Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juillet 2011 2 05 /07 /juillet /2011 22:19
Dimanche nous avons vu le temple d’Apollon à Vassès (Bassæ), le pont byzantin de Karytaina, Megalopoli. Puis nous avons regagné Tripoli, le nœud du fuseau des deux routes est-ouest, où nous avons passé la nuit. Voici ce dont je vais parler dans le présent article : lundi 2 mai, nous regagnons la côte est du Péloponnèse. Peu avant d’arriver sur la côte, nous faisons une halte devant des ruines romaines, à Eva, et nous pique-niquons sur place sous les oliviers. Nous passons la nuit face à la mer près de Leonidio. Mardi 3 mai nous faisons un petit tour dans Leonidio, faisons une halte à Kosmas, jetons un coup d’œil à Geronthrai et arrivons face à l’île de Monemvasia, à Gefyra, où nous passons la nuit, les roues à 70 centimètres de l’eau, avec une vue splendide sur Monemvasia, cette île étant le sujet de mon prochain article.
 
705a1 Eva, villa d'Hérode Atticus
 
705a2 Eva, villa d'Hérode Atticus
 
Nous sommes à Eva. Ici, Hérode Atticus et sa femme Regilla se sont fait construire une somptueuse villa. J’ai si souvent parlé de ce sophiste athénien et de sa femme prêtresse de Déméter à Olympie que je ne reviens pas dessus. Sur la première photo ci-dessus on voit l’olivier de notre pique-nique et on aperçoit Natacha repliant la couverture. On l’aperçoit seulement, parce qu’elle refuse presque toujours à la publication les photos d’elle. Le panneau bleu, d’un modèle que l’on retrouve partout en Grèce, informe que l’Union Européenne finance 80% des 4.298.000 Euros nécessaires à la présentation des fouilles des ruines dans un musée.
 
705b1 Eva, villa d'Hérode Atticus
 
705b2 Eva, villa d'Hérode Atticus
 
705b3 Eva, villa d'Hérode Atticus
 
En attendant, le musée n’est pas construit (pourtant le programme de financement était sur la période 2000-2006) et les ruines sont enfermées, avec le chantier du musée, derrière une clôture en grillage. Mais je pense qu’il y a un espoir que les travaux se poursuivent parce qu’il y a sur le chantier une grue et beaucoup de matériel. Il paraît que sur demande au musée d’Astros, quelques kilomètres plus loin, on peut être autorisé à visiter, mais n’ayant pas fait de demande préalable il est évident que nous ne pouvons pas nous pointer devant le musée, tambouriner à la porte parce qu’aujourd’hui lundi il est fermé, même à cette heure-ci (vers 13h), nous faire accompagner pour ouvrir la grille… Il paraît, aussi, que sculptures et mosaïques ont été transférées dans ce même musée. Dommage, nous ne les verrons pas. Nous continuons notre route.
 
705c Sambatiki
 
Après avoir parcouru un nombre de kilomètres qui nous paraît raisonnable, voyant un parking en bord de route, mais profond et bien garni d’arbres pour l’ombrager mais aussi pour l’isoler du trafic, au bord de la falaise qui surplombe la mer, nous décidons de nous arrêter pour passer la nuit et profiter du paysage. Mardi 3 mai. À peine sommes-nous repartis que nous sommes (moralement) contraints de nous arrêter pour faire une photo de Sambatiki, une plage et un petit port très protégés avec un môle qui se referme en colimaçon. On voit, à l’arrière-plan, la mer vers le large. Les eaux sont transparentes et d’un bleu profond. C’est superbe.
 
705d1 Leonidio
 
705d2 Leonidio
 
705d3 Leonidio
 
Encore quelques kilomètres, et nous voilà à Leonidio. Je triche un peu avec l’ordre de mes photos parce que cette tour, du pied de laquelle j’ai pris le panorama de la ville (première photo), se trouve en sortie d’agglomération. Mais il m’a semblé nécessaire de commencer par une vue globale. On peut apprécier le site, une haute falaise rouge sur la gauche, une rivière sèche au milieu, la mer dans le fond. Quant à cette vieille tour, je n’en connais pas l’âge, mais elle est typique et très ancienne.
 
705d4 Leonidio
 
705d5a Leonidio
 
705d5b Leonidio
 
La petite ville elle-même est sympathique et on y trouve des vestiges de son passé, comme ce soubassement datant du haut Moyen-Âge (première photo) ou cette maison forte sarrasine du douzième siècle (photos 2 et 3).
 
705e1 Entre Leonidio et Elona
 
705e2 Entre Leonidio et Elona
 
Après nous être promenés en ville nous avons repris notre camping-car et avons poursuivi notre route. Les paysages que l’on traverse en ce sud-est du Péloponnèse sont grandioses et désolés. Longtemps nous suivons cette rivière sèche sur les bords de laquelle est construite la ville de Leonidio, en nous élevant progressivement sur la rive de la profonde vallée.
 
705f Monastère d'Elona
 
Plus loin, nouvelle halte. Là-haut, tenant on ne sait comment au flanc abrupt d’une gigantesque falaise, quelque chose de blanc nous semble être une construction. Non loin de nous, un homme attend que l’on vienne dépanner son camion, je lui dis quelques mots mais n’ayant aucune langue en commun nous avons du mal à communiquer. Toutefois, sans construire de phrase, avec des mots isolés, on peut se comprendre (j’ai en main mon petit dictionnaire). C’est ainsi qu’il m’apprend que ce bâtiment est le monastère d’Elona. En divers endroits, en Italie et en Grèce, nous avons vu des copies d’une icône précieuse dont l’original est conservé ici, c’est un portrait de la Sainte Vierge que l’on dit avoir été peint d’après nature par l’évangéliste saint Luc. Si c’est vrai, c’est un document exceptionnel, et pourtant nous ne nous rendrons pas dans ce monastère.
 
705g1 du côté de Kosmas
 
705g2 Kosmas
 
En effet, lorsque nous arrivons devant l’embranchement, nous découvrons une petite route très étroite, très mauvaise, et Natacha craint qu’avec un engin encombrant nous ne parvenions pas à destination, ou qu’au sommet nous ne puissions pas faire demi-tour. Quant à monter à pied, cela lui paraît loin, haut, dur. Très bien, nous renonçons, et traversons des paysages toujours aussi grandioses et impressionnants avant d’arriver à Kosmas, petite ville sympathique. Nous y faisons quelques pas, mais notre halte ne dure guère plus d’une demi-heure cependant.
 
705h1 Dans la montagne, au sud-est du Péloponnèse
 
705h2 Dans la montagne, au sud-est du Péloponnèse
 
Montagnes aiguës ou croupes arrondies, végétation rase ou forêts denses, nous traversons toutes sortes de paysages. Je ne peux tout montrer. Néanmoins je publie ces deux photos, pour montrer la riche flore de ces montagnes et ce tapis de coquelicots dans une oliveraie. Je sais bien que le coquelicot est toujours d’un rouge éclatant, mais jamais je n’en ai vu d’un rouge aussi intense que dans cette région.
 
705i1 Acropole de Geronthrai antique
 
705i2 Acropole de Geronthrai antique
 
Encore une halte devant cette acropole de Geronthrai. Mon Guide Vert Michelin n’en parle pas. Ce n’est qu’en voyant les panneaux qui en indiquent la direction que nous en apprenons l’existence. Certes je savais que cette Geronthrai, vieille ville mycénienne remontant aux alentours de 1800 avant Jésus-Christ, s’était protégée derrière des murs cyclopéens et que lors de l’arrivée des Doriens qui au onzième siècle ont anéanti cette civilisation mycénienne et ont plongé la Grèce dans un long moyen-âge, ces Doriens qui étaient là en 1024 et se sont installés sur le site de Sparte, Geronthrai leur a résisté pendant trois cents ans, mais je n’avais vu nulle part qu’il en restait des vestiges et j’ignorais même que notre route passait à proximité de son acropole. Par ailleurs, en dehors des panneaux indicateurs "Acropolis of Ancient Geronthrae", rien ne dit ce qu’est cette ville, mycénienne, classique, romaine, byzantine, turque… Heureusement, j’ai quelques souvenirs d’histoire. Nous montons, mais la grille est fermée. À cette heure, c’est normal (il est plus de 17 heures), mais nous ignorons si, aux heures normales d’ouverture des sites en Grèce, soit entre 8h30 et 15h, la visite est prévue. Tant pis, nous redescendons et nous nous contenterons des vues d’en bas.
 
Nous franchissons Geraki et arrivons dans la petite ville de Gefyra à laquelle une digue relie l’île de Monemvasia, spectaculaire montagne abrupte jetée dans la mer, objet de notre prochaine visite et de mon prochain article. Nous nous garons sur un grand parking de Gefyra, quasiment les roues dans l’eau comme je le disais au début, avec une vue splendide et prometteuse d’une visite de choc.

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche