Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 19:46

392a Rome, Sainte Marie Majeure

 

Natacha doit faire des recherches chez les bouquinistes qui sont installés sur le viale Einaudi, entre la station centrale Termini (piazza dei Cinquecento) et la piazza della Repubblica. Comme nous avons l’un et l’autre la même envie de découvrir des sites et des monuments de Rome, il n’est pas question que je me rende seul dans certains endroits qu’elle, ensuite, ne verrait pas. J’ai donc choisi de retourner visiter cette basilique Sainte Marie Majeure que nous avions vue le 28 novembre, il y a longtemps, pensant que ma meilleure connaissance de Rome me permettrait de l’envisager sous un nouvel angle. Ici, je commence par montrer une vue de l’abside, avec son obélisque. Cet obélisque, sans hiéroglyphes, avait été importé d’Égypte par l’empereur Claude au premier siècle de notre ère. Il a été trouvé tombé à terre devant le mausolée d’Auguste (que nous n’avons pas encore visité), et c’est le pape Sixte V, ou Sixte Quint (1585-1590), qui le fit transporter ici.

 

392b Rome, Sainte Marie Majeure

 

Tournant autour et arrivant sur la façade, je peux admirer son clocher, léger, entièrement décoré. Devant cette basilique, Stendhal a été témoin d’un petit événement anecdotique le 10 décembre 1828. L’histoire commence Via del Corso, près de l’église San Carlo, à environ trois kilomètres de la basilique. "De grands cris nous ont fait regarder un homme qui fuyait. On nous a dit: ‘C’est un garçon meunier qui vient de tuer un riche marchand de blé qui était l’amant de sa femme.’ Nous étions à pied et, malgré la terreur de nos compagnes de voyage, nous avons suivi de loin le mari jaloux. Il est allé tomber sur les degrés de Sainte Marie Majeure, après avoir couru près d’une demi-heure. La police a placé à l’instant une sentinelle pour surveiller l’assassin, pendant qu’on allait chercher l’autorisation nécessaire pour l’arrêter sur les marches d’une église. La populace du quartier de Monti entourait l’assassin et la sentinelle, qui se regardaient. Placés à une fenêtre voisine louée sur le moment, nous attendions la fin de cette aventure, quant tout à coup nous avons vu le peuple faire irruption entre la sentinelle et le garçon meunier, qui a disparu. Dans le Corso, au moment où il sortait de la maison du riche marchand de blé, le peuple criait ‘Poveretto !’ Nous pensions que cette marque d’intérêt était accordée à l’homme qui expirait ; pas du tout : il s’agissait de celui qui venait de se venger".

 

392c Rome, Sainte Marie Majeure

 

Surtout, la façade possédait de splendides mosaïques de la fin du treizième siècle et du début du quatorzième. Puis, sans les détruire, sans les modifier, une loggia a été plaquée sur la façade, et c’est de là que le pape pouvait donner sa bénédiction Urbi et orbi.

 

392d Rome, Sainte Marie Majeure

 

Au centre de cette mosaïque, trône le Christ en majesté, entouré d’anges. Je lui trouve encore une influence byzantine dans sa position hiératique, rigide. Mais autour de lui, les anges sont beaucoup plus souples.

 

392e Rome, Sainte Marie Majeure, Philippe IV d'Espagne

 

Sous le porche, à droite, il est surprenant de découvrir une statue de Philippe IV d’Espagne. Le texte en latin dit que ce monument a été dédié en 1692 par le chapitre et les chanoines au roi catholique des Espagnes Philippe IV qui a été un bienfaiteur de l’église. Stendhal écrit : "À côté de la porte, on trouve une mauvaise statue de Philippe IV, qui envoya de l’or pour orner cette église […]. Au moyen de cet or, cette basilique a l’air d’un salon magnifique et pas du tout du lieu terrible, demeure du Tout-Puissant. […] Ce fut l’emploi du premier or venu des Indes". Évidemment, il veut parler des Indes Occidentales, c’est-à-dire de l’Amérique.

 

392f1 Rome, Sainte Marie Majeure

 

Toutes ces basiliques ont une Porta Santa qui n’est ouverte que les années saintes, et que par le pape. Voici la Porta Santa de Sainte Marie Majeure. Elle représente sur le vantail gauche Marie montrant Jésus, et sur le vantail droit Jésus ressuscité sortant du tombeau. C’est une représentation moderne figurative, que je ne déteste pas, bien que Jésus apparaisse un peu trop massif à mon goût à côté de Marie beaucoup plus menue. Je le préférerais moins baraqué. Mais il est vrai qu’il est Dieu. Alors, quant à se choisir soi-même un corps dont on est le Créateur, autant se le choisir pas mal. Sous ces sculptures, on aperçoit sur ma photo deux blasons.

 

392f2 Rome, Sainte Marie Majeure

 

Comme on peut le voir sur ce gros plan, il s’agit d’une commémoration du concile d’Éphèse (431) avec la devise Ardere et Lucere (Brûler et Briller), ainsi que du concile Vatican II (1965) avec la devise Deus lo Vult (qui, de toute évidence, signifie Dieu le Veut, mais les deux mots Deus et Vult sont du latin, tandis que lo ne l’est en aucun cas. De l’italien ou de l’espagnol, oui. Je ne peux expliquer ce mélange de langues).

 

392g Rome, Sainte Marie Majeure 

Puis je pénètre dans la basilique. Dans cette nef imposante, maintenant que j’ai visité nombre d’églises romaines, je peux immédiatement identifier le dallage cosmatesque caractéristique. C’est encore l’une de ces immenses basiliques dont l’ampleur est censée glorifier la grandeur de Dieu. Selon Stendhal, l’âme romaine a besoin de ce gigantisme pour s’élever dans sa prière, alors que –toujours selon lui– nos compatriotes prient mieux dans le recueillement de ces petites chapelles sombres des villages de France. Ailleurs, il donne une indication historique : "Trente-six superbes colonnes ioniques de marbre blanc divisent cet immense salon en trois parties […]. On croit que ces colonnes furent tirées du temple de Junon."

 

392h Rome, Sainte Marie Majeure

 

Tout est grand, tout est somptueux, à l’image de ce ciborium monumental en porphyre décoré d’or.

 

392i Rome, Sainte Marie Majeure

 

De même, ce candélabre porté par un ange. J’ignore si c’est du bois doré ou du bronze doré. Pour le savoir, il m’aurait fallu le frapper du doigt pour écouter le son qu’il rend, mais je respecte trop les œuvres d’art pour les toucher. Si chaque visiteur en faisant autant, la dorure aurait tôt fait de disparaître. La sculpture n’en est sans doute pas d’une extrême finesse, je n’aime pas particulièrement ce visage un peu fade, mais le drapé de la robe est élégant, le mouvement du bras qui sort de la large manche, et surtout la peinture qui rehausse la bordure de la robe et la chemise en dessous est du plus bel effet.

 

392j Rome, Sainte Marie Majeure

 

Cette église, sans être obscure, n’est pas très lumineuse. Le vitrail de l’oculus au fond de la nef ne s’en remarque que davantage. Vu d’en bas et de loin, je l’aime bien pour ses couleurs, l’ample manteau bleu de la Vierge et le rose un peu parme du corps de l’Enfant Jésus qui trouve un écho dans le mauve du décor. Mais vu au téléobjectif, il n’en va pas de même. Je ne serais pas choqué que la Vierge soit habillée comme de nos jours, car après tout au Moyen-Âge bien souvent les personnages bibliques portent des vêtements comme l’artiste en voyait de son temps. Mais avec cette Vierge de style somme toute assez classique, cette table moderne aux pieds tournés jure terriblement. Par ailleurs, le corps du Petit Jésus est articulé comme celui d’une poupée de l’époque des Malheurs de Sophie et de la Comtesse de Ségur, ou pire comme celui d’un robot. Si le but impie est de dire que Jésus n’est qu’une marionnette créée par l’homme, je me demande comment ce vitrail a pu entrer dans cette vénérable basilique. Si, comme j’en suis convaincu, telle n’est pas l’intention, alors je trouve ce vitrail peu réussi. Si vous allez à Rome, ne le regardez pas aux jumelles. Il y gagnera.

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche