Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 22:37

344a Rome- Sta Maria della Pace

 

Aujourd’hui, comme intention précise, nous n’avons que l’Area Sacra et la fontaine des Tortues, et pour le reste nous déambulerons ici ou là un peu au hasard. C’est ainsi que nous nous trouvons devant l’église Santa Maria della Pace, œuvre de Borromini déjà vue de l’extérieur le 21 décembre et que nous savons fermée aujourd’hui mais sur le côté, parce qu’il y a une exposition, et que de toute façon une buvette et une librairie sont installées là, nous avons accès au cloître.

 

344b Rome, Santa Maria della Pace

 

De plus, nous avons un nouvel angle de vue sur l’église, dont nous ne connaissions que la façade arrondie à colonnades.

 

344c Rome, Santa Maria della Pace

 

344d Rome, Santa Maria della Pace

 

Nous avons le temps de nous promener, de voir cette sculpture sur une tombe, et aussi cette fresque représentant la circoncision de Jésus. Le lieu est agréable, ce qui justifie que nous y restions assez longtemps, même sans "visiter" de façon précise. Au moment où nous pensons partir, Natacha a envie de faire une certaine photo, moi je me dirige vers la sortie. J’attends, j’attends, je vais jusqu’au bout de la rue pour le cas où je ne l’aurais pas vue sortir, personne. Soudain, elle apparaît : elle était ressortie par l’entrée, dans une autre rue du côté opposé, et ne s’était pas rendu compte de sa méprise, d’autant moins d’ailleurs qu’elle a demandé un renseignement à l’homme de l’entrée qui ne lui a absolument pas dit qu’il était en principe interdit de sortir par là…

 

345a Rome, area sacra, temple C

 

Après cette "aventure", nous nous dirigeons vers le largo Torre Argentina, place qui tire son nom de celui d’un bâtiment qui s’y trouve. Il ne s’agit en rien de la République d’Argentine. En effet, lorsqu’en 1503 un Alsacien, strasbourgeois, fit bâtir sa maison là où s’élevait autrefois une tour, il lui donna le nom de sa ville natale, Strasbourg s’appelant Argentoratum en latin. Recomposant le quartier en 1926, on découvrit sous le niveau du sol, remblayé au cours des siècles à la fois pour combler cette zone fortement marécageuse et pour la rendre moins sensible aux inondations dues aux crues du Tibre, un ensemble de quatre temples, sur cinq niveaux successifs, le premier se trouvant donc très profond.

 

Lors de la célébration de la marche fasciste sur Rome, Mussolini, très en verve en ce 28 octobre 1928, fit son apparition sur ce site, où les ruines semblaient vouées à la destruction pour faire du neuf, et déclara pour répondre aux réclamations des amateurs de l’Antiquité : "Je me sentirais déshonoré si l’on autorisait d’ériger ne fût-ce qu’un mètre de nouvelle construction sur ce site". La volonté du Duce fut respectée et lors de l’inauguration, quelques années plus tard, il lança : "J’aurais aimé qu’on m’amenât ici ceux qui s’opposaient à ces travaux, pour les abattre sur place".

 

Le temple ci-dessus, appelé "temple C" parce que le dieu qui y était vénéré n’est pas connu avec certitude, est un temple très ancien, du cinquième ou même du sixième siècle avant Jésus-Christ.

 

345b Rome, area sacra, curie (assassinat César)

 

C’est dans ce secteur, au sud de cette aire (ici nous regardons en direction de l’ouest), que se trouvait la curie de Pompée. C’est là très précisément que s’est déroulé le drame de l’assassinat de Jules César et son célèbre mot à l’adresse de Brutus, l’un des conjurés, que les Latins eux-mêmes ont reproduit comme "Tu quoque, mi fili", ce qui veut dire "Toi aussi, mon fils". Or les contemporains eux-mêmes se trompaient probablement. César se serait exprimé en grec, comme c’était l’usage dans la haute société, et comme il s’adressait habituellement à Brutus, et aurait dit "Kai su, teknon" que l’on pourrait traduire par un petit mot affectueux, du genre "Toi aussi, mon petit", le mot "teknon" étant neutre. Les nourrissons, parce que leur sexe ne s’affirmait pas dans leur comportement et que, garçons comme filles, on les traitait pareillement, étaient au neutre. On peut même dire, si l’on veut "Toi aussi, Baby", pour introduire, comme dans l’original, un mot de la langue étrangère à la mode.

 

345c Rome, area sacra, temple B

 

Le temple circulaire ci-dessus a peut-être été dédié à Junon mais, cette attribution n’étant pas sûre, les archéologues l’appellent "temple B". Il date du deuxième siècle avant Jésus-Christ.

 

345d Rome, area sacra

 

Dans ce champ de ruines prospèrent des escadrons de chats, dont cependant la population a, dit-on, décru ces dernières années mais était évaluée –par de très sérieuses études de 1967– à 784 000. Oui, je ne me trompe pas dans les zéros, il y en a trois. Plus de trois quarts de million. Je me devais d’en montrer un spécimen ici. Ces colonnes à l’arrière plan appartiennent au même temple circulaire B.

 

345e Rome, area sacra, latrines

 

En bordure de la rue à l’ouest ce canal est celui qui permettait l’écoulement de latrines publiques. Du bâtiment il ne reste rien ou presque, mais ce canal est particulièrement bien conservé.

 

345f Rome, area sacra, temple A

 

Ce temple-ci (appelé "temple A") a succédé, au premier siècle avant Jésus-Christ, à un autre plus ancien, sans doute du quatrième siècle. Il a également, par la suite, été utilisé comme église chrétienne dédiée à saint Nicolas. Telle que l’on voit ici son abside, il a donc été très remanié.

 

345g Rome, area sacra, temple A

 

Ce que l’on voit ici est une autre vue du même temple où l’on perçoit comment il a été surélevé au rythme des remblaiements du secteur. Les éléments les plus anciens et les éléments chrétiens sont intimement entremêlés, mais à coup sûr le sol en haut de l’escalier est de l’époque la plus tardive, tandis que les colonnes cannelées datent de l’origine.

 

345h Rome, area sacra

 

Sur un côté de la vaste zone de fouilles, un champ de pierres blanches, posées de chant, ne bénéficie d’aucune explication, ni sur les lieux, ni dans nos guides, et personne sur place n’est en mesure de nous renseigner. Du fait que ce secteur est entouré des filets orange en plastique délimitant les chantiers, je suppose qu’il s’agit de pierres dégagées récemment et destinées à retrouver une place qui leur sera assignée par les archéologues. Leur forme plate, mince, taillée en rectangles, laisse penser que ce sont les éléments d’un dallage, mais je suis bien incapable de dire de quelle époque elles datent ni à quel temple ou à quelle rue elles appartiennent.

 

345i Rome, area sacra

 

Et puis, sur le bord de ce secteur, une construction flanquée d’une tour carrée date du douzième siècle. En réalité elle a été reconstituée à l’ère mussolinienne comme faisant partie d’un ensemble de bâtiments d’habitation moyenâgeux. De l’autre côté de la rue que l’on voit sur ma photo de cette curie de Pompée dont je parlais au sujet de César, se trouve le Teatro Argentina.

 

345k Rome, teatro Argentina

 

345j Rome, teatro Argentina

 

Le texte que je vais citer est bien long, mais je crois qu’il vaut la peine d’être lu en entier. C’est Stendhal qui raconte, dans ses Promenades dans Rome, ce qui est arrivé lors de la première, qui eut lieu dans ce théâtre, du Barbier de Séville de Rossini.

"D’abord, Rossini avait mis un habit vigogne, et, lorsqu’il parut à l’orchestre, cette couleur excita une hilarité générale. Garcia, qui jouait Almaviva, arrive avec sa guitare pour jouer sous les fenêtres de Rosine. Au premier accord, toutes les cordes de sa guitare se cassent à la fois. Les huées et la gaieté du parterre recommencent ; ce jour-là, il était plein d’abbés.

"Figaro, Zamboni, paraît à son tour avec sa mandoline ; à peine l’a-t-il touchée, que toutes les cordes se cassent. Basile arrivait sur le théâtre, il se laisse tomber sur le nez. Le sang coule à grands flots sur son rabat blanc. Le malheureux subalterne qui faisait Basile a l’idée d’essuyer son sang avec sa robe. À cette vue, les trépignements, les cris, les sifflets, couvrent l’orchestre et les voix ; Rossini quitte le piano et court s’enfermer chez lui.

 

"Le lendemain, la pièce alla aux nues ; Rossini n’avait pas osé s’aventurer au théâtre ni au café ; il s’était tenu coi dans sa chambre. Vers minuit, il entend une effroyable bagarre dans la rue ; le tapage approche ;enfin il distingue de grands cris : Rossini ! Rossini ! ‘Ah ! rien de plus clair, se dit-il, mon pauvre opéra a été encore plus sifflé que hier, et voilà les abbés qui viennent me chercher pour me battre.’ […]

 

 "Bientôt on heurte à sa porte, on veut l’enfoncer, on appelle Rossini de façon à svegliar i morti. Lui, de plus en plus tremblant, se garde bien de répondre. Enfin, un homme de la bande […] : ‘Réveille-toi, lui dit-il, en le tutoyant dans son enthousiasme, ta pièce a eu un succès fou, nous venons te chercher pour te porter en triomphe.’

Rossini, très peu rassuré et craignant toujours une mauvaise plaisanterie de la part des abati romains, se détermine pourtant à faire semblant de s’éveiller et à ouvrir sa porte. On le saisit, on l’emporte sur le théâtre, plus mort que vif, et là il se convainc en effet que le Barbier a un immense succès. Pendant cette ovation, la rue de l’Argentina s’était remplie de torches allumées, on emporta Rossini jusqu’à une osteria
", où un grand souper avait été préparé à la hâte ; l’accès de folie dura jusqu’au lendemain matin."

Il n’y a aucune raison de mettre en doute ce récit de Stendhal quoiqu’il n’ait pas personnellement assisté à ces événements. En 1816, lors de cette première, il était à Milan. Il ne s’est rendu à Rome que du 13 décembre 1816 au 25 janvier 1817. Il n’empêche, il était en Italie à ce moment-là, il a toujours admiré et adoré Rossini, je suis convaincu qu’il ne raconte pas ici n’importe quoi. Quant à ces deux instruments dont toutes les cordes cassent ensemble dès le début, ce n’est pas un hasard mais à l’évidence un sabotage, et du coup on peut supposer que l’hilarité lors de son arrivée était orchestrée. Une hypothèse a été avancée : le ténor avait demandé à Rossini des modifications de sa composition et s’était vu opposer un refus. Or c’était un ami personnel de Pauline Borghèse, qui aurait monté cette machination pour le venger du maestro.

 

 346a Rome, fontana delle Tartarughe

 

346b Rome, fontana delle Tartarughe

 

346c Rome, fontana delle Tartarughe

 

 
Le deuxième but de notre promenade du jour n'est pas bien loin de l'Area Sacra. C'est la Fontana delle Tartarughe, ou Fontaine des Tortues, qui date de la fin du seizième siècle (1581-1584). Cette sontaine est située sur la place Mattei, du nom du palazzo qui s’y trouve. Guide Michelin en main, j’en cite quelques lignes : "Une légende romaine raconte que le duc Mattei, propriétaire du palais voisin et joueur invétéré, perdit sa fortune en une nuit. Son futur beau-père l’engagea alors à chercher une autre fiancée. Pour prouver qu’un Mattei, même ruiné, peut créer une merveille, il fit construire cette fontaine en une nuit".Tutti figli della stessa madre terraDans ce quartier, on voit de nombreuses boutiques très créatives. Par exemple, sur un mur a été peint un dessin au pochoir, comme on en voit un peu partout en France aussi, parmi les tags. Le propriétaire de la boutique, plutôt que de nettoyer la pierre de son mur, y a adapté un cadre, déformé en losange pour couvrir la forme du pochoir. Plus loin, une moitié de la boutique est occupée par ce tas de sable d’où émergent ces têtes de femmes. Sur la vitre, une affichette informe que cette œuvre de Fiorella Ivaldi, sculptrice, représente "

 
346d Rome, fontana delle Tartarughe

 


Sur cette même place, une plaque rédigée en latin est fixée au mur d’une maison. "Fernand Lorenzana habita cette maison, homme éminent par ses vertus très illustres, qui a accompli une œuvre remarquable et assidue pour la construction et la gloire de la Bolivie, du Costa Rica, de l’Équateur, du Guatemala, du Nicaragua, de la Nouvelle Grenade, des nations mexicaine, salvadorienne et vénézuélienne. La République Colombienne, célébrant le cent cinquantième anniversaire de la liberté [qui lui a été] rendue, par la pose de cette pierre consacre la mémoire reconnaissante d’un si grand citoyen. Année du Seigneur 1960".

 

347a Rome, Fiorella Ivaldi

 

 

Dans ce quartier, on voit de nombreuses boutiques très créatives. Par exemple, sur un mur a été peint un dessin au pochoir, comme on en voit un peu partout en France aussi, parmi les tags. Le propriétaire de la boutique, plutôt que de nettoyer la pierre de son mur, y a adapté un cadre, déformé en losange pour couvrir la forme du pochoir. Plus loin, une moitié de la boutique est occupée par ce tas de sable d’où émergent ces têtes de femmes. Sur la vitre, une affichette informe que cette œuvre de Fiorella Ivaldi, sculptrice, représente "Tutti figli della stessa madre terra", "tous fils de la même mère terre".

 

347b Rome, teatro de Marcello

 

Nous avons vu les deux éléments constituant le but de notre promenade, mais il est encore assez tôt, aussi continuons-nous notre descente vers le Tibre et le théâtre de Marcellus. J’en ai déjà montré des photos le 20 novembre, mais de loin. Le voici, impressionnant, en gros plan. Selon l’usage romain, la sœur d’Octave, l’empereur Auguste, s’appelait Octavie. Et cette Octavie avait un fils nommé Marcellus. L’empereur, inaugurant ce beau théâtre en 11 avant Jésus-Christ, le dédia à son neveu. Une fois de plus, je cite Stendhal : "Notre disposition à être touchés des choses antiques continuant toujours, nous sommes allés visiter les restes charmants du théâtre de Marcellus. C’est ce neveu d’Auguste, immortel à cause de quelques vers de Virgile : Tu Marcellus eris ! Ce grand poète les lut en présence d’Octavie, qui venait de perdre ce fils si aimable. […] Dix ans après la mort de ce Marcellus qui eût régné sur Rome, Auguste fit la dédicace de ce théâtre. Les Romains eurent le plaisir de voir tuer sous leurs yeux six cents bêtes féroces. Aujourd’hui, on chanterait une cantate où les vertus du prince seraient académiquement célébrées. […] Le jour de la dédicace du théâtre de Marcellus, la chaise curule d’Auguste s’étant rompue tout à coup, il tomba tout de son long sur le dos, ce qui fit grand plaisir aux vieux jacobins de Rome. […] Cette ruine est si jolie, entre si bien dans l’œil, comme disent les artistes, que la plupart des architectes, lorsqu’ils ont à placer l’ordre ionique sur l’ordre dorique, suivent les proportions du théâtre de Marcellus". À ces précisions historico-architecturales de Stendhal, j’ajoute que bien des pierres du troisième niveau ont été utilisées pour la construction du palais Farnèse, actuellement ambassade de France.

 

347c Rome, San Nicola in Carcere

 

Nous passons ensuite devant l’église San Nicola in Carcere. Comme on le voit, cette église dotée d’une façade fin seizième siècle s’appuie sur un bâtiment beaucoup plus ancien, qui a même intégré des colonnes du portique d’un temple dédié à la Piété, lui-même succédant à une prison (carcer, en latin) du deuxième siècle avant Jésus-Christ. On raconte qu’un vieil homme, à moins que ce ne soit une vieille femme, avait été enfermé dans cette prison, condamné à y mourir de faim et de soif, mais sa fille l’avait nourri de son lait et ces circonstances touchantes avaient entraîné sa grâce, on avait donné de la nourriture à l’une et à l’autre, et en 149 le temple a remplacé la prison. C’est de ces événements, présentés comme historiques et non légendaires, qu’est né le thème fréquent en peinture de la charité romaine, cette représentation d’une jeune femme donnant le sein à un vieillard.

 

347d Rome, temple de Vesta

 

Arrivant au temple dit de Vesta que j’ai déjà montré lors de notre visite le 27 décembre à la Bouche de la Vérité, mais que je mets ici dans son habit de nuit, nous décidons de rentrer à pied jusqu’au métro Piazza di Spagna, ce qui représente une bonne distance pour nous dégourdir les jambes.

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article
5 janvier 2010 2 05 /01 /janvier /2010 17:23

336a Rome, Circo Massimo

 

Ce matin, nous prenons le métro A jusqu’à Termini, puis nous changeons pour la ligne B et descendons à la station Circo Massimo, qui nous met à l’extrémité sud-est du Circus Maximus, soit le plus grand cirque de Rome, créé au lieu même où avait eu lieu l’enlèvement des Sabines. Romulus, qui avait fondé une ville à lui tout seul se trouvait être le seul habitant de sa ville (il avait même tué son jumeau Rémus), aussi offrit-il la citoyenneté à quiconque voudrait venir s’installer, ce qui fit de cette Rome naissante un repaire de brigands chassés de partout, hommes migrant sans femmes. Comment assurer la survie de la cité ? Romulus imagina d’inviter ses voisins les Sabins à de grandes fêtes, qui se déroulèrent en ce lieu. Puis, quand la foule des Sabins arriva, les Romains s’emparèrent de toutes les femmes en âge de procréer, façon énergique et efficace de fonder des foyers.

 

C’est donc sur cette belle esplanade que le roi étrusque Tarquin, au sixième siècle avant Jésus-Christ, créa un cirque monumental où l’on donnait devant 300 000 spectateurs, et même 400 000 après son agrandissement par l’empereur Constantin, des courses de chars attelés de deux, trois ou quatre chevaux sur une piste de plus de 500 mètres de long, avec une arête centrale (la spina) limitée par deux bornes (metæ). Ce cirque, par sa forme et ses équipements, était en principe réservé aux courses de chevaux attelés, mais parfois il s’y déroulait d’autres spectacles. Selon ce que raconte Aulu-Gelle, écrivain auteur d’anecdotes né en 130 après Jésus-Christ, un certain Androclès avait été condamné à être livré en pâture à un lion dans ce Circus Maximus. Androclès est placé le premier, puis le lion est lâché. Il se précipite en courant vers sa proie puis, arrivé tout près de l’homme, il s’arrête et se frotte contre lui comme un gros chat, et il lui lèche les pieds. L’explication, c’est qu’autrefois Androclès, dans le désert, avait trouvé un pauvre lion qui ne pouvait plus marcher, une épine s’étant enfoncée dans sa patte et la blessure s’étant infectée. Pris de pitié, Androclès avait arraché l’épine et avait soigné la patte. Le hasard avait voulu que ce lion fût capturé, puis utilisé pour le spectacle cruel donné au public romain dans le Circus Maximus. Aujourd’hui, on ne voit plus guère qu’une immense esplanade où se promène le public, avec une ligne herbue surélevée au milieu, et de chaque côté un talus, particulièrement élevé et abrupt sur le flanc nord-est. Chacun de ces flancs est longé par une large avenue, sur laquelle les voitures s’élancent comme des folles, mais sur la hauteur au-dessus de l’avenue sud-ouest on peut admirer une magnifique ligne de bâtiments antiques, particulièrement en relief ce matin sous ce ciel d’un bleu-gris sombre.

 

336b Rome, auriges en mosaïque

 

Les courses donnaient lieu à des paris et à des passions, chacun soutenant l’un des quatre chars distingués par des couleurs, écurie bleue, écurie blanche, écurie verte, écurie rouge. Je ressors ci-dessus une photo que j’avais prise le 22 novembre au Palazzo Massimo alle Terme où l’on voit une mosaïque représentant quatre auriges, chacun habillé aux couleurs de son écurie. Pillant le guide Michelin, j’ajoute deux anecdotes concernant l’excès des passions. L’empereur Vitellius (le troisième de "l’année des trois empereurs", 68-69 de notre ère, qui a directement précédé Vespasien), soutenait l’écurie bleue, eh bien c’est simple, il fit exécuter les auriges des trois autres chars. Quant à Caracalla, empereur de 211 à 217 (celui qui fit construire les plus grands thermes que Rome ait jamais connus, thermes que nous n’avons pas encore visités mais que nous n’allons pas tarder à programmer), lui, il était pour les verts. Il a imité la méthode de Vitellius à l’encontre de l’aurige bleu, du blanc et du rouge. Comme quoi les hooligans sont des enfants de chœur avec leurs attaques même pas toujours mortelles lors des matches de football.

 

337a Rome, bâtiment de l'annone

 

Peu après avoir quitté le Circo Massimo à son extrémité nord-ouest, nous tombons en arrêt devant des sculptures imitant l’ancien sur les colonnes d’un porche. Il est curieux que le regard du casque, sur le pilier gauche, ne soit pas tourné vers l’entrée, comme le sont au contraire l’aigle et le visage sur le pilier de droite. Rapprochés comme je les présente sur le montage ci-dessus, c’est particulièrement frappant. Sur le bâtiment lui-même figure la plaque ci-dessous.

 

337b Rome, bâtiment de l'annone

 

Cela fait tout drôle de voir une plaque sur un bâtiment public informant "S.P.Q.R. [Senatus PopulusQue Romanus = le Sénat et le Peuple Romain] – Commune de Rome – Répartition 11 – Annone et marchés". Du temps de la Rome antique, l’annone, c’est le ravitaillement. Un préfet de l’annone, haut fonctionnaire, est à la tête d’un service comportant de nombreux subalternes de tous niveaux, service chargé de l’approvisionnement de la capitale. De plus, au deuxième siècle de notre ère, 150 000 prolétaires sont inscrits officiellement sur les registres de l’annone en tant que clients de l’empereur, ce qui leur assure pour toute la vie une distribution mensuelle gratuite de vivres, blé entre autres, puisque l’argent de l’état et celui de l’empereur sont confondus. On comprend que je sois amusé en voyant que le mot d’annone est encore utilisé de nos jours pour désigner un service officiel.

 

337c Rome, temple de Vesta

 

Il n’y a pas loin de l’extrémité nord-ouest du Circo Massimo à ce temple dit de Vesta, bien qu’il n’ait jamais été affecté à cette déesse, puisqu’il n’y a jamais eu à Rome qu’un seul et unique temple de Vesta, situé sur le forum, mais sa forme ronde est la cause de cette erreur d’interprétation. En fait, ce fut probablement un temple en l’honneur d’Hercule, particulièrement célébré en ce lieu. Il me faut raconter maintenant l’histoire de ce demi-dieu lors de son passage ici, reconstituée à travers Virgile, Tite-Live, Ovide. C’était bien avant la fondation de Rome par Romulus. Il revenait d’au-delà l’Océan avec les bœufs de Géryon (c’est une autre histoire). Espagne, Gaule, Italie. Arrivé près du Tibre, il mit les bœufs à paître en liberté et s’endormit près du fleuve. Cacus, un brigand à trois têtes, en profita pour tirer par la queue quatre bœufs et quatre vaches vers sa caverne de l’Aventin (plus au sud en aval du Tibre, là où nous avons visité le 17 décembre l’église Sainte Sabine), pour que les traces de pas sur le sol donnent l’impression que les bêtes en étaient sorties. Mais la sœur de Cacus, qui répondait au charmant nom de Caca, révéla à Hercule (qui, dupe de la ruse, était tombé dans le panneau) où était la cachette. De plus, les bêtes volées, sentant leurs congénères, les appelèrent à grands beuglements. Cacus, pour se défendre, cracha le feu de ses trois bouches (n’est-ce pas ce qui a donné l’idée du lance-flammes aux militaires modernes ?), mais pif, paf, pouf, Hercule le tua en trois coups de sa massue. Depuis, on lui a voué ici un culte et, une fois Rome fondée, une fois la république instituée, on a fait du lieu un marché aux bœufs (et autres bestiaux), d’où le nom de forum Boarium (en latin, le bœuf se dit bos).

 

337d Rome, temple de la Fortune Virile

 

Tout près, se trouve le temple dit "de la Fortune Virile", en fait destiné à un dieu mal identifié, peut-être le dieu du port de Rome sur le Tibre qui coule à quelques mètres ; ce temple, le mieux conservé de Rome et où, dès le neuvième siècle, s’établit une chapelle, date de la fin du deuxième siècle avant Jésus-Christ.

 

338a Rome, casa dei Crescenzi

 

338b Rome, casa dei Crescenzi

 

À la suite de ces deux temples (on l’aperçoit d’ailleurs en arrière plan du temple de la Fortune Virile) se trouve un édifice du douzième siècle, la Casa dei Crescenzi (nom italien moderne de la famille Crescentius), construit avec des éléments pillés sur les bâtiments antiques ou même plus récents, comme cet arc de cercle ou cette amusante sculpture. Ces gens percevaient le péage pour le passage sur le pont AEmilius, ce pont "brisé", en italien Ponte Rotto.

 

340a Rome, Santa Maria in Cosmedin

 

Nous nous rendons maintenant à l’église Santa Maria in Cosmedin. Il s’agit d’une église catholique de rite grec. On peut aisément se rendre compte de sa proximité avec le temple de la Fortune Virile qui apparaît en premier plan ; et plus à droite que ma photo, mais à égale distance de la fontaine, il y a le prétendu temple de Vesta. Le porche de l’église est bien fermé par de solides grilles devant les sept arches de son portique.

 

340b Rome, Bocca della Verità

 

Forte protection, parce que sous ce porche est fixée au mur une très célèbre pierre ronde, plate, représentant un impressionnant visage d’homme, avec une fente pour la bouche et d’autres pour les yeux. Cette divinité marine était sans doute, dans l’Antiquité, une plaque d’égout du temple d’Hercule avec en guise de bouche et d’yeux des prises pour la lever. Mais au Moyen-Âge, une légende en a fait la Bouche de la Vérité (la Bocca della Verità) : si un menteur y mettait la main, les mâchoires se refermeraient et la broieraient. Pour confirmer cette légende, il paraîtrait que parfois pour confondre un accusé présumé coupable mais qui refusait d’avouer, on l’aurait soumis au jugement de la bouche derrière laquelle un policier caché et armé d’une épée se serait chargé de démontrer où était la vérité.

 

En 1864 encore, la Française Louise Colet, dans L’Italie des Italiens, dit que depuis longtemps les femmes romaines ont menacé les fiancés infidèles de les lui soumettre, tandis que les mères épouvantent leurs enfants menteurs. Je ne peux mettre entre guillemets cette citation dont les termes ne sont peut-être pas exactement respectés, parce qu’il s’agit de ma propre retraduction d’un texte que j’ai trouvé cité en italien. Et je fais de même pour Edmond About qui, dans Rome contemporaine (1865), met en doute cette légende : il y a introduit la main droite en disant que le ghetto était un lieu de délices, et il n’a pas été mordu. Dans le film Roman Holiday de William Wyler, avec Gregory Peck et Audrey Hepburn, que nous avons acheté à la Fnac de Rome et que nous avons regardé sur nos écrans d’ordinateurs, il y a une scène excellente qui se déroule à la Bocca della Verità, mais je n’en dis pas plus pour le cas où cela donnerait envie de regarder ce vieux film.

 

339a Pasquino

 

Mais pour finir, je laisse la parole au savoureux Pasquino. Je ne sais pas si, avant notre départ, j’aurai l’occasion de le montrer, parce que j’ai attendu pour le prendre en photo, et maintenant des associations qui dénoncent "27 décembre 2008 – 27 décembre 2009. 1415 Palestiniens tués à Gaza par l’armée israélienne", ont emmailloté Pasquino et l'ont réduit au silence. Voici de qui il s’agit. Au quinzième siècle a été trouvée une statue de marbre en très mauvais état, datant du troisième siècle avant Jésus-Christ et ayant représenté Ménélas (le roi de Sparte, le mari malheureux d’Hélène, cause de la guerre de Troie) portant Patrocle (l’écuyer d’Achille, dont la mort a décidé le héros à reprendre le combat, lui qui s’était retiré sous sa tente). En 1501, le cardinal Carafa, propriétaire des lieux, le fit placer à l’angle de son palais, dont un autre angle donne sur la piazza Navona. Et il fut laissé là quand Pie VI fit élever à la place l’actuel palais Braschi. Le peuple de Rome a très vite baptisé cette statue, elle l’a appelée Pasquino, du nom d’une personnalité qui habitait en face. Selon mes sources, c’aurait été pour les uns un tailleur, pour d’autres un maître d’école. Toujours est-il que cette statue est devenue "parlante". Dans un pays soumis à une stricte censure et dont, de plus, le chef d’état est le chef de la chrétienté, toute critique politique est à la fois crime de lèse-majesté et acte impie. Au dix-neuvième siècle, en 1817, Stendhal s’est fait confisquer à la douane de l’état de Rome un livre de Montesquieu considéré comme dangereusement subversif. Les Romains ont en conséquence pris l’habitude de placer sur la statue, pendant la nuit, en cachette, des épigrammes ou des satires, attribuées à Pasquino qui ne pouvait être condamné. Déjà, le 21 décembre, j’ai évoqué la "statue parlante" de sainte Anne dans l’église de Sant’Agostino et annoncé que je parlerais plus tard de Pasquino. C’est fait. Or il a été promulgué que la peine de mort serait infligée à quiconque ferait parler Pasquino, mais ce châtiment n’a presque jamais été appliqué, soit que lors du procès la peine capitale n’ait pas été prononcée, soit que l’accusé ait été gracié dès la sentence prononcée.

 

339b Abbé Luigi

 

Pasquino a d’autres collègues que sainte Anne, dont un certain Marforio (statue de Neptune) au musée du Capitole, et un abbé Luigi (en fait le Romain en toge ci-dessus) sur le mur de l’église Sant’Andrea della Valle. Pour Paul de Musset, cette statue parlante de Pasquino est l’origine de "l’un des instruments les plus actifs de la civilisation moderne, le journalisme". Quant à Stendhal, dans Rome, Naples et Florence, il écrit : "Le bourgeois de Rome ne se met pas en colère contre le ministre et ne désire absolument pas sa mort : ce ministre pourrait être remplacé par un autre encore pire. Ce que veut le peuple plus que tout, c’est se moquer des puissants et rire sur leur dos : d’où les dialogues entre Pasquin et Marforio".

 

Et maintenant que j’ai présenté (amplement ! …mais voilé) Pasquino, j’ai dit que je lui laissais la parole pour en finir avec la Bocca della Verità. Un jour, fut trouvé sur lui le commentaire suivant : "Si la Bouche de la Vérité coupait la main des imposteurs, tous les papes seraient manchots".

 

340c Rome, Santa Maria in Cosmedin

 

Quittant la Bouche de la Vérité, nous pénétrons dans cette église, qui est catholique de rite grec comme je le disais plus haut. Nous avons vu, tout près d’ici, l’annone d’aujourd’hui. Les bureaux centraux de l’annone du temps de l’empire romain se trouvaient à l’emplacement de Santa Maria in Cosmedin. Puis, dans les premiers temps de la chrétienté, un petit oratoire fut implanté dans les bureaux de ce qui était devenu une diaconie (avec la même fonction). Ce quartier était en grande partie habité par des immigrants Grecs, aussi le pape décida-t-il au huitième siècle d’en faire l’église de la colonie grecque, lorsque la petite chapelle fut agrandie.

 

340d Rome, Santa Maria in Cosmedin

 

On voit tout de suite à l’organisation générale de l’église qu’il ne s’agit pas de catholiques de rite romain. À la limite, à part l’absence d’iconostase, Santa Maria in Cosmedin évoque plus une église orthodoxe qu’une église catholique romaine. Sur ma photo, derrière les deux énormes appareils de chauffage à butane, on aperçoit deux icônes.

 

340e Rome, Santa Maria in Cosmedin

 

Comme dans la plupart des églises de Rome que nous avons visitées, le dallage de la nef dessine des cercles s’enlaçant en forme de huit, mais ici les bas-côtés sont divisés en rectangles dont tous les dessins sont différents et jouent de façon harmonieuse avec les formes et les couleurs.

 

340f Rome, Santa Maria in Cosmedin

 

Aussi bien le plafond de l’abside que celui des deux absidioles des chapelles (ici dans une chapelle latérale) sont peints de fresques de style nettement byzantin. On peut lire à la base de la peinture le nom de Nazareth sous le roc représenté à gauche, "Mare Hadriaticum" (avec un H) au milieu, ce qui permet de remarquer en regardant bien que sont peints du même bleu très foncé le ciel étoilé et, tout en bas, les ondulations de la mer, et puis malheureusement sous le roc représenté à droite le nom est illisible, mais comme je crois discerner une silhouette trônant sur une chaire il doit s’agir de Rome et du pape. J’aime cette Vierge siégeant sur le toit d’une église. Comme cette église a un campanile de section carrée, je me demande si ce n’est pas une représentation de Santa Maria in Cosmedin elle-même.

 

340g Rome, Santa Maria in Cosmedin

 

Dans la sacristie s’est installée la boutique qui vend des cartes postales, des livres sur l’église et sur Rome, et toutes sortes de bibelots. Et, sur le mur du fond, cette très belle mosaïque datant du huitième siècle et qui se trouvait initialement dans la première basilique Saint Pierre.

 

Après avoir bien admiré les temples païens, la Bouche de la Vérité, l’église Santa Maria in Cosmedin, nous nous sommes rendus sur les berges du Tibre.

 

341a Rome, Isola Tiberina

 

De là, à travers les branches dégarnies des platanes, on a une très belle vue sur l’Isola Tiberina, l’île du Tibre, où apparaissent l’abside et le clocher de San Bartolomeo. Le pavage blanc, sous la lumière du soleil déclinant, donne presque l’impression que le sol est recouvert de neige. Évidemment, par ce bel après-midi de la fin décembre où il fait plus de 20° et sous ce ciel clair, il n’en est rien.

 

341b Rome, ponte Fabricio

 

Le Ponte Fabricio, du nom du consul Fabricius qui le fit construire en 62 avant Jésus-Christ, relie la rive gauche du Tibre à l’île. C’est le seul pont de Rome qui date intégralement de l’Antiquité.

 

341c Rome, ponte Fabricio

 

À l’extrémité du pont, de chaque côté, une stèle se termine par une divinité à quatre visages, en latin "quadrifrons". Ce sont des Hermès, le dieu du commerce et des voleurs (faut-il confondre ces deux fonctions en une seule activité ?), et aussi celui qui guide les voyageurs. Voilà le pourquoi de sa présence ici, ses quatre faces guettant le voyageur venant de l’amont, de l’aval, de l’île ou de la berge.

 

341d Rome, San Bartolomeo

 

Dans l’île nous passons, une fois de plus, devant l’église San Bartolomeo (Saint Barthélémy) qui, une fois de plus, est fermée. Ni nos guides, ni un panonceau sur la grille, rien n’indique quand on peut y pénétrer. Sans doute quitterons-nous Rome sans avoir vu "au centre de l’escalier monumental la margelle entourant un puits profond de douze mètres. Elle est formée d’une colonne antique et sculptée de personnages de saints du douzième siècle" (dixit Bibendum).

 

341e Rome, le Tibre (Tevere)

 

Le Tibre était navigable dans l’Antiquité. Le Ponte Rotto était destiné à permettre de faire passer vers le Trastevere les marchandises débarquées dans le port de Rome situé sur la rive gauche. Le marbre destiné aux constructions fastueuses arrivait par voie fluviale. De nos jours, pour des raisons que je n’ai pu me faire expliquer, il n’est plus question d’y naviguer. Il suffit de voir les vagues, les remous, les rapides de son cours pour s’en persuader. Certes, en certains endroits, par exemple en amont au niveau du Foro Italico et du Ministère des affaires étrangères, il est si calme que l’on ne peut deviner au premier coup d’œil dans quel sens il coule, mais il est impossible de sauter par-dessus les endroits difficiles.

 

341f Rome, vol d'étourneaux

 

J’ai déjà eu l’occasion de parler –par exemple, je crois, le 10 décembre du haut du Janicule– de ces vols d’étourneaux qui voilent le ciel chaque soir en des ballets ahurissants. Nous étions aujourd’hui sur le Ponte Fabricio quand a eu lieu ce phénomène. Tous les touristes, nombreux en cette période des vacances de Noël, se sont rués sur leurs appareils photo, alors je me suis cru obligé de les imiter ! Pourtant ni Natacha, qui accumule des éléments pour son projet, ni moi qui essaie de m’imprégner de la culture antique, Renaissance, baroque, moderne italienne, et d’apprendre des rudiments de la langue, nous ne nous considérons comme des touristes.

 

342a Rome, Sant'Andreac della Valle

 

Nous sommes rentrés vers le métro en ne regardant qu’épisodiquement le plan de Rome, parce que nous désirions prolonger la promenade. C’est ainsi que nous sommes tombés par hasard sur l’église Sant’Andrea della Valle. Et comme elle faisait partie de nos projets de visite, nous y sommes entrés. Je ne peux malheureusement pas en montrer de photo extérieure, parce qu’à l’instar de San Luigi dei Francesi vue le 15 décembre elle est toute emmaillotée de palissades pour sa rénovation. Seul apparaît le mur est (le chœur étant tourné de façon inhabituelle plein sud), avec cet abbé Luigi dont j’ai parlé tout à l’heure et qui est une "statue parlante".

 

Cette église baroque du dix-septième siècle est à nef unique pour faciliter le suivi des célébrations et l’écoute des prédications.

 

342b Rome, Sant'Andreac della Valle

 

342c Rome, Sant'Andreac della Valle

 

Je montre ici les peintures et les sculptures de la voûte de l’abside, en général d’abord, puis de plus près. Bon, d’accord, j’ai raté mon coup, le détail n’est pas beaucoup plus grand que le plan général, mais il permet quand même de voir un peu, je crois, la peinture réalisée par le Dominiquin en 1624-1627 représentant la vocation de saint Pierre et de saint André.

 

342d Rome, Sant'Andreac della Valle

 

342e Rome, Sant'Andreac della Valle

 

Ici, Mattia Preti s’est inspiré notamment du Caravage pour cette représentation du supplice de saint André, fixé sur une croix dont la forme a pris le nom de "croix de saint André". J’ajoute un gros plan qui montre le remarquable travail sur les muscles du corps, sur l’expressivité des mains et du visage. En revanche, je n’aime pas trop l’idée de l’ange qui pose sur le front d’André la couronne du martyre, même si j’admire sa représentation, les plis de son vêtement, ses cheveux qui volent. Quant aux mignons angelots qui volettent tout autour, et tout particulièrement celui qui a un joli visage de poupée et qui apparaît devant la corde qui fixe le bras gauche du saint, ils sont d’un goût que je n’aime pas du tout.

 

342f Rome, San Giuseppe Maria Tomasi

 

Quant à cette sculpture hyper réaliste placée sur le tombeau du cardinal Giovanni Maria Tomasi (1649-1713), qui a été canonisé, je la trouve du pire mauvais goût. J’ignore si je suis seul de mon avis… Planté devant pendant cinq minutes, j’ai vu plusieurs personnes venir se recueillir, sans paraître choquées de cette représentation. Peut-être est-ce moi qui n’ai aucun goût.

 

343a Rome, Sant'Agnese in Agone

 

Poursuivant notre chemin, nous avons rejoint la piazza Navona. Là, au milieu d’une foule compacte comme toujours, touristes venus voir les fameuses fontaines, Italiens fréquentant le marché de Noël, nous avons pu accéder à l’église Sant’Agnese in Agone. J’ai eu l’occasion de dire, le 21 décembre, que cette façade était l’œuvre de Borromini, le rival et l’ennemi du Bernin, et j’ai évoqué la légende selon laquelle les sculptures de la fontaine du Bernin se protégeraient de la chute de cette façade prétendument mal construite. À l’intérieur, dans une pièce attenante à la nef (la sacristie probablement) repose sainte Agnès, martyrisée ici même. Sans doute pour éviter les abus impies devant les reliques de la sainte, la photo est interdite. Mais ce que je ne comprends pas (et ce que je n’ai pas respecté) c’est que la photo est interdite partout dans l’église.

 

343b Rome, Sant'Agnese in Agone

 

Cette photo est la preuve que je ne me suis pas soumis à cette interdiction ridicule. L’église, que Montesquieu qualifie de "petite église merveilleuse", est en forme de croix grecque, sans chœur ni transept marqués.

 

343c Rome, Sant'Agnese in Agone

 

Sa coupole qui la recouvre entièrement donne en fait l’impression d’une église ronde. De plus, les peintures de cette coupole en suivent le mouvement. La disposition de Sant’Agnese est originale, et c’est ce qui en fait l’intérêt à mes yeux. Reste son élégante façade. Mais il est vrai aussi que la foule qui s’y presse, aussi dense que sur la piazza, n’incite pas à l’admiration. Peut-être ne suis-je pas objectif. Peut-être aussi ne convient-il pas de la voir au terme d’une journée où j’ai beaucoup admiré d’autres lieux.

 

Ce sera donc sur cette visite que nous terminerons notre journée et mon long article.

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article
1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 18:21

Hier 24 décembre, nous avons formé le projet d’aller dans le centre de Rome visiter quelques églises que nous avons repérées dans nos guides, et puis d’assister à une messe de minuit qui ait des chances d’être typique, et si possible dans un beau décor. Mais quelle n’a pas été notre surprise de voir que le dernier métro partait des terminus à 18 heures et que les bus aussi s’arrêtaient. Par ailleurs, le plein centre de Rome est interdit aux non résidents, avec contrôle très vigilant par caméras fixes à chaque entrée de la zone concernée, et aux abords de cette zone, et même très loin, il est exclu de trouver une place de stationnement libre assez grande pour notre engin. Par conséquent il n’était pas question de nous rendre à Rome depuis notre banlieue par les transports en commun et d’y rester bloqués. Nous sommes donc restés sagement dans notre camping-car pour la nuit de Noël. Nous avons acheté de bonnes petites choses et avons réveillonné "à la maison" avec ces victuailles de choix.

 

334a Rome, Santa Maria della Vittoria

 

Ce dont nous ne nous doutions absolument pas, c’est que le 25 décembre les métros ne circulent pas. Nous savions pouvoir nous garer près de l’université, à quelques centaines de mètres de la station de trains de grande ligne Termini, mais là nous ne prévoyions pas de trouver fermées les grilles du métro. Hé bien, nous sommes allés à pied visiter deux églises pas trop éloignées. Nous commençons par Santa Maria della Vittoria, bâtie au tout début du dix-septième siècle par Maderno.

 

334b Rome, Santa Maria della Vittoria

 

Quand on pénètre, même si l’on n’y connaît rien en architecture, on ne peut douter un instant qu’il s’agisse de style baroque. Le baroque vous jaillit en pleine face. Mieux vaut aimer, sinon il faut fuir en prenant ses jambes à son cou. Ou s’en faire un sacré sujet d’étude. Pour Stendhal, elle a l’air d’un boudoir.

 

334c Rome, Santa Maria della Vittoria

 

Quand on se retourne, c’est encore plus marqué. J’ai l’habitude de citer la petite église de Wies, dans le sud de la Bavière, comme comble du baroque, mais je la crois égalée ici, sinon battue. De ce que je dis il ne faut pas conclure que je déteste. En fait, c’est surprenant, c’est intéressant à voir, et ni Natacha ni moi n’avons souhaité en ressortir vite. Mais si un jour on veut me nommer curé d’une paroisse (bon, c’est vrai qu’il n’y a pas de grand risque que ça se produise, parce que je n’en prends pas le chemin), je ne souhaiterais pas y passer le reste de mes jours.

 

334d Rome, Santa Maria della Vittoria Ste Thérèse

 

Mais dans la chapelle du bras gauche du transept, on peut voir une statue extrêmement célèbre du Bernin, représentant l’Extase de sainte Thérèse d’Avila. Le visage de l’ange est ravissant, le travail du marbre est d’une finesse remarquable. C’est vrai que c’est un chef d’œuvre. Pour sainte Thérèse, dans son autobiographie elle dit avoir vu lors de son extase l’ange lui planter sa lance "plusieurs fois dans mon cœur, de sorte qu’elle pénètre jusqu’à mes entrailles. Quand il l’en retirait, je sentais qu’il les emportait avec elle, et me laissait complètement consumée par le grand amour de Dieu […]. La douceur causée par cette intense douleur est si extrême que l’on ne peut absolument pas désirer qu’elle cesse". Le marquis de Sade, lui, commente que "cette pièce est sublime par l’air de vérité qui la caractérise. Mais […] l’ange pourrait être pris pour l’Amour, et Thérèse pour sa mère ou pour une belle victime de la malice de Cupidon". Continuons avec Marie-Elisabeth Vigée-Lebrun (1837), qui trouve l’expression de Thérèse "si scandaleuse qu’on ne peut la décrire". Quant à Maxime Gorki, il pense qu’a été "saisie avec un surprenant réalisme une attaque hystérico-érotique : quelque chose de pas beau mais de vigoureux et, dans le même temps, d’indécent. La statue, exposée à tous les croyants, se contorsionne dans une concupiscence que l’Église considère comme pécheresse". Voilà pour quelques jugements, et le mien n’est guère plus favorable. Je pense qu’en effet si Thérèse pouvait parler, ce sont des râles non équivoques qu’elle émettrait. Mais le Bernin, profondément croyant, n’a certainement pas imaginé un seul instant que l’on puisse concevoir des idées aussi impies à la vue de son œuvre.

 

334e Rome, Santa Maria della Vittoria

 

Moins contestable est cette Cène, sous l’autel. Je me devais de l’introduire ici pour restituer un peu de sacré à cette église après tout le mal que j’en ai dit.

 

335a Rome, Santa Susanna

 

Tout près de Santa Maria della Vittoria s’élève une autre église, Santa Susanna. Toutes deux apparaissent sur ma photo, avec Santa Susanna au premier plan. Sainte Suzanne aurait été martyrisée au quatrième siècle dans la maison du pape, où sans doute un sanctuaire avait été établi. Puis c’est une église qui a été bâtie là au neuvième siècle. La façade a été construite au tout début du dix-septième siècle par le même Maderno que Santa Maria della Vittoria, mais une vingtaine d’années auparavant, et pour ma part je la préfère nettement, plus élégante, plus recherchée, plus légère, même si on peut leur trouver un air de parenté évident.

 

335b Rome, Santa Susanna

 

335c Rome, Santa Susanna

 

Cette petite église, qui est concédée comme église nationale américaine, est intégralement revêtue de fresques et de dorures, comme on peut le voir sur les deux vues ci-dessus, la nef et le détail du chœur. Nos guides aiment moins, le Michelin n’attribuant qu’une étoile contre deux. Natacha, sans se laisser influencer par les guides qu’elle n’a pas voulu consulter préalablement à la visite, émet le même avis qu’eux. Et moi, avec ce que j’ai dit de la décoration de l’autre, on va penser que je déteste. Eh bien pas du tout. Au contraire. Il ne s’agit pas ici d’une profusion de statues et de stucs qui étouffent, mais de peintures qui habillent. J’ai eu beau chercher partout, je n’ai pas déniché le moindre jugement de visiteurs célèbres sur cette église. Tant pis pour le pittoresque.

 

335d Rome, Santa Susanna

 

Les fresques de la nef, peintes comme des tapisseries dont elles simulent le drapé, représentent la Suzanne de la Bible. Ici, c’est cette célèbre histoire de Suzanne qui se baigne nue en se croyant seule, et les vieillards lubriques qui l’observent. À vrai dire son corps sans poitrine, peu féminin, ne pouvait attirer le regard que de vieillards très frustrés depuis longtemps. Par ailleurs, là où ils sont pour l’observer, il est étonnant qu’elle ne les ait pas vus plus tôt s’approcher, mais la façon dont elle roule des yeux en penchant la tête me laisse penser que sans doute elle était plus contente que ne le dit l’histoire de les exciter un peu. Ah, les femmes !

 

335e Rome, Santa Susanna

 

Les peintures du transept, elles, concernent la Suzanne chrétienne du quatrième siècle. Ici, c’est son supplice, et comme il est fréquent à l’époque où ont été réalisées ces fresques, divers moments sont représentés dans le même tableau. Tous ces martyrs crucifiés, écartelés, rôtis au gril, livrés aux bêtes sauvages, écorchés vifs, traînés derrière des chevaux au galop, décapités, cela donne le vertige. Comment les humains peuvent-ils être aussi cruels pour le plaisir ? Je suis résolument contre la peine de mort, mais si l’on veut exécuter quelqu’un, qu’est-ce que ça apporte, puisqu’il ne survivra pas, de le faire souffrir à ce point ? Les temps ont changé, dit-on. Mais le nazisme n’est pas si lointain. Et il a été prouvé que Pinochet, au Chili dans les années 70, a fait prendre les pieds de prisonniers dans du béton, puis les a fait balancer dans le Pacifique du haut d’un hélicoptère. Noyade rapide ou non, toutes les heures que durait la prise du béton ils avaient l’angoisse de savoir ce qui les attendait. L’ignominie n’a donc pas disparu du cœur de bien des humains, les chefs et ceux qui exécutent leurs ordres. Et si ces peintures à chaque fois suscitent en moi cette révolte, cela signifie à mon avis qu’elles sont bonnes et expressives.

 

Et voilà pour nos visites d’aujourd’hui. Nous finirons la journée en déambulant dans les rues avant de regagner notre maison sur roulettes.

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article
1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 17:56

332 Rome, accademia di Romania

 

Sur Internet, nous n’avons pas trouvé d’information concernant la grève de la villa Giulia (musée national des antiquités étrusques), qui avait déçu notre soif de visite du 11 novembre. Était-ce le fait d’une journée, était-ce une grève illimitée, nous n’en savons rien. Nous décidons donc de tenter notre chance aujourd’hui.

 

Le bus n°3 pris à notre descente du métro à San Giovanni nous dépose, à son terminus, place Thorvaldsen, après un long trajet à travers des quartiers de Rome que nous ne connaissions pas. De là, nous sommes à quelques minutes à pied de notre musée, mais nous passons devant l’Académie de Roumanie, magnifique bâtiment de taille imposante, comme quoi ce pays trop ignoré et plombé par les années passées derrière le "Rideau de Fer" ne doit en aucun cas être considéré comme secondaire sur le plan culturel. C’est l’occasion pour Natacha de regretter que la Biélorussie n’ait strictement rien ni à Paris ni à Rome pour évoquer tous les intellectuels, écrivains et artistes en tous genres qui ont vu le jour et vécu sur son territoire sous quelque bannière que ce soit puisque cette terre a été dominée au cours des siècles par la Lituanie, la Russie, la Pologne avant d’être dévoré tout cru par l’Union Soviétique. Et de constater que l’Ukraine –ses deux parents en sont originaires– dont le gouvernement est aujourd’hui plus démocratique que celui du Biélorusse Loukachenko, a ouvert il y a deux ou trois ans un centre culturel dans un appartement chic de l’avenue de Messine à Paris, mais qu’il ne s’y passe pratiquement rien, et que le pays n’a aucune représentation culturelle à Rome. Et pourtant, il y aurait des possibilités d’intéresser un public, puisque dans plusieurs librairies nous avons vu des dictionnaires italien/ukrainien et que, comme je le disais le 12 décembre, à l’université il y a des cours –et donc des étudiants– de langue et culture ukrainiennes.

 

333a Rome, villa Giulia

 

Hourra, le musée est ouvert ! Nous pénétrons par la porte que l’on voit au fond de cette photo dans les jardins de cette résidence construite par le pape Jules III pour sa villa d’été. Selon l’évangile, il est plus difficile à un riche d’entrer dans le royaume des cieux qu’à un chameau de passer par le chas d’une aiguille, sans doute est-ce pour s’appauvrir un peu qu’il dépensa tant d’argent dans ses résidences.

 

333b Rome, villa Giulia

 

Le portique en demi-cercle est entièrement décoré à fresque, murs et plafond voûté. Nous y avons passé un moment parce que le lieu est particulièrement joli et agréable.

 

333c Rome, villa Giulia

 

La fresque indiscontinue qui orne le plafond représente une treille garnie de grosses grappes, et de place en place la treille s’ouvre pour présenter des scènes diverses mais dont la plupart sont des enfants nus sur fond de ciel, avec quelques oiseaux voletant çà et là. En me promenant, j’ai choisi de prendre cette photo un peu au hasard, et ce n’est que maintenant, au moment de la publier, que je remarque un détail qui, peut-être, ne se verra pas bien sur mon blog où les photos sont réduites pour "peser" moins lourd, le petit garçon de gauche se regarde émettre un jet de pipi qui suit une gracieuse parabole. Du coup, si l’artiste s’est livré à ce genre d’humour, je regrette de ne pas avoir photographié plus de scènes.

 

333d Rome, villa Giulia

 

Et puis à l’autre bout de la pelouse, on trouve un nymphée délicat avec sculptures, grottes, bassin, mosaïque antique, cariatides, auquel on accède par l’un des deux escaliers en arc de cercle qui descendent de chaque côté de la loggia qui borne la pelouse au niveau de la rue.


333e Rome, villa Giulia 

 

 

Je montre ici un gros plan de l’une des cariatides que l’on aperçoit sur la vue d’ensemble du nymphée.

 

333f Rome, villa Giulia

 

Et maintenant un gros plan de la sculpture que l’on voit à droite de la vue d’ensemble.

 

333g Rome, villa Giulia

 

Une pierre représentant Mithra a été déposée là, hors des bâtiments du musée, sans légende ni explication sur sa provenance, sa date, etc. Encore heureux que je connaisse cette divinité asiatique d’origine phrygienne (d’où sur sa tête ce bonnet, caractéristique de notre Révolution) adoptée par les Romains, sinon je n’aurais même pas pu identifier le sujet.

 

Nous avons voulu profiter des jardins et des extérieurs tant qu’il faisait beau et jour, sachant que le musée ne ferme qu’à 19h30, ce qui laisse le loisir de le visiter à la nuit hivernale tombée. Mais hélas ici s’arrêtent mes photos, parce qu’il est interdit d’en prendre, même sans flash, à l’intérieur du musée. Je sais bien que sur ce sujet de l’interdiction de prendre des photos je radote, mais c’est le privilège de mon grand âge. Car enfin les Étrusques ne sont pas en mesure de faire valoir leur propriété intellectuelle ou artistique sur les œuvres qu’ils ont produites. Les cartes postales et autres reproductions en vente à la boutique ne concernent que les pièces les plus célèbres, qui ne sont pas forcément celles que nous souhaiterions avoir, et prendre en photo ce qui n’est pas en vente ne causerait aucun manque à gagner au musée. Et enfin au musée de Volterra, largement aussi riche, sinon plus, que celui-ci, et qui est aussi un musée national, la photo est libre, même avec flash (puisque les terres cuites et les pierres ne risquent pas de se détériorer à la lumière). Je ne comprends donc pas cette différence de politique, et ici nous nous sentons frustrés.

 

Je suis donc réduit à évoquer en passant le sarcophage des époux. Sans doute est-il intrinsèquement plus beau, plus pur, que celui de Volterra, que nous avons vu le 22 octobre, mais je préfère quand même celui de Volterra, avec ce visage de femme laide, où il y a plus de réalisme, et où on sent plus de tendresse entre les époux. Il est pour cela plus touchant à mon avis.

 

De la même époque, à savoir la fin du sixième siècle avant Jésus-Christ, est le groupe d’Apollon et Héraklès. Les statues ont été retrouvées à quelques kilomètres de Rome, à Véies, brisées, et les morceaux épars dans le sol. Le buste d’Héraklès est presque complet, mais pas l’Apollon. Je ne trouve pas iconoclaste, au contraire, l’intelligente reconstitution qui en a été faite, unissant les morceaux retrouvés par des parties moulées en plâtre, afin de redonner à la statue son aspect d’Apollon, alors qu’il aurait fallu de l’imagination, vraiment beaucoup d’imagination, pour parvenir à se représenter ce qu’avait pu être cette statue si l’on n’en avait vu que des fragments disposés à plat sur une étagère de musée. Quelle splendeur ! Le geste, le drapé, et ce visage, ce sourire… Très intéressante aussi, et présentée sur la même estrade, il y a une troisième statue, et je me dois de l’évoquer parce que, décidément, depuis quelques jours elle nous poursuit (j’ai parlé d’elle le 2 et le 12 décembre, nous sommes le 23, elle revient donc tous les dix jours environ), c’est Léto. Ici, elle porte dans ses bras son fils Apollon enfant.

 

Il y a tant et tant de choses belles, intéressantes, instructives à voir dans ce musée, que je pourrais citer mille objets. Mais citer des pièces de musée sans pouvoir les montrer, ce n’est pas l’objet de mon blog, c’est le rôle des guides touristiques qui indiquent à leurs lecteurs ce qu’ils pourront voir s’ils vont dans ce musée, afin qu’ils décident s’ils souhaitent s’y rendre, alors que moi je souhaite dire ce qui m’a ému, impressionné, intéressé, ébloui, ou ce qui m’a ennuyé, déçu, énervé, et faire participer à mes humeurs. Par conséquent, privé de photos je m’arrête là. À demain…

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article
1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 17:12

327a Rome Isola Tiberina

 

Aujourd’hui, nous avons un programme bien structuré et très chargé. J’ai étudié le parcours des bus et tramways, et au métro San Giovanni nous voulons prendre le tram n°3, il est remplacé par un bus, ce qui est moins rapide. Mon plan ne donnait que les principaux axes suivis, et à l’endroit qui nous intéresse il fait un grand crochet. Bah, il fait beau, nous perdons certes du temps sur le programme mais le Tibre est vert et brillant sous le soleil du matin, l’île du fleuve (l’Isola Tiberina) est dorée, c’est très agréable.

 

327b Roma Ponte Rotto

 

Nous faisons même un petit aller et retour sur le pont en aval de l’île (ponte Palatino), avec vue sur le fragment de vieux pont dont l’origine remonte au milieu du deuxième siècle avant Jésus-Christ, mais qui s’est écroulé deux fois avant que le pape le fasse reconstruire "définitivement" en 1575… pour qu’il s’effondre de nouveau dès 1598. Il a alors été abandonné, et on peut le voir depuis le nouveau pont reconstruit le long de la seule arche qui en subsiste.

 

328a Santa Maria in Trastevere

 

Nous voici arrivés à Santa Maria in Trastevere que nous avons déjà vue le 10 décembre, mais brièvement et de nuit. Nous souhaitons la revoir, c’est donc notre première étape. Là, en 38 avant Jésus-Christ, pendant un jour entier a jailli une source d’huile (de pétrole ?) et cela ayant été interprété a posteriori comme l’annonce de la grâce répandue par le Christ, une chapelle a été bâtie ici par le pape aux alentours de l’an 220. Une basilique l’a remplacée au milieu du quatrième siècle, puis la basilique actuelle en 1140.

 

328b Santa Maria in Trastevere

 

De même que lors de notre première visite, nous sommes éblouis par les mosaïques du douzième siècle, comme celle-ci qui orne la curieuse façade de l’église.

 

328c Santa Maria in Trastevere

 

Puis nous pénétrons dans l’église. La nef est splendide avec son pavage en mosaïques géométriques toutes en courbes, avec ses nobles colonnades, avec son plafond à caissons.

 

328d Santa Maria in Trastevere

 

Mais le chœur comme l’abside, dont j’ai déjà montré une photo le 10 décembre, sont entièrement revêtus de mosaïques du douzième siècle qui nous ont encore plus éblouis, avec leurs ors, que celles de la façade. Ici on voit, sous la main de Dieu le Père, le Christ en majesté et à ses côtés Marie en vêtements d’impératrice de Constantinople.

 

328e Santa Maria in Trastevere

 

Je devrais en finir avec cette mosaïque, mais je ne peux résister à l’envie de montrer de près ces amusants moutons.

 

328f Santa Maria in Trastevere, Annonciation

 

Ni cette belle Annonciation. Puisque c’est l’un des thèmes les plus fréquents de la peinture, de la sculpture, de la mosaïque religieuses, je l’ajoute à ma collection, à titre de comparaison. Curieuse position de l'aile gauche de l'ange (peut-être un coup de vent, un jour, la lui a-t-il cassée), et puis l'on voit la colombe de l'Esprit-Saint qui vole de Dieu le Père vers Marie.

 

328g1 Santa Maria in Trastevere

 

328g2 Santa Maria in Trastevere

 

Dans une chapelle latérale, nous avons vu quelque chose de très curieux, mais hélas sans aucune explication. Comme on le voit sur la seconde de ces photos, un puissant mécanisme a permis de décoller du mur cette peinture présentée sous verre et qui, pour plus de sûreté, repose sur un support. C’est apparemment un tableau extrêmement ancien, peut-être paléo-chrétien, un genre d’icône –sur bois semble-t-il–, avec une représentation très fine de saints que je n’ai pas identifiés. Ce mécanisme, je suppose, permet d’approcher ce tableau des fidèles à l’occasion de Noël, peut-être aussi d’autres fêtes, alors que le reste de l’année tout reprend sa place sur le mur au-dessus de l’autel. De quoi qu’il s’agisse, c’est splendide et émouvant.

 

328h Santa Maria in Trastevere, crèche

 

En ce mois de décembre où nous visitons beaucoup de ces innombrables églises de Rome dont beaucoup sont, et contiennent, des œuvres d’art, nous avons bien sûr vu de nombreuses crèches. Celle de Santa Maria in Trastevere a ceci d’original qu’elle est présentée derrière un cadre doré, comme s’il s’agissait d’un tableau en relief, et au fond est placée une représentation de la place de l’église, avec sa fontaine. Elle fait donc naître Jésus dans cette paroisse.

 

Nous nous hâtons ensuite vers la Villa Farnesina. Agostino Chigi, homme de goût et qui avait les moyens (il était d’une famille de riches banquiers qui, plus tard, donnera à l’Église le pape Alexandre VII), fit construire au début du seizième siècle cette somptueuse villa, et s’offrit les services de Raphaël et de son habituelle bande d’amis pour en décorer murs et plafonds. Ce n’est pas un musée, il n’y a ni meuble, ni tableau, ni sculpture, ni objet d’aucun genre, seulement les admirables fresques des quelques salles ouvertes. Mais… photo interdite. Goethe écrit : "J’ai vu, à la Farnesina, l’Histoire de Psychè dont la reproduction en couleur a égayé pendant tant d’années mon appartement".

 

Nous restons à admirer jusqu’à l’heure de fermeture, à 13h30. Hé oui, la Villa Farnesina est fermée tout l’après-midi. Pour la suite de notre programme, nous reprenons des forces avec un très bon déjeuner dans ce qui à première vue paraîtrait un petit boui-boui très bas de gamme, et qui pour seulement 12 Euros par personne offre un menu dont la nourriture est simple mais bonne. Cela vaut la peine d’en donner l’adresse : Ristorante della Scala, Piazza della Scala 19-21.

 

329a Rome, Trilussi

 

En partant, un coup d’œil à un monument original. Carlo Alberto Salustri (1871-1950), Trilussi de son pseudonyme, est un poète qui écrivait en dialecte romain. Pendant les années Mussolini, il a souhaité se qualifier de "non fasciste" plutôt que d’antifasciste. Vingt jours avant sa mort, le gouvernement l’a nommé "sénateur à vie" ce que, sentant sa fin arriver, il a appelé avec humour "sénateur à mort". Ici, on voit le monument élevé en son honneur, avec un de ses poèmes en dialecte.

 

329b Rome, Ponte Sisto

 

Nous gagnons l’île par le Ponte Cestio, du premier siècle avant Jésus-Christ, mais en bonne partie reconstruit au dix-neuvième siècle, ce qui ne l’empêche pas d’être sympathique.

 

329c Rome, palais Farnèse, ambassade de France

 

Mais de l’autre côté, pour ressortir de l’île, nous franchissons le Ponte Fabricio, lui étant authentiquement antique (seul dans ce cas à Rome), et construit en 62 avant Jésus-Christ. Nous nous rendons au Palais Farnèse, siège de l’ambassade de France que Jérôme, mon petit frère qui s’occupe de toutes mes affaires en mon absence, m’a recommandé d’aller visiter, ayant vu à la télévision une émission où l’on montrait ses splendeurs. Visites seulement le lundi et le jeudi, à 15h, 16h et 17h. Nous nous pointons donc ce jour, lundi, un peu avant 15 heures. Le policier, à l’entrée, nous dit qu’il n’y a aucune visite pendant la période des fêtes, et que de toute façon l’inscription sur Internet est obligatoire, avec actuellement une attente de quatre mois. Je sais, je sais, nous ne sommes pas pressés de repartir de Rome, nous y sommes depuis près de deux mois, mais quand même je pense que cette visite sera pour un autre voyage. Je montre malgré tout cette façade, parce qu’on y voit le drapeau français. Cocorico.

 

329d Rome, Campo dei Fiori, Giordano Bruno

 

Nous continuons notre balade en nous rendant au Campo dei Fiori. Il s’y déroule chaque matin un marché alimentaire, mais à plus de quinze heures les étals ne sont pas encore tous démontés, et le nettoyage commence juste. Ce n’est pas le moment le plus favorable pour admirer cette place, mais on peut quand même apprécier cette statue de Giordano Bruno (1548-1600), ce moine dominicain qui, s’appuyant sur les travaux de Copernic et sur ses propres réflexions philosophiques, a affirmé que l’univers est infini et que notre monde est un parmi bien d’autres, ce qui lui a valu un procès qui, durant de 1592 à 1600, a débouché au terme de ces huit années à une condamnation à mort, et Bruno a été brûlé vif ici même, sur ce Campo dei Fiori.

 

329e Rome, piazza Navona

 

Nous voici arrivés sur cette immense piazza Navona, toute en longueur avec deux extrémités arrondies. Ça ne s’appelle pas un ovale, ça j’en suis sûr. Je crois que c’est un rhomboïde, mais j’en suis beaucoup moins sûr. Elle succède à un stade créé en 86 de notre ère par l’empereur Domitien. Nous y sommes déjà passés plusieurs fois, et si j’en parle aujourd’hui, c’est parce que j’ai lu à son sujet quelque chose d’amusant. Le Bernin et Borromini étaient deux architectes rivaux et ennemis. Borromini a exécuté la façade de l’église Sant’Agnese in Agone, et le Bernin a effectué la fontaine des fleuves, quatre statues gigantesques représentant le Danube, le Nil, le Gange et le Rio de la Plata pour symboliser l’Europe, l’Afrique, l’Asie et l’Amérique. En regardant cette statue sous un certain angle, on comprend cette rumeur selon laquelle le Bernin aurait donné l’impression que l’une des statues voulait se protéger de la chute de l’église de son ennemi Borromini, jugé incapable de bâtir un édifice solide. Certes, ce serait un cruel coup donné à son adversaire, mais l’intention ne pouvait y être, et ce n’est qu’une légende, car la façade de Sant’Agnese in Agone est postérieure de plusieurs années à la fontaine des Fleuves…

 

Le programme comportait la visite de Sant’Agnese, fermée le lundi, et nos guides –qui donnent les horaires d’ouverture– l’ignorent. Tant pis, ce sera pour une autre fois. Nous continuons vers Santa Maria della Pace, idem. Décidément, entre le palais Farnèse et ces deux églises, nous manquons de chance. Du coup, il est à peine plus de 17h30 quand nous arrivons au terme de notre programme.

 

330a Rome, Sant'Agostino

 

Mais l’église Sant’Agostino, qui devait faire partie d’un programme ultérieur, n’est pas loin du tout. Nous nous y rendons et, ô miracle, elle est ouverte.

 

330b Rome, Sant'Agostino, Caravage

 

C’est cette église qui possède la remarquable Madone des pèlerins, du Caravage, que nous avons vue à la Villa Borghèse le 25 novembre, sans avoir le droit de la photographier. Nous entrons et, surprise, dans la première chapelle à gauche, le tableau est là, bien en place, alors que l’exposition à la Villa Borghèse a lieu jusqu’au 24 janvier. Étonnement. Il y a là une guide privée, avec un tout petit groupe de touristes auxquels elle donne des explications détaillées sur le tableau. Quand elle en a fini, Natacha lui demande ce qu’est ce tableau, l’original, une copie ancienne… La guide, d’un air offusqué et avec un ton d’autorité, réplique que c’est bien évidemment l’original. Mais alors, qu’avons-nous vu à la Villa Borghèse ? insiste Natacha. Non, voyons, ceci est l’original, bien sûr, affirme avec force la personne détentrice du savoir. À la fin de notre visite de l’église, j’achète une carte postale pour la collection de ma grande sœur, et j’en profite pour demander où est l’original, où est la copie. Et ce monsieur, qui sait de quoi il parle parce qu’il a assisté aux opérations, nous dit que ce que nous voyons n’est qu’une photo du tableau original. Et voilà comment on peut faire confiance aux spécialistes au ton docte.

 

330c Rome, Sant'Agostino, Sansovino

 

Mais revenons à notre visite. Près de l’entrée, une Vierge à l’Enfant de Sansovino, appelée Madona del Parto, la Madone de l’Enfantement. Je ne peux pas dire que j’en raffole, avec sa position style déesse Minerve, d’autant plus que la même pruderie qui avait fait rajouter au Christ de Michel-Ange à Santa Maria sopra Minerva (15 septembre) un ridicule pagne métallique, en affuble aussi cet Enfant Jésus. Mon Dieu, mais quelle horreur si l’on pouvait penser, ne fût-ce qu’un instant, que ce bébé puisse être sexué. L’Église fête, et fêtait déjà à l’époque, le premier janvier la circoncision de Jésus, saint Luc la raconte dans son évangile, mais comment peut-on circoncire ce qui n’existe pas ?

 

330d Rome, Sant'Agostino, Sansovino

 

En revanche, j’adore cette statue qui ajoute sainte Anne à la composition, et qui est due au même artiste. Jésus et Marie se regardent avec tendresse, et surtout, surtout, sainte Anne fond devant son petit-fils. Elle a passé un bras sur les épaules de sa fille, de l’autre main elle joue avec le pied de Jésus, et sous son voile son visage de femme âgée sourit avec une telle douceur, un tel amour… C’est une scène réaliste et émouvante. Sans doute est-ce pour cela que les Romains en ont fait une statue parlante. Il faut entendre par là que pour déjouer la censure, dans le temps passé, satires et épigrammes étaient confiées en cachette à des statues, dont celle-ci, et lorsque le papier où elles étaient inscrites était découvert elles se répandaient par le bouche à oreille pour la plus grande joie des citoyens. Mais cette sainte Anne n’était ni la plus célèbre, ni la plus bavarde. J’aurai l’occasion, un autre jour, de parler de Pasquino.

 

330e Rome, Sant'Agostino, Raphaël

 

Cette statue est située sous le troisième pilier, en partant du fond de l’église, sur la gauche de la nef. Et sur ce pilier, au-dessus de la statue, se situe une fresque de Raphaël. Ayant vu l’œuvre de Michel-Ange à la chapelle Sixtine, il réalisa cette représentation du prophète Isaïe en s’inspirant du style du grand maître. Pour moi, je trouve cette peinture décevante de sa part. Je ne le crois pas fait pour ces représentations puissantes. À la limite, je trouve même cette fresque un peu ridicule. Mais par faveur ne le répétez pas, je passerais pour le barbare… que je suis sans doute.

 

331a Rome, Sant'Agostino, ste Monique

 

Je savais, bien sûr, que saint Augustin (354-430), le patron de cette église, cet ancien débauché qui s’est converti, racheté, est devenu évêque d’Hippone (Annaba, en Algérie), a écrit les Confessions dont, sans enthousiasme parce que je trouve ce livre peu excitant, j’ai traduit du latin quelques pages dans le passé, était le fils de sainte Monique. Comment l’ignorer, puisque Maman se prénomme Monique. Mais j’ignorais qu’elle était morte à Ostie (et nous avons visité cette Ostia Antica, le grand port de Rome, le 11 novembre) et que cette église possédait son sarcophage, conservé dans une niche contre le mur d’une chapelle à la gauche du chœur.

 

331b Rome, Sant'Agostino, ste Monique

 

De ce sarcophage, seul le couvercle a été conservé. Mais les reliques de sainte Monique ont été transférées dans cette boîte située sous l’autel de cette chapelle. L’inscription dit, en latin : "Sainte Monique, prie pour nous".

 

331c Rome, Sant'Agostino, ste Monique

 

Sur les murs de la chapelle, des tableaux représentent des épisodes de la vie de sainte Monique. Je termine donc cet article par deux de ces tableaux. Après cette visite, nous sommes rentrés au camping-car. La suite au prochain numéro !

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article
26 décembre 2009 6 26 /12 /décembre /2009 23:02

325a Rome, Porta San Paolo

 

Lorsque nous avons visité l’appartement de Keats sur la Piazza di Spagna le 27 novembre, nous avons vu qu’il était enterré au cimetière non catholique de Rome. Nous avons décidé de faire de ce pèlerinage littéraire le but de notre visite de ce jour. Le cimetière est situé près de la Porta San Paolo.

 

325b Rome, Pyramide

 

Il est également accolé à la Pyramide de Cestius. J’ai annoncé hier que nous verrions ce célèbre monument romain aujourd’hui. Caius Cestius, qui a attaché son nom au bâtiment est un bureaucrate romain mort en 12 avant Jésus-Christ, qui avait voulu une sépulture qui sorte du commun… et qui avait acquis les moyens de se l’offrir. Cette pyramide à l’égyptienne revêtue de marbre blanc comble ses vœux. À Rome, elle est surprenante. Madame de Staël dit que "la massive pyramide qui enfermait [Cestius] protège sa mort de l’oubli qui avait complètement effacé sa vie".

 

Allez, soyons "bas bleu", le nom de cet homme évoque pour moi une curiosité philologique. Les Étrusques, qui vivaient en Italie avant les Romains, parlaient une langue où le son G n’existait pas, et par conséquent leur alphabet ne pouvait comporter de signe correspondant. Quand sont arrivés les Romains sur ce territoire et qu’ils sont tombés sous la domination de rois étrusques, ils ont adopté l’alphabet de cette brillante civilisation, et ont noté le son G avec la même lettre que le son K, c’est-à-dire avec un C. Il faut donc prononcer les deux prénoms latins fréquents (la liste en est limitée à 18 en tout et pour tout) Caius et Cnaeus comme s’ils étaient écrits avec un G initial. C’est aussi là l’explication de la prononciation de "second". Et puis nos braves Romains ont trouvé cela incommode, et ont ajouté une petite barre horizontale à leur C pour différencier le son G.

 

325c Rome, Pyramide

 

Nous voici au cimetière, d’ou l’on peut avoir une vue différente sur cette pyramide. Qui n’était pas catholique n’avait pas le droit d’être enterré en terre catholique. Les papes ne badinaient pas avec la charité chrétienne. Pardon, catholique. Alors deux solutions, ou bien on livre les corps aux chiens errants ou bien on achète un terrain et on le consacre aux non catholiques. Mon guide Michelin, que j’affectionne tant (Natacha se moque de moi et de ma culture issue de Bibendum), parle du cimetière protestant, et il n'est d'ailleurs pas le seul. Il a tort, on y trouve des tombes sans aucune marque religieuse, des tombes juives, des tombes orthodoxes, et puis bien sûr aussi beaucoup de tombes protestantes. D’ailleurs, la plaque indiquant les horaires d’ouverture, à l’entrée, annonce le "Campo Cestio, l’antico cimitero per stranieri non cattolici".

 

326a Rome cimetière non catholique, Keats et Severn

 

Si nous sommes venus ici, c’est tout d’abord, comme je le disais au début de cet article, pour la tombe du poète anglais Keats. Il était venu à Rome accompagné de son ami le peintre Joseph Severn qui s’était occupé de lui pendant sa tuberculose et dans ses derniers moments, et avec qui il avait partagé cet appartement romain. C’est à cet ami que l’on doit des représentations de Keats. Les deux amis sont enterrés côte à côte, à droite Severn et à gauche Keats. Sur la stèle du premier on lit "Devoted friend and death-bed companion of John Keats", et sur celle du second, qui ne comporte aucun nom, "This grave contains all that was mortal of a young English poet".

 

326b Rome cimetière non catholique, Shelley

 

Quant à Percy Shelley, qui s’était noyé sur la côte tyrrhénienne et dont le corps avait été rejeté sur une plage en face de Pise, il avait dans un premier temps été enterré dans le sable de la plage, puis quelque temps après on l’avait exhumé et incinéré sur place, sur un grand bûcher. Sa veuve avait transféré ses cendres dans ce cimetière non catholique de Rome. Elles ont été placées là où précédemment avait été enterré son fils William ; une simple plaque sur le sol dit "William Shelley, né le 24 janvier 1816, mort le 7 juin 1819, fils de Percy et de Mary Wolsfonecraft Shelley".

 

21 novembre 2010. Voilà un an que j'ai publié cet article. Et puis il est tombé sous les yeux d'un sympathique lecteur, Stéphane, qui me signale une erreur. Je suis heureux de profiter de sa culture et du temps qu'il a consacré à m'écrire pour insérer cet ajout dans mon article. Concernant la sépulture de Shelley, il dit : "Ses cendres ne reposent pas aux côtés de son fils, mais il possède son propre monument dans la première partie sur les hauteurs du cimetière juste à côté de son ami Trelawney qui planta lui-même les arbres qui ombragent la dalle de pierre de Shelley". Voilà qui est fait. Merci, Stéphane !

 

326c Rome cimetière non catholique, fils de Goethe

 

Tant que l’on vit, avoir un père célèbre peut être merveilleux, sauf si l’on en est jaloux, sauf si, comme le voudrait Freud, on ne parvient pas à le tuer. Mais dans la mort, il est bien triste de n’avoir plus d’existence qu'à travers son père. C’est ce qui est arrivé à cet homme qui, sur la stèle, n’est plus que "fils de Goethe, qui a précédé son père".

 

326d Rome cimetière non catholique, Gramsci

 

Ici, c’est Antoine Gramsci, né en France à Alès en 1891 et mort à Rome en 1937, qui est l’un des fondateurs du parti communiste italien. Il est l’auteur de Lettres de prison, où il apporte un touchant témoignage sur la ségrégation fasciste. Voilà un exemple de tombe complètement laïque.

 

326e Rome cimetière non catholique, Bruloff

 

Karl Bruloff est un grand peintre né à Saint-Pétersbourg en 1799 et mort en 1852. J’aime le nom de sa ville en langue latine, ou plutôt en langue grecque dans un texte en latin, "Petropolis". Et dans l’empire des Russies, "in imperio Russiarum". Il était d’ascendance française, d’une famille huguenote du nom de Brulleau qui avait émigré après la révocation de l’édit de Nantes (Louis XIV, 1685). Lui-même avait quitté la Russie avec une bourse d’étude et avait résidé à Dresde, Munich, Milan, Florence, Rome et Naples. C’est lors de son séjour à Rome qu’il a peint son chef d’œuvre, un grand tableau, Les Derniers jours de Pompéi, qui a été présenté à Paris et qu’ont apprécié Walter Scott et Stendhal.

 

Nous sommes restés longtemps, longtemps dans ce cimetière, où figurent encore bien d’autres noms connus, et où même beaucoup de tombes d’inconnus présentent un intérêt.

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article
26 décembre 2009 6 26 /12 /décembre /2009 22:03

320a Rome, St Jean de Latran

 

Il y a une station San Giovanni sur notre ligne de métro. Elle prend son nom de la basilique (ou plutôt archi basilique) San Giovanni in Laterano, autrement dit Saint Jean de Latran. Vu son rôle historique et la réputation de sa beauté, nous décidons d’en faire notre but aujourd’hui.

 

320b Rome, St Jean de Latran

 

En effet, depuis qu’en 1870 Rome a été annexée au tout jeune royaume de l’Italie unifiée et en est devenue la capitale officielle, la place du pape comme chef d’état à Rome et dans le Latium n’était plus définie, et c’est le 11 février 1929 que Mussolini signe avec le secrétaire d’état du Saint Siège ces fameux accords du Latran qui donnent au pape la souveraineté sur l’état indépendant du Vatican, tandis que le catholicisme devient religion d’état en Italie. Mais déjà c’était là que résidaient les papes depuis 314, deux ans après que l’empereur Constantin avait interdit les persécutions des chrétiens, et jusqu’à leur départ pour Avignon en 1309. C’est là encore que se tinrent plusieurs grands conciles.

 

320c Rome, St Jean de Latran

 

Mais cette basilique est aussi la cathédrale de Rome. En effet, le pape règne sur l’ensemble de l’Église catholique, et à ce titre il siège à Saint Pierre du Vatican. Mais chaque diocèse se doit d’être gouverné par un évêque siégeant dans une cathédrale, et même si dans le diocèse de Rome le pape joue également ce rôle, il convient qu’il ait aussi sa cathédrale. Et cette cathédrale est magnifique. Ici nous voyons le transept et, à la croisée, cette tour au sommet de laquelle, dans une sorte de cage, sont placées les statues en argent des saints Pierre et Paul.

 

320d Rome, St Jean de Latran, plafond

 

Juste au-dessus de la croisée du transept, ceci est la décoration du plafond. Mais je crois que déjà sur la photo précédente on pouvait en voir la richesse.

 

320e Rome, St Jean de Latran

 Tout cela est splendide. Ce que je trouve moins splendide, et qui a des relents de Moyen-Âge, ce sont ces règles d’indulgence. De nos jours, c’est gratuit. C’est déjà quelque chose. Mais que Dieu pour qui le temps n’existe pas puisse accorder l’indulgence dans un délai de 20 jours, cela me laisse pantois, stupéfait, abasourdi. Ce délai est ce que je trouve le plus choquant, mais une telle rigidité des rites…

 

321a Rome, St Jean de Latran

 

Revenons à notre église. Quelques sculptures. D’abord, à l’extérieur, sur le mur de façade, j’ai trouvé amusante cette représentation d’un angelot coiffé de la tiare pontificale, avec les clés de saint Pierre prolongeant ses petites ailes, et qui sourit d’un air malin.

 

321b Rome, St Jean de Latran, confessionnal

 

À l’intérieur, dans le bas-côté gauche, sur un confessionnal il est indiqué que le prêtre confesse en italien, en polonais, en roumain, en russe et en allemand. Chapeau. Il n’était pas là, je n’ai pas vu sa tête de linguiste, mais ce que j’ai vu c’est, enchâssées dans la belle boiserie du confessionnal, deux sculptures sur métal (étain ?), dont celle-ci représentant Marie-Madeleine répandant du parfum sur les pieds de Jésus. L’autre est une Samaritaine. J’aime la tendre adoration de Marie-Madeleine pour son Seigneur, ses longs cheveux traditionnels, le geste de Jésus la tête inclinée.


Je ne parlerai pas des chapelles latérales, dont Lady Morgan dit : “Les chapelles somptueuses mais lugubres ont l'air d'avoir été alimentées par lepillage, et bâties avec le goût, de Huns récemment convertis”. Sympa.
 

321c Rome, St Jean de Latran, st Jean

 

Tout autour de la nef, les statues des 12 apôtres. Évidemment, puisque cette basilique est dédiée à saint Jean, je me devais de mettre ici la statue de saint Jean l’Évangéliste avec son aigle, mais il y a aussi, en contrebas, une belle statue en bois, du quinzième siècle, de saint Jean Baptiste. Et au plafond du transept, auprès de la tête de Christ que j’ai montrée plus haut, c’est aussi saint Jean Baptiste qui est représenté.

 

 321d Rome, St Jean de Latran, st Mathieu

 

Et parce que, il y a seulement deux jours, à San Luigi dei Francesi, j’ai admiré et publié dans mon blog un tableau du Caravage représentant saint Mathieu (ou plutôt Lévi, puisque tel était encore son nom) comptant l’argent au bureau de la douane au moment où Jésus l’appelle à la suivre, j’ai envie de choisir cette statue où il pose le pied sur un tas d’argent auquel il renonce. Chacune des statues comporte un élément qui caractérise le personnage. L’aigle, le sac d’argent… Un autre porte sur son bras une peau pendante avec le visage désossé, c’est donc Barthélemy dont le supplice a été d’être écorché vif.

 

322 Rome, St Jean de Latran, crèche

 

Avant de quitter Saint Jean de Latran, je voudrais montrer la crèche originale qui porte la signature de monseigneur Vincenzo Zinno. Elle est très grande, et chaque détail est intéressant. Ici, loin sur la droite, la tente où se reposent lors d’une étape les rois mages, en compagnie de personnages qui les reçoivent sous leur tente de bédouins.

 

323 Rome, Scala Santa

 

En traversant la vaste place où s’élève cette église, on trouve un autre édifice visiblement très ancien. C’est ce qui reste du palais du Latran. En effet, quand je disais que les papes avaient résidé au Latran, ce n’était évidemment pas dans la basilique elle-même, mais dans un palais attenant.

 

Ce bâtiment apparaît comme une chapelle située au premier étage, l’escalier qui y mène ne pouvant être monté qu’à genoux, comme le précise un panonceau placé au bas. Les 28 marches de marbre seraient celles du palais, à Jérusalem, où Ponce Pilate "se lava les mains" de la décision de mise à mort de Jésus, et que Jésus gravit à la suite de cette sentence. Sainte Hélène, la mère de l’empereur Constantin, les aurait fait transporter de Jérusalem à Rome pour qu’elles soient dans ce palais des papes. Il s’est passé là un événement important qui a eu une grande influence sur la politique mondiale, puisqu’il s’est agi de la Réforme. En effet, un jour Luther s’était rendu à Rome et avait entrepris cette ascension de la Scala Santa à genoux mais, parvenu à la moitié de son ascension, il entendit une voix qui lui enjoignait de rechercher un autre chemin pour obtenir la grâce divine. Il se releva alors et redescendit sur ses deux pieds les marches qu’il avait montées à genoux.

 

Évidemment, cet épisode n’est pas affiché par les autorités religieuses catholiques, mais je ne comprends pas pourquoi aucun de nos guides n’en parle, eux qui ne sont ni pour la papauté, ni pour le luthérianisme, ni pour l’athéisme. Je n’aime pas, moi non plus, ces rites de souffrance. Je croyais que le temps des robes de bure, que le temps de l’usage de la discipline (comme Tartuffe) était révolu. Sur cet escalier on voit des vieilles dévotes, des jeunes gens en jeans, blouson et baskets, des religieuses, des messieurs en costume, des dames, des mendiants.

 

324a Rome, Sainte Sabine, fontaine

 

Nous avons ensuite marché un bon moment, pour nous diriger vers la Pyramide de Cestius après avoir longé les Thermes de Caracalla. Parce qu’un de ces jours nous irons visiter ces Thermes, et parce que demain nous verrons davantage cette pyramide, je préfère ne pas en parler aujourd’hui ni en montrer mes quelques photos. En revanche, continuant à marcher longuement dans le quartier très calme et résidentiel de l’Aventin, nous sommes arrivés à un parc public (le Parco Savello) qui surplombe le Tibre du sommet de cette colline et offre une belle vue sur Rome. Mais il était près de 19h et à grands coups de sifflet, puis avec un geste impératif, un garde qui voulait fermer les grilles et terminer son service sans le moindre retard nous a énergiquement invités à dégager les lieux. Tout près de la sortie, sur le mur du parc, cette originale fontaine nous a accueillis sur la place du monastère et de l’église Santa Sabina.

 

324b Rome, Sainte Sabine, extérieur

 

À son sujet, Henry James écrit : "Un moine dominicain encore jeune, qui faisait visiter l’église, avait l’air d’une créature engendrée par ces ombres et par ces odeurs de moisi". Pour nous, cela s’est passé un peu différemment, mais de façon spectaculaire tout de même. Nous étions là sur la place, quand une forme tout de blanc vêtue est sortie par une porte, et a disparu par une autre. Natacha a vite pris une photo de ce que nous avons pris pour une religieuse. Nous nous sommes approchés de l’église, et cette haute forme blanche nous est apparue de nouveau. C’était un prêtre, d’âge mûr, très droit et hiératique dans sa soutane toute blanche. Nous voyant devant cette porte fermée de l’église Santa Sabina, il nous demande "Di dove venite ?" Je réponds "Di Francia". Sans un sourire, sans un mot de plus, il nous fait signe de le suivre, et il nous ouvre son église.

 

324c Rome, Sainte Sabine, nef

 

Les portes sont d’origine, soit du cinquième siècle. Sur l’un des panneaux une Crucifixion est la première représentation de ce sujet dans un lieu public. Émouvant. Cette église que l’on nous décrit comme si lumineuse est, à cette heure où l’extérieur est sombre, totalement obscure.

 

324d Rome, Sainte Sabine, abside

 

Nous mettons une pièce dans la machine, et la lumière jaillit sur les peintures de l’abside et sur la mosaïque du fond. Mais en dehors de ces projecteurs braqués sur ces deux points l’église reste plongée dans l’obscurité, ce qui ne fait qu’ajouter à l’atmosphère mystique.

 

324e Rome, Sainte Sabine, mosaïque

 

C’est fabuleux quand on pense que ce bâtiment date du cinquième siècle. Sainte Sabine subit le martyre du temps de l’empereur Hadrien (première moitié du deuxième siècle), mais on ignore si elle vécut et mourut ici sur l’Aventin, ou plutôt en Ombrie, son corps ayant été ensuite transporté et enterré à Rome et une église construite sur sa tombe. Au treizième siècle, le pape donna cette église à saint Dominique. Celui-ci y adjoignit un cloître et y installa un monastère de dominicains.

 

Cette dernière visite nous a profondément marqués, Natacha et moi. Nous redescendons alors vers le Circo Massimo pour reprendre notre métro.

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article
22 décembre 2009 2 22 /12 /décembre /2009 23:15

315a Rome, Panthéon

 

Parmi les monuments à ne pas manquer à Rome figure le Panthéon, or nous sommes dans la Ville Éternelle depuis presque un mois et demi et non seulement nous ne l’avons pas visité, mais nous n’en avons vu que le dôme aplati depuis divers points de vue éloignés. C’est un scandale auquel il convient de mettre un terme au plus tôt.

 

315b Rome, Panthéon

 

À Paris, l’église Sainte Geneviève a été appelée Panthéon après la Révolution qui lui avait retiré sa fonction cultuelle, et "aux grands hommes, la patrie reconnaissante" a réservé leur dernière demeure. À Rome, ce temple romain antique a reçu un nom à prendre dans son sens étymologique grec, à savoir un temple dédié à tous les dieux. Il a été construit en 27 avant Jésus-Christ, c’est-à-dire l’année où Auguste a assumé le pouvoir comme empereur après la guerre civile et ses longues luttes contre Antoine. Le nom de son architecte, Agrippa, consul (COS), apparaît un grandes lettres sur la façade, ici vue en perspective derrière la fontaine de la place.

 

315c Rome, Panthéon

 

Sur le plan architectural, c’est un bâtiment impressionnant, et une prouesse technique. Il est construit comme un gigantesque camembert, recouvert d’une coupole en maçonnerie, à une hauteur égale à son diamètre, soit un peu plus de 43 mètres. Aucun pilier, pas la moindre colonne, le dôme ne repose que sur les murs qui font 6,20 mètres d’épaisseur, c’est réellement impressionnant. Au centre de la coupole, un puits laisse entrer la lumière du jour.

 

315d Rome, Panthéon

 

En avant de cette masse circulaire, un porche, ou pronaos, soutenu par de massives colonnes de granit, au nombre de 16 (c’est Stendhal qui les dénombre, lui qui, comme je le disais récemment, méprise les voyageurs qu’il appelle des "compteurs de colonnes"…) offre une façade plane.

 

315 Rome, porte du Panthéon

 

Et puis l’on franchit les portes monumentales. On dit que, restaurées, elles sont quand même d’origine. Mais il semble que le guide Michelin ait des doutes à ce sujet parce qu’il rédige "Il paraît que les battants de la porte sont antiques", ce qui ne montre pas une grande conviction. J’ignore à la fois les éléments qui font dire leur authenticité, et ceux qui la mettent en doute. Mais croire à leur ancienneté ajoute à leur charme, alors croyons.

 

315f Rome, Panthéon

 

Et mettons-y d’autant plus de foi que les papes n’ont pu supporter ce temple païen et en ont fait une église, qui assume encore cette fonction. Dans son livre Rome, Naples et Florence auquel j’ai plusieurs fois fait allusion (et que j’ai lu à l’occasion de notre voyage), Stendhal suppose qu’il ne restera pas voué au culte. Il a peut-être raison, mais au bout de près de 180 ans cela ne s’est toujours pas fait. Un avantage de cette situation, puisque c’est une église on ne vous taxe pas à l’entrée.

 

315g Rome, Panthéon, tombe Raphaël

 

Dans deux des absidioles qui forment de petites chapelles sur la circonférence, se trouvent les tombes de deux rois d’Italie, Victor Emmanuel II le premier roi de l’Italie unifiée, et son successeur Humbert Ier. Mais surtout, entre deux absidioles, aux pieds d’une Vierge à l’Enfant, repose le grand peintre Raphaël. La niche où il se trouve est très modeste. Le poète Pietro Bembo a rédigé pour lui cette épitaphe gravée, mais que ma photo ne permet pas de lire : "Ille hic Raphael. Timuit quo sospite vinci rerum magna parens, et moriente mori", soit : "Ci-gît Raphaël. La grande mère du monde (des choses) a craint d’être vaincue en le voyant, et lui mourant [elle craint] de mourir". Sympa, mais je ne mets pas cette phrase dans mon anthologie. Cela dit, pour nous qui, au cours de ce voyage, avons vu en peu de temps beaucoup de ses œuvres, c’est émouvant de penser que cet artiste mort en 1520, il y a près d’un demi-millénaire, est enterré là près de nous.

 

316a Rome, Sant'Ivo alla Sapienza

 

Près du Panthéon, de la place Sant’Eustachio voisine, on peut apercevoir le surprenant dôme à spirale de l’église Sant’Eustachio alla Sapienza. Cette église, imbriquée dans le palazzo della Sapienza, ancienne université de Rome (avant son transfert en 1935 sur le campus où samedi dernier nous avons entendu un concert), est l’œuvre de Borromini, le célèbre rival du non moins célèbre Bernin.

 

316b Rome, Sant'Ivo alla Sapienza

 

Pour lui, tout est en courbes, convexes, concaves, alternées. Le dôme a été photographié en allant vers le Panthéon, puis la façade en rentrant vers le métro le soir, en pénétrant dans la cour de ce qui est aujourd’hui les archives nationales. On voit ici son originale forme concave enclavée dans les bâtiments de l’ex-université.

 

317 Rome, Stendhal

 

On sait combien Stendhal aimait l’Italie. Dès l’âge de 17 ans il l’a découverte auprès de Pierre Daru, inspecteur aux revues, qui l’a emmené pour prendre part à la campagne d’Italie ; et tout le reste de sa vie il y a séjourné beaucoup plus longtemps qu’en France. Si La Chartreuse de Parme se passe en Italie, ce n’est pas un hasard. Ni s’il a rédigé une Vie de Rossini, des Chroniques Italiennes, ses Promenades dans Rome, et aussi Rome, Naples et Florence. Certes, c’est à Milan et à la Lombardie que vont ses préférences, mais comme le dit cette plaque, il a vécu à Rome, dans un appartement en face de l’église Santa Maria supra Minerva, de 1834 à 1836. Si ma photo est trop petite pour être lisible, ou pour qui ne serait pas trop habitué à l’italien, voici ce qui est écrit : "Dans cet immeuble, anciennement Palais Conti, Stendhal, que les Promenades dans Rome ont rendu digne du nom de Romain, a habité entre 1834 et 1836, y évoquant sa lointaine enfance dans la Vie de Henri Brulard, et il a porté un regard aigu sur la société de son temps dans Lucien Leuwen. 8 mars 1964". Cocorico (même si l’on oublie de préciser pour le passant inculte que c’est un romancier français. Hé oui, français. Français).

 

318a Rome, Santa Maria sopra Minerva

 

Si j’ai découvert cette plaque en face de Santa Maria supra Minerva, c’est parce que nous étions allés visiter cette belle église. Comme me le dit Raphaël (mon fils) dans un mail, quelle opposition entre la simplicité de la plupart des façades des églises de Rome, et la richesse de l’intérieur !

 

318b Rome, Santa Maria sopra Minerva

 

Mais ici, sur la petite place, s’élève un monument dessiné par le Bernin. Il s’agit d’un éléphant de marbre blanc sculpté par un élève à lui, Ercole Ferrata, surmonté d’un obélisque égyptien du sixième siècle avant Jésus-Christ provenant d’un temple d’Isis. L’église, quant à elle, date dans son état primitif du huitième siècle après Jésus-Christ, construite sur, ou près de (ou à cheval) un temple de la déesse Minerve élevé par l’empereur Domitien (81-96 de notre ère), le dernier des 12 Césars. Mais elle a été entièrement modifiée en gothique au douzième siècle.

 

318c Rome, Santa Maria sopra Minerva

 

À l’intérieur on est immédiatement frappé par cette grande et noble nef à la voûte d’un surprenant bleu canard du plus bel effet. L’impression d’espace et de recueillement est accentuée par ce froid dallage de marbre où se reflètent les discrètes lumières, juste assez claires pour dissiper les ténèbres sans pour autant enlever le caractère sacré du lieu, et par l’absence de sièges pour dégager la vue.

 

318d Rome, Santa Maria sopra Minerva

 

Ce n’est pas tout. Comme dans tant d’églises de Rome on peut admirer de splendides œuvres d’art. Ici, on voit une fresque de ce Filippino Lippi qui a eu récemment les honneurs d’une exposition temporaire au Luxembourg. C’est une Annonciation de 1589-1593 dans laquelle, outre l’archange Gabriel et la Vierge, apparaissent deux personnages. Marie ne prête pas attention à l’Annonciation, mais elle écoute saint Thomas d’Aquin qui lui présente le cardinal Carafa. C’est original, mais cette bizarrerie ne retire rien au beau et doux visage de Marie, à la grâce de son geste, au jeu de lumière qui la frappe, et en face de cette moitié gauche qui est pure, mystique, ces deux figures d’hommes sont très humaines. À gauche, des vêtements qui paraissent plutôt antiques mais qui sont hors du temps, que l’on ne peut rattacher précisément à aucune époque ni à aucune civilisation, et à droite les vêtements réels de ces personnages, et un décor de leur temps (la chaise, le lit).

 

318e Rome, S. Maria sopra Minerva, Michelange

 

Le 14 juin 1514, un noble romain a commandé à Michel-Ange une statue du Christ Rédempteur. Mais l’artiste ne s’est mis à l’œuvre qu’en 1519 alors qu’il était rentré à Florence. Puis il a abandonné son travail, en août 1521 il l’a expédié à Rome où il a chargé deux de ses élèves de l’achever. Parce que, malgré le peu de lumière et le risque de bougé, je n’ai pas voulu utiliser le flash qui écrase les formes, ma photo est un peu floue, j’ai hésité à la mettre, mais finalement j’avais trop envie de montrer cette statue. Le Christ tient les instruments de sa passion, la croix, bien sûr, mais aussi le roseau, l’éponge, la corde. Vasari a qualifié cette statue de "figura nobilissima" mais, dit la notice placée dans l’église, les critiques modernes la trouvent plus maniérée, loin de la force caractéristique de Michel-Ange. Quant au pagne de bronze, il est postérieur comme on peut s’en douter. Ce n’est pas Michel-Ange qui a eu la pruderie ridicule de cacher la nudité du Christ. D’ailleurs, s’il l’avait voulu, il aurait pu de façon plus discrète sculpter ce pagne dans le marbre.

 

318f Rome, S. Maria sopra Minerva, Fra Angelico

 

J’ai eu bien des fois au cours de notre séjour en Italie l’occasion de dire toute l’admiration que j’ai (que Natacha et moi avons) pour Fra Angelico (1387-1455), ce moine dominicain qui a entre autres peint les cellules du monastère de San Marco à Florence, une Annonciation magnifique (28 octobre, Cortona, musée diocésain), l’histoire de saint Nicolas (30 octobre, Pérouse, Palais des Prieurs, Galerie Nationale de l’Ombrie). Il était si modeste face à ses dons de peintre que son humilité chrétienne l’a fait cesser de peindre pendant quatre ans. Il a fallu un ordre formel de son supérieur pour qu’il reprenne ses activités de peintre. Il est mort à Rome et a été enterré ici, dans cette église. Voilà sa tombe.

 

318g Rome, S. Maria sopra Minerva, S. Catherine de Sienne

 

Sainte Catherine de Sienne, patronne de l’Italie, est morte en 1380 dans le couvent de dominicaines voisin. Au dix-septième siècle, on fit transporter les murs de la pièce où elle est morte pour reconstituer sa chambre dans une chapelle située au fond de la sacristie. Hélas, nous n’avons pu visiter cette chapelle, qui était fermée. Mais sous le maître autel se trouve le sarcophage où elle est enfermée, à l’exception de sa tête que l’on a envoyée je ne sais plus où, à Sienne peut-être. Que l’on se recueille sur des reliques de saint, je veux bien ; mais je trouve ce partage du corps épouvantable. Peut-être plus encore lorsqu’on sépare la tête du tronc que quand on débite le squelette tout entier en petits bouts pour les disséminer dans les autels de nombreuses églises. Un fragment de tibia ne représente plus rien pour moi, mais quand j’imagine un corps bien entier, et puis l’opération chirurgicale qui consiste à le décapiter, je frémis d’horreur. Je suis davantage comme la vraie mère dans le jugement de Salomon. Si je ne peux pas avoir le corps tout entier, je préfère y renoncer complètement. C’est peut-être pour cela que je ne suis pas évêque, ni même curé d’une petite paroisse où un saint serait né, ou mort, ou aurait séjourné, ou aurait reçu les Stigmates, ou aurait eu une vision, ou aurait accompli un miracle, et même un tout petit miracle de rien du tout.

 

319a Rome, S. Luigi dei Francesi

 

Assez divagué sur les saints coupés en morceaux. Nous sommes ensuite allés visiter une autre église du voisinage, San Luigi dei Francesi. Saint Louis des Français. Une église française parce que financée par les rois Henri II et Henri III de France, et par Catherine de Médicis reine de France. Jules de Médicis, futur pape Clément VII, en avait posé la première pierre en 1518, mais faute de financement elle n’a été construite que de 1580 à 1584. Les messes y son célébrées en langue française, et il s’y trouve une statue de notre saint Louis IX, celui de la Sainte Chapelle de Paris, mort à Tunis. Je ne peux hélas montrer de photo de la façade, qui était entièrement cachée par des échafaudages et des palissades. En revanche, comme on le voit, les voûtes de la nef et l’abside ne sont que dorures.

 

319b Rome, S. Luigi dei Francesi, Caravage, Mathieu

 

Mais là n’est pas le plus remarquable. Dans une chapelle latérale se trouvent deux tableaux admirables du Caravage. C’est d’abord sur le mur de gauche la Vocation de saint Mathieu. "En passant, Jésus vit Lévi, le fils d’Alphée, assis au bureau de la douane et lui dit ‘suis-moi’. Et, se levant, il Le suivit", dit l’évangile. Nous sommes dans le bureau de la douane, et Lévi (futur Mathieu) pose sa main droite sur le tas de pièces comme pour les cacher, et de l’autre se désigne d’un air étonné, "moi ?" Sous la table, la position de ses jambes montre qu’il n’est pas encore décidé à se lever. La lumière ne vient pas de Jésus, mais de son côté, par-dessus sa tête. La scène concerne donc les agents du fisc. On voit à peine Jésus montrant de loin Mathieu du doigt, quant à saint Pierre il est carrément de dos. Mais les meneaux de la fenêtre évoquent déjà la croix. Et puis, il y a aussi le petit gamin que le Caravage aime à représenter dans ses tableaux. Le Christ et saint Pierre sont vêtus comme de leur temps, mais les personnages de la douane sont habillés comme pouvait l’être le Caravage, la scène s’adresse au spectateur du tableau, c’est lui qui est appelé à suivre le Christ. Cet homme apparemment riche va-t-il se décider à suivre ces espèces de vagabonds aux pieds nus ? Tout à gauche, le jeune homme et le vieillard continuent à compter les pièces. Eux ne suivront pas, ne suivraient pas s’ils étaient appelés. Le geste de Jésus, son doigt tendu, est exactement comme celui de Dieu le Père dans la Création de l’Homme de Michel-Ange au plafond de la chapelle Sixtine, la vocation à Jésus est la suite de la création de l’homme, c’est une seconde création.

 

319c Rome, S. Luigi dei Francesi, Caravage, Mathieu

 

Sur le mur de droite, c’est le Martyre de saint Mathieu. J’avoue moins aimer cette représentation, même si elle est également pleine de force. Elle est moins évocatrice pour moi. On y retrouve le jeune garçon cher au Caravage, il s’enfuit effrayé par la scène. L’ange se penche par-dessus son nuage, au point de presque tomber, pour tendre à saint Mathieu le rameau du martyre. Que dire de cet homme renversé, qui sait qu’il va mourir, et dont le geste est à la fois de crainte et de résignation ? En face de lui, ces hommes presque nus, dans des positions violentes, et puis cette lumière dramatique qui met en valeur l’essentiel de la scène et laisse le reste dans l’ombre. De toute évidence, on sent la patte d’un grand artiste, mais –je me répète– ce tableau me parle moins que l’autre. C’est pourtant sur lui que s’achève notre visite de cette église.

 

Tout près se trouve une librairie française. Quelques mois avant notre départ de Melun, je m’étais rendu compte que mon Guide Romain Antique, de Hacquard, n’était plus à sa place. L’ai-je prêté à quelqu’un ? L’ai-je utilisé puis non remis en place ? Toujours est-il que ce petit livre remarquable, dont la première édition remonte à 1952, m’a accompagné depuis très longtemps, peut-être ma classe de troisième ou de seconde. Je l’ai, depuis, très souvent utilisé et j’aurais aimé l’emporter en voyage. Et voici que, dans cette librairie, j’en retrouve une édition pratiquement inchangée. Cela a donné lieu, à la caisse, à une petite conversation avec le libraire, qui assimile ce livre aux autres manuels indispensables et indémodables, comme le Lagarde et Michard.

 

Lorsque nous avons quitté la librairie, il était tard et nous sommes rentrés directement vers le camping-car.

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 23:56

313a Villa Médicis, Académie de France

 

Notre programme d’aujourd’hui nous fait débarquer du métro à la station Piazza di Spagna, pour traverser le parc de la Villa Borghese jusqu’au Museo Nazionale di Villa Giulia qui offre une riche collection étrusque. Mais nous dévions un peu notre route pour passer devant la Villa Médicis, siège de l’Académie de France, où nous avons l’espoir de pouvoir pénétrer un peu dans le hall pour jeter un œil.

 

313b Villa Médicis, Académie de France

 

Et nous avons eu une excellente idée parce que nous ne nous sommes pas contentés d’entr’apercevoir le hall, mais nous sommes arrivés dix minutes à peine avant le début d’une visite guidée en français, étant entendu que les visites libres ne sont pas possibles. Jamais.

 

Un mot sur cette académie. Louis XIV souhaitant avoir un palais aussi beau que possible et désirant que les artistes français puissent briller comme les meilleurs, a chargé Colbert en 1666 de créer à Rome un établissement qui reçoive de jeunes artistes français afin qu’ils complètent leur formation au contact des chefs d’œuvre de l’Antiquité et de la Renaissance. De fait, l’influence antique et italienne est sensible à Versailles. Aujourd’hui, il y a vingt artistes de diverses disciplines, l’académie s’étant peu à peu élargie à de nombreux arts. Déjà, au dix-neuvième siècle, la musique y avait droit de cité puisque Berlioz y a été pensionnaire. Actuellement, il y a… un cuisinier, qui met au point un dessert au cigare ! Pour être sélectionné par un jury constitué par le ministère de la culture, il faut travailler sur un projet, que l’on présente. Depuis quelques années, l’académie est ouverte aux étrangers avec pour seule condition qu’ils parlent français. Autrefois, il fallait être pensionnaire pendant quatre ans, avec interdiction d’emmener sa famille, mais ce n’est plus aussi rigide maintenant. Le Grand Prix de Rome, qui couronnait le meilleur, a été supprimé en 1968, afin de retirer l’esprit de compétition au profit de la pure recherche artistique. Dernière information, l’actuel directeur est un professeur de l’université de Tours.

 

313c Villa Médicis, Académie de France

 

La visite consiste essentiellement en une promenade commentée des jardins. Et quand je dis "commentée", c’est de façon extrêmement bien documentée et intéressante par une jeune femme dont je me demande si elle n’est pas elle-même pensionnaire de l’Académie. La façade côté jardins est ornée de sculptures qui ont été récupérées sur des monuments antiques et insérées dans les murs. C’est ainsi que des guirlandes datent du premier siècle avant Jésus-Christ et que ce sacrifice d’un taureau date de l’époque impériale.

 

313d Villa Médicis, Académie de France

 

La Villa a été achetée par Alexandre de Médicis, qui devint cardinal, puis pape sous le nom de Léon XI (mais il mourut au bout de 27 jours de pontificat). Lorsque, plus tard, le propriétaire de la Villa, Ferdinand de Médicis, devint grand-duc de Florence, il emporta toutes (ou presque toutes) les œuvres d’art accumulées ici, de sorte que l’on peut voir, par exemple, ces niches vides sur le mur du jardin. Pas de vol, pas de vandalisme, seulement un propriétaire qui déménage. Ici autrefois se trouvaient les jardins de Lucullus, et c’est là qu’en 48 l’empereur Claude fit assassiner sa femme Messaline, la mère de Britannicus, qui battait des records de débauche et qui, de plus, complotait probablement contre son époux. C’est sur ce motif qu’il décida de la supprimer. Mais depuis, son âme rôde dans ces bois que l’on aperçoit ici, beaucoup de gens du coin y croient fermement. Moi aussi, cela va de soi.

 

313e Villa Médicis, Académie de France

 

Derrière cette construction qui est adossée au Muro Torto qui enserre la ville antique, en contrebas, passe une voie rapide : mieux vaut rester côté jardins. Lors de son séjour à Rome, Velasquez a été tellement séduit par l’endroit qu’il en a fait le sujet d’un tableau, le seul et unique paysage de son œuvre. Cette peinture est actuellement au musée du Prado, à Madrid. On peut la voir sur Internet : http://www.abcgallery.com/V/velazquez/velazquez18.jpg  Au centre, se trouve une statue d’une Vénus passablement dénudée, qui a une histoire. Le pape admettait la nudité masculine en art mais trouvait que dans la Villa d’un cardinal une statue de femme nue était déplacée, aussi la fit-il confisquer. Où la placer, ensuite ? Eh bien il la fit transporter dans ses appartements personnels. Devenu pape, Alexandre de Médicis put ainsi la récupérer.

 

313f Villa Médicis, Académie de France

 

Au cours de la visite, j’ai été frappé par des fresques décorant toute une pièce, et conservées dans un remarquable état de fraîcheur. En fait, ne plaisant plus, elles avaient été recouvertes d’une couche de badigeon, et redécouvertes lors de travaux de réfection en 1980, parfaitement protégées. Dans la pièce voisine, elles n’ont pas bénéficié de cette disgrâce si positive, mais elles sont quand même bien visibles, et elles sont particulièrement intéressantes, parce que cette fresque ci-dessus représente la Villa Médicis et ses jardins comme ils étaient à l’époque. Si l’on avait tous les renseignements utiles sur les bâtiments, peu modifiés depuis, on ignorait comment étaient les jardins à l’origine.

 

313g Villa Médicis, Académie de France

 

On trouve aussi quatre représentations de fables. Mais le Corbeau et le Renard ci-dessus ne sont pas ceux de La Fontaine, parce que La Fontaine n’avait pas encore écrit sa fable à cette date. En fait, il s’agit de la fable d’Ésope, que notre fabuliste national a reprise plus tard. Cela n’a rien de honteux, car après tout chacun sait que Molière reprenait des comédies de Ménandre ou de Plaute, que Le Cid de Corneille a sa source chez Guillén de Castro, que la Phèdre de Racine est inspirée d’Euripide, et que Giraudoux a écrit un Amphitryon 38. C’est vrai, La Fontaine mettait sa géniale patte sur des idées du Grec Ésope ou du Latin Phèdre.

 

313h Villa Médicis, Académie de France

 

Ailleurs, ce groupe a été reconstitué à partir de statues éparses. Il s’agit de Niobé et des Niobides, c’est-à-dire de ses enfants. Lors de notre visite du palazzo Barberini, le 2 décembre, j’ai raconté l’histoire de Léto haïe par Héra, l’épouse trompée, et ses difficultés pour accoucher et ensuite l’histoire de l’eau du fleuve boueuse. Je ne savais pas que dix jours plus tard, j’aurais l’occasion de reparler d’elle. Niobé, qui était une amie intime et très chère de Léto, avait douze enfants, six garçons et six filles, et se vanta un jour avec morgue de sa fécondité auprès de sa copine. Léto, la mère des jumeaux Apollon et Artémis, dépitée de n’avoir que deux enfants, envieuse, demanda à ses enfants de supprimer ceux d’une telle rivale. Et eux, tout dévoués à leur mère qu’ils adoraient, se sont chargés de l’exécution, Apollon des six garçons, et Artémis des filles.

 

313i Villa Médicis, Académie de France

 

Selon certaines versions de la légende, Niobé a réussi à protéger la dernière de ses filles. C’est ce que montre la statue ci-dessus. Mais la plupart des auteurs racontent que les flèches des jumeaux divins transpercèrent les douze enfants, et que leur mère, tellement triste, demanda à Zeus de la changer en pierre.

 

313j Villa Médicis, Académie de France

 

Un bâtiment est consacré à la gypsothèque, la collection de plâtres. Tous les élèves sculpteurs, depuis la création de l’académie, devaient s’entraîner à reproduire en plâtre des œuvres d’art se trouvant à Rome ou dans les environs. Au cours des siècles, il s’en est accumulé des centaines, dont seule une petite partie est exposée dans cette salle. Une statue curieuse, en pierre celle-là, représente Louis XVIII en manteau impérial. C’est que cette statue avait été commandée pour Napoléon, expédié entre temps à l’île d’Elbe. Il a fallu adapter la statue en cours, et lui donner la tête du roi. Et puis Napoléon est revenu pour les Cent Jours, et le sculpteur a été prié d’en revenir à l’empereur. Mais le temps pour lui de finir le drapé du manteau, Napoléon était expédié, et définitivement, à Sainte-Hélène. Impossible à modifier, la statue a été laissée en l’état. L’effet est curieux.

 

314a Rome, piazza del Popolo

 

Après notre visite, nous avons traversé le parc de la Villa Borghese mais quand nous sommes arrivés devant la Villa Giulia et son musée étrusque, un petit écriteau sur la porte nous informait que le musée restait fermé pour "ciopero", c’est-à-dire pour grève. Raté. Nous avons donc continué notre balade vers la piazza del Popolo, que nous connaissons bien puisqu’elle est le point de départ, ou d’arrivée, ou de passage de la plupart de nos promenades dans le centre historique.

 

314b Rome, Santa Maria del Popolo

 

Et, parce que lorsque nous avions visité l’église Santa Maria del Popolo qui se trouve sur cette place nous n’avions pas pris le temps de tout voir en détail, nous y avons pénétré. Je ne reviens pas sur les photos que j’en ai montrées le 9 novembre, mais voici une sculpture de monstre qui, dans le bas de l’église, orne une tombe.

 

314c Rome, Santa Maria del Popolo

 

Juste à côté, cette autre ornementation d’une sépulture qui dit que même là-bas il n’est pas mort. Déguiser ainsi un squelette en fantôme dans son linceul et l’enfermer derrière une belle grille c’est quand même un peu macabre, non ? Le traitement de cette sculpture dans deux pierres différentes pour jouer sur les couleurs, c’est quelque chose que l’on a vu souvent dans la sculpture romaine antique, notamment pour la représentation de bustes d’empereurs.

 

Et voilà pour notre journée du 11. Samedi 12 décembre, j’avais mon appareil photo sur moi, mais je n’ai pas eu d’inspiration. Parce que le parking où nous laissons habituellement le camping-car pendant la journée est celui d’un centre commercial surchargé le samedi et aussi parce que selon la radio il n’y a pas d’embouteillages vers le centre, nous nous passons de métro et nous rendons par la route et par nos propres moyens près de la gare centrale Termini. Cela ne nous prendra pas plus de 25 minutes (alors que d’aller au parking "de jour", prendre le bus puis le métro, cela représente un trajet d’une bonne heure). Nous sommes allés à l’université, toute proche de Termini, parce que Natacha avait lu qu’elle était ancienne, et parce qu’elle venait de finir le livre d’une Ukrainienne (qui le lui avait dédicacé), une certaine Oxana Pachlovska, actuellement professeur de langue et de littérature ukrainiennes dans cette université "La Sapienza" de Rome. Mais les bâtiments, datant apparemment de l’époque mussolinienne, n’ont pour moi aucun charme. C’est gigantesque, massif, sans beauté, et le fait que derrière les murs des cerveaux carburent est tout moral, c’est une idée, mais ça ne transparaît pas à la vue des constructions. Ni sur les photos.

 

En revanche, à l’Aula Magna de l’université, se donnait un concert de piano. C’était un pianiste turinois de 26 ans du nom de Gabriele Carcano (si ma mémoire ne me trompe pas, je crois qu’il y a à Milan un théâtre du nom de Carcano où se donne de l’opéra, mais j’ignore s’il y a un lien familial), qui a bénéficié d’une bourse d’étude à Paris au Conservatoire National Supérieur de Musique, qui a été invité à participer au festival de Montpellier de Radio France, qui a donné un concert à la salle Pleyel, et que notre ministre de la culture Frédéric Mitterrand a choisi pour jouer lors d’un festival consacré à Chopin (dont le père était français) et à la France en mai 2010 à Hongkong. Il est aussi attendu à l’auditorium du Louvre à Paris et au festival de Saint-Jean de Luz. Un nom à retenir, donc. Il jouait un répertoire de quatre sonates de Beethoven. Bonne acoustique de la salle, et un compositeur dont, c’est sûr, la réputation n’est plus à faire. Au début, j’ai trouvé l’interprétation très virtuose, mais un peu sèche, peu sensible. Et puis au cours de la soirée j’ai modéré mon jugement. Sans doute Gabriele Carcano avait-il besoin d’entrer dans son jeu. Il a été très applaudi, et est revenu deux fois sous les rappels. D’abord pour un morceau de Grieg, ensuite pour du Schubert. Je ne dirai pas les titres, ma culture déficiente ne me le permet pas, hélas. Mais j’ai adoré ces bis, surtout celui du Norvégien, plus que le concert de Beethoven (qui n’est pas mon compositeur préféré).

 

Plusieurs choses m’ont frappé, en marge du concert lui-même. D’abord, pour un concert donné dans l’université, cette grande salle était bien remplie, mais pas par des étudiants. Il y avait bien quelques jeunes ici ou là, mais en fait très peu. Le public était composé essentiellement de personnes à l'âge de la retraite. Plus de 60 ans. En France, beaucoup de jeunes préfèrent de rap, le slam ou le hard rock, mais dans les salles de concert classique, le public est tout à fait composite, jeunes, adultes, et personnes plus âgées. D’autre part, que l’on ne me dise pas que tous ces gens avaient mille occupations urgentes qui les attendaient, or après les sonates du concert lui-même, les lumières n’ont pas été rallumées, la porte des coulisses a été laissée ouverte, ce qui était significatif, mais un grand nombre de personnes se sont jetées dehors. Ceux qui sont restés ont applaudi très fort, le pianiste est revenu saluer, et s’est rassis devant son piano. Quand il en a fini avec Grieg, la moitié de la salle a applaudi tout en sortant, tant les occupations de ce samedi soir à 19 heures appelaient avec urgence. Enthousiasme manifeste et hâte à s’enfuir, ces deux sentiments ensemble m’ont abasourdi. Puisque Stendhal n’a que mépris pour les voyageurs "compteurs de colonnes", puisqu’il dit "quant à la description sèche et philosophique, nous avons un chef d’œuvre en ce genre : c’est la statistique du département de Montenotte par Monsieur de Chabrol, préfet de la Seine", eh bien je n’hésite pas, suivant son illustre exemple, à ajouter mon grain de sel…

 

Et, les oreilles pleines de ce concert, nous sommes rentrés sur notre banlieue. Et voilà pour cette journée du 12 décembre.

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article
14 décembre 2009 1 14 /12 /décembre /2009 22:33

Le Vatican, c’est un état indépendant. Du moins comme Monaco pour la France. On payait en lires et on est passé à l’Euro en même temps qu’en Italie. Il n’y a aucune frontière à franchir. Mais quand, au bureau de poste, Natacha a présenté ses enveloppes déjà affranchies en Italie pour compléter le montant si le poids était supérieur à 20 grammes, l’employé lui a dit que l’on ne pouvait mêler un timbrage italien avec un timbre du Vatican, de même qu’on ne peut jeter dans une boîte aux lettres de l’un des pays une enveloppe portant des timbres de l’autre pays. C’est le pouvoir fasciste de Mussolini qui, par les accords du Latran en 1924, a reconnu l’État du Vatican. Depuis Garibaldi et les 1000 Chemises Rouges qui avaient libéré le sud de la domination des Bourbons en 1861, et qui avaient pris Rome à la papauté en 1870, il n’y avait pas de reconnaissance mutuelle.

 

Cela pour dire que, n’ayant franchi le Tibre que pour nous rendre au Vatican, nous ne connaissons rien de la Rome située de l’autre côté, autrement dit le Trastevere (l’italien tras- c’est le latin trans-, "de l’autre côté", et le Tevere, c’est le nom italien du Tibre, de même qu’un quai du Tibre est un lungotevere, comme une rive de l’Arno, à Florence, est un lungarno). Nous voulons, aujourd’hui, combler cette lacune.

 

309a Rome vue du Janicule

 

309b Rome vue du Janicule

 

309c Rome vue du Janicule

 

Cette colline hors de la Rome antique est le Janicule (Gianicolo). De là, la vue sur Rome est splendide (nous avons été appâtés par le guide Michelin, qui parle d’un "panorama à vous couper le souffle"). Je ne saurais dire combien de temps nous sommes restés là, à contempler la Ville Éternelle depuis ce promontoire. Il y a là une buvette où Natacha est allée nous chercher deux cafés que nous avons sirotés sur la balustrade devant le panorama. D’ailleurs, la promenade se prolonge, le point de vue tourne, c’est toujours aussi beau, avec la lumière qui change.

 

310a Rome, Sant'Onofrio

 

Mais entre le premier point de vue et les suivants, nous sommes allés voir Sant’Onofrio. C’est une église et un monastère fondés en 1434 par un religieux de l’ordre des ermites de saint Jérôme.

 

310b Rome, Sant'Onofrio

 

Sous le portique, des fresques racontent la vie de saint Jérôme. Ici, il est dit en latin à gauche et en italien à droite "Saint Jérôme, né à Strigna en Dalmatie de père et de mère catholiques et venu à Rome tout jeune pour étudier, a été baptisé". À la grille d’entrée un panonceau indique les heures des messes, et ajoute que dans cette église, on ne célèbre pas de mariages. En dessous, en gros caractères, "Zone extraterritoriale".

 

Ici, le Tasse, ce poète italien de la Renaissance (1544-1595), est venu chercher la réponse à ses doutes religieux. Sur le Janicule, derrière le monastère, un arbre mort maintenu en place avec force ferrailles était le lieu où le Tasse venait s’appuyer pour lire, dit une plaque. Et il est mort là, enterré dans ce monastère. Chateaubriand, notre brave René, qui a voulu être enterré face à la mer, au Grand Bey à Saint-Malo, avait aussi, dans les mêmes Mémoires d’Outre-Tombe, demandé à être enterré à Sant’Onofrio. Une plaque sur le mur arrière de l’église donne cette citation : "Si j’ai le bonheur de finir mes jours ici, je me suis arrangé pour avoir à Saint-Onuphre un réduit joignant la chambre où le Tasse expira… Dans l’un des plus beaux sites de la terre, parmi les orangers et les chênes verts, Rome entière sous mes yeux, chaque matin en me mettant à l’ouvrage, entre le lit de mort et la tombe du poète, j’invoquerai le génie de la gloire et du malheur".

 

311a Rome, Anita Garibaldi

 

Nous reprenons donc notre promenade. Ce monument célèbre Anita Garibaldi, la femme de Giuseppe dont je parlais plus haut. Elle accompagnait son mari, mais est morte bien avant l’unification de l’Italie. Elle est représentée ici montant en amazone, son enfant dans les bras. Entre la place où a été dressée cette statue et une autre place où est la statue de Giuseppe Garibaldi, se dressent le long des allées du parc de nombreux bustes représentant les garibaldiens. Parmi eux, plusieurs Garibaldi jeunes ou vieux, un Bulgare, un Hongrois.

 

311b Rome, nuée d'étourneaux

 

Tous les soirs –mais vu d’un tel panorama ce n’en est que plus surprenant– des vols d’étourneaux comptant des milliers d’individus envahissent le ciel de Rome, évoluant de manière à former d’énormes boules compactes, ou s’étirant en longues écharpes flottantes, et puis se regroupant en tournant en spirales, modulant leur ballet aérien de cent façons… C’est un spectacle curieux.

 

311c Rome, Fontana Paola

 

Encore plus loin, alors que l’on a déjà un peu commencé à descendre sur le flanc du Janicule, on tombe soudain sur la monumentale Fontana Paola (Fontaine Pauline). Nous n’étions pas partis tôt, le trajet en métro est long, nous sommes passés par la place Saint-Pierre pour revoir ces colonnades du Bernin, et puis nous avons gagné à pied le Janicule, nous sommes restés longtemps à Sant’Onofrio et le long de la promenade du panorama. Décembre est bien entamé et du coup, il fait déjà assez sombre quand nous arrivons à cette fontaine. Son eau verte sous la pierre blanche brillamment éclairée dominant la ville plongée dans le noir, cela constitue un spectacle féerique.

 

Puis nous descendons vers ce quartier du Trastevere qu’occupaient les Étrusques depuis le sixième siècle avant Jésus-Christ, quand les Romains ont fichu à la porte le roi Tarquin le Superbe et ont instauré la République. Le Tibre servait de frontière. Je me rappelle un passage où Tite-Live raconte comment l’étrusque Porsenna avait pris de jeunes Romaines en otages, parmi lesquelles une noble nommée Clélia qui, avec un courage peu commun, avait incité ses compagnes à la suivre, puis s’était jetée dans le Tibre et avait regagné la rive gauche, romaine, à la nage, privant le chef étrusque de ses otages et s’assurant la liberté. Au troisième siècle Rome se rend maîtresse du Trastevere, et en 90 elle accorde aux habitants de l’Étrurie la qualité de citoyens romains. C’est ce sol que nous foulons maintenant.

 

312a Rome, Santa Maria in Trastevere

 

À travers de petites ruelles très anciennes, nous arrivons sur une place ornée d’une fontaine, et sur le bord de laquelle se trouve cette curieuse basilique Santa Maria in Trastevere accolée à des maisons, avec son portique surmonté d’un balcon bordé de statues des dix-septième et dix-huitième siècles, puis des mosaïques dorées datant des origines au douzième siècle, un haut clocher carré du douzième siècle lui aussi, avec une représentation de la Vierge tout là-haut dans une niche.

 

312b Rome, Santa Maria in Trastevere

 

On s’approche, et l’on découvre sous le porche deux fresques du quinzième siècle représentant l’Annonciation, et une troisième bien plus récente représentant la Nativité.

 

312c Rome, Santa Maria in Trastevere

 

312d Rome, Santa Maria in Trastevere

 

Quand on entre, on est ébloui. Au bout de la très belle nef aux nobles colonnades et au riche sol, aussi bien l’arc triomphal que l’abside sont couverts de mosaïques resplendissantes d’or et qui datent de l’origine (vers 1140). Le style est très byzantin, comme l’est le costume d’impératrice de la Vierge. En l’absence d’éléments caractéristiques, je ne suis pas assez versé dans l’histoire de l’art religieux pour identifier les personnages, mais qu’importe, si je peux admirer.

 

Nous nous en sommes tellement pris plein les yeux que nous ne pouvons rejoindre immédiatement le triste spectacle d’un bus puis d’un métro. Nous préférons déambuler dans le Trastevere, prendre un café à la terrasse d’un petit bar dans une rue ancienne, marcher le long des rives du Tibre, le franchir au pont du Prince Amédée de Savoie, gagner par le Parione la Piazza Navona qui, hélas, est envahie de boutiques kitsch d’un marché de Noël aux néons terriblement brillants. Cela nous dégrise. Nous continuons cependant vers la Piazza di Spagna où nous prenons notre métro.

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche