Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 02:34

506a Naples, Galleria Umberto I

 

506b Naples, Galleria Umberto I

 

Nous allons nous promener dans la Naples monumentale. C’est d’abord, tout près du Palazzo Reale (que nous avons l’intention de visiter), la galerie commerciale chic créée en 1890 appelée du nom du roi Galleria Umberto I. Elle est en forme de croix, et l’une de ses quatre issues donne juste en face du célèbre théâtre San Carlo. Les boutiques y sont élégantes, mais ne vont pas jusqu’au luxe de la galerie Victor Emmanuel II de Milan. D’ailleurs, à Milan, dans cette galerie on boit un Coca-Cola pour le prix d’une coupe de bon champagne à Paris sur les Champs-Élysées, tandis qu’à Naples le prix est le même qu’ailleurs en ville, les tables sont en plastique sans nappe et le service n’est pas prétentieux. Cela n’empêche pas la galerie d’être sympa.

 

506c Napoli, Galleria Umberto I

 

506d Naples, Galleria Umberto I

 

Lorsqu’il fait jour (et c’est le cas de l’ouverture à la fermeture, en été), la galerie est éclairée par la lumière naturelle, car le plafond est une immense verrière aux fines armatures métalliques. Au centre, au point de rencontre des bras de la croix, les verrières viennent buter sur une autre verrière, en dôme circulaire. Le tout est à une hauteur vertigineuse, qui donne une réelle impression d’espace.

 

506e Napoli, Galleria Umberto I

 

Le sol est en mosaïque, et sous la coupole il représente les douze signes du zodiaque.

 

506f Naples, Panneau international

 

Cette photo n’est pas à proprement parler en rapport avec un haut lieu touristique. Mais je la publie ici parce que, voyant ce panneau non loin de la sortie de cette galerie, je trouve amusant que ce lieu soit indiqué dans toutes ces langues. Je ne peux vérifier la correction de l’expression en coréen ou en japonais, pas plus qu’en turc ou en danois. Mais je suis étonné parce que je n’ai jamais rencontré de panonceau "inodoro" en Espagne. Il est vrai que lorsque je vais dans ce pays ce n’est pas pour y traquer cette indication. Et une autre raison qui m’a fait prendre cette photo, c’est qu’il est bien rare que la Biélorussie de Natacha soit représentée, et là au contraire elle n’a pas été oubliée, elle est placée en plein centre (c’est le drapeau à deux bandes horizontales, large rouge et étroite verte, avec sur le côté gauche une bande verticale de broderie rouge).

 

506g1 Naples, palais royal

 

Nous arrivons au palais royal. Nous reviendrons le visiter bientôt (en principe, il est inscrit sur nos tablettes pour demain), aujourd’hui nous nous contentons de l’extérieur. Mais…tout là-haut, cela a beau être bien petit sur ma photo, on voit cependant que quelqu’un a ouvert le battant d’une fenêtre.

 

506g2 Naples, palais royal

 

Et voilà que quelqu’un sort sur le balcon. Qui peut ainsi sortir sur le balcon du palais royal et se permettre d’allumer une cigarette en public ? C’est… oui, sûr, c’est la reine… Vive la reine ! Vive la reine !

 

506h1 Naples, le port

 

(Nota bene : je pense que je suis tombé sur des carabiniers révolutionnaires anti monarchistes, parce qu’ils m’ont embarqué. J’achève cet article dans un cachot sombre et humide du Castel Sant’Elmo devant ma cruche d'eau et mon quignon de pain dur que je dispute aux rats). Jetons un coup d’œil sur le port. J’aime les ports parce que j’aime voir la mer, d’abord, mais aussi parce qu’il y a toujours de l’animation, et surtout peut-être pour la même raison qui poussait Gilbert Bécaud à aller "Dimanche à Orly, On voit s’envoler des avions pour tous les pays, tout l’après-midi, y a de quoi rêver". Et ici c’est la même chose, il y a les navettes pour les îles proches et aussi des paquebots et des cargos qui vont bien plus loin. Sans compter que nous avons en outre, en toile de fond, notre majestueux Vésuve qui joue avec les nuages, tantôt s’en coiffant, tantôt les enroulant à ses pieds, tantôt les regardant passer loin au-dessus de sa tête.

 

506h2 Naples, le port

 

Tiens, quand je dis qu’il y a des bateaux de tous les pays… celui-ci, ce géant, est un paquebot de croisière nommé ASUKA II, et son port d’attache est Yokohama. Non, ce n’est pas une banlieue de Naples. Et oui, cela fait rêver. Par où est-il passé ? A-t-il traversé le Pacifique vers les États-Unis, Panama, et puis Tanger et le détroit de Gibraltar ? Ou est-il parti vers l’ouest, passant au sud de l’Inde, puis remontant par la Mer Rouge vers le canal de Suez ? Avec une variante en faisant le grand détour du Cap de Bonne-Espérance et en rejoignant Tanger ? La croisière est-elle un tour du monde ? Longtemps nous restons en contemplation et en rêves. Natacha se moque bien des itinéraires et de la géographie, mais elle est aussi fascinée que moi par ce paquebot et par son origine (et plus que moi elle rêve du Japon).

 

506h3 Naples, le port

 

Infiniment moins exotique, certes, mais attirant quand même, le spectacle de l’arrivée de la navette de Capri. Accostage, hélice qui brasse l’eau, débarquement des passagers, cela nous retient un moment. Puis nous retournons un instant au navire japonais avant de rentrer à Pompéi.

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche