Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 09:00

858a une salle du musée islamique d'Edirne

 

Dans les anciennes dépendances de la mosquée Selimye, où se trouvaient plusieurs medrese (écoles supérieures coraniques), sont installés deux musées, le musée islamique objet du présent article, et le musée Vakif objet du prochain article. Comme on peut le voir, indépendamment de ce qui est exposé le cadre lui-même est intéressant.

 

858b1 livre islamique, miniatures

 

858b2 livre islamique

 

Il y a de très belles choses à voir, mais très souvent sans aucune explication. Par exemple, ce livre de miniatures, j’ignore ce qu’il représente. Le livre ouvert à une page de texte, j’ignore ce qu’il raconte, sourates du Coran ou histoires, et la plupart des Turcs ayant appris à lire après l’adoption de l’alphabet latin, ces textes leur sont aussi illisibles qu’à moi-même. En revanche, de grands panneaux en turc et en anglais donnent des commentaires généraux très intéressants. Par exemple, il est dit que le premier commandement d’Allah aux hommes dans le Coran est “lisez”, et ailleurs “je fais l’encrier témoin de la plume, et la plume témoin de ce qui est écrit par elle”. Certes, ayant eu dans ma carrière beaucoup d’élèves Musulmans, j’ai considéré qu’il était indispensable pour les comprendre de lire le Coran. Mais n’étant pas moi-même Musulman, j’ai beau me reporter de temps à autre à mon Coran, je suis loin de le connaître aussi bien que celui dont c’est la religion et qui en récite quotidiennement des passages. Et comme je pense que nombre des visiteurs étrangers, dont la plupart sont occidentaux ou extrême-orientaux, n’en savent pas beaucoup plus que moi, ces panneaux sont très utiles et très judicieux. Grâce à ces précisions, on comprend pourquoi les Turcs, une fois arrivés en Anatolie et convertis à l’Islam, ont donné tant d’importance à la calligraphie, en faisant le premier des arts.

 

  858c1 encrier, musée islamique d'Edirne

 

858c2 Encrier, musée islamique d'Edirne

 

858c3 matériel d'écriture, musée islamique d'Edirne

 

Dans ces conditions, il est logique que le musée présente le matériel du calligraphe (en turc, hattat) qui avait dû se soumettre à un apprentissage de trois à cinq ans, comme ces deux encriers et ces autres accessoires. Mais hormis le grand panneau il n’y a aucune indication de date, de provenance, d’usage. Une vitrine avec nombre d’objets mais pas un seul mot.

 

858d1 céramique ottomane, musée islamique d'Edirne

 

858d2 céramique ottomane, musée islamique d'Edirne

 

858d3 céramique ottomane, musée islamique d'Edirne

 

858d4 céramique ottomane, musée islamique d'Edirne

 

La céramique est l’un des arts qui ont atteint un haut degré de perfection dans l’Empire Ottoman. Les carrelages sont un élément essentiel du décor architectural, tant en intérieur qu’en extérieur, commençant de façon brillante à l’époque de la dynastie Seldjoukide (1037-1194), avec des bleus, des outremer, du noir, du blanc et parfois du doré. Dans ces débuts, malgré les impératifs de l’Islam, apparaissent de loin en loin des dessins d’humains ou d’animaux, mais le décor est essentiellement fait de fleurs et de feuillages. Chez les Ottomans s’ajoute le jaune aux couleurs des Seldjoukides. C’est à Iznik, en Asie Mineure, que l’on rencontre l’art le plus évolué, les carrelages étant envoyés dans tout l’Empire (ici à Edirne, le mihrab de la mosquée de Selim à laquelle je consacrerai un prochain article a été décoré de ces merveilleux carrelages d’Iznik dans la seconde moitié du seizième siècle). Là ce sont les fleurs de grenadier, de prunier, les roses, les tulipes, les jacinthes qui prédominent, avec intégration d’un remarquable rouge de corail et un vernis très brillant. Hélas, ici encore je peux admirer de superbes carrelages mais je dois me limiter à ces quelques généralités parce que, néophyte en la matière et en l’absence de toute indication, je ne suis pas capable de définir l’origine ni la date de chacun d’entre eux.

 

858e Mimar Sinan, musée islamique d'Edirne

 

Dans mon premier article sur Edirne, “Edirne dans l’histoire”, j’ai amplement parlé de Mimar Sinan, cet ingénieur militaire devenu architecte et qui a réalisé un nombre impressionnant de monuments remarquables au seizième siècle. Ce grand homme est représenté ici en mannequin habillé de vêtements authentiques.

 

858f1 hallebardes, musée islamique d'Edirne

 

858f2 pistolets turcs, musée islamique d'Edirne

 

858f3 pistolet ottoman

 

L’Empire Ottoman a dû sa grandeur à ses conquêtes. Il a d’abord occupé l’Asie Mineure, d’où il est parvenu à s’emparer de l’Empire Byzantin, puis il s’est étendu dans les Balkans, remontant jusqu’à Vienne. De l’autre côté de la Méditerranée, il régnait sur la Syrie et le Liban, la Palestine, l’Égypte et le Maghreb. On comprend dès lors l’importance des armes dans cette civilisation. Ci-dessus, des pistolets, mais aussi des hallebardes. Ces dernières, en forme de hache au bout d’un long manche, étaient des armes redoutables, surtout lorsque, comme celle du milieu sur ma photo, elles étaient en forme de double hache et qu’une pointe au milieu pouvait faire office de lance ou d’épée. Mais ce n’était pas qu’une arme de guerre, parce que lorsqu’un bienfaiteur voulait aider un pauvre derviche, il lui offrait une hallebarde et celui-ci la recevait en prononçant la formule appelée le takbir : “Allah akbar”, c’est-à-dire “Allah est le plus grand”. À travers villes, montagnes, déserts, le derviche s’en servait pour repousser les animaux ou pour se défendre.

 

858g1 femme d'Edirne, époque de l'Empire Ottoman

 

858g2 femme d'Edirne, époque de l'Empire Ottoman

 

Le musée présente aussi quelques mannequins en vêtements traditionnels locaux. C’est évidemment très intéressant, on peut comparer les modes des différents pays, des différentes régions, en fonction du climat, des occupations, des civilisations, à condition que des notices indiquent où, quand, par qui et en quelles circonstances ces vêtements ont été portés. Indications totalement absentes ici, hélas. Il existe bien un grand panneau bilingue turc-anglais parlant du vêtement des femmes ottomanes, mais tant le dessin qui accompagne le texte que la description des diverses pièces du vêtement ne correspondent pas du tout à ce que je vois sur les mannequins. Il semble que la description porte sur les femmes de l’aristocratie tandis que les mannequins sont des femmes de la campagne. Il semble… je ne saurais l’affirmer.

 

858g3 bracelet, musée islamique d'Edirne

 

858g4 bracelet, musée islamique d'Edirne

 

Il en va de même pour ces bijoux qui ont l’air d’être en argent, mais dont strictement rien n’est dit. Contentons-nous d’admirer sans comprendre, et passons notre chemin.

 

858h1 décoration ottomane, musée islamique d'Edirne

 

858h2 décoration ottomane, musée islamique d'Edirne

 

Un bracelet, c’est ornemental. Dans cette civilisation et vu la finesse du poignet, ces bracelets ornent des femmes. Mais face à des décorations, en l’absence de toute explication on en est à se demander s’il s’agit de distinctions honorifiques, d’insignes de grade, de récompenses pour le courage à la guerre ou pour services rendus à la patrie… C’est sur ces images que je vais conclure mon article en m’interrogeant sur la signification donnée à une exposition de musée par son conservateur. Car ce musée islamique est riche de nombreuses pièces que l’on ne voit que des yeux, sans les comprendre. Et c’est bien dommage.  

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

miriam 20/03/2014 12:32

toujours les céramiques d'Iznik! un vrai coup de coeur! mention spéciale au joli foulard blanc bordé de jolis décors. j'en ai acheté un autrefois à Beysehir il se fait vieux (taches de crème
solaire) et j'en cherche un du même genre.

Thierry Jamard 21/03/2014 00:10



Voilà ce que c'est que d'aller vers le sud. Si vous allez vers le smog londonien (ou si vous restez dans celui de Paris d'après ce que je lis), pas de risque de taches de crème solaire!



Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche