Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2017 7 16 /04 /avril /2017 23:55
Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014

Pour mon huitième article sur Lesbos, et après avoir parlé dans mes trois articles précédents des monastères d’Agios Rafaïl, d’Ypsilou et de Leimonos, je vais regrouper à présent cinq autres monastères que nous avons vus plus rapidement. On peut les situer sur la carte ci-dessus.

Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014
Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014
Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014

Un jour où nous avions loué une voiture pour pouvoir nous déplacer dans la montagne et sur de petites routes forestières, là où notre camping-car n’aurait pas pu passer, nous sommes allés voir le site antique d’Arisvi (mon futur seizième article sur Lesbos qui s’intitulera Archéologie dans l’ouest de l'île), et en revenant nous voyons soudain l’indication du monastère des Taxiarques à Klopedi. Eh bien c’est l’occasion, nous nous y rendons. La porte est ouverte.

 

Une plaque à l’entrée nous informe: “Monastère sacré des Taxiarques (Klopedi), annexe du monastère sacré de Saint Ignace (Leimonos).

Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014
Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014
Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014

À Leimonos, tout est bien ordonné, les arbres sont soignés, je ne sais si les moines se préoccupent tant de la présentation pour leur satisfaction personnelle ou pour l’image donnée aux nombreux touristes, mais en arrivant à cette petite annexe du grand Leimonos on a l’impression d’entrer dans un vieux monastère désaffecté depuis des décennies où personne ne vient jamais. C’est un charmant fouillis végétal, la nature a repris tous ses droits, mais contrairement à ce que l’on pourrait croire, il est habité. Oui, mais par un seul moine, nous allons y revenir.

Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014
Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014

Tout à l’heure, sur ma première image du jardin, on voyait une arche sur la gauche, c’était le narthex de l’église. Il est aisé de sonner la cloche, la corde pend en plein milieu de l’entrée. Cette église est toute simple, et ne mérite la visite ni pour son architecture, ni par son ornementation, mais le moine qui est le maître des lieux nous y a menés, et a chanté, de tout son cœur, de toute son âme, un beau cantique. Je ne dirai pas “pour nous”, car il était de toute évidence tout plein de sa foi, mais il l’a fait à ce moment-là à notre intention. Il nous a dit venir souvent ici tout seul, chanter pour la Vierge, pour Jésus, pour Dieu le Père. Et cela c’est tellement sincère que c’est émouvant.

Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014

Nous revoici dehors. Le puits est à l’image du jardin, rudimentaire. Mais enfin il y a un puits, et c’est important car les canalisations de la ville n’arrivent pas jusqu’ici pour offrir l’eau courante.

Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014
Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014

Tout à l’heure dans l’église je n’ai pas voulu prendre en photo, au milieu de sa dévotion, ce sympathique personnage qui vit dans le dénuement et porte des vêtements civils qui n’ont aucun rapport avec sa condition de moine. Et il ne nous a pas laissé repartir sans emporter des prunes qu’il avait cueillies dans son jardin.

Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014

Je parle de repartir, mais j’ai encore quelques images à montrer. Comme cette longue table de réfectoire, qui convenait quand le monastère hébergeait une communauté monastique beaucoup plus nombreuse qu’aujourd’hui. L’épaisseur de la couche de poussière montre bien que personne ne s’est assis sur ces bancs ou n’a posé une assiette sur cette table depuis fort longtemps…

Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014

Ce grand bâtiment sans séparation entre les pièces offre un coin salon, si l’on peut appeler ainsi cet espace avec sièges et tables.

Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014

À l’intérieur, quoique tout soit on ne peut plus rudimentaire et simple, il y a quand même un souci de décoration dans ce coin aménagé comme une cuisine d’autrefois. Ou plutôt comme… je ne sais pas comme quoi, car il est rare dans une cuisine de placer ces pommes de pin sur un plat, un épi de maïs avec de la paille, etc. Mais c’est un espace décoré!

Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014
Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014

Ces endroits organisés et bien rangés sont rares et très limités. Car si l’on tourne la tête sur le côté, on trouve un bric-à-brac hétéroclite (mais quelles belles cornes sur ce crâne de bélier!) ou un entassement de bois mort.

 

Je parle beaucoup de désordre, de manque de soin, etc., ce qui donne un ton très critique, ou très moqueur. Or telle n’est pas mon intention, car il est impressionnant de voir comment ce moine vit son dénuement. Il est tout tendu vers Dieu, il ne dispose d’aucune des commodités du monde, en fait il vit un peu comme ces ermites dans leur grotte ou dans leur désert. Et cela ne se rencontre pas tous les jours. Mais passons à un autre monastère.

Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014
Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014

À Pythari, un barrage crée un beau lac de retenue. Le site est magnifique, et c’est là que s’est installé le monastère qui est, lui aussi, dédié aux Taxiarques (les archanges Gabriel et Michel). Mais ce barrage est moderne, il donne même l’impression de ne pas être terminé, par conséquent lorsque ce monastère a été fondé au dix-septième siècle le paysage était très différent, sans doute n’y avait-il là qu’une petite rivière encaissée. Mais si le paysage n’a pas pâti de ces modifications, et si l’agriculture bénéficie des eaux ainsi collectées, de quoi nous plaindrions-nous?

 

Sus la deuxième de mes photos ci-dessus, on remarque à mi-pente sur la droite un groupe de constructions: c’est là que le monastère est allé se nicher.

 

Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014

En arrivant, on a sur le monastère de Pythari une vue plongeante fort intéressante. On peut notamment remarquer divers détails dont je vais parler: à l’arrivée, on passe devant une première petite église, puis la route monte le long des bâtiments et longe une grosse tour carrée. Et l’on voit aussi le catholicon avec son haut campanile.

Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014
Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014

Nous voici donc d’abord devant la petite église située hors des murs du monastère, tassée autour de son dôme, massant son style très byzantin au-dessus du lac qui est monté à sa rencontre.

Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014

A priori, cette église n’a rien de très exceptionnel, elle est petite et simple. Les fresques des murs sont visiblement modernes et n’ont rien de créatif.

Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014
Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014

Mais en y regardant de plus près, en s’approchant de l’iconostase, on admire son bois sculpté en bas-relief. Sur ma première photo ci-dessus, Adam et Ève sont chassés du paradis terrestre par un ange au bras autoritaire, et ils s’en vont courbés, visiblement très affectés par la prise de conscience de leur péché. Mon autre photo montre la Transfiguration. Sa composition est moins intéressante parce qu’elle est moins psychologique, mais sa réalisation est tout aussi soignée.

Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014

Ensuite, nous nous dirigeons vers l’entrée du monastère. Cette tour massive, avec ses créneaux et ses minuscules ouvertures cadre mal avec le reste de l’architecture, puisque sur le bâtiment qui lui est accolé, les fenêtres beaucoup plus grandes et donnant sur l’extérieur ne permettraient pas de faire face à l’intrusion de bandes armées. Au dix-septième siècle, l’Empire Ottoman était solidement implanté à Lesbos, c’est l’époque du grand Soliman le Magnifique, et les raids de pirates n’étaient plus autant à craindre, surtout dans l’intérieur des terres. Dans ce monastère, nous n’avons pas rencontré de moines, qui auraient pu me confirmer que cette tour était très largement préexistante à la fondation du monastère.

Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014
Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014

Nous voici sous le porche d’entrée. En face d’énormes bonbonnes placées là à titre décoratif (mais du temps de leur utilité, qu’étaient-elles destinées à contenir, dans une telle forme?), on voit cette rangée de porte-manteaux qui ne supportent curieusement rien. Je dis “curieusement”, parce que nous sommes seuls dans ce monastère; or habituellement, à l’entrée de ces saints lieux où il ne faut montrer ni mollet féminin, ni ces épaules que Dieu a eu la négligence, voire la folie, de créer pour la perte des hommes, sont mis à la disposition des visiteuses des châles et d’amples jupes de bohémiennes qui leur permettront de pénétrer dans ces espaces protégés des tentations diaboliques. Puisqu’aucune touriste n’a emprunté ces accessoires, c’est sans doute le diable lui-même qui les a emportés pour en priver quiconque se présenterait.

 

J’ironise, mais cela déforme un peu ma pensée. D’une part, nous sommes au vingt-et-unième siècle, et le rapport au corps n’est plus le même qu’au dix-neuvième siècle où une cheville entraperçue faisait fantasmer les hommes, où les manches devaient être soigneusement boutonnées sur le poignet. D’autre part, même actuellement, il est des usages à respecter, et de même que certaines municipalités interdisent sous peine d’amende de se promener en ville en maillot de bain, de même je trouve normal de ne pas pénétrer dans un monastère en short (homme ou femme), en mini-jupe, en marcel ou en débardeur, mais une robe aux genoux, une chemise à manches courtes, n’ont rien d’incorrect et ne devraient pas être des tenues “offensantes” pour le plus prude des moines. Fin de ma séquence moralisatrice.

Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014
Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014
Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014

Nous sommes entrés. Sur la première photo on reconnaît à gauche le passage que nous avons emprunté, avec ses bonbonnes de terre cuite. Au fond, derrière cette arche, on voit l’ombre d’une galerie, et c’est cette galerie qui est le sujet de ma seconde photo. Près de l’arche d’accès à cette galerie, du côté gauche, est insérée dans le mur une plaque d’argile. Je montre cette plaque ne gros plan sur ma troisième photo, elle représente l’Arche de Noé, et la colombe qui, revenant avec au bec un rameau d’olivier, annoncera ainsi que les eaux ont commencé à décroître. Visiblement, on n’en est pas encore là.

Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014

Au monastère d’Ypsilou, nous avons vu entre les arches une décoration de brique représentant les quatre B des Byzantins. Rien de tel ici dans ce monastère largement postérieur, ce qui n’a pas empêché les constructeurs de réaliser une très fine décoration de brique dans la maçonnerie.

Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014

Comme on le voit sur toutes mes photos, nous n’avons croisé au cours de notre visite ni touriste, ni pèlerin, ni moine, comme si ce monastère pourtant habité et vivant était déserté. Sauf par ce sympathique chien qui se promenait dans la cour.

Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014
Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014

Nous avons vu tout à l’heure en arrivant une petite église, nous ne pouvons repartir sans jeter un coup d’œil au catholicon, même s’il n’a rien d’exceptionnel.

 

En me relisant, je me rends compte que je donne l’impression d’être très négatif au sujet de Pythari. Je ne devrais pas, car il vaut la visite. D’abord pour le paysage dans lequel il s’inscrit, et ensuite parce que l’ensemble des bâtiments ne justifierait certes pas le voyage mais mérite bien que l’on y jette un coup d’œil si l’on est venu jusqu’au barrage et à son lac.

Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014
Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014

Voukolon. Encore une annexe de Leimonos, le très puissant monastère. Celui-ci est voué à la Présentation de la Vierge. Il remonte à 1526, lors d’une refondation d’un monastère byzantin détruit par les Turcs lors de la conquête ottomane de l’île. Et de même qu’aux Taxiarques de Klopedi, ce monastère est laissé en bien piteux état.

Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014

On le dirait désaffecté, mais il semble bien que ce ne soit pas le cas, bien que nous n’ayons pas vu âme qui vive dans le secteur, car ces couvertures, le sac de plastique pendu à un clou, et surtout dans le coin en bas à droite de ma photo la bouteille d’eau minérale et la bouteille de Coca-Cola témoignent de la présence d’un être humain dans cette pièce au moins de temps en temps.

Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014

D’ailleurs, il est clair que cette petite église sert régulièrement de lieu de culte, les linges sont très propres, il y a des fleurs fraîches sur le rebord de la fenêtre et au pied de l’iconostase.

Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014
Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014
Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014

Une iconostase très simple, certes, mais dont les portes de bois sculpté sont très belles, avec ces gallinacés que je n’identifie pas trop bien au sommet, et ces dragons sur les panneaux.

Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014

Autre élément qui n’est pas de toute beauté, mais qui est intéressant: cette Vierge partiellement dissimulée derrière ses rideaux brodés. Les riches icônes sont habillées d’argent, seuls le visage et les mains des personnages représentés étant visibles sur la peinture, tout le reste étant dissimulé derrière la plaque d’argent repoussé, mais si le coût n’en est pas accessible pour un pauvre monastère comme celui de Voukolon, la Vierge est cependant honorée avec ces voiles qui ont certainement été brodés par une pieuse femme des environs.

Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014

Avant de quitter cette église et ce monastère, encore une image. Ce Christ gisant orne le haut de l’iconostase. L’auteur ne manque pas de talent, il a été capable d’exprimer la tendre douleur de Marie, du jeune saint Jean, de saint Pierre ce barbu aux pieds du Christ, des saintes femmes qui se lamentent, celle de gauche en levant les bras au ciel.

Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014

Je n’aurai pas grand-chose à montrer ni à dire du monastère de Périvoli, car lorsque nous nous y sommes rendus une première fois la porte était close et personne n’a ouvert à notre demande, et la seconde fois nous avons pu pénétrer, mais dans l’église où il y a de belles fresques du seizième siècle on nous a strictement interdit de prendre des photos, nous suivant pas à pas pour s’assurer que nous n’enfreignions pas la loi et nous n’avons pu visiter aucun autre bâtiment, ce qui ne permet pas de rendre compte de la visite et l’a rendue moins passionnante. Dommage car ce monastère fondé en 1350 et reconstruit en 1630 a une longue histoire. C’était à l’origine un monastère d’hommes, devenu depuis le dix-huitième siècle un monastère de femmes, et maintenant désaffecté depuis quelques années. Il était voué à la Panagia, la Vierge.

 

Quant au nom, Perivoli (Περιβολή), lisant un site Internet en anglais j’y vois “Perivoli means garden”. Ah bon? Perivoli veut dire jardin? Partout en Grèce j’ai lu que jardin se disait κήπος (kipos) tout comme je me rappelle avoir rencontré ce mot, en grec ancien, dans l'Odyssée d'Homère ou chez Platon, c’est ce mot que l’on trouve sur le rayon jardinage des supermarchés, c’est le mot employé par nos amis dans les discussions. Mais l’auteur a visiblement commis une erreur grossière, car il a confondu avec un mot presque homonyme, περιβόλι, qui signifie un verger et se prononce de la même façon, mais avec un accent tonique placé sur une autre syllabe. Et le mot s’écrit avec un η à la fin, pas avec un ι. Puisque je suis devant mon ordinateur je consulte le traducteur Google qui me dit que le mot signifie investiture. Rien à voir, apparemment, avec un monastère. Du coup, je me jette sur mes deux dictionnaires qui, l’un et l’autre, traduisent ce mot par tenue. Un autre site Internet, sans en donner de traduction, dit que ce nom est dû à l’habitude qu’avaient les habitants de se défendre contre les raids de pirates, et cette explication suppose un autre sens encore, peut-être l’auteur du texte pense-t-il au verbe περιβάλλω (périvallo) qui veut dire entourer.

Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014
Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014

S’il y a quelque chose à regarder, c’est à l’extérieur, au-dessus de la porte d’entrée, cette représentation d’une Vierge à l’Enfant. Elle mérite la photo en gros plan. Et puis, puisque le monastère est consacré à la Panagia, elle est essentielle ici.

 

Lors de notre premier passage, il y avait devant cette porte un adorable petit chat qui est venu se frotter dans nos jambes, voulait absolument monter dans notre voiture et réclamait sans cesse des caresses. Il en a reçu et redemandé un bon moment, pâmé sur le dos puis, soudain, il s’est retourné et m’a donné un sévère coup de griffe qui m’a tout balafré la main, et il s’est sauvé comme si je voulais lui faire du mal. Oui, oui, je sais que le diable rôde toujours autour des monastères pour inspirer le mal aux saints hommes et aux saintes femmes qui s’y retirent et je suppose qu’à défaut d’humains à corrompre il s’en prend aux animaux!!!

Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014

On dirait que cette construction n’est qu’une chapelle, mais c’est le catholicon du monastère, c’est cette église qui contient les belles fresques.

Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014

Alors puisque nous devons nous en tenir là et rester en grande partie sur notre faim, nous nous dirigeons vers la sortie.

Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014
Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014

Avant de conclure, encore un monastère, mais que nous ne pouvons visiter que superficiellement. C’est celui de la Panagia Myrsiniotissa, un monastère de femmes fondé au douzième siècle, et réorganisé par saint Ignace (cet Ignace de Leimonos) en 1527 pour être le pendant du monastère d’hommes. Nulle part je n’ai trouvé l’explication du nom; parce que, selon mon dictionnaire, μυρσίνη (myrsini) signifie myrte, il est donc voué à la Vierge du myrte. Ce qui ne m’éclaire pas. Selon divers sites Internet qui se copient mutuellement (en faisant un si parfait copier-coller qu’ils sont identiques jusqu’à la transcription du nom Iynatios avec un Y à la place du G), il serait dédié à l’Assomption de Marie, mais ce monastère est orthodoxe, et chez les Orthodoxes il n’est pas question d’Assomption de Marie mais de Dormition de la Mère de Dieu (Κοίμησις της Θεοτόκου), ce qui me laisse dans le doute quant au patronage. Ce qui est sûr, c’est qu’il s’agit de la Panagia.

 

Il faut noter, fait important à cette époque, qu’il comportait dès le seizième siècle une école pour les filles. Certes, ce serait encore plus moderne si l’école avait été mixte, mais pour l’époque il était remarquable de ne pas tenir les filles écartées de l’éducation.

Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014
Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014
Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014

Nous arrivons devant l’entrée du monastère. Deux affiches, l’une en grec, l’autre en anglais. La première dit “Grecques, Grecs! La pudeur est une vertu à la fois chrétienne et grecque ancienne. La nudité est signe de déclin et de clochardise. Habillez-vous comme il convient à des chrétiens et à des Grecs”. Je trouve très positif que l’on cherche à expliquer et à justifier les règles du monastère, au lieu d’une pure et simple interdiction, sèche et formelle. Mais voir dans la nudité (non pas totale, évidemment, personne ne viendrait nu jusqu’à l’entrée et donc ne serait tenté d’entrer dans la tenue d’Adam ou d’Ève), une nudité des épaules ou des mollets, un signe de déclin ou de clochardise, c’est aberrant. Quant à se référer à une vertu grecque ancienne, Apollon et Aphrodite ne s’embarrassaient pas toujours de vêtements, pas plus que, parfois, Zeus ou Poséidon. Artémis, la chasseresse, courait très court vêtue. Quant à Priape… mieux vaut ne pas en parler. Et ce texte est accompagné d’une illustration qui, il est vrai, est fort décente, cette jeune femme ne montre pas grand-chose.

 

La seconde affiche pose une croix rouge sur un homme en short et sur une femme en mini-jupe, mais de façon très tolérante –et là, je trouve l’affiche excellente– le texte dit simplement “Nous faisons une suggestion… / …Vous agissez selon votre conscience”.

Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014
Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014

Puisque nous n’avons rien pu visiter vraiment, je me contente de montrer ces quelques images, Je ne sais ce qui est du seizième siècle, lors de la reprise en main, ou ce qui remonte à l’époque byzantine, presque un siècle avant l’arrivée des Latins, mais on voit que les lieux sont chargés d’histoire.

Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014
Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014

Poursuivons notre chemin, continuons vers les lieux de vie du monastère. Partout, l’allée étroite est noyée dans la verdure, mais à la différence des Taxiarques de Klopedi, on sent que tout cela est entretenu, nombre des plantes ne poussent pas en pleine terre mais en pot, les branches sont domestiquées sur des tonnelles.

Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014

Il est vraiment dommage que nous n’ayons pas eu d’explications parce que nous passons devant des bâtiments divers sans savoir ce qu’ils contiennent…

Lesbos 08 : Divers monastères. Juin et juillet 2014

Avant de repartir, je montrerai le catholicon, la grande église qui est le cœur du monastère. Elle, immédiatement en la voyant on se dit qu’elle n’est pas ancienne. En s’approchant, on lit sous la croix du fronton “1912”. Juste un siècle. Nous ne pourrons y pénétrer.

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche