Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 00:11

660a1 Brindisi, monument à la marine

 

Nous voici de retour à Brindisi pour les tout derniers jours avant notre embarquement vers la Grèce. Brindisi est le seul grand port naturel de la côte des Pouilles, grâce à ce golfe profond qui ferait presque penser que l’on est au bord d’un fleuve, car on est sur une rive et on voit à très faible distance une autre rive, on voit certes la mer à droite, mais à gauche un coude empêche de se rendre compte que le plan d’eau se termine. Et sur l’autre rive, un grand monument blanc se dresse haut dans le ciel, c’est le monument à la Marine élevé en 1933, à l’époque de la grandeur voulue par le régime fasciste.

 

660a2 Brindisi, monument à la marine 

Quoique nous soyons encore sur la rive de la ville, j’anticipe en montrant la plaque fixée sur l’édifice : “Gloire aux marins de la nouvelle Italie qui, audacieux, ont affronté la mort parce qu’en se relevant la patrie s’est encore affirmée vainqueur sur les mers le 4 novembre 1933 sous le règne de Victor Emmanuel III”.

 

660b traversée d'une rive à l'autre à Brindisi 

On peut certes faire à pied le tour pour une dizaine de kilomètres aller et retour, ou aller en voiture, mais pour une somme très modique on peut aussi prendre la vedette qui sans cesse fait la traversée. C’est plus rapide, c’est amusant et c’est infiniment plus écologique parce que la pollution rejetée par ce seul bateau est bien inférieure à celle qu’auraient produite les multiples véhicules des passagers.

 

660c Brindisi 

Nous arrivons bientôt sur l’autre rive. De là on a une vue plus globale de la ville. Puis nous débarquons et nous nous rendons à quelques centaines de mètres au pied du monument.

 

660d1 Brindisi 

660d2 Brindisi

 

Il est possible de monter jusqu’au sommet, d’où l’on a une vue merveilleuse sur la ville et sur la mer à trois cent soixante degrés. Nous sommes allés un peu tard parce que la lumière est plus flatteuse quand le soleil décline. En regardant vers la droite, on voit le côté du château où l’on n’a pas accès parce qu’il est occupé par les services de la Marine Nationale, et les bateaux de guerre ancrés devant. Vers la gauche, c’est le centre ville, puis le port.

 

660e Brindisi, monument à la marine, tape de bouche améri 

En redescendant par l’escalier, nous pouvons apprécier des gravures sur les murs, représentant des navires étrangers d’armées amies qui ont été accueillis dans ce port, des manifestations, etc. Et à chaque étage, il y a une salle d’exposition montrant fanions et objets divers. Entre autres, il y a une belle collection de tapes de bouche. Autrefois, afin que l’eau de pluie ou des embruns ne pénètrent pas dans le fût des canons, dont la gueule qui devait cracher des boulets était large, on protégeait l’intérieur en fermant l’ouverture, la bouche du canon, avec un disque de métal appelé tape (en espagnol, una tapa, en italien un tappo est un couvercle, un bouchon). Aujourd’hui, on crée des tapes de bouche qui sont à la dimension des canons d’autrefois, parce qu’elles sont sans utilité matérielle, mais qu’elles représentent le bâtiment aux armes duquel elles sont frappées, et font l’objet de cadeaux offerts aux visiteurs de marque ou aux commandants des ports qui les accueillent. Cette tape provient d’un navire américain, l’USS Goodrich.

 

660f Brindisi, monument à la marine 

Redescendus, nous profitons du temps doux et de la belle lumière pour nous promener sur l’esplanade du monument ainsi que dans les jardins qui s’étendent à ses pieds. Comme en tout lieu qui évoque l’armée, celle d’aujourd’hui comme celles du passé, il y a des canons qui jouent un rôle signifiant en même temps que décoratif.

 

660g Brindisi 

Le soir tombe, les lumières de la ville s’allument, nous reprenons le bateau pour gagner la rive où nous attend le camping-car, au bord du quai, là où nous allons passer la nuit dans un site de choix. Du bateau qui nous ramène, on a cette vue intéressante sur la cité d’où émerge la colonne romaine qui célèbre la ville où s'achève la via Appia nouvelle, ou via Trajana.

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche