Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juillet 2010 6 24 /07 /juillet /2010 00:45

534a Baia

 

 

Hier, dans l’île d’Ischia, nous avons visité un château aragonais, c’est-à-dire du temps où les rois d’Aragon régnaient sur Naples et le sud de l’Italie. Or dans les Champs Phlégréens, non loin de notre volcan Solfatara et de Pouzzoles, à Baia, un autre château aragonais est offert à la visite. Le lundi, comme la plupart des musées et monuments touristiques en Italie, il est fermé à la visite, mais peu importe : nous allons reconnaître les lieux, voir la ville. Cela a beau être proche, nous devons changer de bus et le trajet est long, en zigzag de village en village comme un car de ramassage scolaire dans la campagne française. Surtout, au retour, nous attendrons la correspondance pendant pas loin d’une heure. Heureusement il fait beau, parce qu’il n’y a pas d’abribus ni porche à proximité. Pas de siège non plus, bien sûr.

 

Nous passons en bus devant l’entrée du château mais ne descendons pas puisqu’il est fermé et préférons nous promener entre les beaux yachts sur le port de plaisance.

 

 

534b Baia 

Intéressants aussi les petits chantiers navals qui manœuvrent les bateaux finis pour les mettre à la mer. Ici, on ne fabrique pas de paquebots, de pétroliers, de cargos de fret, de bateaux de pêche. Les dimensions sont plus réduites, néanmoins il y a aussi plus gros que cette petite vedette, mais malheureusement nous ne les verrons pas manœuvrer.

 

534c Baia

 

534d Baia

 

Baia est une ville antique fondée par les Grecs, récupérée par les Romains. Son climat agréable, sa proximité des inhalations du Solfatara, ses sources thermales ont incité les Romains les plus fortunés, parmi lesquels tout naturellement les empereurs, à s’y faire édifier de luxueuses villas. En outre, la ville était dotée d’établissements d’hydrothérapie, parmi lesquels celui dont on voit ici une voûte en coupole gigantesque, plus de 21 mètres de diamètre, le plus vaste ensemble de ce type dans tout l’empire.

 

Et puis nous avons vu que les Champs Phlégréens étaient une zone d’activité volcanique et sismique intense et continue, où un phénomène appelé le bradyséisme fait varier le niveau du sol, montant ou descendant au cours des temps et au gré des masses en fusion dans les entrailles de la terre. Ici, le sol s’est affaissé, les riches villas ont sombré sous le niveau de la mer, qui les a recouvertes. Elles existent toujours. C’est Baia Sommersa, la Baia submergée. Des plongées sont organisées pour aller voir à plusieurs mètres de profondeur le port romain, des villas, des thermes engloutis. Je serais bien allé y jeter un coup d’œil, mais Natacha n’a aucune vocation de plongeuse et elle me trouve trop vieux pour m’initier à la plongée sous-marine, elle se voit déjà veuve et refuse cette perspective. C’est plutôt flatteur pour moi, aussi pour lui épargner mon deuil dès aujourd’hui et pour éviter une scène de ménage je me passerai de branchies, d’écailles et de queue de dauphin et resterai sur mes deux pieds avec mes poumons humains.

 

Et nous rentrons avec l’idée que demain, connaissant les numéros de bus et les temps de trajet, nous reviendrons pour visiter le château.

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche