Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 01:22

355a Rome, frère de Madame Hanska

 

Nous allons, aujourd’hui, nous promener à pied dans Rome et revoir des endroits que nous connaissons déjà, mais il y a des jours comme ça où nous n’avons pas envie de découvrir de nouveaux lieux. Et puis, dans le cadre de son projet sur les liens entre les sociétés slaves et les sociétés occidentales, Natacha a noté quelques adresses de lieux où ont résidé des personnages des pays qui l’intéressent et souhaite prendre des photos.

 

Nous commençons notre promenade par la Villa Médicis (l’Académie de France), puis devant l’église de la Trinité des Monts c’est moi qui me rappelle Balzac, son amour pour Madame Hanska, son mariage avec elle bien tardif quand elle a (enfin) été veuve, mais peu avant sa mort à lui. Or dans ce beau bâtiment a vécu le frère d’Évelyne Hanska. Elle s’y est donc très certainement rendue.

 

355b Rome, piazza di Spagna

 

Descendant les escaliers de la piazza di Spagna, nous arrivons à la fontaine du Bernin. Il paraît que ce serait après avoir vu une barque apportée en ce lieu par la forte crue du Tibre de 1598 qu’il aurait eu l’idée de cette fontaine figurant un bateau à moitié enfoncé dans l’eau. On peut voir que, même en cette saison (les vacances de Noël sont pourtant terminées), les touristes et promeneurs sont nombreux sur cette place, et c’est toujours la mode de se faire photographier près de la barque, comme le fait cette jeune fille.

 

355c Rome, piazza di Spagna

 

Hier encore, je remarquais les abeilles du blason sur la fontaine du Triton. Eh bien ici encore le blason représente les abeilles caractéristiques de la famille Barberini. Pas de doute, c’est le pape Urbain VIII qui a commandé cette fontaine au Bernin.

 

356a Rome, abbé Luigi

 

Cheminant par toutes les petites rues autour de la piazza di Spagna, Condotti, Bocca di Leone, Frattina, puis passant derrière le Panthéon, nous arrivons au Largo Argentina et à l’Area Sacra dont j’ai amplement parlé le 29 décembre. Je ne recommencerai pas aujourd’hui. Puis, à quelques pas de là, nous allons rendre visite à la "statue parlante" de l’Abbé Luigi. Voici un gros plan sur sa tête.

 

356b Rome, abbé Luigi

 

Lorsque j’ai parlé de lui, je n’ai pas montré le texte gravé sur son piédestal. Il dit ceci :

         Je fus, de l’antique Rome, un citoyen.

         À présent, ‘Abbé Louis’ on me nomme.

         J’ai conquis, avec Marforio et avec Pasquino,

         Dans les satires urbaines une renommée éternelle.

         J’ai subi affronts, disgrâces et sépulture,

         Mais ici vie nouvelle et enfin sûre.

 

356c Rome, Babuino

 

Nous revenons vers le quartier d’où nous sommes partis. Via del Babuino, nous nous arrêtons devant cette vieille sculpture représentant un Silène, et qui fut découverte lorsque la rue fut ouverte par le pape Clément VII en 1525. Silène était un satyre âgé (ce qui n’est pas tout à fait la même chose qu’un "vieux satyre" !), qui s’est chargé de l’éducation de Dionysos, dieu de la vigne, du vin et du délire mystique. Tel maître, tel élève. Aussi représente-t-on généralement Silène ivre, étendu à terre ou porté par un âne. Par ailleurs, il était connu pour sa laideur et pour son regard de taureau. Or la statue trouvée là, outre sa laideur originelle, était de plus bien abîmée par le temps, de sorte que les Romains du quartier lui trouvèrent une certaine ressemblance avec un singe, et prirent l’habitude de désigner cette rue qui n’avait pas encore de nom par "la rue du babouin". Et le nom lui est resté. Cette statue est placée contre le mur d’un atelier de sculpteurs (créé par Canova pour l’un de ses élèves). Aujourd’hui il y a, outre un musée dans l’atelier, un restaurant envahi par des sculptures dont certaines gigantesques qui sont des études, copies de statues de Canova ou d’autres artistes réalisées par des élèves.

 

356d Rome, via Babuino 65, Mme Récamier

 

Juste en face de ce restaurant / atelier / musée / babouin se trouve le n°65 de la via del Babuino. Dans cet immeuble représenté ci-dessus a vécu madame Récamier depuis octobre 1823. Elle y tenait un salon réputé pour son niveau culturel. Je n’aurais pas été à la hauteur, inutile de frapper à la porte, aussi avons-nous décidé de reprendre le métro et de rentrer vers notre camping-car.

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

soulier 04/04/2010 15:05


merci pour cette visite (Saint Pierre de Rome) qui fut précieuse à la compréhension de mes cours


Thierry Jamard 04/04/2010 22:20



...et merci pour votre petit mot. Cela fait toujours plaisir (et ça gonfle l'ego!!!).



Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche