Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 23:09

530a Volcan Solfatara

 

 

N’ayant guère envie de partir loin vers de nouvelles découvertes, et puisque nous sommes dans un environnement naturel agréable, nous bornerons notre promenade du jour à une ascension (en pente raide, mais aisée quand même parce que par une route) sur la crête de notre volcan Solfatara pour voir à quoi il ressemble vu d’en haut. La photo permet d’apprécier comment une petite partie du cratère, isolée du reste par des arbres, est réservée au camping. Non loin du centre mais un peu décalé vers la gauche, presque à la limite des arbres, on distingue vaguement une petite tache bleue : c’est la piscine du camping.

 

530b Campeggio Vulcano Solfatara

 

Progressant sur la crête on tourne autour du cratère et la piscine s’est maintenant déplacée vers la droite. Elle n’est plus cachée par les arbres. Sur le pourtour on aperçoit quelques chaises longues, quelque parasols. Et puis derrière, des camping-cars sont installés. Le nôtre, sur cette photo, est celui qui est le plus à droite, juste en face de l’angle des arbustes et des arbres qui délimitent l’espace de la piscine.

 

530c Notre installation à Solfatara

 

Un bon coup de zoom permet de voir comment nous sommes installés. Nous disposons d’autant d’espace que nous souhaitons, notre emplacement est ombragé ce qui n’est pas fait pour aider à charger les batteries avec le capteur solaire installé sur le toit, mais tant pis puisque nous avons le branchement sur le 240 volts, nous préférons nous protéger de la chaleur. Nombre d’autres campeurs, au contraire, préfèrent un espace bien dégagé vers le ciel parce qu’ils captent la télévision par satellite et leur antenne parabolique ne doit pas être gênée par les arbres : ces espaces dégagés sont aussi prévus dans le plan.

 

530d1 Pozzuoli, Solfatara, un chat ami

 

530d2 Pozzuoli, Solfatara, un chat ami

 

Puisque je parle du camping, je me dois d’ajouter quelques mots au sujet des chats. Plusieurs chats viennent nous rendre visite. Il y a même des conflits de territoire, l’un des visiteurs ayant dû se réfugier haut dans un arbre, attaqué et poursuivi par un autre. Quand ces chats obtiennent de nous quelque chose à manger, ils se précipitent, quoiqu’ils ne soient visiblement pas affamés. C’est de la gourmandise. Il y a même une chatte adulte qui se permet de miauler avec insistance pour réclamer quelque douceur. Puis, rassasiés, ils repartent. Un seul a un comportement que je qualifierai de plus "amical", il ne réclame jamais rien, il ne se jette pas sur la nourriture qu’on lui donne, il en laisse même quelquefois, mais il reste en notre compagnie, il s’installe près de nous, voire sur nos genoux, il ronronne, il nous regarde, de temps à autre il se lève et vient me gratifier d’un petit coup de langue ou d’une caresse de son crâne sur mon bras. Il sera dur de nous en séparer lorsque nous quitterons Pouzzoles.

 

Ce chat-là, c’est celui dont je parlais l’autre jour dans mon article et qui, deux jours après notre arrivée, nous avait déjà adoptés. Il est resté sur mes genoux jusqu’à ce que je finisse mon article et que je le pousse (gentiment) pour me lever. Quand je suis revenu de la salle de bains (ça, c’est un peu emphatique pour notre petit cabinet de toilette, salle de douche), il s’était pelotonné en boule sur le siège, là où j’étais assis précédemment. Je n’ai pas eu le cœur de le jeter dehors, je lui ai fait une petite caresse et bonne nuit, je suis allé rejoindre Natacha qui était déjà couchée.

 

Nous n’avions pour lui aucun "plat" où il puisse faire ses besoins aussi, craignant des saletés nous lui avons jeté un coup d’œil vers quatre heures du matin. Il dormait à pattes fermées. Invité à aller se promener, il n’a pas du tout agréé la proposition et a manifesté le désir de rester. Nous avons donc de nouveau escaladé notre échelle pour regagner notre lit. Mais au matin, plus de chat. Nous avons cherché partout où l’on aurait pu imaginer qu’il puisse se glisser, rien. Nouvelles recherches angoissées, parce que le camping-car n’est quand même pas une demeure immense pleine de recoins et de dessous de meubles. Sans plus de succès. Miracle, ou tour démoniaque, ou intervention d’un esprit malin… quand soudain Natacha m’appelle : nous avions oublié de remonter la vitre de l’une des portières de la cabine de conduite. Bien propres, les vitres sont aussi transparentes que si elles étaient baissées, aussi ne nous sommes-nous rendu compte de rien. Ouf, ni démon, ni esprit malin. Hélas pas de miracle non plus. Et notre ami disparu est bien vite revenu nous rendre visite.

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche