Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 23:55
Samos 05 : Pythagoreio. Samedi 30 août 2014
Samos 05 : Pythagoreio. Samedi 30 août 2014
Samos 05 : Pythagoreio. Samedi 30 août 2014

Aujourd’hui, nous nous sommes rendus à Pythagorio qui, dans l’antiquité, était la capitale éponyme de l’île, c’était l’antique Samos. En réalité, nous nous y sommes rendus plusieurs fois, en passant, mais c’est ce samedi que nous allons consacrer à sa visite. On le voit, c’est un bourg sympathique autour de son joli petit port. Les rues de l’intérieur sont elles aussi accueillantes, mais en outre il y a beaucoup à voir.

Samos 05 : Pythagoreio. Samedi 30 août 2014
Samos 05 : Pythagoreio. Samedi 30 août 2014
Samos 05 : Pythagoreio. Samedi 30 août 2014

Et d’abord, nous voyons sur cette petite presqu’île les ruines du kastro. Nous allons nous y rendre, mais je ne peux parler de visite au sens propre, car il n’en reste pas grand-chose, ce n’est pas comparable aux châteaux que nous avons vus ailleurs, que ce soit Chlemoutsi dans le Péloponnèse, Platamonas en Grèce continentale, ou dans les îles à Myrina de Limnos ou à Methymna de Lesbos, pour n’en citer que quelques-uns. Qu’il n’en reste qu’une tour et un pan de mur ne l’empêche cependant pas d’avoir gardé un charme romantique indéniable.

Samos 05 : Pythagoreio. Samedi 30 août 2014

Vu la chaleur qu’il fait et le peu d’endroits abrités du soleil offrant une ombre minimum, on arrive à excuser (un peu) cette voiture de gâcher ma vue de ce mur du kastro en se garant là… Bah, on aperçoit quand même ce bout de mur avec sa tour.

Samos 05 : Pythagoreio. Samedi 30 août 2014

Comme on a pu le voir sur mes photos prises d’un peu plus loin, une grosse église a été construite sur l’emplacement du château, juste à côté de ce qu’il en reste. Elle n’est pas ce qu’il y a de plus intéressant à voir en ce lieu.

Samos 05 : Pythagoreio. Samedi 30 août 2014
Samos 05 : Pythagoreio. Samedi 30 août 2014
Samos 05 : Pythagoreio. Samedi 30 août 2014

Dans l’enceinte du château, et accolé à lui, il y avait une vieille basilique paléochrétienne dont on peut encore voir les ruines. On remarque les bases du bâtiment principal avec son abside, mais tout autour les autres bâtiments, dont il reste les bases des murs et de nombreuses colonnes brisées, occupaient un espace considérable.

Samos 05 : Pythagoreio. Samedi 30 août 2014

Plusieurs de ces colonnes ont été taillées dans un marbre de plusieurs couleurs, comme sur ma photo, et quand l’église était encore debout ce devait être superbe.

Samos 05 : Pythagoreio. Samedi 30 août 2014
Samos 05 : Pythagoreio. Samedi 30 août 2014

Encore deux éléments de cette basilique paléochrétienne, cette cuve dont j’ignore l’usage, car elle semble bien grande pour être un bénitier, et bien petite pour être une cuve baptismale, puisque dans l’Église orthodoxe, on procède au baptême par immersion. Je sais bien qu’à l’époque des débuts du christianisme les orthodoxes et les catholiques ne s’étaient pas encore séparés, le schisme n’aura lieu qu’en 1054, mais précisément ce baptême par immersion est celui des débuts du christianisme, comme avait eu lieu le baptême de Jésus dans le Jourdain, et ce sont les catholiques qui, plus tard, ont abandonné cette pratique, la remplaçant par le geste tout à fait symbolique de l’eau versée sur le front. L’autre photo est celle d’un chapiteau, et l’on peut supposer que, vu le grand nombre de troncs de colonnes et le nombre extrêmement réduit de chapiteaux au sol, ces colonnes ont été volontairement brisées pour en récupérer les chapiteaux et les destiner à de nouvelles constructions.

Samos 05 : Pythagoreio. Samedi 30 août 2014
Samos 05 : Pythagoreio. Samedi 30 août 2014
Samos 05 : Pythagoreio. Samedi 30 août 2014

De ce côté-là, ce sont les restes du château lui-même qui se dressent encore, un pan de mur et un donjon décapité. Vues sous cet angle, ces trois pierres de ma troisième photo, juchées au sommet d’une ruine de mur, font un effet curieux, mais je suppose que, du temps où le mur s’élevait plus haut, elles devaient encadrer une fenêtre. Et puis les pierres au-dessus et sur les côtés ont disparu, sans doute récupérées pour construire autre chose, et ces trois pierres, trop lourdes, ont été laissées en place, formant ce pont bizarre.

Samos 05 : Pythagoreio. Samedi 30 août 2014

Faute d’informations sur le site, je ne sais à quoi appartenait ce mur (dont les pierres de linteau et de côté des fenêtres confirment ma supposition pour les pierres de la photo précédente). Nous sommes dans le château, cela ne fait pas de doute, mais est-ce un mur d’un bâtiment civil, ou un mur de la basilique attenante, cela je ne saurais le dire.

Samos 05 : Pythagoreio. Samedi 30 août 2014
Samos 05 : Pythagoreio. Samedi 30 août 2014

L’une des curiosités les plus intéressantes, aux environs de Pythagorio, c’est sans conteste le tunnel d’Eupalinos. Cet ingénieur et architecte originaire de Mégare a été contracté par Samos pour construire, au tournant du sixième et du cinquième siècle avant Jésus-Christ, un aqueduc pour amener l’eau d’une source située dans la montagne jusqu’à la ville. Or la pente n’étant pas continue, une partie de l’aqueduc a dû être souterraine. Eupalinos a donc été amené à creuser un tunnel mais, sans GPS ni outils sophistiqués, commençant le tunnel par les deux bouts, il a dû effectuer de savants calculs pour que les deux équipes se rencontrent. Et elles se sont rencontrées, avec un infime décalage. En notre début de vingt-et-unième siècle, c’est une entreprise française bien connue qui a remporté l’appel d’offres pour la construction d’un tunnel de l’autoroute qui relie Athènes à Corinthe, et à l’exemple d’Eupalinos nos ingénieurs français ont entamé le percement par les deux bouts. Mais les malheureux, leurs deux équipes se sont croisées et les travaux ont, à ce jour, été abandonnés… Il paraît que l’on devrait incessamment dévier les deux tronçons pour les faire coïncider… Paul Valéry est l’auteur d’un important dialogue sur l’art, qu’il a intitulé Eupalinos et l’architecte, œuvre que lors de mes études de Lettres j’ai eu l’occasion d’étudier autrefois. On peut imaginer avec quelle impatience je voulais le visiter, ce fameux tunnel d’Eupalinos. J’étais tout excité lorsque nous sommes montés vers l’entrée du site. Oh, non, ce n’est pas vrai! Ce n’est pas possible! Le tunnel est fermé à la visite pour travaux de sécurisation, et également pour allonger la section offerte à la visite. J’en ai tellement pleuré que mes larmes ont dévalé en torrent jusqu’à la mer, emportant sur leur passage arbres et maisons. Je n’ai rien vu, et en conséquence je n’ai rien à montrer. Je dois me contenter de citer Gaskin, The Traveller’s Guide to Classical Philosophy (Thames & Hudson, 2011-2013):

 

Le tunnel d’Eupalinos “est à peu près haut comme un homme. Sur le côté, une profonde entaille a été creusée, dans laquelle courait l’eau du ravitaillement. L’ensemble fait environ un kilomètre (2/3 de mile) de long, est rectiligne, et a été taillé à partir des deux extrémités. L’endroit où les deux bouts se rencontrent est presque parfait […]. Le tunnel date des alentours de 500 avant Jésus-Christ”.

 

Hérodote (III, 60), lui, en dit un peu plus. Je le cite dans la traduction d’Andrée Barguet: “C'est d'abord, creusé sous une colline haute d'environ cent cinquante orgyies, un tunnel qui la traverse à sa base de part en part; il a sept stades de long et huit pieds en largeur comme en hauteur; sur toute la longueur de ce tunnel on a creusé un canal profond de vingt coudées, large de trois pieds, qui conduit à la ville l'eau d'une source abondante qui lui est amenée par des tuyaux; l'architecte chargé de ce travail fut le Mégarien Eupalinos […]”.

 

Reste à comprendre les dimensions en fonction des mesures de l’antiquité. L’Orgyie fait six pieds, mais dans l’antiquité la longueur du pied dépend des cités. Comme Hérodote est originaire d’Halicarnasse (aujourd’hui Bodrum, face à l’île de Cos), cité d’Ionie tout comme Samos, qui utilisent le pied de Delphes, je suppose qu’il donne ses mesures en pieds de Delphes, soit trente-cinq centimètres. L’orgyie fait alors deux mètres dix. Il parle aussi de stades et de coudées. Le stade, c’est six cents pieds. La coudée fait vingt-quatre doigts, et le doigt est souvent de 1,85 centimètre, ou parfois (ce qui est plus simple) de 1/20 pied, soit 1,75 centimètre. En fonction de ces données:

– la colline est haute de 150 orgyies, soit 315 mètres. Estimation trop généreuse, car sur la vue satellite de Google Earth, je promène la souris partout sur le relief autour du Pythagoreio, en bas de mon écran les chiffres défilent, mais nulle part ils ne dépassent les 220 mètres

– le tunnel fait sept stades, soit 1,470 kilomètre de long

– sa largeur et sa hauteur, de huit pieds l’une comme l’autre, font 2,80 mètres

– le canal est profond de vingt coudées, c’est énorme, cela fait 8,40 mètres

– et il est large de trois pieds, soit 1,05 mètre.

 

Si un jour nous revenons à Samos et que je peux visiter ce tunnel je ne manquerai pas de me munir d’un mètre pour tout mesurer et comparer à ce que dit Hérodote.

Samos 05 : Pythagoreio. Samedi 30 août 2014
Samos 05 : Pythagoreio. Samedi 30 août 2014
Samos 05 : Pythagoreio. Samedi 30 août 2014

Alors voyons d’autres traces laissées par la civilisation grecque de l’antiquité. Ici, nous sommes sur l’ancienne agora de Samos, dont le site est conservé dans la ville même de Pythagorio. Même s’il n’en reste pas grand-chose, il est intéressant de se représenter que l’on est au cœur de la cité antique.

Samos 05 : Pythagoreio. Samedi 30 août 2014

Ici également, il est difficile de se représenter ce que l’on voit. Un panneau informe le visiteur que ce sont les fondations des remparts de la cité, la base de ses murs d’enceinte.

Samos 05 : Pythagoreio. Samedi 30 août 2014
Samos 05 : Pythagoreio. Samedi 30 août 2014
Samos 05 : Pythagoreio. Samedi 30 août 2014
Samos 05 : Pythagoreio. Samedi 30 août 2014

Le panneau d’information, ici, nous dit que nous nous trouvons dans le secteur athlétique de Samos. Je suppose que l’on doit comprendre qu’il y avait un complexe de bâtiments comprenant une palestre entourée, comme il était fréquent, de salles d’étude, d’une bibliothèque, de salles de conférences, etc. Et puis bien sûr il y avait aussi les vestiaires et autres annexes. Mais ce qui est étonnant, c’est cette pierre présentant en bas-relief une croix. Faut-il supposer que lors de l’arrivée du christianisme certains bâtiments ont été réservés au culte? Ou qu’à l’époque du bas-empire ou à l’époque byzantine une chapelle ou une église a été construite sur les ruines antiques? Je ne saurais le dire, je n’ai pas d’explication.

Samos 05 : Pythagoreio. Samedi 30 août 2014
Samos 05 : Pythagoreio. Samedi 30 août 2014
Samos 05 : Pythagoreio. Samedi 30 août 2014

Quant à ce secteur des ruines de la ville antique, on nous dit qu’il comportait les thermes. Et ma troisième photo montre que ce secteur comporte un élément parmi les mieux conservés. Mais toutes ces ruines sur un site ouvert ne font l’objet d’aucune explication. Les panneaux se contentent de dire, en grec et en anglais (c’est déjà quelque chose, pour le visiteur qui ne comprend pas le grec moderne) “Ancienne agora” ou “secteur athlétique de l’ancienne Samos”. La ville a existé durant des siècles: de quelle époque date tel bâtiment? Le secteur comporte les traces de plusieurs constructions: qu’était chacune d’entre elles? Etc., etc.

Samos 05 : Pythagoreio. Samedi 30 août 2014

Puisque Pythagorio est la Samos antique, c’est dans ses environs proches que se trouvait le grand sanctuaire de la déesse protectrice de la ville et de l’île, Héra. Je préfère consacrer à ce lieu très important un article à part: le prochain. Mais en attendant, regardons ce fruit bien mûr qui pousse sur l’agora antique. C’est une grenade. Le grenadier qui est un arbre courant en Grèce étant rare en France (personnellement, nulle part je n’en ai vu), cette photo me servira de conclusion pour aujourd’hui.

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche