Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 18:45

Trois jours sans blog. Ce n’est pas parce que je n’ai pas pu me connecter, ni parce que j’ai été paresseux. Le mardi 22, nous l’avons passé connectés beaucoup d’heures, et ces deux dernières nuits nous avons le wi-fi gratuit et illimité dans notre camping. Mais que puis-je dire de mardi ? Nous avions rendez-vous à 9h dans un centre d’accessoires pour camping, pour installer une bouteille de GPL, ce "Gaz de Pétrole Liquéfié" étant un mélange de propane et de butane, utilisable à la place du propane habituel, aussi bien pour cuisiner que pour le chauffage, le chauffe-eau, le réfrigérateur. Or il paraît (selon des témoignages de voyageurs sur Internet) que l’approvisionnement en propane suppose, dans beaucoup de pays européens, l’achat et non la consigne d’une bonbonne, à un prix proche de 300 Euros, investissement perdu à la sortie du pays si l’on ne trouve pas un étranger prêt à la racheter. Et encore, dans certains pays où le tourisme individuel est peu développé, et les camping-cars quasiment inconnus, on ne trouve pas de propane. Tandis que partout il est possible de trouver, en cherchant un peu, des stations-service distribuant du GPL. Et je sais que, lorsqu’on traverse la Pologne, par exemple, partout on voit des panonceaux annonçant que parmi les carburants figure le "LPG", à l’anglaise.

 
Et donc, après avoir déposé le camping-car à 9h, nous avons eu la grande joie d’apprendre qu’il ne nous serait pas rendu avant 15 ou 17 heures, on m’appellerait sur mon portable. Or nous étions dans une zone industrielle, à 2km d’une zone commerciale, elle-même loin de tout. Nous avons donc parcouru ces deux kilomètres chargés de nos ordinateurs, avons trouvé un McDo et nous y sommes installés devant une boisson. Comme il était encore relativement tôt dans la matinée, la prise de courant était encore disponible, et nous avions pris la précaution d’emporter une multiprise, de sorte que nous ne risquions pas de panne de batterie. Cela m’a permis de traiter mes photos et de rattraper mon retard de deux jours sur mon blog. Natacha, quant à elle, ayant fait plusieurs milliers de photos depuis notre départ, avait à les trier, les sélectionner, les classer. Nous avons enchaîné avec un gastronomique déjeuner d’un Big Mac, frites, Ice Tea. Et puis parce que nous n’avions pas encore été appelés, nous avons pris un thé et un muffin. Voilà comment s’est passée notre journée palpitante. Ensuite, nous avons fait quelques courses d’alimentation, et avons roulé vers l’ouest avant de trouver un camping à Bandol. Pas de photos ce jour. Qu'aurions-nous photographié ?

Mercredi 23, nous sommes allés directement à Cassis, où est fléché un parking gratuit avec navette, gratuite elle aussi, vers le centre ville. Mais de navette à l’horizon, point. Nous avons donc marché plus de trois kilomètres pour rejoindre le port. Nous avions décidé d’une journée de repos, sinon de farniente. De fait, nous ne nous sommes pas étalés sur la plage à nous brûler le cuir, mais avons déambulé sur le port, nous sommes longtemps arrêtés à regarder une leçon de voile pour tout petits (pas d'école le mercredi), avons contemplé la mer et le mouvement des bateaux, avons déambulé dans les rues. Et crac, les nu-pieds de Natacha ont craqué. Plutôt que de marcher pieds nus jusqu’à la première boutique, elle a préféré clopiner sur un pied chaussé et un pied déchaussé. C’est plus élégant. Et l’on a trouvé des chaussures de plage hyper soldées en cette fin de saison. Retour plus confortable vers le camping-car tout là-haut sur la colline.

 

Après quoi nous sommes allés nous installer sur un camping**** très confortable à deux kilomètres du centre d’Aix-en-Provence (avec bus à proximité, et juste en face d’un boulanger, d’un marché de fruits et légumes magnifiques et moins chers qu’à Carrefour). Enfin des sanitaires où, dans une cabine individuelle, on a toilettes, douche, lavabo. Cela évite de ressortir de la douche pour aller se brosser les dents et se raser devant un lavabo en public. Le rinçage du visage après rasage quand on a déjà son T-shirt, c’est sympa, je ne vous dis pas. Et j’adore cracher mon dentifrice en public, on s’en doute. J’adore aussi, d’ailleurs, quand quelqu’un crache son dentifrice auprès de moi, cela va de soi. Charmant aussi quand le voisin se bouche une narine et souffle de l’autre pour se moucher dans le lavabo. Après installation, nous sommes allés nous promener dans le centre, que nous avons trouvé si agréable, si joli avec ses innombrables places et placettes agrémentées chacune d’une fontaine, si vivant et animé, que nous avons décidé de passer une deuxième nuit ici. Nous en avons profité pour utiliser le lave-linge du camping, le soleil permettant de tout sécher de façon plus naturelle que dans un sèche-linge. Je ne vais pas suivre la chronologie pour parler de notre séjour à Aix, dire ce que nous avons vu mercredi soir ou jeudi dans la journée, mais je vais plutôt dire ce qui m’a frappé.


 

Évidemment, en évoquant Aix on pense à Cézanne. Mais c’est même un peu trop. Émile Zola et Paul Cézanne étaient amis d’enfance, dès le collège à Aix ; ils sont restés en contact, par courrier ou en se rencontrant, jusqu’à leur brouille lorsque Zola a envoyé son roman L’œuvre à Cézanne, qui comme Claude Lantier perçait d’un coup de poing ses toiles insatisfaisantes et a cru se voir représenté en peintre raté. Eh bien partout on voit "rue Cézanne", "place Cézanne", "avenue Cézanne", "Café Cézanne", "Hôtel Cézanne", sans compter les documents touristiques de l’office de tourisme qui ignore tout de Zola, qui passe presque sous silence le fameux triptyque de la cathédrale, etc. N’empêche que Cézanne est magnifique. Nous avons visité son atelier, nous sommes allés au "Terrain des peintres", là où il plaçait son chevalet pour peindre la soixantaine de versions qu’il a laissées de la Montagne Sainte-Victoire. La photo du milieu montre l'une des reproductions placées sur le site, la dernière mavision à ce moment-là. Et puis, le jeudi soir, se prolonge jusqu’à 23h une excellente exposition temporaire, Cézanne et Picasso. Picasso admirait au plus haut point le Maître, il a acquis quelques unes de ses toiles, et l’exposition montre, par juxtaposition d’œuvres provenant de divers musées au monde, l’extraordinaire influence de l’un sur l’autre.

 

J’ai aussi envie de montrer ce centre d’esthétique, place des Prêcheurs, qui porte le nom de Rose du Perier (c'est écrit en-dessous en plus petit, hélas illisible sur cette photo en réduction) et qui, de toute évidence, fait référence à Malherbe. J’ai raconté à Natacha, qui ne la connaissait pas, l’anecdote de ce vers de la Consolation à du Périer, où Malherbe avait écrit "Rosette" avec des T mal formés, comme des L, avec la barre flottant haut au-dessus, ce que l’imprimeur a interprété comme ELLE, attribuant ainsi à Malherbe l’un des plus beaux vers de la langue française :

        Et, rose, elle a vécu ce que vivent les roses,

                L'espace d'un matin.

au lieu de Et Rosette a vécu ce que vivent les roses, beaucoup plus commun.

 

À part cela la ville est très belle et très attachante. Quelle animation ! Quelle vie ! Toutes ces fontaines, rafraîchissantes, qui justifient ô combien, ce nom d’Aix, aquas en latin, "les Eaux". Et toutes ces ruelles tortueuses. Évidemment, il n’est pas question de s’aventurer en ville avec le camping-car.


 

Je termine par quelques photos en ville, la troisième étant celle du roi René (pas celui du château d’Angers, mais celui de Provence, roi de Jérusalem et de Sicile, comme dit en latin le texte gravé sous sa statue). Rien sur la cathédrale Saint-Sauveur et son célèbre triptyque du Buisson Ardent de Nicolas Froment ? Eh bien non, pas aujourd’hui, parce que la visite de l’atelier de Cézanne était sur rendez-vous, pour nous c’était à 16h30, et nous comptions nous y rendre avant le rendez-vous de 20h pour l’exposition Cézanne et Picasso, mais lorsque nous sommes redescendus du "Terrain des peintres" nous nous sommes heurtés –à 18h11– à un portail fermé depuis quelques minutes. Hé bien puisque nous avons décidé de passer une seconde nuit sur place, ce sera pour demain matin avant de descendre sur Marseille.

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche