Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 23:57

403a Rome, musée de la Libération

 

Chaque jour, le métro que nous prenons au terminus Anagnina passe devant la station Manzoni, sous-titrée Museo della Liberazione. Et chaque fois la voix dans le haut-parleur annonce "Prossima fermata : Manzoni, Museo della Liberazione. Uscita lato destro" (Prochaine station : Manzoni, Musée de la Libération. Sortie côté droit). Certes, nous sommes venus à Rome pour les monuments et les œuvres d’art, mais les horreurs commises par le nazisme et par le fascisme ne peuvent nous laisser indifférents, même si en France nous avons eu l’occasion de voir pas mal de choses à ce sujet, même si lors de notre dernier séjour à Budapest, l’an passé, nous avons visité la synagogue et son musée, ainsi que le Musée de la Terreur sur les horreurs commises par un autre régime dictatorial, au temps du communisme. Ce musée est situé dans ce qui a été une prison politique. Ici, on voit une fenêtre murée par les nazis. Le prisonnier était en isolement total, sans la moindre lumière.

 

403b Rome, musée de la Libération

 

Les murs d’autres cellules minuscules et également totalement obscures ont été recouverts de graffiti par leurs divers occupants successifs. C’est terriblement émouvant de lire, par exemple : "Le dernier espoir n’est pas perdu. Peut-être la vie sera-t-elle sauve. Ayez confiance. 3-6-44". Mais ils n’en sont pas ressortis vivants.

 

403c Rome, musée de la Libération

 

Même si ce document n’est pas lisible sur ma photo ainsi réduite, je tiens quand même à le montrer. Dans la dernière colonne il est dit que, par décision du tribunal militaire en date du 7 mars 1944, la peine de mort devra être appliquée à Giuseppe Morosini.

 

403d Rome, musée de la Libération

 

Et ici, le conseiller du tribunal de guerre transmet l’ordre de procéder à l’exécution du citoyen Giuseppe Morosini, pour espionnage et autre, dans le fort Bravetta, le lundi 3 avril 1944 à 8h du matin. Et évidemment c'est URGENT, remis À LA MAIN. Quelle horreur !

 

403e Rome, musée de la Libération

 

On peut voir une affiche interdisant aux Juifs les administrations civiles et militaires, le Parti (ça, ce n’est pas grave, je ne vois pas quel Juif aurait souhaité y mettre les pieds), les entités provinciales, communales, para nationales, les banques et les assurances, ainsi que les écoles italiennes.

 

403f Rome, musée de la Libération

 

Par ailleurs, les Juifs étrangers (donc ne possédant pas la nationalité italienne) sont expulsés du pays. J’ignore si cela, malgré la volonté des antisémites, a finalement sauvé la vie de ceux qui du fait de cette mesure ont pu émigrer vers un pays que n’a pas touché la Solution Finale, les États-Unis, par exemple.

 

403g Rome, musée de la Libération

 

Il Messaggero est un grand journal qui existe toujours. Il annonce la décision du conseil des ministres d’exclure enseignants et élèves de race hébraïque de l’école italienne de tout type et de tout niveau, ce qui signifie de la maternelle à l’université. On l’a vu sur l’affiche tout à l’heure, mais je tenais à montrer aussi la façon dont cela a été annoncé. Les dessins représentaient des gens au "nez juif", c’était ordurier, fait par des propagandistes. Maintenant, c’est une information sérieuse dans un journal sérieux, donnée par des journalistes.

 

403h Rome, musée de la Libération

 

Beaucoup ont critiqué l’attitude du pape Pie XII qui ne s’est pas prononcé suffisamment fermement contre le nazisme et l’antisémitisme. Et beaucoup ont prétendu que ce n’était pas vrai, qu’il a fait ce qu’il a pu. Je n’ai, pour ma part, aucune idée sur le sujet, parce que je manque d’information. En revanche, et indépendamment du Pape, un document cite toutes les institutions religieuses qui ont sauvé des Juifs, et combien chacune. Au total, il y a plus de cent institutions, et des milliers de vies. Et en mars 1946, le Congrès de la communauté Israélite italienne adresse à Pie XII le texte ci-dessus de remerciement à l’Église catholique. Je tire quelques mots importants.

"Ressent l’impérieux devoir de rendre un révérend hommage à Sa Sainteté"

"Les preuves de fraternité humaine données par l’Église pendant les années de persécution"

"Bien des fois des prêtres ont subi la prison et les camps de concentration, ont immolé leur vie pour assister de toutes les façons les Juifs"

"Les Juifs se rappelleront éternellement combien […] l’Église a fait pour eux".

 

À un autre étage, les documents sont en allemand, je n’y comprends rien. Il y a leur traduction en italien, mais cette traduction ne représentant pas un document original je préfère en parler sans la montrer. Je n’en ai d’ailleurs pas fait de photo pour cette même raison. Ce sont plusieurs salles consacrées à parler de la prostitution forcée des femmes dans les camps de concentration, au profit (si je puis employer ce mot) des Allemands. Ce ne sont pas des Juives, considérées comme de race inférieure, et donc ne pouvant pas être impliquées dans des gestes qui, biologiquement, sont destinés à la procréation, même si évidemment tout était fait pour que ces femmes ne soient pas enceintes. Ce sont donc des femmes envoyées en camp de concentration pour des motifs autres que raciaux. Parmi les "fiches descriptives", on voit une Française accusée pour raison politique. Une Allemande qualifiée "antisociale" parce qu’elle avait un enfant hors mariage. On peut apprécier les motifs… Elles sont extrêmement jeunes, toutes ont entre 20 et 22 ans. Elles sont cloîtrées, jour, repas, nuit, dans leur cellule où se rendent les hommes qui veulent les "utiliser". Il y a des registres dans lesquels ils sont inscrits. Cela aussi, c’est horrible. Plus horrible ou moins horrible que l’extermination des Juifs, je n’en sais rien. Quand on va aussi loin dans l’horreur et dans l’abjection, je pense qu’il n’y a plus de degrés.

 

Dans toutes les églises que nous avons visitées, ou presque, il y a des scènes de martyre. À Rome plus qu’ailleurs, parce que c’est là que s’est d’abord développé le christianisme avec le plus d’activité avant l’époque de Constantin. Et l’on se dit que ces supplices étaient barbares, qu’il est inconcevable que des hommes aient pu inventer ces grils, ces bassines d’huile bouillante, ces jeux du cirque avec des bêtes sauvages, ces crucifixions, etc. Mille huit cents ans plus tard, deux mille ans, on en est au même point. Il s’y ajoute la technique, il s’y ajoute l’ampleur numérique, mais psychologiquement et humainement c’est strictement la même chose. La Deuxième Guerre Mondiale et le nazisme n’ont pas été les derniers. Il y a eu récemment l’ex-Yougoslavie, il y a plusieurs pays d’Afrique. Et à moins d’en rajouter une couche dans le racisme avec des réflexions du genre "oui, mais ces gens-là ne sont pas civilisés, ils ne sont pas comme nous", il faut bien admettre que l’humanité est incorrigible de son sadisme.

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche