Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 12:43
Athènes, Paris, Varsovie, Grodno. Séjour à Grodno chez le père de Natacha. Puis Grodno, Varsovie, Paris. Et séjour à Paris. C’est ce séjour à Paris, plus long, que je vais évoquer aujourd’hui. Il a commencé avec des circonstances bien tristes qui nous ont fait faire un aller et retour au cimetière de Nantes dans la journée. Je préfère ne pas en parler. Mais ensuite, nous avons vu à Paris plusieurs expositions et musées qui seront, par ailleurs, l’objet d’articles séparés.
 
Comment parler de Paris ? C’est ma ville de naissance, dans laquelle ou près de laquelle j’ai passé la plus grande partie de ma vie. Nulle envie de parler de la Tour Eiffel, de l’Arc de Triomphe, des Champs-Élysées, de Montmartre. C’est soit pour les touristes, qu’ils soient français ou étrangers, soit pour être l’objet d’une étude approfondie que je n’ai pas faite. Nous n’étions pas là pour cela. Alors je vais aborder notre séjour sous un autre angle.
 
785a1 hôtelde ville de Melun
 
785a2 Pasteur à Melun
 
Et d’abord, ce n’est pas Paris. Mes deux dernières années professionnelles, je les ai passées à Melun, et après vingt-six mois d’absence il me fallait faire un tour à la banque où j’ai mon compte. Je suis aussi allé à mon ancien lycée voir Mesdames Couppé et Magarelli, les secrétaires avec qui j’ai pu travailler avec plaisir grâce à leur gentillesse et de façon positive grâce à leur efficacité, ainsi que la famille Pierlot, les agents d’accueil, si sympa, qui m’ont rendu et me rendent encore mille services. Traversant Melun à pied de la banque au lycée, j’en ai profité pour prendre cette photo de l’hôtel de ville de Melun, et de cette plaque qui y est apposée. Parmi les nombreuses découvertes effectuées par Pasteur et son équipe en matière de vaccination, il y a celle qui concerne le vaccin contre la maladie du charbon sur les ovins. On parle souvent, à ce sujet, des premières expériences effectuées à Pouilly-le-Fort. Cette localité étant située sur la commune de Vert-Saint-Denis, tout près de Melun, où est établie la délégation départementale de la MGEN, ces expériences médicales étaient bien situées, mais j’ignorais que les moutons fussent adhérents de la Mutuelle Générale de l’Éducation Nationale. Les enseignants, un peuple de moutons suivant fidèlement et aveuglément leur guide, le rêve des ministres de l’Éducation Nationale. Bref, l’expérience réussie à Pouilly-le-Fort a été confirmée par une autre ici, dans la cour de l’hôtel de ville, avec un tel succès que le vaccin a immédiatement été réclamé partout, en France et à l’étranger. Incapable de fabriquer tant de doses si rapidement, Pasteur a dû en confier la réalisation à une entreprise.
 
785b1 Paris, église Saint Séverin
 
785b2 Paris, église Saint Séverin
 
785b3 Paris, église Saint Séverin
 
785b4 Paris, église Saint Séverin
 
En fait de visites "touristiques" à Paris, je vais me limiter à bien peu de choses. Mais il est une église dont j’admire, entre autres, les colonnes torsadées, c’est Saint Séverin, avec aussi ses orgues monumentales ainsi que quelques sculptures et quelques peintures.
 
785b5 Paris, le canal Saint Martin
 
785b6 Paris, le canal Saint Martin
 
Autre lieu touristique, c’est ce canal Saint Martin. Généreusement, Jean-Roger, mon beau-frère, nous a prêté gratuitement pendant un mois et demi un petit appartement qu’il possède, idéalement situé à deux pas de cet endroit joli, calme, très provincial. Très plaisante promenade.
 
785c1 Montaigne, rue des Écoles à Paris
 
785c2 Paris, La Fontaine, Le Corbeau et le renard
 
Et puis je voudrais célébrer des personnages que je vénère. Comme Montaigne, dont la statue se trouve rue des Écoles, juste en face de la grande entrée de la Sorbonne (celle qui est généralement fermée, sauf pour les cérémonies officielles ou les conférences publiques). Et, bien sûr, c’est notre bon La Fontaine, avec ce corbeau devant ses pieds, un petit brie dans son bec, et ce renard qui s’adresse à lui du bas des marches. C’est en allant demander mon visa au consulat de Biélorussie que, traversant les jardins du Ranelagh dans le 16e arrondissement entre le métro La Muette et le boulevard Suchet, j’ai vu le fabuliste.
 
785c3 Monument à Mickiewicz par Bourdelle
 
785c4 Monument à Mickiewicz par Bourdelle
 
785c5 Monument à Mickiewicz par Bourdelle
 
Près de la place de l’Alma, et plus précisément entre le cours Albert Premier et la Seine, se dresse un grand monument en forme de colonne avec une statue à son sommet. Je dois avouer qu’ici je triche un peu, car les photos ci-dessus je ne les ai pas prises lors de ce séjour (d’ailleurs, les feuilles des arbres me démentiraient si je prétendais le contraire). Mais même sans le photographier cette fois-ci, nous sommes allés saluer Adam Mickiewicz, le grand poète polonais, au sommet d’un monument œuvre de Bourdelle. Comment ne pas en parler ici quand je viens de rédiger un article sur Varsovie et un autre sur Grodno et l’ouest de la Biélorussie. En effet, il est polonais par la filiation, le nom, la langue, mais il est né en 1798 à Novogrudok dont j’ai eu plusieurs occasions de parler, ancienne capitale du grand-duché de Lituanie, à 160 kilomètres à l’est de Grodno, en plein territoire de la Biélorussie actuelle. Il a vécu à Paris, a enseigné au Collège de France. De sa naissance à sa mort, la Pologne ayant été partagée, le tsar de Russie régnait sur le territoire de sa naissance. Voilà pourquoi, aussi, le texte "À la Pologne ressuscitée" peur se lire sur ce monument de 1928, soit après la renaissance de la Pologne, ainsi que "Réassemblées les trois âmes de la Pologne songent vers Mickiewicz prophète de la délivrance". En effet, le poète a été un ardent et infatigable défenseur de l’idée d’une Pologne ressuscitée, participant même, dans la mesure de ses possibilités, à des actions concrètes. Il était même en train de créer une légion polonaise à Istanbul pour tenter de reconquérir son pays quand il est mort, pris dans une épidémie de choléra. Parmi les six scènes figurant autour de la base de la colonne, celle que l’on aperçoit vaguement sur la première photo représente Les Trois Polognes (c'est-à-dire le résultat de la partition entre Russie, Prusse et Autriche) et celle de ma troisième photo Les Captifs.
 
785d1 Paris, reconstruction des Halles
 
785d2 Paris, reconstruction des Halles
 
Nous savions, bien sûr, que le forum des Halles, peu esthétique, allait être détruit et remplacé, nous avions, à l’époque, suivi le concours d’architectes, les projets, le choix, mais nous sommes partis… C’est donc une surprise de découvrir l’état des travaux de démolition de cet endroit que nous avons si souvent fréquenté.
 
785d3 Paris, reconstruction des Halles
 
785d4 Paris, reconstruction des Halles
 
Dans un bâtiment provisoire, des documents sont à la disposition du public, une grande maquette a été installée au centre de la salle, et derrière un bureau des messieurs sont là pour répondre aux questions éventuelles. Extrêmement basse, la nouvelle construction ne devrait pas susciter les mêmes controverses que lors de l’édification du Centre Pompidou, qualifié par les "classiques" d’usine au cœur de Paris.
785e1 Sous la pyramide du Louvre
     
785e2 Sous la pyramide du Louvre
 
Nous nous sommes rendus au Louvre pour voir l’exposition sur Alexandre le Grand. Je ne parlerai pas dans un autre article de cette fabuleuse exposition car la photo y est interdite. Impossible, dans ces conditions, d’expliquer le pourquoi de mon admiration. Mais j’ai pris la première de ces photos sous la pyramide du Louvre. La deuxième aussi, mais… le 26 février 2006. Deuxième photo que je tire de mes archives. Mais c’est fini, toutes celles qui vont suivre datent de ce séjour-ci à Paris. Je n’aurais pas dû tricher ainsi, mais cette structure architecturale me fascine, aussi je n’ai pas résisté à la tentation de la montrer ici.
 
785f1 Gare de l'Est, souvenir de la Shoah
 
785f2 Gare de l'Est, le train Moscou - Minsk - Paris
 
Un avantage non négligeable de l’appartement prêté par Jean-Roger est qu’il est situé juste en face d’un arrêt de plusieurs bus et à moins de 100 mètres de la gare de l’Est, avec métro, nombreux autres bus, trains. Nous nous y sommes donc très souvent rendus pour y prendre le métro. Des plaques (l’une d’entre elles sur ma première photo) y rappellent que d’ici sont partis de nombreux convois de prisonniers de guerre, de Résistants, et aussi les terribles trains de la Shoah emmenant aux tortures et à la mort des dizaines de milliers d’hommes, de femmes, d’enfants dont le seul tort est d’être nés juifs.
 
Rien de dramatique dans ma seconde photo. Passant devant les quais, soudain je saisis le bras de Natacha : "Tu as vu ? Dans cinq minutes arrivera un train de ton pays". Départ de Moscou. À Moscou, la gare d’où partent les trains vers l’est, vers la Biélorussie et la France, s’appelle Voksal Belorusskii, "Gare de Biélorussie", comme en français on dit Gare de l’Est ou Gare de Lyon. Mais ici, on lit (à deux reprises), Moskva Belorusskaya, ce qui veut dire Moscou la biélorusse. Comme si la ville avait changé de pays. Stupidité. À part cela on voit l’itinéraire Viazma non loin de Moscou, Smolensk en Russie à quelque distance de la frontière, Orsha dans l’est de la Biélorussie, Minsk la capitale au centre du pays, et Brest qui au moment du retrait de la jeune Russie Bolchevique de la Première Guerre Mondiale, le 3 mars 1918, s’appelait encore Brest Litovsk (Brest la lituanienne), où a été signé le traité qui porte son nom. Cette Brest est tout près de la frontière polonaise, dans la pointe sud-ouest du pays.
 
785f3 Publicité place des Victoires à Paris
 
Une curiosité de badaud parisien. Un jour que nous passions place des Victoires, nous avons été intrigués par une camionnette plateau portant une Fiat 500 du vieux modèle original, peinte comme un zèbre en raies noires et blanches (mais, à la différence de l’animal, ses raies sont horizontales), et éclairée de violents projecteurs. La camionnette tournait, tournait, faisant de nombreuses fois le tour de la place, et une jeune femme tenant un parapluie ouvert se dressait par le toit ouvrant. Puis la camionnette s’est arrêtée précisément là où nous nous trouvions, et les séances de photo ont continué. Je suppose que les personnes qui vivent en France devraient voir cette publicité pour je ne sais quelle marque de je ne sais quel produit. Devant nous, les professionnels prenaient des photos (donc publicité dans des magazines), mais je suppose que si on tournait autour de la place c’était pour faire croire que la voiture roulait (donc publicité à la télévision).
 
785g1 Vitrine de Noël au Printemps, bd Haussmann
 
Chaque année au moment de Noël, les Grands Magasins du boulevard Haussmann, Printemps et Galeries Lafayette, présentent des vitrines très spéciales, avec tout un tas de petits personnages animés. Je ne sais pas de quand date cette tradition mais je sais qu’elle est très ancienne, parce que je ne suis pas de première fraîcheur et déjà dans mon enfance on nous emmenait voir ces vitrines. Nous sommes arrivés à Paris peu avant Noël, les événements familiaux, à l’arrivée, ne nous ont pas mis le cœur en joie, et puis dès le début de janvier, pour le "blanc", les vitrines sont refaites. Lorsque nous nous sommes rendus sur place, les Galeries Lafayette avaient déjà tout défait. Le Printemps avait, sous les auspices de la collection Chanel, de somptueuses vitrines classiques, comme ci-dessus.
 
785g2 Vitrine animée de Noël au Printemps, bd Haussmann
 
785g3 Vitrine animée de Noël au Printemps, bd Haussmann
 
785g4 Vitrine animée de Noël au Printemps, bd Haussmann
 
Alternant avec les vitrines classiques, il y avait ces traditionnelles vitrines animées. Amusantes et remarquables de raffinement, elles étaient très variées, mais semblaient orientées vers la Russie. Concernant les trois que j’ai choisies ici, la première représente des danseuses en tutu dans un décor rouge qui –pour moi du moins– évoque le fameux Bolchoï de Moscou. Au milieu du décor, les deux C entrecroisés de Chanel se détachent sur fond d’étoile rouge. La seconde, avec une tour Eiffel mais aussi des bâtiments à dômes et beaucoup de neige qui évoquent la Russie, une multitude de petits Karl Lagerfeld bien reconnaissables s’agitent, prennent des photos. Là aussi, au sommet d’une tour, le logo Chanel. Troisième photo, un décor d’aéroport, une piste d’atterrissage, des personnages en uniformes de compagnies aériennes. Là, ce n’est pas la Russie, le nom de Chanel est écrit en toutes lettres sous celui de Beverley Hills et celui du Printemps. Mais évidemment, un film rendrait mieux compte de tout cela en mouvement que mes toutes bêtes photos immobiles.
 
785h1 Marcel de Villemoisson et sa femme
 
Je voudrais encore ajouter quelque chose sans relation avec Paris, mais il s’agir de deux rencontres importantes pour nous, qui ont eu lieu lors de notre séjour à Paris. La première rencontre a eu lieu parce que Natacha avait reçu une invitation d’une amie biélorusse artiste peintre en France. Il s’agissait du vernissage d’une exposition collective, avec un invité d’honneur, le peintre réputé Marcel de Villemoisson (ici avec sa femme, devant quelques unes de ses toiles). C’est un grand artiste, mais sa femme comme lui sont simples, directs, chaleureux. Nous avons longuement parlé lors de cette soirée, et ils nous ont même proposé d’aller les rencontrer chez eux dans l’atelier de l’artiste pour prendre le café. Ce que nous avons fait avec joie. Non seulement l’ambiance a été extrêmement sympathique, j’oserai même dire amicale, mais nous nous sommes sentis si bien, nous avons vu tant d’œuvres splendides, nous avons eu tant d’intérêt au récit du parcours professionnel et des anecdotes diverses de Marcel de Villemoisson que nous sommes restés indûment tard…
 
785h2 Cécile Vincent-Cassy, enseignante à l'université,
 
Quant à l’autre rencontre, elle a été aussi une grande joie. Cécile Vincent-Cassy enseigne à l’université et fait aussi des recherches savantes. Comme ses recherches l’ont, un jour d’octobre 2010, fait tomber sur mon blog et que j’avais pris quelques photos en rapport avec son sujet, elle est entrée en contact avec moi, et puis nous avons de temps à autre échangé par courrier électronique. Évidemment, je ne pouvais, moi à mon niveau, rien lui apporter pour sa recherche très spécialisée. Mais elle enseigne à l’université Paris XIII, et nous avons profité de notre séjour dans la capitale pour nous rencontrer. Avant cette rencontre, j’avais une correspondante érudite, cultivée, brillante, passionnante. Nous avons dîné ensemble tous les trois. Depuis, il s’y ajoute une amie, charmante, spirituelle, chaleureuse. Voilà pourquoi je ne pouvais manquer de parler d’elle. Avant de mettre le point final de cet article, je voudrais donner le titre, très pointu, du gros ouvrage de plus de 500 pages, avec un CD de photos, qui a été à l’origine de nos échanges, Les Saintes vierges et martyres dans l’Espagne du XVIIe siècle. Culte et image. Elle m’en a offert un exemplaire. On pourrait penser qu’un tel sujet est aride, mais quoique ce soit très spécialisé et d’un haut niveau c’est passionnant et je l’ai lu d’un trait.

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

weekend 29/05/2012 14:10

Très belles photos !

Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche