Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2017 4 08 /06 /juin /2017 23:55
Lesbos 26 : Agia Paraskevi. Juin et juillet 2014

Nous voici, pour cet avant-dernier article sur Lesbos, au cœur de l’île, à Agia Paraskevi. Nous sommes déjà venus dans cette ville pour en visiter le grand et intéressant musée de l’industrie de l’huile d’olive (mon article Lesbos 19), et nous y reviendrons pour cette extraordinaire fête pagano-chrétienne du “Tavros” dans mon dernier article sur Lesbos avant de quitter l’île: Lesbos 27.

Lesbos 26 : Agia Paraskevi. Juin et juillet 2014

Nous nous étions rendus à l’église du Taxiarque, perdue dans la nature du côté de Napi, pas bien loin d’Agia Paraskevi, pour voir les originaux chapiteaux éoliens qui sont le propre de cette île, et dont j’ai rendu compte dans mon article Lesbos 16 : Archéologie dans l’ouest de l’île. Mais ici, devant la mairie, on peut aussi en voir deux encadrant l’allée menant de la grille à la porte, qui, je crois, proviennent du site d’Arisvi, cette ville qui a été une cité indépendante dans l’antiquité, jusqu’à ce que Methymna l’investisse et en fasse l’une de ses dépendances.

Lesbos 26 : Agia Paraskevi. Juin et juillet 2014
Lesbos 26 : Agia Paraskevi. Juin et juillet 2014
Lesbos 26 : Agia Paraskevi. Juin et juillet 2014

Nous avons visité à Plomari une fabrique d’ouzo (mon article Lesbos 21), cette boisson anisée bien connue à l’apéritif. Mais l’ouzo Barbayannis a beau être l’un des plus célèbres, cela n'exclut pas que d’autres fabriques aient existé et existent encore ailleurs en Grèce, et particulièrement à Lesbos. Ici, nous voyons les établissements Kronos, qui se vantent d’exister depuis 1945. Sur l’angle du bâtiment que nous voyons et qui est l’ancienne fabrique, aujourd’hui désaffectée et transportée dans des locaux plus modernes, au-dessus de la porte le panneau de la fabrique a été disposé de façon à ne pas cacher la petite plaque de marbre blanc indiquant la date de construction, le premier juin 1922. Et conscients de la spécificité lesbienne des chapiteaux éoliens, les créateurs de la marque, dont le nom évoque le Temps, les avaient choisis comme emblème. Sur l’enseigne lumineuse moderne, il semble bien que l’on ait été beaucoup moins sensible à la valeur de l’héritage culturel.

Lesbos 26 : Agia Paraskevi. Juin et juillet 2014
Lesbos 26 : Agia Paraskevi. Juin et juillet 2014

Voilà un bar dont les murs sont joliment décorés de fresques dues à un artiste local. Ou ce sont plutôt des tableaux, puisque non peints sur les murs, mais encadrés et accrochés. C’est bien en peignant gratuitement (ou en échange d’un repas, voire d’un simple apéritif) sur les murs de tavernes de Mytilène que le grand peintre Théophilos a été remarqué par Tériade et est devenu célèbre. Mais ici ces tableaux ne sont pas de lui parce que ce n’est pas son style, et le premier d’entre eux n’est même pas signé.

Lesbos 26 : Agia Paraskevi. Juin et juillet 2014

Puisque je montre quelques images typiques de la ville, voici une vieille porte. Je ne sais pas pourquoi, mais j’aime bien les vieilles portes… Que l’on ne s’y trompe pas, cependant: je ne veux nullement dire que la ville est décrépite, mais à quoi bon montrer des bâtiments modernes en bon état, puisque l’on peut en voir partout? De plus, je dois préciser que le petit écriteau blanc sur la porte, illisible dans cet état de ma photo, mais plus visible sur la photo originale non réduite, dit Μην πέτατε σκούπιδια εδώ. Ευχαριστούμε, ce qui veut dire Ne jetez pas d’ordures ici. Nous vous remercions.

Lesbos 26 : Agia Paraskevi. Juin et juillet 2014
Lesbos 26 : Agia Paraskevi. Juin et juillet 2014
Lesbos 26 : Agia Paraskevi. Juin et juillet 2014
Lesbos 26 : Agia Paraskevi. Juin et juillet 2014

Notre petit tour de la ville passe bien évidemment par sa grande église consacrée au Taxiarque (archange) saint Michel. Sa représentation en bas-relief figure sur la plaque de marbre de ma quatrième photo, située en haut de la façade latérale de l’église (ma deuxième photo).

Lesbos 26 : Agia Paraskevi. Juin et juillet 2014
Lesbos 26 : Agia Paraskevi. Juin et juillet 2014
Lesbos 26 : Agia Paraskevi. Juin et juillet 2014
Lesbos 26 : Agia Paraskevi. Juin et juillet 2014

En pénétrant sous la galerie qui court sur le flanc de l’église, comme nous l’avons vu précédemment, on n’a plus du tout cette impression d’austérité que donne ce grand mur avec ses fenêtres grillagées. Sur la première de ces photos, on entrevoit au-dessus du portail le sujet de ma seconde photo. Sous la date, 1862, flotte une bannière qui, au-dessus du personnage de gauche, dit Ο:ΑΡ:ΜΙ: (ce qui signifie l’archange Michel), et au-dessus du personnage de droite dit Ο:ΑΡ:ΓΑ: (ce qui signifie l’archange Gabriel). Ce sont donc ceux que l’on appelle les Taxiarques, les deux grands archanges.

 

Mes deux autres photos montrent des détails du pavement, que d’ailleurs on voit un peu sur ma première photo. Tout cela est très soigné.

Lesbos 26 : Agia Paraskevi. Juin et juillet 2014
Lesbos 26 : Agia Paraskevi. Juin et juillet 2014
Lesbos 26 : Agia Paraskevi. Juin et juillet 2014
Lesbos 26 : Agia Paraskevi. Juin et juillet 2014
Lesbos 26 : Agia Paraskevi. Juin et juillet 2014

Parce qu’à l’extérieur de l’église j’ai eu le regard accroché par tout un tas de petits détails, alors que l’intérieur, pour beau qu’il soit, ne m’a pas semblé particulièrement original, je préfère m’attarder encore un peu devant ces chapiteaux de colonnes de l’escalier extérieur, ces anges à la trompette (j’emploie le pluriel parce qu’avec un autre, symétrique, ils encadrent une porte), cette colombe qui, je suppose, représente le Saint Esprit, et puis ces deux visages sculptés en bas-relief dans la pierre.

Lesbos 26 : Agia Paraskevi. Juin et juillet 2014
Lesbos 26 : Agia Paraskevi. Juin et juillet 2014
Lesbos 26 : Agia Paraskevi. Juin et juillet 2014

Je me décide quand même à entrer. “L’intérieur, pour beau qu’il soit”, disais-je, et il est vrai que cette chaire décorée, perchée tout là-haut à droite, ces grands lustres, tout cet or, cela fait de l’effet, mais je n’ai ressenti ni la piété inspirée par des icônes qui ont vu défiler des milliers de fidèles venus y poser les lèvres, , ni la ferveur que suscite une relique miraculeuse, ni œuvre d’art de grande qualité, icône, fresque, tableau, sculpture du bois ou du marbre de l’iconostase, etc.

Lesbos 26 : Agia Paraskevi. Juin et juillet 2014

Alors avant de ressortir, je me limiterai à montrer un tableau. On aurait aisément identifié le sujet, même sans la légende peinte en haut: “Le Christ parlant à la Samaritaine”. Et comme la tradition orthodoxe révère une agia Fotini (sainte Photine) considérée comme la Samaritaine, qui est la patronne de nombreuses églises partout en Grèce, on comprend pourquoi ce sujet est fréquent. Cela dit, …désolé pour cette lampe en premier plan, elle est si proche du tableau qu’il m’a été impossible de l’éviter.

 

Comme je le disais au début, pour mon prochain article nous resterons à Agia Paraskevi pour une fête qui s’étalera sur trois jours.

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche