Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mai 2014 5 16 /05 /mai /2014 09:00

 

877a1 sur le parvis de Santralistanbul

 

Nous nous rendons aujourd’hui dans un quartier excentré d’Istanbul. Partant de la place Taksim, une navette gratuite est prévue, car sur ce site impressionnant sont établis des bâtiments universitaires. Impressionnant, parce que, selon une très judicieuse mode suivie par plusieurs pays, des bâtiments industriels anciens et classés sont dévolus à des usages modernes, ici l’université et un musée scientifique. C’est Santralistanbul. En lisant le nom, orthographié à la turque, on comprend qu’il s’agit d’une ancienne centrale électrique. Sur le parvis, cette sculpture qui évoque une turbine annonce la couleur.

 

877a2 bâtiments de Santralistanbul rénovés

 

877a3 Santralistanbul, jeux de lumière sur la façade

 

Vus de l’extérieur, les bâtiments ne peuvent renier leurs origines industrielles. Nous sommes venus ici l’après-midi, et avons passé pas mal de temps à visiter. Aussi, en ce début de novembre la nuit était-elle tombée lorsque nous sommes ressortis le soir. Cela nous a permis d’apprécier les jeux de lumière sur la façade.

 

877a4 exposition à l'université d'Istanbul

 

“Je ne suis pas sans faille (reproche)” dit, selon mon traducteur, la première ligne de cette affiche. Autrement dit, une autre façon d’exprimer le gros titre en anglais, Imperfection. Il s’agit, en effet, d’une exposition temporaire d’art contemporain au musée de la Centrale, présentée par “Bilgi üniversitesi - Doğü akdenız üniversitesi”, ce qui veut dire “Université de l’information - Université de la Méditerranée orientale”.

 

877a5 musée Santralistanbul, le bar restaurant

 

Commençons notre visite au bar restaurant pour un petit en-cas. L’endroit est aussi original que l’on pouvait s’y attendre, mettant à profit l’ampleur d’un ancien local technique qui a été entièrement modernisé en lui laissant son caractère.

 

877b1 l'ancienne centrale électrique d'Istanbul

 

877b2 l'ancienne centrale électrique d'Istanbul

 

877b3 l'ancienne centrale électrique d'Istanbul

 

877b4 salle de contrôle, ancienne centrale électrique d'I

 

Nombre d’endroits n’étaient pas utilisables comme musée, et certains équipements méritaient d’être conservés comme témoins de la technologie d’une époque. Ainsi, il est intéressant de pouvoir se promener dans les salles de machines ou dans la salle de contrôle et de commande.

 

877b5 l'ancienne centrale électrique d'Istanbul

 

En revanche, sur les côtés bien éclairés ou dans les couloirs de circulation, des espaces dégagés et vides s’offrent pour un autre usage. C’est là que s’est installé un musée des techniques de l’électricité présenté de façon ludique.

 

877b6 musée Santralistanbul, la sphère plasma

 

Deux exemples de ce que propose ce musée. Ci-dessus, la sphère plasma. Un panneau explique d’abord qu’à côté des états solide, liquide et gazeux de la matière, le quatrième état est le plasma. Si, par haute température, haut voltage ou haute pression appliqués à une matière gazeuse on désolidarise les électrons de leur atome, on obtient le plasma, ou gaz ionisé. Ici, dans un globe rempli de néon et d’argon à basse pression, on fait passer un courant électrique de fort voltage entre des électrodes, les ions et les électrons se libèrent. On est invité à poser la main en un point quelconque du globe. Cela crée un champ électrique entre l’électrode et le point touché, et le plasma s’aligne automatiquement le long de ce champ, et décharge son électricité comme sur une mise à la terre. D’où des étincelles bleues aussi surprenantes qu’esthétiques. N’étant pas suffisamment savant en physique, je me contente ici de traduire ce qu’ont écrit des gens que je suppose spécialistes, en espérant qu’ils ne m’ont pas soufflé d’âneries…

 

877b7 musée Santralistanbul, sculpture magnétique

 

L’autre expérience que j’ai sélectionnée comporte une cuvette et, au fond, toute une collection de rondelles de fer en principe non magnétiques. Mais si on en place une sur l’aimant, au centre, elle se trouve temporairement magnétisée, et constitue donc alors elle-même un aimant. On peut dès lors, en ajoutant des rondelles, et en façonnant leur masse compacte et solidaire, créer des sculptures magnétiques. D’accord, ma sculpture ci-dessus n’est pas merveilleusement artistique, mais avec du goût et du temps, et si l’on est habile, on peut créer des formes intéressantes.

 

877c1 ''Out of Stress'', université Bilgi, Istanbul

 

Il y a de très nombreuses expériences amusantes et instructives. Chacun, selon son âge, peut y trouver son compte, car dès lors qu’il n’est plus un bébé, tout enfant peut jouer avec les appareils, tandis que l’adolescent y retrouvera ses cours du lycée et que l’adulte, selon le cas, s’instruira ou confirmera ses connaissances. Mais venons-en à l’exposition temporaire Imperfection annoncée à l’extérieur par cette affiche représentant une grosse mouche. Les artistes ont joué avec la matière, comme ici avec cette série de gobelets de plus en plus déformés. L’œuvre s’intitule Out of stress.

 

877c2 projet d'urbanisme Istanbul 2020

 

La candidature d’Istanbul pour les Jeux Olympiques de 2020 est ici le prétexte à une réflexion sur l’urbanisme. Certes, on peut partir d’un plan d’urbanisme idéalement pensé pour les J.O., mais depuis cinquante ans Istanbul n’a pas géré sa croissance démesurée et la ville s’est développée au hasard. Par ailleurs, l’exemple d’Athènes pour les J.O. de 2004 a montré que des infrastructures non pensées dans leur devenir avaient entraîné des coûts faramineux. C’est ainsi que l’on se rattache au thème de l’imperfection, qui est celle de la ville telle qu’elle est et à partir de laquelle il convient de rechercher des solutions permettant, en même temps, d’améliorer les conditions de vie des plus défavorisés. Beaucoup des grands ensembles construits toutes ces dernières années sont éloignés de la mer et ne comportent aucun des équipements considérés comme basiques, à savoir espaces verts, équipements sportifs, théâtres, galeries. Un concours ouvert en 2006 a été gagné par Zaha Hadid Architects.

 

877c3 ''Viens pleurer par mes yeux'' par Kemal Önsoy

 

Encore une œuvre d’art avant de clore cet article. Cette grande sculpture de 2001-2007 reposant sur le sol du rez-de-chaussée et montant jusqu’à la toiture s’intitule Gel Gözlerimden Ağla (Viens pleurer par mes yeux). Elle est signée Kemal Önsoy.

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche