Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 22:40

 

 

C’est à Montepulciano que nous avons passé la nuit. Nous en repartons un peu tard, parce qu’il a fallu effectuer quelques opérations techniques, comme faire le plein d’eau, rechercher une station service pour remplir le réservoir de notre groupe électrogène, une autre qui nous fournisse un succédané de burette pour y mettre de l’huile car nous ne l’avons pas encore mis en service et nous avons envie d’être autonomes pour recharger les batteries de nos ordinateurs, de nos téléphones, de nos appareils photo, pour utiliser notre four, notre plaque de cuisson à induction, et puis le sèche-cheveux, la cafetière, le presse-agrumes, puisque maintenant nous ne fréquentons plus les campings et leur connexion électrique.

 
Cela fait, nous quittons Montepulciano (photo ci-dessus) et nous rendons à Cortona (photo ci-contre). Nous n’irons pas y voir la prétendue tombe de Pytrhagore. En effet, Pythagore a vécu et est en Calabre, le "pied" de la "botte" italienne, sa ville étant Crotona (Crotone). Du fait de la ressemblance des noms de Cortona et Crotona, une tombe étrusque du quatrième siècle avant Jésus-Christ (pourtant Pythagore a vécu au sixième siècle) a été identifiée, il y a très longtemps déjà, comme celle du mathématicien. Voilà pourquoi nous ne nous y rendrons pas.

 


 

 

En revanche, nous avons aimé déambuler dans les rues de la vieille ville où est né Signorelli dont nous avons admiré les fresques dans plusieurs villes, et qui s’est tué accidentellement en tombant de l’échafaudage sur lequel il était monté pour décorer une villa privée, près de Cortone. De la ville aussi, l’architecte Boccador ("Bouche d’Or", ainsi surnommé pour la blondeur de ses moustaches) que François 1er a installé en France à 25 ans et qui a notamment construit l’Hôtel de Ville de Paris. Nous avons aussi fait un tout à la cathédrale (ci-dessus), intéressante, mais surtout, juste en face, nous avons visité le Musée Diocésain.

 
Ce musée qui ferme tard, à 19h, nous a permis de rester longtemps devant certaines œuvres, comme le tableau ci-contre peint en 1512 par ce Luca Signorelli dont je parlais à l’instant. Il s’agit de la Communion des Apôtres. Je ne connaissais pas cette représentation symbolique de la Cène. Mais j’ai choisi de montrer ici ce tableau, non seulement parce qu’il est l’œuvre d’un enfant de la cité, mais surtout pour la peinture psychologique des personnages. Je montre ci-dessous deux détails pris en gros plan. Le visage hypocrite de Judas, son regard fourbe de côté, sa mâchoire serrée, son poil ébouriffé alors que Jésus et les autres apôtres sont coiffés. Et par ailleurs le geste discret par lequel il glisse l’hostie consacrée dans sa besace. C’est le genre de tableau qui mérite que l’on s’y arrête, que l’on en regarde chaque détail, la composition avec Jésus au centre tenant la patène et offrant, avec un air remarquablement serein, l’hostie à des apôtres dévots et recueillis.

 

 

 

Je devrais arrêter avec ce musée, mais je ne résiste pas à la tentation d’ajouter cette Annonciation de Fra Angelico. Je n’étais pas bien grand, j’avais peut-être dix ou onze ans, quand j’ai reçu à la fin de l’année scolaire, lors de la distribution des prix, un petit livre montrant des fresques de Fra Angelico. Ce livre, je l’ai encore, bien sûr. Je l’ai, à l’époque, puis au cours des ans, bien souvent regardé. Aussi avais-je beaucoup apprécié lors de notre séjour à Florence avec Natacha en 2008 la visite de San Marco, où il a décoré de fresques chaque cellule. Ici, ce n’est pas une fresque mais un tableau peint en 1436, où il a utilisé des feuilles d’or pour mettre en relief les auréoles (d’ailleurs, il y a bien le mot "or" dans le mot "auréole"), les ailes de l’archange Gabriel, et les paroles d’annonciation qu’il prononce. Le jeu d’ombres et la perspective sont remarquables avec cette lumière qui vient de derrière nous à droite. Je trouve amusante cette colombe du Saint-Esprit qui volette là-haut, au-dessus de la tête de Marie, dans un halo d’or.

 
Dans la journée, nous sommes aussi montés sur une terrasse de la ville haute pour admirer le paysage. De là, on peut apercevoir le lac Trasimène, tout au fond, que nous irons longer le soir en nous dirigeant vers notre prochaine étape, Pérouse. J’en prendrai des photos de nuit, mais il n’y a, sur lui ni sur ses berges, aucune lumière, et j’ai eu la flemme d’aller chercher le pied dans le coffre, d’installer l’appareil, si bien que mes photos sont soit noires, soit complètement floues. Alors va pour la photo de loin.

 

 
Je vais essayer de rappeler mes souvenirs d’histoire romaine. Lors de la seconde guerre punique, à la fin du troisième siècle avant Jésus-Christ, le chef carthaginois Hannibal traverse les Alpes avec ses éléphants, si je me rappelle bien par le Grand-Saint-Bernard, et tend un piège aux Romains sur cette rive marécageuse du lac Trasimène en l’an 217. Les Romains du consul Flaminius sont écrasés. Les pertes romaines sont de 16000 légionnaires, les pertes carthaginoises de 1500 hommes. Je ne sais pas si, dans toute l’histoire romaine, il y a eu défaite plus cuisante. Voilà pourquoi , après cette vision de loin, je suis sorti de la 4-voies pour aller sur les lieux mêmes de la bataille. Mais les rives marécageuses sont asséchées et bitumées…

 
Arrivés à Pérouse, nous suivons les flèches qui indiquent un parking où les camping-cars sont les bienvenus. L’ayant repéré et y ayant dîné, nous allons au McDo essayer Internet. Pas de prise de courant, donc durée limitée sur batterie, mais hourrah ! Ça marche, on peut se connecter à Internet. J’ai le temps de poster un article, puis nous revenons à notre parking pour la nuit.

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche