Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 14:38

765a Musée historique d'Athènes

 

Aujourd’hui, à Athènes nous avons visité le musée historique. Si son nom dit bien ce que l’on peut y trouver, il convient de préciser que ses collections sont surtout intéressantes pour illustrer l’histoire moderne et contemporaine, laissant à part l’Antiquité qui est largement traitée dans les musées archéologiques, et n’offrant qu’une place réduite au Moyen-Âge et à la Renaissance. Et comme l’histoire a pour cadres les champs de bataille pour les armées, les salons pour la politique, voilà ci-dessus un salon au dix-neuvième siècle.

 

765b1 Casques vénitiens 14e-15e siècles (musée historiqu

 

Puisque l’on parle peu, dans ce musée, du Moyen-Âge, il ne faut pas manquer de montrer ce qui s’y trouve. Ci-dessus, des casques vénitiens des quatorzième et quinzième siècles. C’est par hasard que, dans une crypte des murailles de la forteresse de Chalkis (île d’Eubée), on est tombé sur ces casques provenant d’ateliers de l’Italie du nord-est, c’est-à-dire de Vénétie.

 

765b2 Casque turc 17e siècle (musée historique d'Athènes

 

765b3 Cuirasse turque 17e siècle

 

Départ des Vénitiens, arrivée des Turcs. Le casque ci-dessus est turc, et il date du dix-septième siècle. De même que cette cotte de maille cuirassée. D’aussi lourdes protections n’évoquent pas le temps de Louis XIII ou de Louis XIV, où bien souvent l’épée et la lance ont fait place à des armes à feu, et pourtant les Turcs en conservaient l’usage.

 

765c1 Sceau d'Alexandre Soutsos (1803-1863) poète grec né

 

Ceci est le sceau d’Alexandre Soutsos (1803-1863), un grand poète grec né à Istanbul au temps de l’occupation ottomane de la Grèce.

 

765c2 Masque de Colocotroni (musée historique d'Athènes)

 

765c3 Pistolets de Colocotroni (musée historique d'Athène

 

765c4 Casque de Colocotroni (musée historique d'Athènes)

 

Je ne reviendrai pas ici sur le grand chef de guerre Théodore Colocotroni qui s’est illustré à la tête de l’insurrection des Grecs contre l’occupant turc, j’ai suffisamment parlé de lui les 21 et 28 mai derniers et je vais revenir à lui dans quelques instants. Le musée présente ici son masque moulé sur son visage, ses pistolets, son casque de l’époque (1810-1816) où il servait dans le régiment de volontaires grecs de l’armée britannique, dans l’île de Zante (en grec, Zakinthos).

 

765c5 Georges Karaiskaki à cheval (musée historique d'Ath

 

Cette statuette représente Georges Karaïskaki (1780 ou 1782-1827). Klephte dans la garde personnelle d’Ali Pacha à Ioannina, en 1821 il prend part courageusement et résolument à la guerre d’indépendance contre les Ottomans et en 1823 parvient à dégager pour un temps l’étau autour de Missolonghi. C’est à Athènes, où il est reconnu comme le chef suprême de l’armée des insurgés, qu’il meurt d’une blessure au ventre dans une tentative pour prendre l’Acropole aux Turcs.

 

765c6 Dionysos Solomos (musée historique d'Athènes)

 

 

Ce portrait est celui de Dionysos Solomos. Première remarque, son prénom évoque évidemment pour nous le dieu qui protège le vignoble, qui aime boire à satiété en s’entourant de satyres et de ménades, ces divinités en transe (en grec ancien, mainomai signifie "je suis fou") qui dansent dans son cortège. Mais pour un Grec d’aujourd’hui c’est un simple prénom, Denis, qui au quotidien ne fait pas plus penser au dieu de la mythologie qu’en français les Denis (comme Denis Diderot) ne s’identifient au martyr qui, décapité au Mont des Martyrs (Montmartre) a marché avec sa tête dans ses mains jusqu’au lieu qui est devenu la banlieue qui porte son nom. Ce "Denis" Solomos est un poète, auteur de l’hymne national grec. Originaire de l’île de Zante, il y est enterré (voir mon article du 12 au 16 juin 2011).

 

765d1 La chute de Constantinople (musée historique d'Athè

 

Dans ce pays où l’on peut reconnaître dans les paysages, sur les sites, dans les musées, tant et tant de signes de l’Antiquité, je ne manque pas de signaler les balises que les historiens ont posées symboliquement pour marquer le début de l’époque hellénistique, la mort d’Alexandre le Grand, et sa fin, la mort de Cléopâtre. Aujourd’hui, où nous naviguons dans un passé plus récent, il est une autre balise qui signale le franchissement d’une frontière entre deux grandes époques, c’est la prise de Constantinople par les Turcs le 29 mai 1453, qui a pour conséquence la chute de l’Empire byzantin. L’ère qui s’achève ce jour-là, c’est le Moyen-Âge, et l’ère qui le remplace ce sont les temps modernes, avec très bientôt la Renaissance. Voilà pourquoi j’ai choisi de montrer ce tableau, intitulé La Chute de Constantinople. Mais à part la petite plaque de cuivre rédigée en grec et donnant ce titre, rien n’indique le nom du peintre, la date de réalisation du tableau, sa provenance. Rien.

 

765d2 Kolokotroni prête serment (musée historique d'Athè

 

J’ai dit tout à l’heure que je reviendrais à Colocotroni. Le voilà. Cet homme à genoux prêtant serment sur l’évangile que lui présente un prêtre, c’est lui. Et ce serment, c’est celui de la fidélité à une société secrète, nommée Hétaïreia tôn Philikôn, le Club des Amis, qui en 1821 va se lancer dans la guerre d’Indépendance. Vu son but, on comprend qu’elle doive impérativement rester secrète et qu’il faille jurer solennellement qu’on lui restera fidèle. Il s’agit d’un tableau de Tsokos daté de 1849. Ce Tsokos (1814-1862) est, lui aussi, un Dionysos et, lui aussi, est né dans l’île de Zante.

 

765d3 Courage des femmes Souliotes (musée historique d'Ath

 

Cette gravure est intitulée en français Courage des femmes souliotes. Il s’agit d’une lithographie réalisée d’après un tableau d’Alphonse de Neuville (1836-1885). Les Souliotes sont les membres de 47 tribus orthodoxes d’Épire réunies en une coalition autour du massif montagneux du Souli, et qui ont pris une part très active à la Guerre d’Indépendance. Le plus célèbre d’entre eux est ce Botzaris qui a donné son nom à une station du métro parisien. Fuyant devant Ali Pacha, les Souliotes arrivent en janvier 1804 sur la rive du fleuve Achéloos mais ne peuvent le franchir, le pont étant tenu. Ils se réfugient dans le monastère de Seltsos. Ils résistent au siège jusqu’en avril mais, lors de l’assaut final, nombre de femmes préfèrent se jeter dans le fleuve avec leurs enfants après avoir pris part activement à la lutte. Elles ont fourni le sujet de nombreux tableaux, comme celui-ci.

 

765d4 La bataille de Navarino (musée historique d'Athènes

 

En un long développement, j’ai raconté dans le deuxième article de mon blog daté 21 et 28 mai 2011 la bataille de Navarino, non loin de Pylos, à l’extrême sud-ouest du Péloponnèse, qui a vu une magistrale victoire de l’alliance des flottes anglaise, française et russe se battant au nom des insurgés grecs contre les flottes égyptienne et turque. C’est le sujet du tableau ci-dessus intitulé La Bataille de Navarin, copie fidèle d’un original qui se trouve en France, au Palais de Versailles. Normal, c’est l’œuvre d’un Français, Louis Ambroise Garneray (1783-1857), ancien corsaire avec Surcouf, graveur et peintre de marine.

 

765e Trouvé au fond de la mer à Navarino (musée historiq

 

Et puisque j’évoque la bataille de Navarino, c’est le moment de montrer le contenu d’une vitrine. C’est émouvant. Ce sont toutes sortes d’objets repêchés au fond de la mer dans la baie de Navarino. Clous, fusils, boulets de canon, bois de navires coulés…

 

765f Figures de proue (musée historique d'Athènes)

 

La mer et les navires. C’est sans quitter ce sujet que je vais terminer cet article sur le musée historique, avec ces trois figures de proue parmi les nombreuses qui sont présentées, montées sur des socles tout au long d’un mur. On explique que la tradition antique des figures de proue, dieux de la mythologie, sirènes, animaux fabuleux, s’est perpétuée, mais qu’à partir du dix-huitième siècle leur choix était destiné à réveiller la conscience nationale grecque, préparant la guerre d’indépendance. Toutefois, pour éviter que les Turcs n’y voient une trop voyante provocation, l’usage avait été pris de les peindre uniformément en noir à chaque franchissement du Bosphore, de sorte qu’elles portaient une invraisemblable épaisseur de couches de peinture, alternant noir et couleurs.

 

Andreas Miaoulis (1768-1835) était un marchand de blé enrichi qui prit part à la guerre d’indépendance, arma à ses frais des navires qu’il commanda lui-même et devint amiral. L’un de ses navires, l’Arès (du nom du dieu de la guerre), portait une effigie de ce dieu en guise de figure de proue (à gauche), dont on dit qu’elle ressemble étonnamment à Alexandre le Grand, ce qui est très loin de me frapper.

 

C’est dans le même article de mon blog déjà cité et daté 21 et 28 mai 2011 que j’ai expliqué qui était la Bouboulina, et comment la fortune de son mari décédé lui avait permis d’armer quatre bateaux dont l’Agamemnon était le plus grand. Pour figure de proue, il avait cette représentation d’une femme (au centre) et, en regardant les représentations de la Bouboulina. dont je dispose, photos faites dans divers musées depuis que nous sommes en Grèce, je n’ai aucun doute sur la ressemblance des traits du visage. Mais il est curieux de voir le nom d’Agamemnon sous le portrait de cette femme.

 

Je dois avouer ignorer qui est le Chadzigiannis Mexis propriétaire du navire Léonidas dont la figure de proue représente ce roi de Sparte (à droite), chef militaire tué à la bataille des Thermopyles. Je ne lui trouve pas la moindre ressemblance avec aucune des statues de Léonidas que j’ai vues, dont celle du musée archéologique de Sparte. Peut-être faudrait-il chercher du côté de l’armateur mais, puisque je ne le connais pas, mieux vaut poser ici le point final de mon article d’aujourd’hui.

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

K 30/01/2017 10:48

Bonjour, "le tableau, intitulé La Chute de Constantinople" est une partie d'une série de tableaux concernant la guerre d'indépendance, peints par un artiste dont on ne connait que le sobriquet, Panayotis le Peintre (Panayotis Zographos) sur les indications du général Makriyannis. Il a peint avec son fils plusieurs versions de ces tableaux : une autre version = https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Zografos-Makriyannis_02.jpg Autres tableaux de la série=https://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Zografos/Makriyannis_paintings

Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche