Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 00:18

À une centaine de kilomètres au sud de Rome, un gros promontoire porte le nom de Monte Circeo. Homère fait vivre la magicienne Circé dans une île appelée Aea, mais la tradition assimile le premier à la seconde. Ulysse y aborde et, ne sachant qui habite là, envoie ses compagnons en reconnaissance. Ils sont reçus avec faste, et lors d’un somptueux banquet d’accueil Circé, qui a versé un philtre dans leur vin, les touche de sa baguette et ils se transforment en animaux, porcs, lions, chiens, "chacun selon sa nature profonde" précise la légende. Mais l’un des émissaires qui, par méfiance, était resté caché en observation, revient en hâte raconter ce qui s’est passé à Ulysse qui y va à son tour, mais dûment muni d’un philtre fourni par le dieu Hermès. Circé le reçoit de même que précédemment ses compagnons, mais il verse en cachette son philtre à lui dans son vin et, quoique buvant, il ne se transforme pas en animal. Il menace de son épée Circé qui, effrayée, rend leur apparence humaine aux compagnons d’Ulysse et va partager sa vie, et sa couche, avec lui pendant un an. En commun, ils auront un fils, Télégonos. Et Ulysse rentre chez lui, à Ithaque, retrouver sa femme Pénélope.

 

Voulant connaître son père, Télégonos devenu adulte se rend à Ithaque. Là, il razzie du bétail, et en tue le propriétaire qui voulait le défendre. Cet homme était Ulysse. Quand Télégonos apprend qu’il vient de tuer son père, il est accablé, et veut l’enterrer chez Circé, à Aea. Il emporte donc le corps de son père, et sa belle-mère, la veuve Pénélope, le suit. Ce Télégonos va fonder deux villes, Tusculum (Cicéron écrira les Tusculanes, dialogues philosophiques censés se dérouler à Tusculum. Le Mac Donald’s que nous fréquentons se trouve sur la via Tuscolana, qui mène à cette ville) et Préneste. Aujourd’hui, cette ville s’appelle Palestrina.

 

Le hic, c’est que la Guerre de Troie et donc la vie d’Ulysse se situent au treizième siècle avant Jésus-Christ, alors que, semble-t-il, Préneste daterait du neuvième ou du dixième siècle. Mais passons. Quand le roi étrusque de Rome, Tarquin le Superbe, qui était un vilain monsieur qui avait fait des choses pas bien du tout à Lucrèce, a été chassé de Rome, Préneste s’est rangée aux côtés de la Ligue Latine qui s’est opposée à la jeune République romaine. La défaite de la Ligue au quatrième siècle sonnera le glas de l’indépendance de Préneste.

 

Mais pourquoi donc parlé-je de Préneste / Palestrina ? Hé bien aujourd’hui nous avions des projets très très matériels de lessive dans une laverie automatique, que nous avons trouvée fermée. Et comme la circulation, dans l’autre sens, était bloquée, plutôt que de revenir nous avons remis à plus tard nos passionnants projets de lessive et avons continué sur cette route, qui nous a menés à Palestrina, à une quarantaine de kilomètres de Rome.

 

424a1 Palestrina, Saint-Agapit

 

Nous avions organisé autrement notre journée, de sorte que nous arrivons bien tard. Et il y a tant à voir qu’il nous faudra revenir. À cette occasion, j’en dirai plus sur cette ville et sur son rôle dans l’histoire. Et nous visiterons des sites exceptionnels. Pour aujourd’hui, ce sera la cathédrale Saint Agapit. Nous avons vu hier, à propos de Santo Stefano Rotondo, quel martyre (asphyxie par la fumée) a subi cet adolescent de quinze ans à qui est consacrée cette église. Comme il avait résisté à l’asphyxie, plus destinée à le supplicier qu’à le tuer, il a ensuite été décapité. Cette église lui a été consacrée parce qu’il était natif de Préneste et qu’il y a subi son supplice, le 18 août 274, sous l’empereur Aurélien.

 

424a2 Palestrina, Saint-Agapit

 

Au sixième siècle avant Jésus-Christ il y avait là un ensemble centré sur un temple dédié à la déesse Fortuna Primigenia. Au cinquième siècle de notre ère, ce bâtiment civil romain sera converti en église chrétienne. Au douzième siècle, l’évêque qui en a la charge est un homme qui vient du nord de l’Italie, où il a vu de grandes cathédrales. Il veut donc lui donner de l’ampleur. Il y ajoute un chevet, des nefs latérales, un campanile. En 1298, les Colonna dont c’est la ville étant en lutte avec la papauté, le pape Boniface VIII (1294-1303) de la grande famille des Caetani ordonne la destruction de Palestrina, mais la basilique cathédrale y survit. En revanche, après le pape Martin V (1417-1431) qui était un Colonna, du temps du pape Eugène IV (1431-1447) qui est pourtant un Vénitien, le cardinal Giovanni Vitelleschi, commissaire militaire pontifical, débarque à Palestrina en 1437, ravage la ville et abat le campanile, qui sera bien vite reconstruit. Charmantes manières, pleines de l’onction cardinalice, n’en doutons pas.

 

424b Palestrina, Saint-Agapit

 

Sur le mur, une Vierge moderne "Reine de la Paix" a été placée en 1957 pour commémorer le cinquantième anniversaire de la création de l’Association Paix et Travail de Palestrina.

 

424c Palestrina, Saint-Agapit

 

Sur ma photo de la nef, on peut avoir une idée d’ensemble de cette cathédrale. On aperçoit la décoration de l’abside et du chœur.

 

424d1 Palestrina, Saint-Agapit

 

La décoration de l’abside a été refaite au dix-neuvième siècle par Domenico Bruschi (1840-1910). Jésus, qui siège en majesté, accueille saint Agapit qui lui est présenté par un ange. Je ne raffole pas de cette représentation dont je trouve les couleurs, bien dans le goût des décors religieux de l’époque, trop criardes.

 

424d2 Palestrina, Saint-Agapit

 

La peinture du chœur est, je trouve, plus classique, bien que du même peintre. Il s’agit de la condamnation de saint Agapit au supplice. J’aime bien la "couleur locale" et la composition.

 

424e Palestrina, Saint-Agapit

 

Encore un petit tour pour jeter un coup d’œil à la chaire, en noyer, qui date de 1650.

 

424f Palestrina, Saint-Agapit

 

Et encore ce lutrin qui me plaît énormément, avec le bœuf de saint Luc et l’aigle de saint Jean. Il est figuré comme un livre relié, ouvert (les évangiles).

 

424g Palestrina, Saint-Agapit

 

Avant de sortir, je voudrais montrer cette étrange Pietà. Voir Jésus adulte nu n’est pas courant. Par ailleurs, je ne suis pas sûr d’identifier les deux autres personnages. S’il s’agit d’une pietà, c’est Marie qui le soutient, et l’autre personnage peut éventuellement être saint Jean, qui était très jeune, mais pas à ce point. Ou alors saint Agapit. Ce n’est pas la même époque, mais qu’importe pour le symbole. Hélas, il n’est donné aucune explication.

 

424h1 Palestrina, Pierluigi

 

Sur la place de l’église, on peut voir ce grand monument en l’honneur de "Giovanni Pierluigi da Palestrina, Prince de la musique".

 

424h2 Palestrina, Pierluigi

 

Un peu plus loin, la maison où est né en 1525 ce grand musicien célèbre pour sa musique polyphonique. Il est même considéré pour l’Italie, et peut-être au niveau mondial, comme le plus grand de la Renaissance. Il est mort en 1594.

 

424i Palestrina

 

Nous terminons la journée par un petit tour en ville, au moment où le soleil décline sur l’horizon. Palestrina étant située sur une colline assez élevée, on a une large vue sur la plaine environnante, et les couleurs du soleil couchant sont somptueuses. Espérons que lors de notre prochaine visite nous jouirons d’un temps qui nous permettra d’en profiter pleinement…

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche