Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juillet 2011 7 03 /07 /juillet /2011 22:51
Comme je l’ai dit dans mon article du 16 avril, nous étions ce jour-là à Mantinée et Tripoli, soit le nord-est du Péloponnèse. Nous avions projeté de faire tout le tour de ce Péloponnèse, descendant par l’est jusqu’au sud, explorant les trois "doigts" que tend le Péloponnèse vers le sud, vers la Crète et l’Afrique, puis de remonter vers le nord par la côte ouest pour être à Olympie au jour dit pour y rencontrer des amis. Ha ha ha, je ris fort. Vu notre rythme de visites, c’est aussi réaliste que lorsque nous envisagions de tourner autour de toute l’Europe, de l’Italie et de la Grèce jusqu’au Cap Nord, et retour en France en un an. Or si je compte bien, depuis la mi-septembre 2009 jusqu’à ce jour, dix-neuf mois ont passé et nous en sommes à notre deuxième pays. Nous décidons donc de filer plein ouest vers Olympie, l’amitié est prioritaire, et nous reprendrons ensuite vers l’est pour suivre notre programme (géographique, non calendaire…).
 
700g1 fleuve Erymanthe
 
700g2 fleuve Erymanthe
 
Dimanche 17, nous sommes partis de Tripoli. Simiades, Levidi, Vlacherna, Vytina, Langadia, Stavrodromi, Livadaki, Olympie. Environ 130 kilomètres par la montagne. Bien sûr, nous traversons de somptueux paysages. Tout est beau en Grèce. C’est quand on voit un décor quelconque que l’on est surpris et qu’il convient de le signaler. Mais en route je relève quand même deux noms. Le premier, c’est lorsque nous franchissons le fleuve Érymanthe (ci-dessus), ce qui me rappelle le sanglier monstrueux et gigantesque qui ravageait le pays et qu’Héraklès a dû rapporter vivant à Eurysthée. D’abord, en hurlant, il l’a fait sortir de sa bauge. Puis, infatigable lui-même, il l’a poursuivi dans la neige épaisse de la montagne jusqu’à ce que le sanglier, épuisé, se laisse atteindre. Alors Héraklès l’a chargé sur ses épaules et l’a rapporté vivant à Eurysthée lequel, effrayé, a sauté dans une grande jarre pour s’y protéger. J’ai vu au Louvre, sur une poterie antique, cette représentation comique de la tête d’Eurysthée apeuré émergeant d’une jarre mais je ne crois pas en avoir vu d’autre représentation lors du présent voyage, et donc pouvoir me référer ici à une image précédemment publiée. En fait, l’Érymanthe du sanglier d’Héraklès est une haute montagne d’Achaïe (2224 mètres) à mi-chemin environ entre Patra et Olympie, et où le fleuve Érymanthe que nous franchissons prend sa source. Mais le nom n’a pu manquer d’évoquer pour moi ce travail d’Héraklès. L’autre nom qui a retenu mon attention est celui que j’ai lu sur un panneau et qui indiquait qu’il fallait tourner à gauche pour gagner Pisa. Cette ville, toute proche d’Olympie mais en Arcadie à l’origine (alors qu’Olympie est en Élide) a longtemps combattu sa voisine pour être chargée de la gestion du sanctuaire de Zeus et des Jeux panhelléniques car originellement Olympie était sur un territoire administré par Pisa. Par ailleurs, des découvertes lors de fouilles à Pise, en Italie, laissent penser que des Grecs de cette ville d’Arcadie (annexée par l’Élide au sixième siècle avant Jésus-Christ) auraient migré vers l’Italie et auraient fondé la ville de Toscane. Mais j’avais lu quelque part qu’il ne reste rien à voir de la ville antique, et nous avons poursuivi notre chemin.
 
700h1 Avec Pierre et Donatine à Olympie
 
Levés dès potron-minet du côté de Nauplie, nos amis chalonnais Donatine et Pierre, que nous avons déjà eu la joie de rencontrer à Rome l’an passé, le douze février, sont arrivés dans la matinée à Olympie et ont visité le site et le musée archéologique. Ils sont un groupe d’une quinzaine d’amis qui, tous les ans, font ensemble un voyage, et cette année c’est une semaine en Grèce. Athènes, Nauplie, Mycènes, Olympie, Delphes, les Météores, et retour à Athènes. Évidemment, le programme est lourd, c’est chargé, d’autant plus que la plupart des musées et des sites de Grèce ferment à quinze heures en cette saison. Mais c’est un bon système pour faire des choix, pour savoir ce que l’on aura envie de revoir en prenant son temps une autre fois. Et surtout, surtout, c’est excellent pour nous parce que, ainsi, nous avons le plaisir de revoir ces amis.
 
700h2 Avec Pierre et Donatine à Olympie
 
Nous nous rencontrons donc autour d’un pot, avec deux couples sympathiques de leurs amis. Sur ces photos, prises par Natacha, nous sommes donc attablés à Olympie. On reconnaît sur la première de ces photos Donatine près du bord gauche et Pierre près du bord droit. De plus, en contact avec mon petit frère Jérôme qui, le pauvre, gère tout notre courrier, s’occupe de la liaison avec tous les services qui ne savent pas comment gérer un couple qui n’est pas tranquillement installé dans sa maison en résidence fixe, etc., etc., ils m’apportent une enveloppe importante qu’il valait mieux ne pas confier à la poste. Nous passons ainsi un moment agréable en compagnie très amicale mais demain, avant 15h, ils devront avoir eu le temps de gagner Delphes –et ce n’est pas la porte à côté–, de visiter le site qui est ô combien étendu, et le musée archéologique, de sorte que nous devons nous quitter. Les moments chaleureux sont toujours trop courts…

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche