Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2017 6 27 /05 /mai /2017 23:55
Lesbos 22 : Efthalou, Sykaminia, Pelopi, Mandamados. Juin et juillet 2014

Comme le montre ma carte ci-dessus, c’est de quatre villages situés dans cette excroissance du nord de Lesbos que je vais parler dans le présent article. À commences par Efthalou.

Lesbos 22 : Efthalou, Sykaminia, Pelopi, Mandamados. Juin et juillet 2014
Lesbos 22 : Efthalou, Sykaminia, Pelopi, Mandamados. Juin et juillet 2014

À Efthalou, nous sommes tout près de Methymna, à environ trois kilomètres vers l’ouest. Le village est sur la colline en surplomb de la mer. Ce monte-charge vétuste témoigne d’un passé industriel. Mais il semble bien qu’il soit peint en rouge, plutôt que tout rouillé.

Lesbos 22 : Efthalou, Sykaminia, Pelopi, Mandamados. Juin et juillet 2014
Lesbos 22 : Efthalou, Sykaminia, Pelopi, Mandamados. Juin et juillet 2014
Lesbos 22 : Efthalou, Sykaminia, Pelopi, Mandamados. Juin et juillet 2014

Mais ce qui fait connaître Efthalou aujourd’hui ce sont ses bains thermaux situés au niveau de la mer. Un gros bâtiment moderne disgracieux, mais derrière lui un dôme tout blanc percé de petits orifices de lumière et d’aération hérité du passé ottoman. Puisque l’établissement fonctionne et que je ne suis pas adepte du hammam, je n’ai pu y pénétrer, mais de toutes façons je n’aurais pas pu prendre de photos puisque je n’aurais pas pu gommer les personnages qui s’y trouvaient.

Lesbos 22 : Efthalou, Sykaminia, Pelopi, Mandamados. Juin et juillet 2014

Le village de Sykaminia, tout au nord de l’île, s’enorgueillit d’être le berceau de Stratis Myrivilis, mais je ne parlerai pas de ce grand écrivain ici, parce que je le ferai dans un article spécifique, le vingt-cinquième sur Lesbos (Lesbos et ses écrivains). J’ai arrêté la voiture quelques instants pour prendre, de la route, cette photo qui montre comment le village se love dans un pli de la montagne. On n’est encore pas bien haut, 315 mètres paraît-il. La montée depuis la mer (en deux kilomètres et demi, si j’en crois ma carte) se fait sur une petite route bordée d’oliviers.

Lesbos 22 : Efthalou, Sykaminia, Pelopi, Mandamados. Juin et juillet 2014
Lesbos 22 : Efthalou, Sykaminia, Pelopi, Mandamados. Juin et juillet 2014
Lesbos 22 : Efthalou, Sykaminia, Pelopi, Mandamados. Juin et juillet 2014
Lesbos 22 : Efthalou, Sykaminia, Pelopi, Mandamados. Juin et juillet 2014

Sykaminia, qui est aussi parfois appelée Sykamia, ou Sykamnia, ou Skamia, est un village médiéval, et selon la notice c’est l’un des cinq villages traditionnels de Lesbos les mieux conservés. Aucun arrêté municipal n’est nécessaire pour en interdire l’accès aux voitures, cet accès est matériellement impossible. Sykaminia a été fondé par des Ottomans, qui s’y sont installés, mais s’est progressivement christianisé et, depuis l’indépendance, s’est de plus en plus développé. C’est un bien joli village.

 

La notice affichée à l’entrée du village, je n’en ai photographié que la version anglaise, qui dit que le nom dérive du nom grec du “mulberry”, c’est-à-dire, si je ne me trompe, du mûrier. Ce n’est pas ce que je crois me rappeler, je regarde mon dictionnaire français-grec, et non, une mûre se dit μούρο (mouro). En revanche, je ne risque pas d’oublier ceux que, dans l’antiquité, on appelait les sycophantes, “dénonciateurs de figues”: la figue, c’est σῦκον (sykon) en grec ancien, σύκο (syko) en grec moderne. Je pense donc qu’il y a erreur dans cette notice, qui veut plutôt dire que le nom du village dérive du nom du “fig tree”, du figuier.

Lesbos 22 : Efthalou, Sykaminia, Pelopi, Mandamados. Juin et juillet 2014

Du village haut, nous allons maintenant descendre vers Skala Sykaminia, le village bas sur la mer. “Skala”, l’échelle, désigne un port du Levant, j’ai eu l’occasion de détailler l’origine du mot (voir mon article Lesbos 10 : Eresos. Dimanche 15 juin 2014).

Lesbos 22 : Efthalou, Sykaminia, Pelopi, Mandamados. Juin et juillet 2014
Lesbos 22 : Efthalou, Sykaminia, Pelopi, Mandamados. Juin et juillet 2014
Lesbos 22 : Efthalou, Sykaminia, Pelopi, Mandamados. Juin et juillet 2014
Lesbos 22 : Efthalou, Sykaminia, Pelopi, Mandamados. Juin et juillet 2014

À Skala Sykaminia, cette chapelle sur son rocher dans la mer, c’est la Panagia Gorgona (Παναγιά Γοργόνα), non par la Vierge Gorgone, mais la Vierge de la Sirène (entre le grec ancien et le grec moderne, la “Gorgona” n’est plus le même être). Et comme l’écrivain Stratis Myrivilis a publié un célèbre roman intitulé Η Παναγιά η Γοργόνα, dont le titre en français est Notre-Dame de la sirène, j’en dirai davantage dans mon article sur les écrivains (Lesbos 25).

Lesbos 22 : Efthalou, Sykaminia, Pelopi, Mandamados. Juin et juillet 2014
Lesbos 22 : Efthalou, Sykaminia, Pelopi, Mandamados. Juin et juillet 2014

Mais attendre pour mettre cette petite église en relation avec un livre, cela ne nous empêche pas d’y pénétrer pour jeter un coup d’œil à l’intérieur. En fait, elle n’a rien de bien particulier avec une petite iconostase peu travaillée, pas d’icône qui attire l’attention pour la finesse de son exécution ou l’originalité de sa représentation, mais avec un sol au carrelage personnel et plutôt élégant.

Lesbos 22 : Efthalou, Sykaminia, Pelopi, Mandamados. Juin et juillet 2014

Ce bourg est une “Skala”, et possède donc un port. Un tout petit port, qui accueille des barques de pêche et des dinghies à moteur hors-bord. Nous avons beau être tout près de Methymna qui est envahie de touristes, et malgré l’existence d’une plage, l’endroit a su conserver son charme et les terrasses de bars et de restaurants, quoique nombreuses, ne défigurent pas les lieux.

Lesbos 22 : Efthalou, Sykaminia, Pelopi, Mandamados. Juin et juillet 2014
Lesbos 22 : Efthalou, Sykaminia, Pelopi, Mandamados. Juin et juillet 2014
Lesbos 22 : Efthalou, Sykaminia, Pelopi, Mandamados. Juin et juillet 2014

Hé oui, j’écris “a su conserver son charme”, et “ne défigurent pas les lieux”… Cela ne signifie pas que tout est bien repeint, bien léché, comme un décor de cinéma. Mais ces maisons dont les façades ont plutôt mal vieilli, et même ces installations industrielles du passé, donnent finalement à Skala Sykaminia un petit air ancien et désuet que je ne trouve pas déplaisant.

Lesbos 22 : Efthalou, Sykaminia, Pelopi, Mandamados. Juin et juillet 2014
Lesbos 22 : Efthalou, Sykaminia, Pelopi, Mandamados. Juin et juillet 2014

Il en va de même pour ces pieuvres et ces poissons mis à sécher au soleil. De façon objective, ce n’est pas ce qu’il y a de plus esthétique, mais d’un autre point de vue c’est très couleur locale, très typique. Je n’en ai jamais vu dans nos ports de Bretagne ou de Normandie. J’adore ces régions de France, mais quand je suis à l’étranger, j’aime me trouver dans un cadre qui me dépayse. Sinon, pourquoi partir?

Lesbos 22 : Efthalou, Sykaminia, Pelopi, Mandamados. Juin et juillet 2014
Lesbos 22 : Efthalou, Sykaminia, Pelopi, Mandamados. Juin et juillet 2014

À Pelopi, nous ne faisons que passer. Juste un petit arrêt pour faire un tour à pied dans le village et repérer s’il s’y trouve quelque chose à visiter. Et je n’ai trouvé que cette belle fontaine, surmontée de son lion de pierre. Alors nous remontons en voiture et au revoir Pelopi. En réalité, ce que je raconte n’a rien à voir avec la chronologie, car je ne regroupe ces quatre villages dans un même article qu’en raison de leur proximité géographique, mais nous ne les avons pas du tout visités le même jour, ni non plus dans le même ordre.

Lesbos 22 : Efthalou, Sykaminia, Pelopi, Mandamados. Juin et juillet 2014

Nous voici à Mandamados. Ce nom s’écrit Μαντάμαδος (Mantamados) mais le D (delta) du grec ancien a évolué vers un son qui rappelle le TH anglais sonore, celui de this ou there. Alors, comment faire pour écrire le “vrai” son D, par exemple dans les noms propres étrangers, comme la ville de Dijon? Les Grecs ont imaginé la combinaison NT: sur les cartes de France (pardon, de Gaule, puisque notre pays s’appelle, aujourd’hui encore, Γαλλία, Gallia), la ville de Dijon est écrite Ντιζόν (Ntizon). Mais quelquefois –et cela dépend de l’origine du mot– il fallait exprimer le son ND, et comme on n’a pas trouvé mieux on l’écrit aussi NT. Il m’a semblé que les gens, en citant la ville où nous sommes maintenant, prononçaient Mandamados, et c’est pourquoi je le retranscris ainsi; mais il m’est arrivé de voir ce nom transcrit Madamados, sans le N. Assez maintenant avec ces problèmes de phonétique, de transcription, d’orthographe.

 

Ce vieux bâtiment s’annonce comme παλιό καφενείο, palio kafeneio. C’est une institution typiquement grecque, le kafeneio (prononcer kafénío), un café traditionnel où se réunissent les hommes. Pas de fioritures, des murs nus, des tables et des chaises de bois, et là on discute, on joue aux cartes, et bien évidemment on boit un petit quelque chose, un café grec (le marc au fond, et apporté au choix tel quel ou déjà sucré), ou un verre d’ouzo par exemple. Ici, il est qualifié de “palio”, c’est-à-dire “vieux”. On m’aurait dit qu’il était tout récent et qu’il venait d’ouvrir, j’aurais eu du mal à le croire!!! Mais le fait que ce mot neutre n’ait pas de N à la fin signifie qu’il est postérieur à la réforme de 1982 (le démotique remplace la katharevousa). Ou plutôt que l’écriteau est postérieur à 1982, tandis que, visiblement, l’établissement est antérieur, et semble aujourd’hui définitivement fermé. C’est dommage, car dans les villages ces établissements constituaient le cœur de la vie sociale, on y échangeait les nouvelles, on y discutait la politique. Et chacun se retrouve seul face à l’écran de son smartphone consulté compulsivement…

Lesbos 22 : Efthalou, Sykaminia, Pelopi, Mandamados. Juin et juillet 2014

Autre lieu original à Mandamados, mais pas spécialement typiquement grec ou lesbien, cette boutique spécialisée dans le yaourt. Quoique la laiterie du cru soit réputée, ce n’est pas ce qui fait la célébrité de Mandamados (cela dit sans vouloir déprécier les produits vendus ici, car je ne les ai pas goûtés). La ville est célèbre pour une icône.

Lesbos 22 : Efthalou, Sykaminia, Pelopi, Mandamados. Juin et juillet 2014
Lesbos 22 : Efthalou, Sykaminia, Pelopi, Mandamados. Juin et juillet 2014

Nous nous dirigeons alors vers le monastère du Taxiarque, ce qui veut dire de l’Archange, cet archange étant saint Michel. Sous la voûte, on passe devant cette grande icône de saint Michel, ici honoré d’une couronne de fleurs qu’il porte un peu de travers. Mais malgré la richesse de son revêtement d’argent, ce n’est pas cette icône qui est célèbre.

Lesbos 22 : Efthalou, Sykaminia, Pelopi, Mandamados. Juin et juillet 2014

Dans la cour, nous nous trouvons face à cette grande église, qui est le catholicon du monastère, et dont l’architecture n’a rien de vraiment élégant.

Lesbos 22 : Efthalou, Sykaminia, Pelopi, Mandamados. Juin et juillet 2014

L’intérieur de l’église est plus recherché, plus riche. La grande iconostase de marbre est toute couverte de dorures, elle est ornée de colonnes, les icônes qui la décorent sont assez belles. Et, depuis le fond de l’église on aperçoit, devant l’iconostase à droite, un monument tout doré. C’est là que se trouve la célèbre icône pour laquelle se déplacent en grand nombre les pèlerins venus parfois de très loin.

Lesbos 22 : Efthalou, Sykaminia, Pelopi, Mandamados. Juin et juillet 2014

Mais moi, touriste, on ne m’a pas autorisé à me rendre près de ce monument, qui est la châsse de l’icône. Oui, j’ai pu m’approcher, mais à condition de ne pas prendre de photo. Ailleurs dans l’église c’est permis, mais pas l’icône. Alors j’en ai été réduit à mettre à fond le téléobjectif du zoom, et à me placer au milieu de la nef, au point maximum auquel j’ai été autorisé à accéder avec mon appareil photo.

 

L’histoire, c’est que dans ce monastère dont la tradition fait remonter la création à l’époque byzantine, seraient arrivés, un triste jour du dixième siècle, des pirates sarrasins qui ont massacré tous les moines, qui étaient au nombre de dix-huit. Tous, sauf un novice nommé Gabriel qui a réussi à se cacher sur un toit. Après le départ des pirates, l’archange Michel lui est apparu, lui demandant de le représenter en utilisant le sang des moines martyrs. Ce Gabriel a obéi au Taxiarque, il a mélangé le sang de ses condisciples à de la terre argileuse et, installé sur un rocher, il a façonné en relief cette tête noire, du sang coagulé. En 1776 cette icône miraculeuse a été placée dans cette châsse qui la protège.

Lesbos 22 : Efthalou, Sykaminia, Pelopi, Mandamados. Juin et juillet 2014

Les fidèles, dans les églises grecques, manifestent leur foi non seulement en embrassant les icônes mais en offrant des cierges de cire vierge. Beaucoup, beaucoup plus que ne le font les catholiques avec les cierges de cire blanche ou les lumignons. Néanmoins, on peut mesurer la “popularité” d’un saint, son pouvoir d’intercession, au nombre des flammes. Or sans cesse un sacristain, une personne chargée de la surveillance de l’église, passe enlever les cierges pour faire de la place. Je m’étonne parfois de voir qu’une personne vienne, dépose une pièce de monnaie dans le tronc, prenne un cierge et y allume une flamme, plante son cierge dans le sable et qu’un instant après on vienne ramasser tous les cierges, dont aucun n’est consumé au-delà du tiers de sa longueur, les éteigne, les jette dans un grand panier et les emporte. Qu’en est-il des prières du fidèle dont le cierge n’a brûlé qu’une ou deux minutes? Que peut-il penser de ce qui vient de se passer? Mais la place est vide, et d’autres fidèles peuvent venir offrir leurs piécettes et allumer d’autres cierges. Et l’on peut constater combien en ce lieu est honoré l’archange saint Michel, quelques minutes à peine après la dernière razzia de cierges! Son icône, faite du sang de ces martyrs de leur foi orthodoxe, est considérée comme chargée de pouvoirs miraculeux.

Lesbos 22 : Efthalou, Sykaminia, Pelopi, Mandamados. Juin et juillet 2014

En dehors de l’icône miraculeuse du Taxiarque, il n’y a rien de vraiment remarquable dans cette église. Ce médaillon est assez délicat cependant dans les nuances fondues des nuages. Sur le livre que tient le Christ, je lis Αύτη είναι η εντολή μου, να αγαπάτε αλλήλους καθώς σάς ηγάπησα, c’est-à-dire “Ceci est mon commandement, que vous vous aimiez les uns les autres comme je vous ai aimés”.

Lesbos 22 : Efthalou, Sykaminia, Pelopi, Mandamados. Juin et juillet 2014
Lesbos 22 : Efthalou, Sykaminia, Pelopi, Mandamados. Juin et juillet 2014

On peut aussi remarquer la présence de cette vitrine qui abrite, est-il dit, le sakkos et l’épitrachilion (ou épitracheion) de l’ethnomartyr Grigorios V. Quelques mots, ici, demandent peut-être une explication.

 

Un sakkos est un riche vêtement liturgique de soie, de broderies, de pierres précieuses que revêtent les dignitaires orthodoxes, patriarches ou métropolites, pour les cérémonies. L’épitrachilion est l’équivalent de l’étole des prêtres catholiques, une longue bande de tissu passée autour du cou, mais qui est serrée par une ceinture.

 

Dans l’Empire ottoman, ethnie et religion sont souvent confondus. Par exemple, un jeune chrétien enlevé à sa famille et élevé dans la religion musulmane était considéré comme un Turc et pouvait, à ce titre, accéder aux plus hautes fonctions. Et lors du dramatique échange de populations dans les années 1920, où les Turcs de Grèce devaient regagner les nouvelles limites de la Turquie, et les Grecs de Turquie les nouvelles limites de la Grèce, on s’est basé uniquement sur l’appartenance des individus à l’Islam ou au Christianisme, non sur leur ethnie, sur leur mode de vie, sur leurs coutumes. Mais chez nous aujourd’hui, beaucoup de gens disent “les Arabes” pour désigner les Musulmans, même si l’immense majorité des Chrétiens d’Orient sont arabes, même si les millions de Pakistanais musulmans n’ont rien d’arabe. C’est ainsi que les Grecs qui, dans l’Empire ottoman, subissaient le martyre pour leur foi étaient appelés ethnomartyrs plutôt que martyrs chrétiens. La plupart du temps, il ne s’agissait pas de persécutions comme celles du quatrième siècle sous Dioclétien, où le chrétien qui refusait de sacrifier aux dieux païens subissait de terribles supplices avant d’être mis à mort, mais de vengeances ethniques comme lorsque les Turcs exécutent le métropolite de Mytilène après leur défaite face aux armées du pape à Lépante en octobre 1571, ou comme le métropolite Chrysostome de Smyrne en 1922 auquel la foule a fait subir, dans les rues de la ville, d’atroces supplices quand l'armée turque a repris violemment Smyrne que l'armée grecque avait occupée.

 

Grégoire V est patriarche de Constantinople en 1821 lorsqu’à Patras, le 25 mars, le métropolite donne le signal du soulèvement général des Grecs contre la domination turque, cette guerre d’indépendance qui aboutira à la création du royaume de Grèce. En représailles, le jour de Pâques, le 10 avril, Grégoire V sera pendu par les Turcs publiquement devant la porte de son patriarcat, puis son corps sera jeté dans le Bosphore devant une foule surexcitée. Je ne sais comment les vêtements liturgiques de cet homme né dans le Péloponnèse et exerçant ses fonctions à Constantinople ont pu se retrouver dans ce monastère de Mandamados...

Lesbos 22 : Efthalou, Sykaminia, Pelopi, Mandamados. Juin et juillet 2014

Des moines exécutés au dixième siècle, un patriarche pacifiste (il avait publiquement désapprouvé la révolte grecque parce que le sultan laissait la liberté de culte à tous ses sujets, orthodoxes, arméniens, coptes, juifs) pendu au dix-neuvième siècle, et à la sortie de l’église cette maquette d’avion de chasse, symbole de guerre, portant de plus le nom du Taxiarque, je ne comprends pas bien. C’est avec ce grand point d’interrogation dans la tête que nous quittons Mandamados.

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche