Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 avril 2017 7 09 /04 /avril /2017 23:55
Lesbos 05 : Le monastère Agios Rafaïl à Thermi. Du 6 au 8 juin 2014

Nous avons quitté Mytilène vers le nord. Nous n’allons pas bien loin, parce qu’à quelques kilomètres, près de Thermi où nous aurons l’occasion de revenir, nous voyons l’indication d’un monastère. Agios Rafaïl, il n’est pas nécessaire d’être un grand linguiste pour deviner que c’est Saint Raphaël. Dans mon premier article sur Lesbos, j’avais dessiné une carte de l’île où j’avais placé toutes nos visites. Pour éviter que l’on ait à s’y reporter, et que l’on ait, en outre, du mal à localiser le sujet de chaque article au milieu d’une foule de noms, je publierai à chaque fois ma carte de l’île ne comportant que l’emplacement de la capitale Mytilène et de Methymna au nord, où nous avons passé très longtemps, en plus de l’endroit décrit dans l’article. Voilà donc l’emplacement de ce monastère.

Lesbos 05 : Le monastère Agios Rafaïl à Thermi. Du 6 au 8 juin 2014
Lesbos 05 : Le monastère Agios Rafaïl à Thermi. Du 6 au 8 juin 2014
Lesbos 05 : Le monastère Agios Rafaïl à Thermi. Du 6 au 8 juin 2014

Agios Rafaïl est noyé dans une forêt d’oliviers. Il faut dire que l’île, à ce que l’on nous a dit, compte pas moins de onze millions de ces arbres… On quitte donc la route de la côte et l’on monte, jusqu’à ce que l’on aperçoive ce grand monastère moderne parmi les arbres. Il semblerait a priori qu’il ne présente pas un grand intérêt, nous nous disons que nous allons le voir en passant et poursuivre notre chemin. Nous nous trompons lourdement!

Lesbos 05 : Le monastère Agios Rafaïl à Thermi. Du 6 au 8 juin 2014

Nous entrons. Il y a un parking à l’intérieur où nous pourrons garer le camping-car. “Dieu est amour”, est-il dit sur la grande arche, “et celui qui demeure dans l’amour demeure en Dieu, et Dieu en lui”. Et puis, sur l’arche intérieure plus basse: “Si quelqu’un se soumet à Dieu, Dieu se soumet à lui”. Nous voilà édifiés.

Lesbos 05 : Le monastère Agios Rafaïl à Thermi. Du 6 au 8 juin 2014

Nous pénétrons dans l’enceinte du monastère. Près de l’entrée, une plaque dit que “la philoxénie est un cadeau”. La philia est l’amour et l’amitié, le xénos est l’étranger. On peut donc traduire ce mot par hospitalité. Ce monastère se dit donc accueillant.

Lesbos 05 : Le monastère Agios Rafaïl à Thermi. Du 6 au 8 juin 2014
Lesbos 05 : Le monastère Agios Rafaïl à Thermi. Du 6 au 8 juin 2014
Lesbos 05 : Le monastère Agios Rafaïl à Thermi. Du 6 au 8 juin 2014

Et ce n’est pas un vain mot, oh non. L’accueil est magnifique, l’hospitalité incroyable. L’une des sœurs, quoique ne parlant ni français ni anglais, nous propose de nous faire visiter le monastère et nous explique de son mieux tout ce qu’il y a à savoir. Et quand nous demandons si nous pouvons rester sur ce parking pour la nuit, elle dit que notre camping-car y sera très bien, mais que nous, nous sommes invités (oui, invités, gratuitement) dans une chambre pour pèlerins. En remerciant chaleureusement, je proteste que nous ne sommes pas orthodoxes, et qu’il n’y a donc aucune raison. Et alors? nous répond-on, cela ne change rien, nous sommes des humains, des enfants de Dieu comme les religieuses du couvent, donc des frères et des sœurs, et la communauté est heureuse de nous accueillir. Eh bien, nous acceptons cette chaude hospitalité. Nous passerons deux nuits. Et, à chaque fois que nous passons devant l’accueil, nous avons de longues et sympathiques discussions avec cette religieuse du début, et avec une autre qui parle anglais. Pas un instant il n’a été question de chercher à nous convertir, à nous convaincre de quoi que ce soit, non, l’hospitalité ici est vraiment totalement désintéressée. C’est moi qui, parce que le sujet m’intéresse, ai deux ou trois fois mis la conversation sur les différences entre catholicisme et orthodoxie, sur le filioque, sur la place du pape de Rome.

 

Ce que l’on nous a proposé, et avec insistance, c’est de prendre le petit déjeuner (offert gratuitement, faut-il le préciser?) dans la grande salle de réception. Le monastère vend des livres de piété et des livres sur le monastère et les saints qui y sont honorés, ainsi que des petits colifichets, mais on ne nous en a pas parlé, on ne nous a rien, absolument rien proposé. C’est nous qui, parce que cela nous intéresse, avons demandé à acheter ce qui concerne ces lieux.

Lesbos 05 : Le monastère Agios Rafaïl à Thermi. Du 6 au 8 juin 2014
Lesbos 05 : Le monastère Agios Rafaïl à Thermi. Du 6 au 8 juin 2014

Sous le panneau disant que l’hospitalité est un cadeau, une autre plaque dit que “le séjour dans le saint monastère est limité à 3 jours”. Et c’est bien normal, d’abord pour laisser la place à d’autres, et ensuite pour éviter que des indélicats ne choisissent cet endroit comme un lieu de villégiature à bon compte, car les chambres sont confortables et bénéficient de toutes les commodités, avec salle de douche et toilettes privatives.

Lesbos 05 : Le monastère Agios Rafaïl à Thermi. Du 6 au 8 juin 2014
Lesbos 05 : Le monastère Agios Rafaïl à Thermi. Du 6 au 8 juin 2014
Lesbos 05 : Le monastère Agios Rafaïl à Thermi. Du 6 au 8 juin 2014
Lesbos 05 : Le monastère Agios Rafaïl à Thermi. Du 6 au 8 juin 2014

Certes, l’ensemble est très propre et net et respire le calme, mais il est vrai que l’architecture ne justifierait pas une longue visite, et c’est bien plutôt l’accueil et l’atmosphère qui nous ont retenus.

Lesbos 05 : Le monastère Agios Rafaïl à Thermi. Du 6 au 8 juin 2014
Lesbos 05 : Le monastère Agios Rafaïl à Thermi. Du 6 au 8 juin 2014

Il me faut quand même montrer que hors de l’allée principale avec ses grands bâtiments et son église, il y a des espaces joliment fleuris destinés autant au plaisir des yeux qu’à la méditation.

Lesbos 05 : Le monastère Agios Rafaïl à Thermi. Du 6 au 8 juin 2014

Il y a également dans le jardin des églises en réduction. J’avoue ne pas avoir bien compris l’explication qui m’en a été donnée… Mais il y a aussi une crypte dans laquelle on peut recueillir de l’eau et de l’huile censées avoir un pouvoir de guérison. Nous avons fait la connaissance d’une dame venue ici en pèlerinage, avec qui nous avons sympathisé et un peu discute, et qui s’est soudainement jetée sur nous avec son pouce humecté pour, d'autorité, nous oindre de cette huile.

Lesbos 05 : Le monastère Agios Rafaïl à Thermi. Du 6 au 8 juin 2014
Lesbos 05 : Le monastère Agios Rafaïl à Thermi. Du 6 au 8 juin 2014

Jetons un coup d’œil à l’intérieur de l’église. Nous y voyons, entre autres, deux tombes. Sur ma première photo ci-dessus, c’est celle de saint Raphaël, qui a donné son nom à l’église et au monastère (il ne s’agit pas de l’archange Raphaël, comme nous allons le voir), et sur ma seconde photo c’est celle de sainte Irène. Mais il faut que je m’explique au sujet de ces saints.

Lesbos 05 : Le monastère Agios Rafaïl à Thermi. Du 6 au 8 juin 2014

La photo ci-dessus montre une mosaïque qui représente la petite Irène, dont je vais bientôt parler, entre Raphaël et Nicolas. Nicolas était, comme nous allons le voir, un jeune étudiant quand Raphaël était déjà un homme fait, je suppose qu’il faut voir Raphaël à gauche et Nicolas à droite. Tous trois ont l’auréole de la sainteté due à leur martyre. Voici l’histoire: Il y avait ici autrefois, sur cette colline de Karyes, au milieu d’une oliveraie appartenant à un Turc, un bloc de marbre brisé sur lequel, chaque mardi suivant Pâques, était célébrée en présence de nombreux habitants de la proche Thermi une messe en raison d’une tradition dont on ne se rappelait pas l’origine, et sans que le propriétaire des lieux s’y opposât. Lors de l’échange de populations des années 1920, le domaine devient la propriété d’un Grec rapatrié d’Asie Mineure et, beaucoup plus tard, il est décidé de construire là une petite église. Les travaux commencent en 1959.

 

Quelle n’est pas la surprise des ouvriers quand, creusant les fondations, ils mettent au jour une tombe dans laquelle l’archéologue appelé d’urgence trouve un squelette, les mains jointes sur la poitrine, et à trente centimètres du corps la tête à laquelle manque la mâchoire inférieure. Près de la tombe, des marbres ecclésiastiques d’époque byzantine. Le prêtre venu sur les lieux pour prier s’en retourne en déclarant ne pas savoir pour qui prier mais, la nuit suivante, il a eu, raconte-t-il, une apparition d’un moine qui lui a déclaré “Je suis le moine Raphaël, natif d’Ithaque, martyrisé par les Turcs le 9 avril 1463”. Cette bavarde apparition a raconté avoir été baptisée Georgios et porter le nom de Laskaridis, avoir reçu une bonne éducation et, après avoir un temps servi comme officier de l’armée byzantine, s’être fait moine sous le nom de Raphaël. Puis il a servi une paroisse d’Athènes, est devenu archimandrite et évêque au patriarcat de Constantinople. Envoyé en France à Morlaix, en Bretagne, il y rencontre un étudiant venu de Thessalonique, nommé Nicolas. Il est exact que dans les archives de Constantinople, il y a trace de l’envoi de jeunes pour étudier à Morlaix, cela ne relève donc pas que de l’apparition. Les deux hommes sont revenus ensemble au pays, Nicolas s’est fait moine et diacre et n’a plus quitté Raphaël, dont il est devenu le collaborateur. Lors de la conquête de Constantinople, ils étaient tous deux en Thrace. En 1454, ils s’embarquent à Alexandroupolis pour se réfugier à Lesbos.

Lesbos 05 : Le monastère Agios Rafaïl à Thermi. Du 6 au 8 juin 2014
Lesbos 05 : Le monastère Agios Rafaïl à Thermi. Du 6 au 8 juin 2014

Débarqués à Thermi, ils apprennent qu’un moine vit seul sur le mont Karyes, là où existe un monastère qu’une femme pieuse du nom de Melpomeni a fait bâtir sur les ruines d’un ancien couvent détruit par des pirates en 1235. Ils y vont, s’y installent, et créent rapidement une petite communauté. Neuf ans plus tard, en septembre 1462, voilà que Lesbos est prise par Mehmet le Conquérant au terme d’un siège de dix-sept jours. Dans un premier temps, les Turcs n’inquiètent pas la communauté mais des événements survenus à Thermi poussent nombre d’habitants à aller se réfugier auprès de Raphaël et Nicolas. Le Vendredi Saint 1463, les Turcs montent sur la colline. La plupart des gens parviennent à se cacher sans la montagne, mais l’abbé Raphaël, le diacre Nicolas, l’instituteur, le chef de la communauté et sa famille sont pris et torturés pour leur faire révéler où les autres se sont cachés. Le 9 avril, qui était le mardi après Pâques, le chef et sa femme sont ligotés, attachés à un arbre, et sous leurs yeux on coupe les mains d’Irène, leur fille, qui n’a que douze ans, puis on la jette dans une cuve où on la fait brûler vive (mes photos ci-dessus représentent une icône d'Irène et le chaudron de son supplice). Après lui avoir fait subir ce terrible supplice et en avoir imposé le spectacle à ses parents, ceux-ci sont cruellement massacrés.

 

Raphaël, lui, est lacéré à coups de baïonnette, précipité du haut d’un arbre, puis on lui coud la bouche, on lui arrache la mâchoire. Nicolas, pendant ce temps, était attaché à un arbre pour l’obliger à voir le supplice de son abbé. Puis, quand on a commencé à le lacérer lui aussi avec une baïonnette, un arrêt cardiaque a mis fin à son supplice. Les Turcs, alors, mettent le feu au monastère et s’en vont. Dans la nuit, de pieuses gens vont ensevelir les corps en cachette.

 

Je ne sais si l’on doit croire à l’apparition miraculeuse de saint Raphaël au prêtre de Thermi en 1959, mais apparition ou non, le fait est que les Turcs ont réellement, à cette date, supplicié et exécuté ces personnes, et même si l’on a de gros doutes sur la vision, il est probable qu’un crâne sans mâchoire enterré à cet endroit est celui de l’abbé Raphaël, d’autant plus que par la suite, les fouilles ont mis au jour d’autres corps, dont celui supposé de Nicolas, ceux supposés des parents d’Irène, des restes carbonisés d’un enfant et le chaudron de terre que l’on ne peut que lier au supplice d’Irène. Outre ces squelettes, on a déterré nombre d’objets, des coupes, des encensoirs, des pièces de monnaie byzantines, une icône du Christ Pantocrator, des fragments de parchemins manuscrits avec des passages de l’évangile et des pierres précieuses. Voilà donc expliquée la raison d’une célébration de messe chaque mardi de Pâques en cet endroit, jusqu’à ce que l’église du couvent actuel soit construite.

 

Indépendamment de ces événements, des archives avaient fait savoir qu’en 1235, en pleine époque de l’Empire Latin, des pirates avaient débarqué, avaient pillé le couvent de religieuses qui se trouvait en cet endroit puis y avaient mis le feu, avaient supplicié la Mère Supérieure Olympia et tué toutes les sœurs. Or lors des fouilles de 1959, on a également mis au jour un squelette de femme avec deux gros clous enfoncés dans son crâne au niveau des oreilles, un autre au niveau de la mâchoire et plusieurs dans la poitrine. Quand, en cette seconde moitié de vingtième siècle, on a construit l’actuelle église Saint-Raphaël, en creusant les fondations on a découvert un énorme mur qui appartenait à l’église détruite en 1235.

 

Un décret du 29 septembre 1963, signé du ministre de l’éducation nationale et des religions, décide de la création d’un monastère de femmes. Le patriarche œcuménique de Constantinople, lui, a déclaré la canonisation des saints martyrs Raphaël, Nicolas et Irène.

Lesbos 05 : Le monastère Agios Rafaïl à Thermi. Du 6 au 8 juin 2014
Lesbos 05 : Le monastère Agios Rafaïl à Thermi. Du 6 au 8 juin 2014
Lesbos 05 : Le monastère Agios Rafaïl à Thermi. Du 6 au 8 juin 2014

La Mère Eugenia Kleidara raconte dans un livre qu’elle était higoumène, c’est-à-dire supérieure, d’un couvent de Chios quand elle s’est sentie appelée par saint Raphaël à lui construire un monastère sur le mont Karyes à Lesbos. Elle avait reçu de son père cent livres en or et a décidé de les consacrer à cette fondation. Jusqu’à ce que des cellules soient construites, Mère Eugenia est hébergée à Thermi, et dispose d’une tente sur la colline pendant le jour. Son père, précédemment, l’avait menacée de la déshériter si elle se faisait religieuse, mais devant sa détermination il l’avait laissée prendre le voile, et a mis la main à la poche pour construire son église.

 

La Mère Eugenia est morte il y a moins d’un an, en juillet 2013. Tous ceux qui l’ont connue la décrivent comme une sainte femme, d’une bonté et d’une générosité exceptionnelles. Les mots employés, l’émotion visible, vont bien au-delà du respect dû à la Supérieure, bien au-delà des mots convenus se rapportant à une personne décédée. Et la chaude hospitalité du monastère est visiblement son héritage.

Lesbos 05 : Le monastère Agios Rafaïl à Thermi. Du 6 au 8 juin 2014

En nous couchant, nous avons repéré sous le toit d’un bâtiment voisin une chouette en train de s’éveiller, puis elle a pris son envol. Mais lorsque nous nous sommes réveillés il faisait grand jour, et notre compagne était revenue sous son toit. Elle ne dormait pas encore et observait la vie du monastère d’un œil aigu.

Lesbos 05 : Le monastère Agios Rafaïl à Thermi. Du 6 au 8 juin 2014
Lesbos 05 : Le monastère Agios Rafaïl à Thermi. Du 6 au 8 juin 2014

Lors de notre visite des jardins du monastère, la charmante religieuse qui nous guidait nous a montré l’espace où sont gardées des biches. Certes cet espace est clos, mais c’est un vaste terrain où elles se promènent en liberté. Oui, ces religieuses aiment les animaux comme le faisait saint François, et elles aiment aussi leurs “frères humains”. C’est sincère. Et c’est impressionnant. Nous n’oublierons pas notre petit séjour dans ce monastère.

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche