Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 23:29

747a1 Départ de Tinos vers Syros

 

747a2 Départ de Tinos vers Syros

 

Avant-hier, le ferry parti du Pirée à 7h35 nous a déposés à Tinos à 12h30. Aujourd’hui nous reprenons le même navire lors de son escale à Tinos, et nous voilà partis dès 12h35 vers Mykonos. Nous regardons s’éloigner l’île sainte derrière le sillage du bateau.

 

Mykonos. Cette île, nous l’avons vue les 15 et 16 mars derniers lorsqu’Emmanuelle nous avait fait la joie de venir nous voir en Grèce. C’était la basse saison, la plupart des boutiques attrape-touristes étaient fermées, un peu partout on voyait des gens occupés à reblanchir leur maison comme ils le font chaque année. Mais Mykonos, l’été, c’est l’île des gens branchés, l’île des noctambules, et ce 16 août au soir nous avons essayé de nous rendre en ville, ce n’étaient que gens sous l’effet de l’alcool ou de la drogue, des conducteurs énervés de ne pas trouver où se garer, des policiers sur les dents pour essayer de réguler le flot de 4x4, dans des hurlements de musique techno qui, d’un bar à l’autre, tentaient chacun de couvrir le son du voisin. Nous sommes vite rentrés à l’hôtel. Pourtant, avec mon crâne partiellement dégarni, je devrais m’y trouver à mon aise, à Mykonos, car selon Strabon, ce grand géographe qui a vécu à cheval sur les deux ères, le pourcentage de chauves y est plus important qu’ailleurs, si bien que parfois on appelait les chauves des Mykoniotes !

 

Il y a deux Mykonos, celle de l’hiver ou de la campagne, et celle de la ville en été (qui est, d’ailleurs, celle des chevelus venus d’ailleurs). Rien à voir l’une avec l’autre. Je ne montrerai rien de la seconde.

 

747b1 Mykonos, monastère de Tourliani à Ano Mera

 

747b2 Mykonos, monastère de Tourliani à Ano Mera

 

747b3 Mykonos, monastère de Tourliani à Ano Mera

 

De la première, en revanche, quoique nous n’ayons qu’une demi-journée pour en profiter, car demain matin nous allons à Délos, nous avons souhaité voir le monastère de la Panagia Tourliani, dans le village d’Ano Mera. En effet, ce grand monastère a été fondé au seizième siècle, en 1542, par deux moines venus de l’île de Paros et a été restauré en 1767. Sur ma première photo on aperçoit, par-dessus le mur, un dôme rouge, c’est lui qui a donné à la Vierge (Panagia) protectrice de Mykonos cette épithète de Tourliani, car en dialecte local un dôme se dit tourlos.

 

747b4 Mykonos, monastère de Tourliani à Ano Mera

 

747c1 Mykonos, monastère de Tourliani à Ano Mera, campani

 

747c2 Mykonos, monastère de Tourliani à Ano Mera, campani

 

De l’extérieur, nous avons vu le haut du campanile de marbre, d’une extraordinaire légèreté. Pénétrant dans la cour du monastère, nous en voyons la base, sur le flanc droit de l’église. Elle est intégralement sculptée. Il y a d’abord, bien entendu, la "Toute Sainte", qui est la signification du mot Panagia utilisé pour désigner la Sainte Vierge. Marie et Jésus y ont tous deux un bien curieux visage, mais j’aime les deux angelots aux jambes courtes et aux ailes en sens alternés qui posent sur la tête de Marie une lourde couronne. Avec leurs têtes de vieillards, en considérant leurs visages on en conclut qu’ils appartiennent à la même ethnie.

 

747c3 Mykonos, monastère de Tourliani à Ano Mera, fontain

 

Dans cette même cour, on peut aussi admirer cette belle fontaine de marbre. Au tout premier moment, j’ai cru qu’elle représentait un soleil, mais en remarquant cette couronne sur sa tête je me suis dit que je devais réviser mon jugement. Quoique ce visage ne soit pas particulièrement féminin, je me demande si ce n’est pas, là encore, une représentation de la Panagia.

 

747d1 Mykonos, monastère de Tourliani à Ano Mera

 

747d2 Mykonos, monastère de Tourliani à Ano Mera

 

747d3 Mykonos, monastère de Tourliani à Ano Mera

 

Blancs, tout blancs sont les bâtiments du monastère. J’aime le charme de cette étroite allée bordée d’un passage couvert encore plus étroit, débouchant sur cette petite cour avec son vieil arbre penché. Ce n’est pas un cloître car un seul de ses côtés est bordé d’arcades.

 

747e1a Mykonos, église du monastère de Tourliani à Ano M

 

747e1b Mykonos, église du monastère de Tourliani à Ano M

 

Et puis il y a le catholicon, c’est-à-dire l’église du monastère, toute pleine d’ors, avec ses suspensions de style oriental. On remarque, au premier plan de ma seconde photo, l’icône sainte, et même considérée par certains comme miraculeuse, de la Vierge. C’est elle, l’icône protectrice de Mykonos.

 

747e2a Mykonos, église du monastère de Tourliani à Ano M

 

747e2b Mykonos, église du monastère de Tourliani à Ano M

 

Mais ce que je trouve le plus remarquable dans cette église, c’est surtout son iconostase baroque réalisée à Florence en 1775. Il vaut la peine de s’en approcher pour y voir les icônes qui y sont incrustées, ou ce dragon sculpté dans le bois de sa porte.

 

747e3 Mykonos, église du monastère de Tourliani à Ano Me

 

Il y a tant de façons de représenter l’Annonciation, prêtant à Marie des sentiments si divers, que je trouve toujours intéressant de les comparer. En voici une où Marie reçoit l’annonce avec humilité et soumission.

 

747f1 Mykonos, le Père Théologos du monastère de Tourlia

 

Le rythme de ce monastère est d’un calme extraordinaire. Le Père Théologos est un homme sympathique qui, hormis le grec, ne sait que trois mots d’italien, ce qui limite beaucoup la conversation mais tout, dans son regard, dans son sourire, dans les quelques paroles qu’il prononce, manifeste de la bonté et de la bienveillance.

 

747f2 Mykonos, le Père Théologos du monastère de Tourlia

 

Après avoir pris un moment le soleil, le Père Théologos s’en va. Mais dans l’église, tout à l’heure, nous avons échangé quelques mots avec un couple de Néerlandais. Il y a, à quelques kilomètres, un autre monastère, nous ont-ils dit, qui est fermé mais un petit écriteau sur la porte dit qu’il faut sonner pour visiter. Et, selon ces personnes qui disent avoir été reçues aimablement par une religieuse, on peut jeter un coup d’œil quelques minutes.

 

747g1 Mykonos, monastère de Palaiokastro

 

Nous nous rendons alors à ce monastère de Palaiokastro où nous trouvons, en effet, le petit écriteau manuscrit. La religieuse qui vient nous ouvrir porte l’uniforme, elle est tout de noir vêtue et son visage est pris étroitement dans le voile serré ne laissant apparaître qu’un ovale du milieu du front au menton. Douceur, chaleur humaine, bonté émanent de sa personne.

 

747g2 Mykonos, monastère de Palaiokastro

 

747g3 Mykonos, monastère de Paléokastro

 

Ce ne sont pas quelques minutes que nous allons passer ici, mais plusieurs heures. Ce n’est pas un coup d’œil que nous allons jeter, mais une longue conversation que nous allons entretenir, intéressante, touchante, émouvante parfois. Nous apprenons que sœur Christologos est la seule et unique religieuse de ce couvent. Elle y fait tout, repeint les murs, répare ce qu’elle peut, ne faisant appel à des intervenants extérieurs que pour des réparations lourdes ou techniques. Sa famille est des alentours de Larissa, en Grèce Centrale, et ne peut donc venir la voir souvent. Elle est ainsi complètement coupée du monde, parce qu’elle ne peut quitter son couvent. Comme dans beaucoup d’autres endroits de Grèce hors des grandes villes, un mur de boîtes postales est posé à l’entrée du village, ce qui évite au facteur de se rendre de maison en maison, en facilitant et raccourcissant sa tournée. Malheur au vieillard ou à l’infirme qui ne peuvent se déplacer, malheur à la petite religieuse qui ne peut franchir la porte de son couvent. Parfois, sa famille lui fait parvenir un colis par une poste parallèle privée type DHL, mais elle n’est pas d’un milieu aisé et ces compagnies pratiquent des tarifs exorbitants. Alors elle se contente de commander par téléphone et de se faire livrer le strict nécessaire. Comme, en outre, les visiteurs ne se bousculent pas, elle est bien seule.

 

747g4 Mykonos, monastère de Paléokastro

 

Quoique vivant de presque rien, elle insiste, elle va nous faire dorer au four une préparation panée qu’elle avait au réfrigérateur, elle nous sert du soda, et quand nous repartons elle nous force à emporter tout un tas de pommes. Que dire, devant tant de gentillesse et de générosité ? Si, à sa demande, nous ne prenons de photos ni d’elle, ni de l’intérieur de l’église, nous emportons tout de même de notre visite un rayon lumineux.

 

747h1 Mykonos, à l'hôtel Eleni's Village Suites

 

747h2 Mykonos, à l'hôtel Eleni's Village Suites

 

747h3 Mykonos, à l'hôtel Eleni's Village Suites

 

747h4 Mykonos, à l'hôtel Eleni's Village Suites

 

Avant de poser le point final de cet article, un mot de notre hôtel, l’Eleni’s Village Suites Hotel, situé à quelques kilomètres du port. Utilisant le site www.booking.com, nous avons obtenu un prix discount pour cet hôtel, et quoique l’on nous ait attribué une suite pour quatre personnes, nous n’avons payé que le prix d’une chambre double. Assez cher quand même. Ci-dessus, le séjour avec coin cuisine, les deux chambres et le cabinet de toilette avec une douche particulièrement design, faite directement en maçonnerie. C’est Franklin, un Noir américain d’Hawaii qui nous a accueillis au port et amenés à l’hôtel. Un homme très jovial, qui a de l’humour. Il est employé comme homme à tout faire dans l’hôtel pendant l’été, et rentre auprès de sa femme à Hawaii en hiver. Il peint, il répare, il entretient, il participe à la construction de la chapelle privée que le propriétaire se fait construire dans l’hôtel et, le petit déjeuner compris dans le prix de la chambre n’étant pas servi dans une salle à manger, c’est lui qui nous l’a apporté le matin à domicile.

 

La chapelle privée. Nous ne le savions pas encore, cet après-midi, quand nous parlions avec sœur Christologos. Elle nous a dit que c’était une mode de prouver son statut social en construisant une chapelle plus qu’en arborant un gros 4x4 BMW, et ce depuis des siècles. Il est vrai qu’autrefois les 4x4 n’existaient pas, ni BMW ni Porsche. C’est ce qui explique cette floraison de chapelles plus ou moins grandes, partout en Grèce, dans la campagne et dans les villes. Mais il est obligatoire qu’une messe y soit célébrée au moins une fois l’an, et les prêtres ont beau être nombreux, ils n’y suffisent plus, courant d’une montagne à un bord de mer, d’un village à un champ, d’un coin de rue à un autre quartier, à tel point que désormais il est nécessaire, pour construire, d’obtenir l’autorisation du métropolite. Mais le propriétaire de notre hôtel, qui vit une partie de l’année aux États-Unis, est un homme riche.

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche