Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 02:11

482a Rome, escalier de la Trinità

 

 

Oui ! Ça y est, ils ont mis les plantes sur l’escalier de Trinità dei Monti. Ce n’est pas encore en fleurs, mais c’est déjà quelque chose, avant notre départ de Rome. Alors je publie encore cette photo de la fameuse scalinata, oui encore une, mais –promis, juré– c’est la dernière fois. Du moins pour ce voyage-ci. La vue est prise depuis la via dei Condotti, au niveau du café Greco.

 

482b Rome, mausolée d'Auguste

 

Aujourd’hui, Natacha souhaite aller travailler à la bibliothèque de l’Institut polonais, de l’autre côté du Tibre, au nord du château Saint-Ange. Je l’accompagne jusque là et nous faisons cette longue promenade ensemble. Au passage, une brèche dans les barricades de travaux qui isolent le site permet enfin de voir le mausolée d’Auguste dont, précédemment, je n’avais jamais montré de photos parce que l’on n’en apercevait que le sommet derrière des arbres. Construit dans les premières années du règne d’Auguste (de 28 à 23 avant Jésus-Christ), c’était un bâtiment splendide, dont l’entrée était encadrée de deux obélisques faussement égyptiens (ils ont été transportés, l’un au Quirinal, l’autre à l’Esquilin).

 

482c Rome, San Carlo al Corso

 

De là, en nous retournant, nous avons une belle vue sur le dôme de l’église San Carlo al Corso, réalisé par Pierre de Cortone en 1668. L’église, attribuée aux Milanais de Rome, tient son nom de saint Charles Borromée, archevêque de Milan, canonisé au début du dix-septième siècle, quand la reconstruction du bâtiment fut entreprise.

 

482d Rome, institut polonais

 

Et nous arrivons à l’Institut polonais. Le président de la République de Pologne et près de cent personnes viennent de mourir dans le crash de l’avion qui les emmenait se recueillir à Katyn, là où les Soviétiques ont assassiné les officiers polonais. Un crêpe sur la plaque a été posé en signe de deuil national. À la fin du printemps 2009, il y a moins d’un an, Natacha avait rencontré plusieurs de ces personnes dans un congrès auquel elle avait participé à Varsovie.

 

482e Rome, institut polonais

 

L’Institut s’est installé au cinquième étage d’un bel immeuble. La porte, au fond du hall, donne une idée de la décoration.

 

482f Rome, près du Tibre

 

Mais moi, je ne comprends pas un mot de polonais. Tout au plus, mobilisant tous mes dons linguistiques, puis-je comprendre, sur le route, le panneau qui dit "Controla radarowa" (image de radar à l’appui). Je suis même capable (tellement je suis doué) de comprendre directement son correspondant en italien : "Controllo elettronico della velocità". Je ne suis pas sûr que ce soit à la portée de n’importe qui. Cela dit, je pars me promener pendant que Natacha travaille. Descendant sur le quai du Tibre pour marcher près de l’eau et loin du trafic, je découvre ces panneaux citant le texte d’auteurs célébrant le Tibre. Il y a des Américains, des Britanniques, des Russes, des Grecs, des Latins antiques, etc. Et des Français, comme ici Zola. C’est présenté comme un livre ouvert, avec le texte original sur la page de gauche et la traduction en italien sur la page de droite. Bien sûr il y a aussi des Italiens, pour qui la page de gauche est consacrée au titre en gros caractères.

 

482g1 Rome, San Crosogono

 

Marchant ainsi, j’arrive au Trastevere, de l’autre côté du Janicule. Apercevant l’église San Crisogono visitée le 22 février, l’envie me prend d’y retourner. Je descends à la basilique primitive dont il reste cette abside du cinquième siècle, coupée en deux au huitième siècle.

 

482g2 Rome, San Crosogono

 

Je n’avais pas montré, lors de notre visite de février, le baptistère qui subsiste là. Il était dans la basilique du cinquième siècle, mais existait peut-être déjà auparavant, car le mur de l’église le coupe en deux. Il est émouvant de penser que là, dans ce bassin que l’on emplissait d’eau, des hommes et des femmes se trempaient nus pour être baptisés.

 

482g3a Rome, San Crosogono

 

482g3b Rome, San Crosogono

 

Plusieurs sarcophages sont là dans le sous-sol de l’église. Ci-dessus, un beau sarcophage sculpté au visage du défunt entouré de divinités et de scènes marines.

 

482h Rome, forum, temple d'Antonin et Faustine

 

Je passe saluer l’île du Tibre et je traverse sur la rive gauche du fleuve. J’arrive ainsi devant le Forum. Je n’y entre pas (quoique, vu que pour moi l’entrée est gratuite, je puisse y aller même pour cinq minutes), mais je prends quand même de l’extérieur cette photo du temple d’Antonin et Faustine que la prise de vue rapproche artificiellement de ces trois colonnes, restes du temple de Vespasien et Titus. Entre ces colonnes apparaît le fronton de Santa Francesca Romana.

 

482i Rome, piazza Cavour

 

Il me reste à me hâter vers l’Institut polonais, dont je suis loin, pour ne pas faire trop attendre Natacha. Mais en fait, parce que j’ai marché vite pour me dégourdir les jambes, j’arrive en avance sur le fin de la conférence à laquelle elle devait assister après son travail en bibliothèque. Aussi vais-je me balader jusqu’à la piazza Cavour, au bout de la rue. Et quand nous nous retrouvons, nous repartons à pied prendre notre métro, pour le plaisir de marcher dans Rome. Ah, qu’il est dur de penser que nous devons bientôt nous décider à quitter Rome…

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche