de dix ans. Il est impossible qu’il n’ait pas été capable, après coup, de situer plus précisément son travail dans le temps. Je suppose donc que c’est après sa mort, et celle de sa femme, que l’on a cherché, à partir de l’évolution de son style, de ses voyages, de ses rencontres, de ses expositions, à dater des tableaux qu’il avait gardés chez lui, et d’ailleurs pour nombre d’entre eux il est indiqué qu’ils ont été donnés par une certaine “Sofia Partheni” à la Pinacothèque Nationale d’Athènes (c’est le cas de cette nature morte), or je sais qu’il a eu une fille prénommée Sofia, née en 1914. Les commissaires de l’exposition ne disent rien à ce sujet des dates floues.

Exposition Konstantinos Parthenis. Jeudi 15 mai 2014

Ici, entre 1930 et 1938, Parthenis a représenté l’Odéon d’Hérode Atticus, ce monument d’Athènes situé au pied de l’Acropole contre le flanc de laquelle s’appuient ses rangs de gradins. Huile sur toile, 47,3x70,3 centimètres.

Exposition Konstantinos Parthenis. Jeudi 15 mai 2014

Toujours dans ce même style qui lui est propre (et qui me plaît beaucoup, c’est d’ailleurs pour cela que je tenais tant à voir cette exposition), cette peinture à l’huile sur toile mesurant 80x75 centimètres représente Calypso. On se rappelle, bien sûr, les aventures d’Ulysse dans l’Odyssée d’Homère, où Calypso qui vit dans l’île d’Ogygie tombe amoureuse de lui après l’avoir recueilli quand il a fait naufrage, et le retient auprès d’elle pendant sept ans. Ici, sans doute parce que l’on a un repère d’exposition ou de vente (le tableau appartient à la collection d’art du parlement grec), il est seulement dit qu’il est antérieur à 1935.

Exposition Konstantinos Parthenis. Jeudi 15 mai 2014

Comme tout à l’heure pour le titre en français, ce tableau est nommé en italien avec un sous-titre grec, puis en italien avec le sous-titre traduit en anglais, donc probablement destiné à une exposition en Italie (notons cependant que si le père de Parthenis était grec, sa mère en revanche était italienne). Exposition qui aurait eu lieu en 1938, parce qu’il est dit “antérieur à 1938”. Or justement on sait que Parthenis a exposé à la Biennale de Venise en 1938, puisqu’il y a vendu une œuvre au Gouvernement italien. En tous cas, il n’a pas vendu ce tableau-ci qui, est-il dit, a été donné par Sofia à la Pinacothèque Nationale d’Athènes. Le titre, La Temperanza; et le sous-titre, Femme portant un couteau. Huile sur toile, 84,6 sur 62,2 centimètres. Si je donne toutes ces dimensions de tableaux, c’est parce que j’ai été frappé par la petitesse des premières œuvres, tandis que sans être monumentales, loin de là, les œuvres de la maturité sont nettement plus grandes.

Exposition Konstantinos Parthenis. Jeudi 15 mai 2014
Exposition Konstantinos Parthenis. Jeudi 15 mai 2014
Exposition Konstantinos Parthenis. Jeudi 15 mai 2014

Religion et patrie, tel est le titre de ce tableau de 1940-1950. C’est une huile sur toile de 95,1 sur 89,8 centimètres. Étant donné la fourchette englobée par cette fourchette de dates, il est vraiment dommage de n’avoir pas plus de précisions, car le tableau est susceptible d’interprétations différentes au fil des multiples événements de cette période. Il y a eu l’occupation italienne de la Grèce, puis l’occupation allemande, et la Seconde Guerre Mondiale a été suivie de la guerre civile où des militants communistes athées voulaient que leur pays se tourne vers l’URSS de Staline.

Exposition Konstantinos Parthenis. Jeudi 15 mai 2014

Situé dans la même fourchette 1940-1950, ce grand tableau d’un mètre trente sur un mètre cinquante, peint à l’huile sur toile, représente Ariane et Pégase (bien que le nom d’Ariane soit suivi d’un point d’interrogation entre parenthèses). Le fait qu’il y ait doute prouve que Parthenis n’a pas indiqué lui-même le titre du tableau ni son sujet. Je vois bien, en effet, en haut à gauche dans le ciel un cheval volant avec un homme qui s’accroche à lui, et je veux bien que ce soit Pégase et Bellérophon, quoique le cheval n’ait pas d’ailes et qu’il soit entouré d’hommes volant eux aussi, tout cela rappelant un peu Chagall, mais à ma connaissance il n’y a pas, dans la mythologie grecque, de lien entre Pégase et Ariane. Il est vrai cependant que cette femme, dans cette position qui la fait paraître éplorée, peut faire penser à Ariane qui, se réveillant sur le rivage de Naxos, voit s’éloigner le navire de Thésée qui vient de l’abandonner pendant son sommeil. Mais pourquoi le peintre aurait-il uni ces deux légendes dans un même tableau?

Exposition Konstantinos Parthenis. Jeudi 15 mai 2014

Je terminerai notre petit tour dans cette exposition par cette peinture à l’huile sur toile de 129,3 sur 91,5 centimètres, qui date de la décennie 1950-1960, quand l’artiste s’est reclus à l’abri des turpitudes de ses pairs à son égard. Elle s’intitule Aphrodite. J’aime bien, quand je clos un article, rester sur une bonne impression, je choisis donc généralement un paysage, un tableau, un objet de musée qui me plaît bien. Aujourd’hui, je n’ai pas le choix, parce que c’est la chronologie qui m’impose ce tableau. Hélas il ne me parle pas… Je ne saurais dire pourquoi… Bon, alors il me reste à fouiller dans ma collection de photos pour en trouver une dernière.

Exposition Konstantinos Parthenis. Jeudi 15 mai 2014

Oui, celle-ci me plaît bien, et elle est aussi de 1950-1960. Elle a pour titre Paysage – petite chapelle. Cette peinture à l’huile et fusain sur toile mesure 115,4 sur 129,9 centimètres et il est dit qu’elle appartient aux héritiers de Nikolaos Parthenis, or le couple de Konstantinos avait eu un fils prénommé Nikolaos et né en 1911. Cette œuvre est bien dans la dernière manière de Parthenis, figurative mais résolument moderne. Elle reste fidèle aux grands arbres élancés, aux teintes légères ponctuées de quelques taches dures, mais les formes sont évoquées, stylisées, fondues.

 

1950-1960. Konstantinos Parthenis est mort en 1967, à quatre-vingt-neuf ans. Dans cette exposition, ne figure aucune œuvre postérieure à 1960. Cela signifie-t-il que dans les dernières années de sa vie il n’a plus rien produit? Ce serait surprenant, parce qu’un grand créateur cesse rarement de créer s’il n’y est pas contraint et forcé. Quand, très malade, Matisse n’a plus pu peindre, il s’est mis aux collages. Atteint de polyarthrite, Renoir continue de peindre et de sculpter et, sur son lit d’hôpital, quelques jours avant sa mort, il demande à l’infirmière de lui passer ses pinceaux. Parthenis aurait-il renoncé, lui?

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche