Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2016 7 30 /10 /octobre /2016 23:55

La place et la basilique Saint-Marc… Dans mon dernier article, nous avons donné un coup d’œil de quelques heures sur Venise. C’est évidemment beaucoup trop court, et j’ai dit que nous comptions y revenir dans un, deux ou trois ans pour plus longtemps. Toutefois la place Saint-Marc et la splendide basilique sont si célèbres que je ne peux pas ne pas leur consacrer un article spécifique, même si ces lieux mériteraient plus et mieux. En fait, la place Saint-Marc se partage en trois, la grande piazza s’étend face à la basilique, la piazzetta perpendiculaire sur le côté droit de la basilique se développe jusqu’au Grand Canal, et sur le côté gauche de la basilique il y a un étroit prolongement de la grande piazza.

Venise San Marco. Mardi 24 septembre 2013

Côté lagune, le lion de saint Marc au sommet de sa colonne est un symbole assez puissant pour que je lui réserve la première place.

Venise San Marco. Mardi 24 septembre 2013

Repartons à l’autre extrémité de la place, sur le flanc gauche de la basilique. Ce bâtiment est le siège patriarcal. La plaque dit (je traduis): “En ce siège patriarcal, dans l’esprit de la mission de Venise illustrée par les saints Laurent, Justinien et Pie X, le cardinal Angelo Giuseppe Roncalli, pasteur et père très aimé, de 1953 à 1958, dans un recueillement profond a préparé l’immensité œcuménique et les ferments novateurs de son glorieux pontificat. Proclamé bienheureux Jean XXIII le 3 septembre 2000”. Après avoir été nonce en Bulgarie, puis en Turquie et, après la guerre, en France, le cardinal Roncalli est enfin, à 72 ans, nommé en Italie patriarche de Venise en 1953. C’est ce que dit cette plaque. Il ne devra laisser cette fonction que du fait de son élection au trône de saint Pierre en 1958.

 

Cette visite est de septembre 2013. Ne publiant mon texte qu'en 2016, je dois le compléter en précisant que le bienheureux Jean XXIII a été canonisé par son successeur le pape François le 27 avril 2014.

Venise San Marco. Mardi 24 septembre 2013

Dans le renfoncement de la place sur ce même flanc gauche de la basilique, se trouve ce grand lion de pierre rouge devant lequel les gens aiment bien se faire photographier et sur le dos duquel les enfants aiment grimper. On voit d’ailleurs que la peau est plus brillante et polie sur le dos, là où s’asseyent les enfants, et sur le museau, là où l’on s’appuie pour la photo. N’étant plus assez jeune pour avoir plaisir à escalader une sculpture, ni assez satisfait de mon apparence pour désirer voir ma représentation, je me contente de rester derrière le viseur.

Venise San Marco. Mardi 24 septembre 2013

Sur la place, devant la façade de la basilique, se dressent trois grandes hampes rouges sur lesquelles, aujourd’hui, n’est hissé aucun drapeau (on va les voir incessamment sur une photo de l’ensemble de la place). Leur base repose dans ce support métallique dont la fonte est décorée de bas-reliefs. Il semble que cela représente une scène mythologique que j’ai du mal à identifier.

Venise San Marco. Mardi 24 septembre 2013
Venise San Marco. Mardi 24 septembre 2013

La première de ces photos, je l’ai prise sur la grande piazza, pour représenter le flanc gauche de la place en regardant la basilique. La seconde montre le bout de ce flanc, en approchant de la basilique. On voit notamment les trois hampes rouges dont je parlais tout à l’heure.

Venise San Marco. Mardi 24 septembre 2013
Venise San Marco. Mardi 24 septembre 2013

À présent, sur la gauche de la piazzetta, j’ai photographié la somptueuse colonnade du palais ducal sur deux niveaux. L’entrée de ce Palais des Doges, pour la visite, est de l’autre côté, face à la lagune, mais nous n’avons pas le temps de visiter. Promis, ce sera pour la prochaine fois…

Venise San Marco. Mardi 24 septembre 2013
Venise San Marco. Mardi 24 septembre 2013

Deux détails pour montrer la magnificence de la décoration. Chacun des nombreux chapiteaux, comme celui de ma seconde photo, a une signification, mais hélas nous n’avons pas le temps –cette fois-ci!– de les regarder un à un et d’en chercher l’explication… Si je vis assez longtemps, c’est promis, je le ferai la prochaine fois!

Venise San Marco. Mardi 24 septembre 2013

Bien qu’elle soit défigurée par les échafaudages et protections de son ravalement, bien que la foule de touristes la cache partiellement, je me dois de montrer une image de la basilique Saint-Marc. J’ai un peu honte de publier une aussi affreuse photo, j’en ai pris plusieurs, mais les autres ne sont pas mieux. Il me faut bien assumer! Ici, la vue est prise de la grande piazza.

Venise San Marco. Mardi 24 septembre 2013

J’ai eu l’occasion, dans un autre article (Istanbul 04: la ville romaine. Octobre-décembre 2012), de dire que la quatrième croisade dévoyée, en 1204, avait pillé Constantinople et, entre autres, avait volé quatre grands chevaux de cuivre doré qui ornaient le toit de l’enclos de départ des chevaux, dans l’hippodrome. Et j’écrivais alors “Les chevaux de l’hippodrome font partie du butin. Ils iront orner la façade de la basilique Saint-Marc. La Révolution française envoie le général Bonaparte pour la première campagne d’Italie. Il rapporte les chevaux à Paris, ils décorent désormais le sommet de l’arc de triomphe du Carrousel. Arrivent l’Empire, puis la chute de l’Empire. Les Autrichiens remettent les chevaux en place sur la basilique. De nos jours, pour les mettre à l’abri des intempéries, les chevaux de Constantinople sont au sec au musée de San Marco”. Ce sont donc des copies qui ont été placées ici sur la façade de la basilique et que l’on entr’aperçoit derrière les échafaudages qui gâchent la vue pendant les travaux.

Venise San Marco. Mardi 24 septembre 2013

Sur un angle de la basilique on peut voir cette curieuse sculpture de porphyre. Quatre hommes embrassés deux à deux. Il s’agit également d’un vol des Croisés de 1204 à Constantinople. On se rappelle qu’en 293 l’empereur Dioclétien avait décidé que, pour administrer cet immense empire romain, il était souhaitable de partager le pouvoir. Il y avait donc un Empire d’Orient et un Empire d’Occident. À la tête de chacun d’eux régnait un Auguste, secondé par un César, autrement dit un grand empereur avec un empereur-adjoint. On désigne ces quatre empereurs par le titre de tétrarques. Cette sculpture, probablement réalisée vers 300, représente les tétrarques.

Venise San Marco. Mardi 24 septembre 2013

Quelques-unes des sculptures de la façade. Ici un griffon tient dans ses pattes léonines un petit taureau. Peut-être doit-on voir dans cet animal fabuleux une représentation du Christ, et dans ce cas ce serait l’évangéliste saint Luc, dont le symbole est un taureau, qui serait ainsi sous sa protection.

Venise San Marco. Mardi 24 septembre 2013

Un homme agenouillé devant le lion qui représente saint Marc, cela demande à être interprété. Or j’ai eu beau chercher, je n’ai pas trouvé d’explication. Je vais dont tenter ma propre interprétation. Saint Marc, l’évangéliste, aurait été martyrisé à Alexandrie, en Égypte, et enterré à Bucoles, un village proche d’Alexandrie. À partir de 622, date de l’Hégire de Mahomet, l’Islam se répand. Puis le culte chrétien est interdit, et les nombreux pèlerinages sur la tombe de Marc également. Alors deux marchands vénitiens s’emparent secrètement des reliques du saint, les placent dans un panier et les emportent, recouvertes de viande de porc. Aucun bon musulman ne pouvant toucher cette viande jugée impure par la religion, personne ne se rend compte du larcin, et les deux voleurs apportent à Venise les précieuses reliques. Cela se passait en 828. Mais le Doge, quoique fervent chrétien, donne la primauté à son pouvoir, et déclare haut et fort “Siamo Veneziani, poi Cristiani”, “Nous sommes Vénitiens, et ensuite Chrétiens”, ce qui n’est pas du goût du pape qui, malgré les paroles du Christ rapportées par ce même saint Marc dans son évangile (chapitre XII) “rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu”, se plaît à jouer les César et à intervenir dans le domaine politique. Aussi le doge ordonne-t-il que les reliques lui soient présentées à lui, et non à l’évêque. D’où ma proposition d’interprétation: cet homme agenouillé est le doge, reconnaissable en outre à son couvre-chef, et il accueille saint Marc symbolisé par le lion ailé dans l’église construite pour cela en 832. Cette église brûlera en 976 et sera reconstruite en 978, elle sera encore une fois reconstruite, plusieurs fois modifiée, mais cela n’a plus de rapport avec ce bas-relief.

Venise San Marco. Mardi 24 septembre 2013

Avec ce que je crois être le doge agenouillé devant saint Marc, nous sommes sur le côté droit de la basilique, mais au-dessus d’une porte latérale parallèle à la façade. Dans une niche du flanc de l’église elle-même, la lunette représente cette Vierge à l’Enfant en mosaïque, dont je trouve la facture très byzantine. D’ailleurs le visage de la Vierge est encadré de quatre lettres grecques, qui signifient “Mère du Christ, Fils de Dieu”, comme sur les icônes grecques de Constantinople et d’ailleurs.

Venise San Marco. Mardi 24 septembre 2013
Venise San Marco. Mardi 24 septembre 2013
Venise San Marco. Mardi 24 septembre 2013

Encore deux lunettes. Sur ma première photo, ces symboles des quatre évangélistes se trouvent au-dessus du portail de gauche, sur la façade. Sur ma deuxième photo, avec sur ma troisième photo un gros plan sur la Nativité dans la même lunette, nous sommes passés sur le flanc gauche (donc nord) de la basilique. Le style architectural de cette dernière est, il me semble, très oriental.

Venise San Marco. Mardi 24 septembre 2013

Mais pénétrons dans cette basilique. Elle est très grande, certes, mais moins haute que l’on pourrait s’y attendre, moins imposante que d’autres grandes églises d’Europe, mais cela tient au fait que nous sommes sur la lagune, la basilique comme la place sont construites au-dessus de l’eau, sur pilotis, et cela crée des contraintes quant au poids de l’ensemble.

Venise San Marco. Mardi 24 septembre 2013
Venise San Marco. Mardi 24 septembre 2013

Pour cette visite qui doit être rapide, je voudrais toutefois m’attarder quelques instants sur les mosaïques, comme celle de cette coupole, ruisselant d’or. Ou cet ange juste en-dessous (on en voit la tête au bas de ma photo de la coupole).

Venise San Marco. Mardi 24 septembre 2013
Venise San Marco. Mardi 24 septembre 2013
Venise San Marco. Mardi 24 septembre 2013

Il y a encore des mosaïques représentant des scènes rapportées dans les évangiles, comme le Lavement des pieds, lorsque, avant de s’attabler pour la Cène du Jeudi Saint, Jésus a procédé au lavement rituel des pieds des apôtres. Ou le baiser de Judas, qui ainsi désigne Jésus aux soldats romains qui vont s’emparer de lui, avec à côté une représentation de Jésus emmené, avec la couronne d’épines sur la tête, et le manteau rouge d’empereur dont il a été revêtu par moquerie. Il va être chargé de la croix qu’on lui apporte. La troisième de mes photos représente saint Thomas mettant ses doigts dans la plaie au flanc du Christ: Jésus, après sa mort, était apparu aux autres apôtres, alors que les portes étaient fermées. Quand ils l’ont raconté à Thomas, il n’a pu croire en ce fait surnaturel: “Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt à l’endroit des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je n’y croirai pas” (saint Jean, chapitre 20). Et, la semaine suivante, en présence de Thomas, Jésus apparaît de nouveau et Thomas le reconnaît.

Venise San Marco. Mardi 24 septembre 2013
Venise San Marco. Mardi 24 septembre 2013
Venise San Marco. Mardi 24 septembre 2013

Si l’on baisse les yeux, on constate que le sol est revêtu de mosaïques non moins admirables, et extrêmement variées dans leurs formes et leurs couleurs.

Venise San Marco. Mardi 24 septembre 2013
Venise San Marco. Mardi 24 septembre 2013
Venise San Marco. Mardi 24 septembre 2013

Sur la clôture du chœur, quatorze personnages sculptés dans le bois encadrent le Christ crucifié. Là encore, malheureusement, je manque de temps (et de documentation) pour les identifier. Mais si, comme il me semble, il y a deux femmes parmi eux, peut-être s’agit-il des douze apôtres, plus Marie et Marie-Madeleine. Je devrai donc, lors de notre prochaine visite… etc., etc.

Venise San Marco. Mardi 24 septembre 2013
Venise San Marco. Mardi 24 septembre 2013

Eh bien, puisqu’aujourd’hui mes explications sont soit vagues, soit hypothétiques, je me contente pour finir de montrer ces deux dernières images, sans chercher à les commenter davantage.

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche