Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 21:45

 

 

 

Du Palatin, on a une vue à la fois belle et très instructive sur le forum. Instructive parce qu’on peut situer les monuments les uns par rapport aux autres, et parce que la "vue d’avion" est différente de la vue d’en bas. Je commence par trois photos qui représentent la via Sacra, cette rue qui traverse tout le forum et que fréquentaient les Romains, pour se promener, pour se rencontrer, pour se montrer ou tout simplement pour se rendre dans l’un ou l’autre des lieux publics qui la bordent.

 

Elle a une valeur toute particulière pour moi, parce qu’elle me rappelle ces vers d’Horace que j’ai appris par cœur dans le passé, que je trouve amusants (on pourrait les intituler “Un casse-pieds”), que j’aime et que j’ai toujours gardés dans un coin de ma mémoire (je ne résiste pas à les citer en latin. La traduction qui suit est de moi) :

 

Ibam forte via Sacra sicut meus est mos,
nescio quid meditans nugarum, totus in illis.
Accurrit quidam notus mihi nomine tantum
arreptaque manu : "Quid agis, dulcissime rerum ?
– Suaviter, ut nunc est, inquam, et cupio omnia quae vis."
Cum adsectaretur : "Numquid vis ?" occupo. At ille :
"Noris nos, inquit, docti sumus." […]


[…] "Hinc quo nunc iter est tibi ? – Nil opus est te
circumagi : quemdam volo visere non tibi notum ;
trans Tiberim longe cubat is prope Caesaris hortos.
– Nil habeo quod agam et non sum piger ; usque sequar te."


Je marchais au hasard sur la Voie Sacrée comme j’en ai l’habitude,

Pensant à je ne sais quelles fadaises, tout entier dans mes réflexions.

Vient à moi un quidam que je ne connaissais que de nom.

Il me saisit la main, et : "Comment va, mon très cher ?

– Fort bien, pour l’instant, dis-je, et je te souhaite tout ce que tu désires".

Comme il me suivait je prends les devants : "Tu as besoin de quelque chose ?" Mais lui :

"Tu me connais, dit-il, je suis un homme cultivé…" […]


[…] "Et maintenant, où vas-tu ? – Il ne te sert à rien

D’insister : tu ne connais pas la personne que je vais voir ;

Il habite de l’autre côté du Tibre, loin, près des jardins de César.

– Je n’ai rien de spécial à faire et je suis courageux ; je vais t’accompagner jusque là"

 

Eh bien voilà, c’est sur cette rue, dans ce cadre, qu’avait l’habitude de se promener Horace (dont, à présent, je me rappelle qu’au sujet de l’abbaye de Lavaudieu en Auvergne j’ai déjà cité un vers. Impossible de cacher plus longtemps que j’aime cet auteur…).

 

 

À présent, voici une photo des rostres, d’où parlaient les orateurs, d’où les politiciens haranguaient le peuple. Hélas, on ne peut s’en approcher de face, si bien que cette photo de côté, et d’en bas, n’est guère évocatrice. Pourtant c’est là que Cicéron a prononcé ses Philippiques, et c’est là aussi qu’après l’avoir égorgé et lui avoir coupé la tête et les mains ses assassins ont exposé ces trophées. J’ignore pourquoi cet endroit est isolé du public par des barrières.

 

 

Ici, ce gros bâtiment rose, c’est la Curie, où se tenaient les séances du Sénat. Cette curie date de Dioclétien, qui l’a fait reconstruire au troisième siècle. Elle n’a donc d’importance que symbolique, puisque les sénateurs n’avaient plus le pouvoir de s’opposer aux décisions de l’empereur, alors que du temps de la République c’est eux qui détenaient une grande partie du pouvoir politique.

 

 

Cet édifice rond est le temple de Romulus, fils de l’empereur Maxence, mort en 307. Pas le fondateur de Rome, un millénaire avant. Il date du quatrième siècle et ses portes de bronze sont d’époque. Derrière, c’est l’église Saints Côme et Damien. J’ai lu quelque part qu’ils auraient habité dans la maison voisine ; d’après le guide Michelin, cette maison aurait été un lupanar. On interprétera donc ce que l’on voudra.

 

 

Il faut bien que j’en finisse avec les visites d’aujourd’hui. Je ne montrerai donc ni le temple de Saturne, ni le temple de Vesta, ni mille autres merveilles qui rappellent tant et tant de souvenirs de lectures et de traductions, et je me contenterai de cette photo de la prison Mamertine. Elle sert de base à l’église Saint Joseph des Charpentiers. C’est là que notre héros national Vercingétorix a été incarcéré lorsque Jules César l’a ramené dans son triomphe, puis qu’il a été étranglé quelques années plus tard. On dit aussi –mais c’est peut-être une légende– que saint Pierre et saint Paul y ont été enfermés avant leur exécution.

 

J’ai dit que j’arrêtais là. J’ai déjà été bien trop long. Nous reviendrons dans les parages pour les forums (les fora ?) impériaux, pour le Capitole, pour la chiesa del Gesù, etc.

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche