Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 octobre 2017 3 11 /10 /octobre /2017 23:55
Nisyros 04, monastère de la Panagia Spiliani. Vendredi 12 septembre 2014
Nisyros 04, monastère de la Panagia Spiliani. Vendredi 12 septembre 2014

Quand on est dans la petite ville de Mandraki, la capitale de l’île de Nisyros, on voit une énorme roche de trente mètres de haut surmontée de vieilles murailles de pierre au sein desquelles se dresse une construction d’un blanc éclatant sur le ciel bleu. C’est le château que les Chevaliers de Saint-Jean ont construit au treizième siècle après leur prise de possession de l’île, et un monastère qui s’est installé par la suite dans ses murs. C’est vers ce monastère que nous allons monter aujourd’hui.

 

C’est le monastère de la Panagia Spiliani, la Vierge de la Caverne, parfois appelé brièvement (comme peint sur sa façade) monastère Spiliani (monastère de Celle-de-la-Caverne). Il s’agit de l’orthographe phonétique correspondant à l’actuelle prononciation du grec, mais si l’on sait que la prononciation antique aurait été Spélianè, on fait tout de suite le rapprochement avec les mots spéléologue, spéléologie, en rapport avec les cavernes, les grottes, toutes les cavités au sein de la terre. Le monastère porte ce nom parce que sa plus grande partie est située dans une grotte, ou une caverne.

Nisyros 04, monastère de la Panagia Spiliani. Vendredi 12 septembre 2014
Nisyros 04, monastère de la Panagia Spiliani. Vendredi 12 septembre 2014
Nisyros 04, monastère de la Panagia Spiliani. Vendredi 12 septembre 2014

Le monastère possède à la fois les constructions au sommet, et ces petites constructions au bas de la roche. Ce que je sais, c’est que le monastère a été construit “au-dessus” d’une certaine grotte, qui est au sommet. Ici derrière cette arche de pierre, ce n’est donc pas la grotte en question, et je ne sais pas quelle est la signification de cette arche et de cette petite chapelle.

 

Car voici ce que l’on raconte au sujet de la grotte dont on qualifie le nom de la Vierge et qui est à l’origine de ce monastère: Un jour, vers l’an 1400, un paysan découvre l’accès d’une grotte aux environs du village de pêcheurs de Pali (Πάλοι), à quelque distance de Mandraki, en plein nord de l’île, il y pénètre et, oh surprise, il y trouve une icône de la Vierge. Qu’est-ce qu’elle peut bien faire là? Il la prend et la porte à l’église de la Panagia Potamitissa (Παναγία Ποταμήτισσα, la Vierge du Fleuve), dans la partie sud de Mandraki, où elle semble beaucoup plus à sa place. Mais le lendemain, l’icône avait disparu. On l’a crue volée. Le temps passe. Un jour, quelqu’un pénètre dans une autre grotte, non plus à Pali mais à Mandraki, au sommet de cette roche, et tombe par hasard sur l’icône. Sans comprendre comment elle se trouve là, il la récupère et la reporte à l’église. Et pour la seconde fois l’icône disparaît et est retrouvée dans cette cavité au sommet de la roche. Quand, une troisième fois, le scénario se reproduit, on comprend que c’est la volonté de la Vierge que son icône soit en ce lieu, on l’y laisse et l’on y construit une chapelle. Ce n’est que vers 1600 que l’on construit le monastère vers lequel nous allons monter.

Nisyros 04, monastère de la Panagia Spiliani. Vendredi 12 septembre 2014

Pour grimper tout au sommet de cette roche, le chemin est bien pavé. Il zigzague, monte des marches; je ne les ai pas comptées, mais je lis qu’il y en aurait 270. Je le mets au conditionnel, parce que j’ai un gros doute. En effet, en divisant les trente mètres par deux cent soixante-dix, c’est-à-dire sans même tenir compte des endroits où la ruelle est en pente, chaque marche ne ferait qu’un peu plus de onze centimètres de haut, ce qui n’est pas le cas… Cela n’empêche pas le trajet d’être très pittoresque et de découvrir de superbes vues.

Nisyros 04, monastère de la Panagia Spiliani. Vendredi 12 septembre 2014
Nisyros 04, monastère de la Panagia Spiliani. Vendredi 12 septembre 2014
Nisyros 04, monastère de la Panagia Spiliani. Vendredi 12 septembre 2014

Et aussi, ici ou là, on passe par des lieux très originaux, comme ce petit réduit, avec sa grosse porte basse, cette accumulation de casseroles et batterie de cuisine, ou encore cette icône de mosaïque qui représente une sainte auréolée, peut-être la Vierge.

Nisyros 04, monastère de la Panagia Spiliani. Vendredi 12 septembre 2014

Enfin, on arrive au terme de l’ascension. Encore une volée de marches, et cette noble entrée du monastère apparaît sur fond de ciel, entre le drapeau de l’Église orthodoxe grecque, avec son aigle bicéphale sur fond d’or, et le drapeau de la Grèce indépendante bleu et blanc

Nisyros 04, monastère de la Panagia Spiliani. Vendredi 12 septembre 2014
Nisyros 04, monastère de la Panagia Spiliani. Vendredi 12 septembre 2014

Nous avons vu, dans mes deux premiers articles sur l’île de Nisyros, avec quel goût et quel soin les sols étaient artistement ornés de dessins réalisés avec des pierres de couleur disposées de chant. Cela se retrouve à l’entrée du monastère avec l’aigle bicéphale. On franchit la porte, et de l’autre côté la même technique représente deux paons s’abreuvant à un calice.

Nisyros 04, monastère de la Panagia Spiliani. Vendredi 12 septembre 2014

Je n’en montrerai pas plus parce que dès lors que l’on a passé ce premier hall d’accueil la photo est interdite. Et d’ailleurs, on n’est pas admis à visiter grand-chose dans le monastère. Je ne sais si, étant orthodoxe, j’aurais été admis à en voir plus, car cette Vierge Spiliani a été choisie pour être la patronne et la protectrice de l’île; mais je ne suis pas orthodoxe. Demi-tour. Culturellement, donc, cette visite n’apporte presque rien, mais sur le plan touristique l’ascension vaut la peine, c’est une splendide promenade.

 

Nous sommes à Nisyros à la mi-septembre. Un mois trop tard pour assister aux célébrations du 15 août, la Κοίμηση της Θεοτόκου (Kimisi tis Théotokou, la Dormition de la Mère de Dieu). Dommage. Il paraît que les célébrations, instaurées il y a environ un siècle, durent neuf jours, du 6 au 15 du mois, et que les femmes qui en font le pèlerinage, appelées les Νιαμερίτισσες (Niaméritisses, les “Femmes des Neuf Jours”), doivent respecter durant tout ce temps un jeûne très strict et effectuer à genoux trois cents prosternations chacun de ces jours, chantant à chaque prosternation les Lamentations de Marie Pleine de Grâce.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche