Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 décembre 2009 6 26 /12 /décembre /2009 23:02

325a Rome, Porta San Paolo

 

Lorsque nous avons visité l’appartement de Keats sur la Piazza di Spagna le 27 novembre, nous avons vu qu’il était enterré au cimetière non catholique de Rome. Nous avons décidé de faire de ce pèlerinage littéraire le but de notre visite de ce jour. Le cimetière est situé près de la Porta San Paolo.

 

325b Rome, Pyramide

 

Il est également accolé à la Pyramide de Cestius. J’ai annoncé hier que nous verrions ce célèbre monument romain aujourd’hui. Caius Cestius, qui a attaché son nom au bâtiment est un bureaucrate romain mort en 12 avant Jésus-Christ, qui avait voulu une sépulture qui sorte du commun… et qui avait acquis les moyens de se l’offrir. Cette pyramide à l’égyptienne revêtue de marbre blanc comble ses vœux. À Rome, elle est surprenante. Madame de Staël dit que "la massive pyramide qui enfermait [Cestius] protège sa mort de l’oubli qui avait complètement effacé sa vie".

 

Allez, soyons "bas bleu", le nom de cet homme évoque pour moi une curiosité philologique. Les Étrusques, qui vivaient en Italie avant les Romains, parlaient une langue où le son G n’existait pas, et par conséquent leur alphabet ne pouvait comporter de signe correspondant. Quand sont arrivés les Romains sur ce territoire et qu’ils sont tombés sous la domination de rois étrusques, ils ont adopté l’alphabet de cette brillante civilisation, et ont noté le son G avec la même lettre que le son K, c’est-à-dire avec un C. Il faut donc prononcer les deux prénoms latins fréquents (la liste en est limitée à 18 en tout et pour tout) Caius et Cnaeus comme s’ils étaient écrits avec un G initial. C’est aussi là l’explication de la prononciation de "second". Et puis nos braves Romains ont trouvé cela incommode, et ont ajouté une petite barre horizontale à leur C pour différencier le son G.

 

325c Rome, Pyramide

 

Nous voici au cimetière, d’ou l’on peut avoir une vue différente sur cette pyramide. Qui n’était pas catholique n’avait pas le droit d’être enterré en terre catholique. Les papes ne badinaient pas avec la charité chrétienne. Pardon, catholique. Alors deux solutions, ou bien on livre les corps aux chiens errants ou bien on achète un terrain et on le consacre aux non catholiques. Mon guide Michelin, que j’affectionne tant (Natacha se moque de moi et de ma culture issue de Bibendum), parle du cimetière protestant, et il n'est d'ailleurs pas le seul. Il a tort, on y trouve des tombes sans aucune marque religieuse, des tombes juives, des tombes orthodoxes, et puis bien sûr aussi beaucoup de tombes protestantes. D’ailleurs, la plaque indiquant les horaires d’ouverture, à l’entrée, annonce le "Campo Cestio, l’antico cimitero per stranieri non cattolici".

 

326a Rome cimetière non catholique, Keats et Severn

 

Si nous sommes venus ici, c’est tout d’abord, comme je le disais au début de cet article, pour la tombe du poète anglais Keats. Il était venu à Rome accompagné de son ami le peintre Joseph Severn qui s’était occupé de lui pendant sa tuberculose et dans ses derniers moments, et avec qui il avait partagé cet appartement romain. C’est à cet ami que l’on doit des représentations de Keats. Les deux amis sont enterrés côte à côte, à droite Severn et à gauche Keats. Sur la stèle du premier on lit "Devoted friend and death-bed companion of John Keats", et sur celle du second, qui ne comporte aucun nom, "This grave contains all that was mortal of a young English poet".

 

326b Rome cimetière non catholique, Shelley

 

Quant à Percy Shelley, qui s’était noyé sur la côte tyrrhénienne et dont le corps avait été rejeté sur une plage en face de Pise, il avait dans un premier temps été enterré dans le sable de la plage, puis quelque temps après on l’avait exhumé et incinéré sur place, sur un grand bûcher. Sa veuve avait transféré ses cendres dans ce cimetière non catholique de Rome. Elles ont été placées là où précédemment avait été enterré son fils William ; une simple plaque sur le sol dit "William Shelley, né le 24 janvier 1816, mort le 7 juin 1819, fils de Percy et de Mary Wolsfonecraft Shelley".

 

21 novembre 2010. Voilà un an que j'ai publié cet article. Et puis il est tombé sous les yeux d'un sympathique lecteur, Stéphane, qui me signale une erreur. Je suis heureux de profiter de sa culture et du temps qu'il a consacré à m'écrire pour insérer cet ajout dans mon article. Concernant la sépulture de Shelley, il dit : "Ses cendres ne reposent pas aux côtés de son fils, mais il possède son propre monument dans la première partie sur les hauteurs du cimetière juste à côté de son ami Trelawney qui planta lui-même les arbres qui ombragent la dalle de pierre de Shelley". Voilà qui est fait. Merci, Stéphane !

 

326c Rome cimetière non catholique, fils de Goethe

 

Tant que l’on vit, avoir un père célèbre peut être merveilleux, sauf si l’on en est jaloux, sauf si, comme le voudrait Freud, on ne parvient pas à le tuer. Mais dans la mort, il est bien triste de n’avoir plus d’existence qu'à travers son père. C’est ce qui est arrivé à cet homme qui, sur la stèle, n’est plus que "fils de Goethe, qui a précédé son père".

 

326d Rome cimetière non catholique, Gramsci

 

Ici, c’est Antoine Gramsci, né en France à Alès en 1891 et mort à Rome en 1937, qui est l’un des fondateurs du parti communiste italien. Il est l’auteur de Lettres de prison, où il apporte un touchant témoignage sur la ségrégation fasciste. Voilà un exemple de tombe complètement laïque.

 

326e Rome cimetière non catholique, Bruloff

 

Karl Bruloff est un grand peintre né à Saint-Pétersbourg en 1799 et mort en 1852. J’aime le nom de sa ville en langue latine, ou plutôt en langue grecque dans un texte en latin, "Petropolis". Et dans l’empire des Russies, "in imperio Russiarum". Il était d’ascendance française, d’une famille huguenote du nom de Brulleau qui avait émigré après la révocation de l’édit de Nantes (Louis XIV, 1685). Lui-même avait quitté la Russie avec une bourse d’étude et avait résidé à Dresde, Munich, Milan, Florence, Rome et Naples. C’est lors de son séjour à Rome qu’il a peint son chef d’œuvre, un grand tableau, Les Derniers jours de Pompéi, qui a été présenté à Paris et qu’ont apprécié Walter Scott et Stendhal.

 

Nous sommes restés longtemps, longtemps dans ce cimetière, où figurent encore bien d’autres noms connus, et où même beaucoup de tombes d’inconnus présentent un intérêt.

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

johann 09/06/2013 08:57

Antonio Gramsci n'est pas né en France mais en Sardaigne, dans la province de l'Oristano. Le village où il est né s'appelle Ales ce qui vous a sans doute induit en erreur. Amicalement, J.

celine colassin 01/06/2010 09:15


L'actrice Anglaise belinda Lee repose aussi dans ce cimetière. belinda, la "BB Anglaise" est morte à 26 ans après que sa voiture ait fait plusieurs tonneaux sur la route reliant Vegas à Los
Angeles.Elle était une des plus belles femmes de son époque.


Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche