Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 03:32

Hier, au palais royal de Capodimonte, nous nous sommes seulement promenés dans le parc. Aujourd’hui, on passe aux choses sérieuses. Nous allons visiter le musée. Pinacothèque, objets précieux, appartements royaux. Mais, comme d’habitude, NO PHOTO !!! Par conséquent, je n’ai pas grande envie de commenter ici du vide. Je me suis contenté de scanner quatre photos du gros livre que nous avons acheté à la librairie du musée. Désolé, le "grain" de l’impression apparaît, il est grossier, ce n’est pas beau, mais on peut avoir une petite idée de ce que représentent les tableaux.

 

501a Raphaël, Alexandre Farnese à Naples, Capodimonte

 

Je commence avec ce tableau de Raphaël, qui représente le cardinal Alexandre Farnèse, qui deviendra le pape Paul III (1534-1549). Le portrait est des alentours de 1509-1511. Il était né en 1468 (et, fait particulier, un 29 février, avec un anniversaire tous les quatre ans seulement…), il a donc environ 42 ans. Il est brillant, extrêmement cultivé, il aime les arts et favorise les artistes d’un généreux mécénat. Il vit dans l’ombre des Médicis, et sait comment utiliser sa relation pour favoriser ses ambitions. Il ne manquera pas non plus d’exploiter le fait que sa sœur Giulia soit la maîtresse du pape Alexandre VI Borgia (1492-1503).

 

501b Titien, Paul III à Naples, Capodimonte

 

Devenu pape, Paul III va jouer un rôle clé dans l’histoire de l’Église catholique. En effet, c’est lui qui crée la Compagnie de Jésus (les Jésuites) chargée du maintien et de la diffusion de l’orthodoxie catholique. Par ailleurs, il convoque le très fameux concile de Trente (1545) qui va réaffirmer la doctrine et donner naissance à la Contre-Réforme. Dans le domaine des arts, il commande à Michel-Ange le fresque du Jugement Dernier pour la Chapelle Sixtine et la coupole de la basilique Saint-Pierre. Quant à ce portrait, il est du Titien. Raphaël dans le passé, Michel-Ange et le Titien aujourd’hui, on voit que, lorsque je disais qu’il était amateur d’art, je ne mentais pas.

 

501c Titien, Paul III et ses petits-fils à Naples, Capodim

 

Encore un tableau du Titien. Le titre : Ritratto di Paolo III con i nipoti . Portrait de Paul III avec… Le mot "nipote", en italien, désigne au choix le neveu (la nièce) ou le petit-fils (la petite-fille). C’est un pape, ce doit être ses neveux. Hé non. Il a eu quatre enfants, Alexandre Farnèse. Mais que les âmes pieuses et rigoristes se rassurent, c’était avant d’être ordonné prêtre. Trois fils et une fille, avant de prononcer ses vœux de chasteté. Ce sont ici les deux fils de son fils Pier Luigi, duc de Parme, à savoir Alexandre Farnèse, donc homonyme de son grand-père, qui a été fait cardinal alors qu’il n’avait que quatorze ans, et Ottavio Farnèse. Remarquable diplomate, Paul III arrivera à se concilier deux ennemis irréductibles, Charles Quint et François I, en arrangeant le mariage de cet Ottavio avec Marguerite d’Espagne, fille naturelle de Charles Quint, et celui d’un autre de ses petits-fils, Orazio, avec Diane de France. Avec un art remarquable le Titien montre le petit-fils arrivé, établi, observant la scène, l’autre petit-fils en position obséquieuse, prosterné devant son pape de grand-père, et Paul III se prêtant à cette comédie avec un air de faible vieillard apeuré, alors que même si l’âge et la maladie l’ont affaibli physiquement, il est encore volontaire et inflexible à 77 ans en cette année 1545 où est réalisé le tableau et où il a convoqué le concile de Trente. À noter que tous deux trahiront leur grand-père qui les avant tant favorisés et, quand le vieil homme l’apprit, il mourut subitement dans son palais du Quirinal.

 

501d Naples, Capodimonte, Jacopo dei Barbari

 

Ce tableau, attribué à Jacopo dei Barbari 1460-1521), est intitulé Portrait de Fra Luca Pacioli avec un élève. Ce Frère Luc est un Franciscain mathématicien et spécialiste du calcul des proportions, occupé à résoudre l’un des problèmes de géométrie posés dans les Éléments d’Euclide. Le jeune homme élégant qui se tient derrière lui a été identifié, mais sans certitude, avec un certain Guidobaldo da Montefeltro. En effet, sur la table revêtue d’un tapis vert, parmi les outils tels que le compas ou le rapporteur, et à côté du livre d’Euclide, un autre livre fermé porte les lettres LI.R.LUC.B., soit "Liber Reverendi Lucæ Burgensis". Ce livre est donc clairement un ouvrage de Frère Pacioli lui-même, édité à Venise en 1494 et précisément dédié à ce Guidobaldo. Il est intitulé Summa de Arithmetica, Geometria, proportione . Je suppose que même non latiniste on peut comprendre ce titre que je me dispense de traduire.

 

Et voilà. Ne pouvant scanner tout mon livre (d’ailleurs c’est illégal, je ne suis autorisé qu’à en reproduire "de courts extraits", je pense que quatre scans sont une mesure raisonnable), je m’en tiendrai là pour aujourd’hui.

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

Michaël HOMSY 02/03/2016 05:38

Monsieur,

Au sujet de Paul III, il convient d'ajouter à la biographie que vous faites de ce grand pape une chose importante. Il a pris la défense des indiens d'Amérique dans la lettre "Veritas ipsa" adressé au cardinal Juan Pardo de Tavera, ainsi que dans la bulle "Sublimis deus". Dans ces deux écrits, le Pape Paul III interdit l'esclavage des indiens, déclare que ces derniers sont traités d'une façon cruelle et affirme que les indiens sont des êtres humains qui ont le droit d'être libres et de posséder des biens.

Cordialement,
Michaël Marie HOMSY

Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche