Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2009 3 07 /10 /octobre /2009 21:48

Le GPS, auquel au départ de l’hôtel à Saint-Isidore j’ai demandé Eze sur la Moyenne Corniche, nous y a menés par ce qui est sans doute le chemin le plus court, une minuscule route qui grimpe selon une pente extrêmement forte, avec des virages très aigus, jusqu’à la Grande Corniche, pour redescendre ensuite sur la Moyenne Corniche au niveau d’Eze. Nous faisons une longue halte sur une plate-forme de stationnement panoramique. À quelque distance, sur un promontoire dans les bois, une table d’orientation nous informe que la longue presqu’île juste en face est celle de Saint-Jean-Cap-Ferrat. Sous le fort soleil, elle nous apparaît dans une sorte de brume alors que le temps est très clair.

 

Sur notre gauche, nous apercevons Beaulieu. En poursuivant le chemin dans la pinède, on découvre le port de plaisance de Beaulieu, bien abrité par une longue digue. C’est vraiment un paysage somptueux. On ne va pas y rester toute la journée, parce que nous avons d’autres projets, mais nous en prenons plein les yeux. D’ailleurs, tout au long de la route, des échappées sur la mer continuent de nous éblouir. Nous craignons bien de ne pouvoir nous arrêter à Roquebrune, pour des raisons de stationnement, bien sûr. En fait, par chance, juste avant l’entrée du village, à moins de trente mètres indiquant un accès interdit aux camping-cars, deux places sont libres, c’est ce qu’il me faut pour mes sept mètres de long. Nous allons monter à pied jusqu’au château, tout là-haut.

 

D’une plate-forme au bord de la falaise, on a une belle vue sur la côte. Notamment, ci-dessus, entre les deux pointes c’est Monaco. On distingue, au sommet le plus proche, un énorme bâtiment destiné à exploiter au maximum la surface au sol de cette minuscule principauté. Le village, comme tant d’autres sur la côte, est fait d’escaliers, de ruelles enchevêtrées, d’arches, etc. C’est splendide. Une plaque indique une maison, au bas d’escaliers qui descendent au fond d’une impasse obscure, où a vécu Romain Gary de 1950 à 1957. Et puis à l’entrée de la ville on peut voir une statue de femme réalisée par une certaine Anna Chromy, ce qui semble un nom polonais, et intitulée La France triomphante. C’est peut-être un peu exubérant, mais j’aime bien. Alors j’en montre ici la photo, malgré ces barrières horribles placées là pour je ne sais quelle raison. Je les aurais bien déplacées le temps de la photo, mais elles sont fixées avec du fil de fer. Je n’irai quand même pas jusqu’à m’armer d’une pince coupante.

 

 

Enfin, nous arrivons à Menton, bloquée par des embouteillages terribles, sans doute dus au retour de week-end. Et la réception du camping de Menton ferme à 18h30. Frayeur. Mais nous arrivons juste, juste à temps par une toute petite route en très forte pente et à virages en épingle à cheveux, encore pires que ceux de ce matin. Le camping est tout là-haut, étagé sur des terrasses : pour aller aux sanitaires, on descend 26 marches sur des zig-zags (ma manie de compter), puis on suit un long plan incliné.

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche