Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 23:55
Lébadée (Livadeia). Samedi 22 mars 2014
Lébadée (Livadeia). Samedi 22 mars 2014
Lébadée (Livadeia). Samedi 22 mars 2014

La ville que nous appelons Lébadée, c’est Λιβαδειά (Livadeia, prononcé Livadia) en grec. Quand on vient d’Athènes et que l’on se rend à Delphes, on passe Thèbes puis, une petite cinquantaine de kilomètres avant d’arriver, la route longe Lébadée. Puisque nous avons décidé d’aller rendre visite une nouvelle fois à Apollon dans son sanctuaire de Delphes, en voyant le nom de la ville sur un panneau cela nous donne envie d’aller y voir de plus près. C’est une ville où l’eau est partout. Elle est traversée par ce joli petit torrent et les multiples chutes d’eau chantent à travers la ville. Nous nous promenons un moment.

Lébadée (Livadeia). Samedi 22 mars 2014

L’eau, c’est néro, le moulin c’est mylos. Quand on voit cette grande roue mue par le courant, on ne peut trouver très original le nom de cette taverne, Néromylos, Moulin à Eau. Nous n’y sommes pas allés, mais si, comme il semble, les baies donnent derrière cette chute d’eau, cela doit être sympathique.

Lébadée (Livadeia). Samedi 22 mars 2014
Lébadée (Livadeia). Samedi 22 mars 2014

Un peu plus loin, la paroi rocheuse est toute creusée de niches. Ici, il me faut parler un peu mythologie. Agamède est un excellent architecte, marié à Épicasté. Et comme Apollon a séduit Épicasté, elle met au monde Trophonios. Puis, avec son mari, elle donne naissance à Cercyon. Souvent, le père, le beau-fils et le fils ont travaillé ensemble comme habiles architectes. C’est eux qui auraient construit le premier temple d’Apollon à Delphes, et à Thèbes la maison d’Amphitryon et d’Alcmène où Zeus, prenant l’apparence d’Amphitryon, s’est uni à Alcmène, concevant Héraklès. Et aussi, à Hyria en Béotie, le trésor du roi Hyriée. Les compères, très habilement, avaient conçu le bâtiment de telle façon qu’il leur soit aisé de mouvoir une certaine pierre et, la nuit, ils venaient se servir dans le trésor du roi. Mais Hyriée s’est douté de quelque chose, et il a fait appel à un remarquable ingénieur, Dédale, celui-là même qui avait donné à Pasiphaé le moyen de s’unir à un taureau et ainsi de mettre au monde le Minotaure, puis qui avait créé le labyrinthe, en Crète, ou encore qui avec son fils Icare s’était envolé avec des ailes de sa fabrication. Et Dédale, alors, a imaginé un piège. Une nuit, Agamède et Trophonios ont voulu de nouveau s’introduire pour voler, et Agamède s’est trouvé pris au piège. De peur qu’il ne parle et donne le nom de son complice, Trophonios n’a pas hésité à couper la tête de son beau-père avant de s’enfuir. Quand il est arrivé à Lébadée, la terre s’est ouverte et Trophonios y a disparu.

 

Mais il y rendait un célèbre oracle auquel se pressaient de très nombreux pèlerins. Les niches que l’on voit sur mes photos ci-dessus étaient destinées à recevoir les présents que les pèlerins apportaient au demi-dieu Trophonios quand ils venaient consulter son oracle. Pausanias raconte: “Cet oracle était jadis inconnu aux Béotiens eux-mêmes, et voici comment ils le découvrirent. Depuis deux ans il ne pleuvait pas. Ils envoyèrent de chacune de leurs villes des députés à Delphes pour demander au dieu la cessation de cette sécheresse. La Pythie leur ordonna d'aller vers Trophonios, à Lébadée, et leur assura qu'ils obtiendraient de lui le remède de leurs maux. Ils allèrent à Lébadée, mais ils ne pouvaient pas trouver l'oracle qu'ils cherchaient. Dans ces entrefaites, Saon, de la ville d'Acræphnion, qui était le plus avancé en âge de tous les députés, aperçut un essaim d'abeilles, et le suivit partout où il volait; tout à coup il vit ces abeilles se porter vers cet endroit, et il entra avec elles dans l'oracle. On dit que ce Saon fut instruit par Trophonios lui-même de la manière dont il fallait régler tout ce qui avait rapport à son culte, et aux autres cérémonies relatives à l'oracle. La statue de Trophonios est l'un des deux ouvrages de Dédale qu'on voit dans la Béotie, l'autre est la statue d'Héraclès à Thèbes”.

 

Le petit réservoir que l’on voit ici au pied de la muraille rocheuse est alimenté par la source Mnémosynè (Mémoire), fille d’Ouranos et de Gaia (le Ciel et la Terre), et donc sœur de Némésis dont nous avons vu le temple dans mon précédent article, à Rhamnonte. Je disais aussi qu’une autre des sœurs était Éris, la Discorde. Alors qu’unie à Zeus neuf nuits consécutives Mnémosynè donnait naissance aux neuf Muses, Éris donnait naissance à Léthé, l’Oubli, une source qui coulait près de Lébadée. Les pèlerins de Trophonios devaient boire de l’eau des deux sources, Léthé puis Mnémosynè, avant de consulter son oracle.

Lébadée (Livadeia). Samedi 22 mars 2014
Lébadée (Livadeia). Samedi 22 mars 2014

En dehors de la ville, sur une colline, on indique qu’il y a un temple de Zeus Basileus (Zeus Roi). Nous avons un peu de mal à le trouver, mais enfin nous y arrivons. Pour dire vrai, il n’en reste pas grand-chose, mais nous ne regrettons pas de nous y être rendus, parce que de là-haut le paysage est grandiose.

Lébadée (Livadeia). Samedi 22 mars 2014
Lébadée (Livadeia). Samedi 22 mars 2014

Cette agréable ville est en outre ornée de sculptures modernes intéressantes. En voilà deux ci-dessus, dont je ne peux dire que ce qui y est inscrit. La première porte le nom de Danaé. Nous replongeons dans la mythologie. Un oracle prédit à Acrisios, roi d’Argos, que son petit-fils le tuerait. Acrisios alors enferme Danaé sous la terre, dans une chambre de bronze, mais Zeus, par une fissure dans le plafond, fait tomber sur elle une pluie d’or qui la féconde, et quand sa fille Danaé met au monde le petit Persée, Acrisios les met dans un coffre qu’il jette à la mer. Zeus ne veut pas que son fils Persée, ainsi que cette femme qu’il a aimée, meurent et il fait dériver le coffre jusqu’à l’île de Sériphos, une Cyclade, où ils sont recueillis et où Danaé épouse le tyran Polydectès. Nombreux sont les peintres qui ont repris le thème mythologique de la pluie d’or: Titien, Rembrandt, le Tintoret, et même, je crois, Klimt.

 

La première sculpture dit un nom, Danaé, mais n’est pas signée (ou alors je n’ai pas su trouver où était la signature). La seconde au contraire ne comporte pas de titre, mais est attribuée à Théodoros Lazaris (1884-1978).

Lébadée (Livadeia). Samedi 22 mars 2014

Je ne sais si des représentations y sont données, mais ce minuscule théâtre circulaire en ville, à flanc de colline et accessible par des escaliers, est une excellente idée. Même s’il ne sert pas, il est esthétique.

Lébadée (Livadeia). Samedi 22 mars 2014
Lébadée (Livadeia). Samedi 22 mars 2014

En ville, se dresse cette construction, dont un panneau dit, laconiquement, que c’est un château médiéval. Tour du château? Partie défensive du mur d’enceinte? De quel siècle? Autant de questions sans réponse. C’est dommage.

Lébadée (Livadeia). Samedi 22 mars 2014
Lébadée (Livadeia). Samedi 22 mars 2014

Dans la vallée au pied de la haute falaise abrupte, se lovent un château et quelques constructions, sur lesquelles je n’ai pas plus d’informations que sur le “château médiéval” que je viens de montrer. Mais l’aspect de ce que je vois doit également remonter au Moyen-Âge. J’aurais pourtant aimé savoir si ce que je vois est d’époque byzantine, ou construit par les Francs, ou par les Turcs après la conquête.

Lébadée (Livadeia). Samedi 22 mars 2014

Et puis je terminerai, pour Lébadée, avec cette photo d’un petit monastère perché, accroché dans une anfractuosité de la paroi montagneuse. Pour se retirer du monde, les moines orthodoxes savaient s’isoler, ici comme aux Météores, comme en bien d’autres endroits encore.

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche