Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 19:09

Ce que nous avons fait hier n’est pas passionnant. Nous avons tourné dans Messine et autour de Messine, nous avons parcouru presque 150 kilomètres à la recherche d’un camping ou d’une aire pouvant nous accueillir. Finalement, nous avons trouvé à nous poser dans un camping presque au bout de la presqu’île de Milazzo, après avoir acheté des billets pour nous rendre à Stromboli aujourd’hui. Il a également fallu réserver une nuit d’hôtel par Internet, et nous préoccuper de l’endroit où laisser le camping-car en sécurité pendant deux jours. Ce matin nous avons mis le réveil à 4h30 (dur, dur), nous avions rendez-vous avec le garage pour qu’il nous ouvre ses portes à 6h30, le garage clos d’un hôtel, et à sept heures nous étions sur le quai pour nous embarquer.

 

613a1 Navigation vers Stromboli

 

613a2 Navigation vers Stromboli 

Stromboli est la plus éloignée des îles Éoliennes de notre voyage. Il y en a bien une autre qui est encore plus éloignée et plus isolée, mais ce n’est pas dans la même direction. Notre bateau, dès qu’il est sorti du port, prend de la vitesse et se dresse sur des patins qui lui permettent de diminuer sa trace sur l’eau et de flotter plus vite. Il va faire escale dans chacune des îles de son parcours.

 

613b1 L'arrivée sur Stromboli

 

613b2 L'arrivée à Stromboli 

Ça y est, nous sommes en vue de Stromboli. L’île est un volcan et il semble que, même si d’un côté la pente est douce, il n’y ait pas de plaine. Le petit village de maisons blanches s’étale sur le bas de la pente. Puis nous débarquons et laissons là notre bateau rapide. Dans un premier temps, nous allons vers notre hôtel, à cent mètres du débarcadère, pour y laisser notre valise. La chambre n’est pas prête, on nous offre un jus de fruit pendant que nous attendons. Puis nous nous installons et allons faire un petit tour. Dans des petits kiosques ou dans des bureaux, partout, plusieurs propositions sont faites aux visiteurs. L’une des possibilités est d’aller en bateau voir depuis la mer les jets de pierres incandescentes que crache le volcan et l'espèce de coulée incandescente qu'ils laissent sur un flanc de la montagne, et l’autre d’effectuer l’ascension vers le sommet pour voir de plus près les phénomènes éruptifs. Et comme le rouge des projections est plus spectaculaire sur ciel sombre, la plupart des départs pour l’ascension sont entre 16h00 et 16h30 et, la montée étant rude et longue, il fait complètement nuit lorsque l’on arrive en vue du cratère. Nous achetons nos billets pour cette dernière solution.

 

613c1 Stromboli 

613c2 Stromboli 

613c3 Stromboli 

Nous allons grimper, mais auparavant je montre ces trois vues de ce versant de l’île où nous nous trouvons. Vers le centre, c’est le volcan, sombre, dénudé. Et de l’autre côté, la mer bleue sous un ciel bleu. Il y a quand même un petit bout de plage au sable volcanique noir. Il fait beau, il fait chaud, mais on nous a prévenus, il est indispensable d’emporter une polaire car là-haut on a beau être tout près du feu, il fait froid.

 

613d Notre guide dans l'ascension du Stromboli 

Sans doute sommes-nous un peu masochistes, parce qu’en plus du froid, on nous a promis du vent (il faut aussi avoir un coupe-vent), on nous a prévenus qu’il n’était pas question de prendre nos billets si nous n’étions pas en parfaite condition physique et aptes à fournir un effort soutenu (avec signature d’un papier à ce sujet),vu le danger de la descente de nuit il faut disposer d’une lampe de poche ou, mieux, d’une lampe frontale, nous avons reçu, en même temps que nos billets, un casque de chantier de port obligatoire… Eh bien tout cela ne nous a pas rebutés, et nous nous sommes retrouvés à 16h30 dans un groupe de quinze personnes, dont seul un couple était anglophone, je ne sais de quel pays, tous les autres, des Français, effectuant un circuit, les îles Éoliennes et l’Etna, organisé par Nomade Aventure, cet organisme spécialisé dans les voyages à thème. Ces Français étaient encadrés par une jeune fille qui étudie le français à l’université et envisage de se professionnaliser dans ce type d’accompagnement. Très sympathique, très ouverte, nous avons un peu discuté en chemin. Et notre guide, que voici ci-dessus. En avant !

 

613e Strombolicchio 

613f1 Stromboli

 

613f2 Stromboli vu du volcan

 

Nous entamons la montée. Nous avons à peine parcouru deux cents mètres quand, catastrophe ! La semelle de ma chaussure de randonnée se décolle complètement. Il faut dire qu’elles ont fait du chemin, ces chaussures. Mais il m’est impossible de continuer ainsi. Gentiment, le guide stoppe le groupe et taille quelques bâtons de marche dans des bambous pendant que je cours louer une paire à la boutique et reviens essoufflé quelques minutes plus tard. Et l’on repart. La montée est rude, mais que c’est beau ! Non loin, un îlot se dresse dans la mer. C’est Strombolicchio. On raconte que c’est un bouchon de lave qui a sauté comme un bouchon de champagne quand une éruption s’est produite et est retombé dans la mer. Mais en fait l’explication scientifique est différente. Il s’agit d’un volcan vieux d’environ trois cent mille ans dont la lave occupant la cheminée s’est solidifiée, et le volcan lui-même, autour de cet agglomérat, a disparu, victime de l’érosion, de l’éclatement au contact de l’eau de mer, etc. Ne reste que le contenu de la cheminée, à savoir un neck. Cela dit, ce surprenant rocher fait de l’effet. Vu sa nature et son origine, il est dépourvu de la moindre goutte d’eau douce. Ce que l’on entrevoit à son sommet n’est donc pas une maison, mais un phare alimenté par l’énergie solaire.

 

Les deux photos suivantes montrent la vue que l’on a sur le village, qui devient bien petit dans le champ de vision car on monte très haut, le sommet se situant à 926 mètres. Quand je disais que l’ascension était plutôt dure, on devine que partir du niveau de la mer et atteindre neuf cents mètres en deux heures et demie n’est pas une sinécure. J’ai transpiré comme jamais encore dans ma vie. Et dire qu’en haut on aura froid…

 

613g1 Ascension du Stromboli 

613g2 Ascension du Stromboli

 

613g3 Ascension du Stromboli 

Voici trois images de l’ascension de notre groupe. Oui, la pente est abrupte. Il arrive parfois que le sentier longe le flanc pour monter moins fortement, mais la plupart du temps on pointe vers le sommet. Sur la première de ces photos, on voit Natacha qui grimpe courageusement avec son sac sur le dos. En général elle n’aime pas trop que je publie des photos d’elle, mais là, en plein effort, je ne lui demande pas son avis.

 

613g4 Ascension du Stromboli 

Nous sommes presque arrivés en haut, la nuit tombe, on s’offre une petite pause dans ce paysage grandiose. Néanmoins, il reste encore un peu de chemin à parcourir, parce que l’on se rend au sommet pour voir d’en haut les bouches du volcan qui sont situées sur un flanc, un peu en dessous.

 

613h Stromboli, émission gazeuse 

Depuis un moment, nous entendons de sourdes explosions, mais ne voyons rien de particulier. Puis, soudain, alors que nous sommes encore en marche, on voit ce puissant dégagement de fumée noire. Et maintenant, les explosions sont toutes proches.

 

613i Stromboli, explosion volcanique 

613j Stromboli, volcan actif 

613k Stromboli, explosion volcanique 

Et puis nous arrivons en vue des bouches du volcan. C’est incroyablement spectaculaire. Malheureusement, mes photos ne sont pas belles. D’abord, il est très difficile de faire la mise au point, parce que dans l’attente de l’explosion la cellule de l’appareil photo est aveugle dans la nuit. Et ensuite, même en réglant sur la sensibilité maximum, la vitesse est trop lente pour fixer les pierres incandescentes dans leur vol. Mais tant pis, je mets quand même trois de mes photos, ce sont des souvenirs de cette soirée inoubliable.

 

Il ne faut pas croire que la descente soit aisée. La montée sur les pierrailles était peut-être même moins difficile que la descente dans les sables et les cendres horriblement meubles sous le pied. Et nous nous sommes attardés, il faut redescendre sans reprendre haleine, à un rythme très soutenu. En tout, notre équipée était prévue pour durer cinq heures mais nous ne sommes de retour que près de cinq heures et demie après être partis pleins de fougue et d’entrain. Le groupe était sympa, nous allons manger une pizza en compagnie de nos coéquipiers et de nos guides. Puis retour à l’hôtel pour un repos bien mérité.

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

julie 17/03/2012 07:35

bonjour bravo pour votre blog ...
pourriez vous me dire avec quel organisme vous etes partis svp???
et si il y a des hotel sur l ile du stromboli???

Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche