Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2014 3 26 /03 /mars /2014 09:00

860a1 mosquée Selimiye d'Edirne

 

    860a2 Edirne, mosquée de Selim

 

La mosquée de Selim –Selimiye Camii–, que l’on aperçoit de partout avec ses quatre grands minarets qui s’élèvent à 70,89 mètres (les tours de Notre-Dame de Paris ne font “que” 69 mètres), est une œuvre de ce très grand architecte Mimar Sinan dont j’ai largement parlé dans mon article “Edirne dans l’histoire. Du 10 au 16 octobre 2012”. Né en 1489, il était âgé de 79 ans lorsqu’en 1568 il s’est attaqué à cet extraordinaire monument. Cette mosquée qu’il considérait comme son chef d’œuvre est classée au patrimoine de l’humanité par l’UNESCO. “Parce que le sultan Selim khan, écrit-il, qui avec bonheur a accédé au trône, aimait beaucoup Edirne, il décida qu’une mosquée devrait y être construite, que ce serait une mosquée qui ne ressemblerait à aucune autre. Son humble serviteur a dessiné les plans d’une mosquée imposante, digne de l’attention de la population d’Edirne”. Et en effet, par sa taille et par son extraordinaire perfection technique, ce bâtiment est un chef d’œuvre, sans doute LE chef d’œuvre de l’art ottoman et prend place dans l’histoire de l’architecture.

 

    860a3 Edirne, Selimiye Camii

 

    860a4 Selimiye Camii, Edirne 

 

J’ai cité les presque 71 mètres de haut des minarets, mais nulle part je n’ai trouvé à quelle hauteur se situait le plus élevé des balcons. Cela, afin d’avoir une pensée pour le muezzin obligé d’y accéder sans ascenseur, cinq fois par jour, et pendant tous ces siècles où il ne pouvait être remplacé, comme aujourd’hui, par de puissants haut-parleurs.

 

    860b1 vers la mosquée de Selim, à Edirne 

 

    860b2 vers la cour de la mosquée de Selim, à Edirne 

 

Il ne s’agissait pas seulement d’une mosquée, mais d’un vaste complexe (Selimiye külliyesi) avec ses medrese ou écoles coraniques, son bazar, un hospice, un hôpital, etc. Nous avons visité –voir mes articles précédents– des musées installés dans ces dépendances. La première photo ci-dessus représente l’une des entrées dans l’enceinte générale du complexe, tandis que sur la seconde photo nous sommes déjà dans cette enceinte et nous dirigeons vers l’entrée principale de la mosquée proprement dite, entrée qui donne sur la cour.

 

    860b3 plan de la mosquée Selimiye (Edirne) 

 

Mais pour être plus clair à partir d’ici, j’ai récupéré un plan que j’ai élagué, puis coloré en rouge pour le bâtiment de la mosquée et en vert pour la cour qui la précède et à laquelle on accède par la porte ci-dessus, et j’ai ajouté quelques légendes indispensables.

 

    860c1 Cour de la Mosquée Selimiye, à Edirne 

 

    860c2 plafond du portique, cour de la Mosquée de Selim, Ed 

 

    860c3 plafond du portique, cour de la Mosquée de Selim, Ed

 

Nous sommes donc ici dans la cour de la mosquée, Comme le représente le plan, cette cour est entourée, selon la disposition traditionnelle, d’une galerie couverte de dômes multiples. La coupole de chacun de ces dômes est élégamment ornée de dessins qui sont tous différents.

 

    860c4 fontaine à ablutions, mosquée Selimiye, Edirne

 

Au centre de la cour, on trouve comme toujours la fontaine pour les ablutions rituelles. C’est un polygone dont j’ai oublié de compter les côtés, mais d’après ma photo je crois identifier un hexadécagone. De toutes façons, 16 côtés, un peu plus, un peu moins, c’est beaucoup, et sur chacun se trouve un robinet, afin de pouvoir accueillir de nombreux fidèles sans les obliger à faire trop longtemps la queue à l’heure des prières.

 

    860d1 la mosquée de Selim (Edirne) vue de l'entrée 

 

    860d2 mosquée Selimiye (Edirne) 

 

Ces deux photos sont prises dans la même direction. La première, depuis l’entrée. La seconde prise au grand angle (11 millimètres de focale, alors qu’avec cet appareil la focale dite normale est de 36 millimètres), afin de faire ressortir les dimensions exceptionnelles de l’édifice. L’obsession de Sinan, c’était de battre les architectes de Sainte-Sophie de Constantinople, Isidore de Milet et Anthémius de Tralles. Cette église chrétienne du sixième siècle (construite de 532 à 537) –à l’époque de Sinan convertie en mosquée, bien sûr– était exceptionnellement claire grâce à une voûte centrale inspirée du Panthéon de Rome (œuvre d’Apollodore de Damas), avec un diamètre de 30,85 mètres. Autre avantage, et de taille, par rapport aux autres mosquées de l’époque, où murs et colonnes bouchaient la vue du mihrab de beaucoup d’endroits, l’espace ainsi dégagé  permettait de le voir de n’importe quel point. En parvenant à ouvrir le diamètre de cette coupole à 31,25 mètres, Sinan battait le record.

 

Bravo. Mais un détail retient mon attention et m’intrigue. Nous avons deux guides réputés, nous avons acheté des livres sur la Selimiye, j’ai consulté de nombreux sites Internet. Tous, sans exception, insistent sur ce record. Il fallait donc que j’infirme mes souvenirs visuels du Panthéon de Rome, j’ai vérifié le diamètre de sa coupole. 43 mètres, et là aussi tous s’accordent. Sur un site, je lis “Avec plus de 18 siècles, sa coupole détient le record mondial de portée des voûtes”, quoiqu’un autre site dise que seule la coupole de Santa Maria del Fiore, à Florence –œuvre de Brunelleschi– l’ait surpassé. Mais cette coupole fait 41 mètres de diamètre. Le record de Sinan consiste-t-il dans la technique employée pour un tel diamètre ? Ou bien les auteurs, même qualifiés, disent-ils n’importe quoi ? En résumé :

– Rome, le Panthéon, 2e siècle, 43 mètres

– Constantinople, Sainte-Sophie, 6e siècle, 30,85 mètres

– Florence, Santa Maria del Fiore, 15e siècle, 41 mètres

– Edirne, mosquée Selimiye, 16e siècle, 31,25 mètres

 

    860d3 Selimiye Camii (Edirne)

 

Encore une photo prise du même point de vue, mais cette fois-ci en reprenant mon zoom habituel en focale 18 millimètres et d’un peu plus près, afin de montrer l’originalité du mihrab, cet emplacement dans le mur du fond orienté vers La Mecque et qui indique au fidèle la direction dans laquelle il doit se tourner. Ici, non seulement le mihrab est visible de partout grâce à cet immense espace dégagé entre les huit colonnes de l’octogone soutenant la coupole, mais comme dans les églises chrétiennes Sinan a eu l’idée de creuser une abside pour héberger le mihrab (voir sur le plan ci-dessus), de sorte que les fenêtres tout autour y créent une luminosité exceptionnelle.

 

    860d4 mosquée de Selim, par Mimar Sinan, à Edirne 

 

Cette vue prise de côté montre qu’une barrière coupe la mosquée en deux. L’entrée est à droite, la moitié gauche est réservée aux Musulmans qui viennent prier, même si l’on peut constater que beaucoup restent dans la moitié ouverte aux visiteurs. Je n’aurais pas voulu, moi non musulman, troubler les fidèles en enfreignant la règle, mais lors de l’un de nos passages la visite était possible.

 

    860d5 Mihrab de la Selimiye d'Edirne

 

    860d6 carrelages d'Iznik, mihrab de la Selimiye d'Edirne 

 

    860d7 carrelages d'Iznik dans la Selimiye d'Edirne 

 

Le voilà donc, ce mihrab lumineux, décoré de carrelages en céramique d’Iznik (d’abord un grand panneau latéral, ensuite le détail d’un encadrement de fenêtre). Cette ville d’Asie Mineure a produit les céramiques ottomanes les plus célèbres, et notamment des bleus inimitables. Quoique n’y connaissant rien (trois fois hélas), je sais que le bleu est une couleur très spéciale dont l’obtention de rares nuances est l’objet de secrets de fabrication, ici pour ces céramiques d’Iznik comme pour les fameux bleus de Chartres dans les vitraux de la cathédrale.

 

    860e1 Selimiye Camii, Edirne, la tribune du muezzin 

 

    860e2 mosquée de Selim, Edirne, la tribune du muezzin 

 

    860e3 mosquée de Selim, Edirne, la tribune du muezzin 

 

En plein centre de la moquées, sous le centre de la coupole, ce petit édifice que l’on voit sur toutes mes photos est la loge du muezzin, avec sa fontaine. La décoration en est raffinée. Et bien sûr, ce sont toujours des motifs floraux ou géométriques.

 

    860f1 le minbar, mosquée de Selim, Edirne 

 

    860f2 le minbar, Selimiye Camii, Edirne 

 

Autre élément travaillé avec un soin particulier, le minbar, à savoir la chaire d’où l’imam s’adresse aux fidèles. La sculpture de ses flancs est une incroyable dentelle de pierre.

 

    860g1 mosquée Selimiye (Edirne)

 

Encore quelques images. Nous l’avons vu, ici l’architecture et la décoration ne sont pas deux étapes successives de la réalisation de la mosquée, indépendantes l’une de l’autre, mais il s’agit d’une conception unique, intégrée. Ces arcs aux courbes harmonieuses sont eux aussi décorés des belles céramiques d’Iznik.

 

    860g2 Selimiye Camii (Edirne) 

 

    860g3 mosquée de Selim, par Mimar Sinan, à Edirne 

 

Et pour finir, ces peintures, une demi-coupole et la grande coupole centrale. En 1915, pendant la Première Guerre Mondiale, les Bulgares assiègent Edirne. Pour prendre la ville, ils multiplient les tirs d’obus, qui endommagent ou détruisent nombre de bâtiments, et le dôme de la mosquée de Selim est touché. Mais Sinan a su si bien concevoir l’édifice que même cet obus Bulgare ne cause que des dégâts mineurs. Le dôme reste en place. Quelques années après la guerre, lorsqu’Atatürk aura concentré le pouvoir entre ses mains, il interdira les travaux de réfection, de sorte que l’on peut voir aujourd’hui que presque rien n’a bougé dans cette merveilleuse mosquée du génial architecte qui n’a pas eu besoin de s’adresser à des bureaux d’études spécialisés puisque lui-même était un brillant ingénieur militaire, sachant allier la plus haute technique au plus grand art.

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

KaravaneSerail 11/01/2016 10:15

Bonjour,
Je découvre votre blog, c'est vraiment fouillé, félicitations !
Pour ceux qui aiment la céramique ottomane, vous pouvez visiter notre site qui en propose une sélection : https://www.karavaneserail.com/17-ceramiques-orientales-et-ottomanes
A bientôt

Marie Gaulis 29/09/2014 10:58

Cher Monsieur, bravo pour ces magnifiques images de de la splendide Selimiye, que j'ai découverte lors d'un voyage en 1988. Je n'y suis pas encore retourné, mais Eidrne reste un lieu pour moi très
important. Avez-vous des renseignements au sujet de l'hôpital où l'on soignait les malades mentaux avec de la musique soufie?

miriam 28/03/2014 14:42

Je vous suis avec toujours autant de plaisir, vous connaissez ma passion pour la céramique d'Iznik!

Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche