Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 23:55
Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014

Intéressant, ce monastère de Leimonos. Nous nous y sommes rendus plusieurs fois. Ma carte ci-dessus permet de le situer dans l’île, pour le retrouver plus vite sur la carte routière.

 

Parce que l’ancienne diphtongue EI se prononce aujourd’hui comme un simple I, on trouvera souvent ce nom transcrit en français ou en anglais sous la forme Limonos, et Wikipédia l’appelle Lémoni, ce qui ne correspond ni à l’orthographe, ni à la prononciation. Peu importe.

Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014
Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014

Cette vue plongeante permet de se rendre compte de son étendue, c’est d’ailleurs le plus grand de l’île de Lesbos. Et l’on voit également que, contrairement à la plupart des monastères grecs, et en particulier celui que j’ai présenté dernièrement, le monastère d’Ypsilou, celui-ci n’a rien d’un nid d’aigle, il est au contraire installé au creux d’une dépression. La raison en est sans doute la date de sa construction, comme nous allons le voir bientôt, à une époque où il n’y a plus autant à craindre les raids de pirates et où l’Empire Ottoman est si solidement implanté qu’il n’y a plus non plus de siège à soutenir.

Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014
Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014
Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014

Lorsque l’on arrive sur le territoire possédé par le monastère, à quelque distance avant le portail d’entrée dans l’enclos lui-même, on est surpris de voir, disséminées dans le paysage, quelques petites chapelles, les unes rondes, d’autres carrées, un peu différentes les unes des autres et jetées dans la nature un peu au hasard, un peu comme des dés échappés de la main d’un joueur.

Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014
Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014

Plus on progresse, et plus on en voit, de ces chapelles. Certaines même sont nettement plus grandes, bâties en forme de croix, comme leurs grandes sœurs, les vraies églises.

Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014

Encore plus surprenant, on en trouve même d’assez grandes, agglutinées les unes aux autres. Ni mes guides, ni les livres consultés, ni Internet, rien ne m’a donné l’explication de cette profusion de lieux de culte disséminés aux portes de ce monastère. Ces chapelles sont-elles votives? De quand datent-elles? Quoi qu’il en soit, c’est pour le moins original.

Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014

Ignace Agallianos était, au seizième siècle, un prêtre et, comme la plupart des prêtres orthodoxes, il était marié. En effet, après leur ordination ils ne peuvent plus se marier, et il leur suffit donc de se marier avant. Or voilà qu’une épidémie emporte sa femme et ses enfants. Condamné dès lors au célibat, il se fait moine et se consacre à la copie de manuscrits.

 

On raconte –mais est-ce partiellement ou même complètement légendaire?– qu’en 1523 le sultan Soliman le Magnifique a fait appeler Ignace parce que son fils avait une main déformée et qu’il requérait l’intervention de ce moine dont la réputation était déjà grande. Et les soins du moine (ou un miracle?) ont obtenu la guérison du fils du sultan. Ignace s’est alors cru autorisé à oser demander l’autorisation de fonder un monastère, ce que Soliman reconnaissant n’a pas voulu lui refuser. En 1526, là où avait existé un monastère byzantin désaffecté depuis l’arrivée des Turcs, il fonde un nouveau monastère, Leimonos, dédié à l’archange saint Michel, ainsi qu’une école de haut niveau, Leimonias, qui fonctionnera jusqu’en 1923 et sera le centre intellectuel et spirituel de l’île. Plus tard, il deviendra métropolite (évêque) de Methymna. Il meurt en 1566 et sera canonisé par l’Église orthodoxe saint Ignace de Mytilène.

Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014
Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014
Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014
Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014

Fréquemment, les monastères élèvent des paons, généralement dans un enclos, parfois comme à Leimonos, en toute liberté. Quand il fait la roue avec sa queue, le paon évoque la roue solaire, et donc l’immortalité. Parce que, selon une croyance populaire au moyen-âge, la chair du paon était imputrescible, c’est une autre raison du symbolisme de cet oiseau représentant l’immortalité de l’âme. Voilà pourquoi leur présence rappelle aux moines qu’après leur mort leur âme survivra éternellement et que pour cette raison il faut la préserver du mal qui la mènerait en enfer.

 

Avec leur plumage multicolore, avec les ocelles qui constellent leur queue lorsqu’ils la déploient pour se faire admirer, les mâles ont toujours la vedette. De même s’ils sont tout blancs. Les pauvres paonnes sont bien oubliées, avec leur triste plumage, et parmi elles il n’y a pas de féministes criant à l’injustice. Aussi me fais-je un devoir de montrer l’une de ces braves mères s’occupant discrètement de ses enfants tandis que ces messieurs font leurs jolis cœurs devant les visiteurs.

Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014

Dans la cour d’entrée, nous trouvons cet édicule. Il ne mériterait sans doute pas que l’on s’y arrête, malgré les mignons petits lions de l’entrée, si un panonceau n’attirait l’œil, disant (en grec seulement, hélas pour le visiteur qui ne comprend pas cette langue) que les poteaux proviennent de l’ancienne église du Taxiarque (l’Archange, donc ici saint Michel), récupérés par le fondateur, saint Ignace, en 1526.

Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014
Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014
Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014

On peut se promener librement dans le monastère et parmi ses bâtiments qui s’organisent autour de plusieurs cours agréablement plantées d’arbres.

Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014
Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014

 

Les bâtiments ne sont pas tous en très bon état, comme en témoignent mes photos. D’ailleurs, en regardant bien on voit qu’une barre de bois condamne l’accès à cet escalier un peu bancal, qui débouche sur un étage vermoulu.

Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014
Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014

Dans l’une des cours, celle de l’une de mes photos précédentes où se trouve un bâtiment derrière un arbre en fleurs, nous avons pénétré dans cette petite église. Elle est relativement moderne et ne présente pas un intérêt architectural particulier…

Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014

Mais à l’intérieur, il y a des fresques manifestement modernes, dont cette représentation de saint Ignace. Je ne pouvais quand même pas manquer de montrer le fondateur du monastère!

Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014

Et puis j’aime bien cette fresque du paradis terrestre, non pas pour sa bien modeste valeur artistique, mais parce que je trouve amusante cette représentation naïve d’Adam et des animaux. Dans les représentations plus anciennes, l’exotisme consiste en lions, éléphants, girafes et autres animaux africains. Au moyen-âge, peut-être les Vikings étaient-ils allés au-delà du cercle polaire, mais ils n’étaient pas venus ensuite peindre des fresques chrétiennes Or ici il y a un pingouin. De même, il y a un kangourou, alors que l’Australie n’a été abordée pour la première fois par des Européens qu’au début du dix-septième siècle.

Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014

Avec toutes ces églises autour du monastère, on se doute bien qu’il y en a plusieurs, et des plus grandes, à l’intérieur. Ici nous sommes dans celle qui est dédiée au fondateur du monastère, c’est l’église Saint-Ignace.

Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014
Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014

Appuyée au mur de l’une des cours, non loin de l’église principale, le catholicon, on remarque une fontaine d’architecture ottomane. Son eau est sacrée, ou sainte, je ne sais trop comment dire, c’est ce que les Grecs appellent un αγίασμα (agiasma). J’ai souvent trouvé la traduction de ce mot par “eau bénite”, mais ces mots en français veulent dire que l’eau, une eau commune, a reçu une bénédiction selon un rite. Ce n’est pas le cas de l’agiasma, qui est une source bénéficiant de ce caractère sacré sans avoir à être soumise à une consécration religieuse. Eau bénie, plutôt que bénite, conviendrait sans doute mieux. À la rigueur, eau miraculeuse, comme à Lourdes, quoique l’agiasma ne suppose pas systématiquement de miracles. De toutes façons (là, c’est l’ancien prof de lettres qui parle), il y a des exemples de confusion entre béni et bénit chez de grands auteurs français. Alors…

Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014
Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014

Nous avons encore à visiter le catholicon. Ou, plutôt que “nous avons”, je dois dire “j’ai”, car Natacha est proscrite en ces lieux. Les femmes ont accès librement à tout le reste du monastère, y compris aux autres églises, mais pas au catholicon. Pas à la grande église, quand même! Les femmes, ces êtres diaboliques, ne peuvent souiller de leur présence ce saint lieu. Vade retro, Satanas! “Les ladies ne sont pas autorisées à entrer dans la totalité de l’église centrale”, dit le panneau. Et puis, en guise d’excuse, il est ajouté: “Coutume d’une vieille tradition de ce monastère”. Le texte en grec précise même “depuis sa fondation” et, entre parenthèses, “Depuis le seizième siècle”. Ah, ah! C’est donc saint Ignace en personne, le machiste. Et pourtant, il a été marié. Vengeance?

Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014
Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014

Il est dommage d’interdire aux femmes, pour des motifs absurdes, la possibilité d’admirer cette superbe église. L’iconostase, notamment, est magnifique. Cette église a été construite dès le début, par saint Ignace; c’était, à l’époque, la seule église du monastère.

Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014
Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014

Ci-dessus, je montre un détail de la sculpture en bois doré de cette iconostase. Il y a une extraordinaire richesse dans la finesse des détails. L’autre photo montre que le plafond, pour n’être pas doré, n’en est pas moins sculpté.

Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014

Et puis encore deux détails de ce raffinement, avec ce chapiteau sculpté et coloré. Je pense que je ne l’aurais pas abîmé en le touchant, mais je ne pouvais escalader la colonne pour l’atteindre. Je dis cela, parce que sa surface est brillante, et ne donne pas l’impression d’être de la pierre, même très soigneusement polie, mais plutôt de la céramique. D’autant plus qu’à la base de la décoration il y a une surépaisseur, comme si un revêtement avait été ajouté autour de la colonne de pierre peinte.

Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014

Sur cette photo, on voit la colonne peinte au chapiteau que je présume être de céramique, et l’on voit aussi ces stalles formant un demi-cercle autour d’un étroit guéridon. Je ne sais pour quel type cérémonie cela est utilisé. Non, non, ce n’est pas pour prendre le thé de façon conviviale, impossible de poser autant de tasses sur une si petite table. Ah, des verres à liqueur? Même pour des verres à liqueur avec la bouteille, c’est trop petit. Soyons sérieux: je suppose que lorsqu’il n’y a pas célébration d’une messe et que les moines se réunissent seulement pour une prière en commun, l’un d’entre eux est debout au milieu pour lire un passage d’un évangile ou des Actes des apôtres. Mais là encore, puisque je n’ai pas d’explication officielle, ce n’est qu’une supposition de ma part.

 

Cette photo permet aussi de voir que les murs de ce catholicon sont intégralement revêtus de fresques. Elles ont été peintes entre la seconde moitié du seizième siècle et la première moitié du dix-septième. Saint Ignace ne les a donc pas vues.

Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014
Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014

Quelques-unes de ces fresques, à titre d’exemple. Ici, nous voyons une Annonciation et une Nativité. La première est assez classique, mais la seconde est originale. D’abord, l’âne ressemble plutôt à un cheval, avec ses oreilles courtes, tandis que le bœuf a des cornes artistement recourbées, comme celles de Zeus ayant pris la forme d’un taureau pour enlever Europe. Et puis il y a cette troupe d’anges cachés derrière le toit de la crèche, dont l’un indique du doigt l’étoile qui s’est arrêtée au-dessus de l’endroit où Jésus est né. Les trois hommes auxquels cette étoile est montrée semblent un peu trop bien habillés pour être des bergers, mais ils sont loin d’être assez richement vêtus pour des mages ayant les moyens d’apporter de l’or, de l’encens, de la myrrhe. Je pencherai donc pour des bergers qui ont mis leurs habits du dimanche pour l’occasion (du dimanche... la dominica dies, le jour du Seigneur, ne peut pas encore exister!).

Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014

“Tu es le rempart des vierges”, est-il écrit au-dessus de cette scène. Habituellement, c’est la Vierge Marie qui est ainsi appelée. Serait-ce donc Jésus tout bébé qui sait déjà parler et qui dit cela à sa mère? Est-ce l’une de ces saintes?

Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014

Allez, encore deux fresques. Mais ici je me garderai de tout commentaire, parce que je n’arrive pas à identifier ces scènes. Je les montre pour le raffinement du dessin et des couleurs.

Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014
Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014
Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014

Il y a aussi, comme à Ypsilou, un musée à Leimonos. Il est riche de manuscrits –nous avons vu qu’Ignace se consacrait à la copie de manuscrits–, mais je n’en montrerai pas de nouveau ici, parce que les manuscrits rendent mal en photo. Voilà plutôt des outils de la campagne. Le premier semble être un soc de charrue.

 

Le second bénéficie d’une explication: il se nomme Dougueni et sert à battre le blé. Sous cette planche de bois sont fixées des pierres tranchantes, et lorsqu’un cheval ou un âne tire cet outil sur l’aire où est répandu le blé, les pierres coupent les épis et extraient ainsi le grain.

 

L’objet de ma troisième photo semble être un double soufflet. Mais pourquoi double, et sur quoi, sur quel feu souffle-t-il, voilà des questions auxquelles il n’est pas répondu.

Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014

Dans cette pièce, ces énormes jarres à demi enterrées contiennent la réserve d’huile d’olive du monastère. Les terres que possède le monastère sont constituées en grande partie d’oliveraies, aussi ne peut-on s’étonner que la production d’huile soit abondante, mais les moines devaient vendre une bonne partie de cette huile parce que je ne crois pas que, même au temps où ils étaient plus nombreux, ils pouvaient consommer en un an un tel volume d’huile, à moins de se faire des frites tous les jours. Et encore!

Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014
Lesbos 07 : Le monastère de Leimonos. 3 visites, juin et juillet 2014

Pour terminer, deux photos anciennes. Encore une fois, pour les non-hellénistes, il est dommage que le petit écriteau explicatif collé dans le coin inférieur droit de la première photo ne soit rédigé qu’en grec. Il y est dit qu’elle a été prise aux alentours de 1920, et montre le bâtiment de trois étages construit en 1915 où se trouvent les cellules des moines. On ajoute que là où nous sommes (là où je suis pour prendre ma photo, c’est-à-dire sous la galerie du bâtiment perpendiculaire), il y a des tas de pierres et de gravats.

 

Pas de petit papier collé sur la seconde photo, pas d’explications. L’époque doit être à peu près la même. On remarque que ces bœufs ne tirent pas un char sur roues, mais un traineau sur patins. Il est vrai que le sol semble revêtu d’une épaisse gadoue sur laquelle il est plus facile de glisser, les roues risquant de s’embourber.

 

Oh, il y a encore bien des choses à voir dans ce monastère de Leimonos, mais je ne peux pas tout montrer dans mon article. Disons simplement que le touriste qui fera une halte ici ne sera pas déçu d’y passer un moment.

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche