Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2012 7 22 /04 /avril /2012 20:32
760a1 départ de Milos
 
760a2 départ de Milos
 
760a3 en mer
 
Nous avons quitté Milos en début d’après-midi. L’île a la forme d’un anneau avec une ouverture relativement étroite, et le port d’Adamas est à l’intérieur de l’anneau, sur la côte à l’est. Nous longeons donc assez longtemps la côte avant de sortir vers la haute mer. On voit ces originaux garages à bateaux, en ligne au pied de la colline, puis la rangée de bâtiments qui escaladent le Kastro jusqu’à l’église au sommet. Ensuite, parce que la mer était noire et se soulevait en prismes brillants comme de l’acier, je me suis amusé à faire la troisième photo.
 
760b île de Sifnos, Kamares
 
Le ferry aborde au port de Kamares, une petite localité au bord d’une grande plage de sable, et une pléthore de bars et restaurants. Il y a bien un camping, mais son entrée officielle passe sous une arche étroite et basse. Les campeurs viennent ici avec une tente, sans voiture et encore moins de camping-car, nous dit-on. Il y a bien, un peu plus loin, un portail, mais puisque personne ne l’emprunte les ouvriers venus faire des travaux ont choisi cet endroit pour faire déverser le camion de sable destiné à faire leur ciment. Mais, juste en face de l’arche de l’entrée, le parking est vaste, et nous pourrons utiliser tous les sanitaires du camping autant que nous voudrons pour la somme que nous voulons, mais un Euro par jour sera très bien, nous dit-on… Nous sommes plus près des douches que si nous étions au fond du camping, et sauf lorsque nous sommes en camping sauvage jamais nous n’avons payé si peu cher !
 
760c1 Apollonia (île de Sifnos), église de la Vierge Port
 
760c2 Apollonia (île de Sifnos), église de la Vierge Port
 
L’île a été habitée depuis des temps très anciens, mais avec de curieuses éclipses. Sur une colline (où aujourd’hui s’élève une église dédiée à Saint André), dans le sud de l’île, à mi-distance de la côte est et de la côte ouest, les Mycéniens ont construit au treizième siècle avant Jésus-Christ une acropole fortifiée. Et puis dans la première moitié du douzième siècle les traces d’un habitat disparaissent, l’endroit est abandonné. Après un long sommeil, des maisons apparaissent au début de la seconde moitié du huitième siècle avant Jésus-Christ et la muraille qui, semble-t-il, était encore en assez bon état, subit les nécessaires réparations, mais à la fin de ce même huitième siècle les maisons sont abandonnées. Le lieu est de nouveau habité à l’époque classique jusqu’à la jonction entre le cinquième et le quatrième siècles. Il apparaît donc que chaque fois que la colline de Saint André a été habitée, cela n’a duré que quelques dizaines d’années. Curieux. Nous ne nous y sommes pas rendus. En revanche, nous sommes allés plusieurs fois à Apollonia, la capitale de l’île, dans les terres mais plutôt à l’est, alors que le port est sur la côte ouest de l’île. L’église ci-dessus, située dans Apollonia, est dédiée à la Panagia Ouranophora (la Vierge qui porte le Ciel). Je ne connaissais pas ce qualificatif. Ce que je connais, c’est "Porte du Ciel" (Ave, Maris Stella, Dei mater alma, atque semper virgo, felix cœli porta, cantique latin qui signifie Salut, Étoile de la Mer, mère nourricière de Dieu, et toujours vierge, heureuse porte du ciel). Au-dessus du portail on voit saint Georges à gauche et une Vierge à l’Enfant à droite.
 
760c3 Apollonia (île de Sifnos)
 
760c4 Apollonia (île de Sifnos), églie des Taxiarques, 16
 
En Grèce, je l’ai déjà souvent dit et montré, les églises fleurissent dans le paysage comme les pâquerettes dans le gazon au printemps. Il y en a partout. Mais à Apollonia, je crois que la densité de la ville en églises, grandes, belles, imposantes, bat des records. Ci-dessus, la cathédrale et l’église des Taxiarques (datée 1650).
 
760c5 Apollonia (île de Sifnos)
 
760c6 Apollonia (île de Sifnos)
 
760c7 Apollonia (île de Sifnos)
 
La place centrale d’Apollonia est traditionnelle des Cyclades, ce qui constitue une originalité, mais parmi les Cyclades Sifnos a sa propre personnalité dès que l’on s’éloigne un peu du centre. Notamment, le bleu des huisseries est généralement plus clair que dans les autres îles. Ci-dessus, la première photo montre un curieux et bien dangereux escalier d’accès à la terrasse, constitué de pierres saillantes du mur, fort peu saillantes, et très espacées. Sur la deuxième photo, cette porte bleu clair et, à côté, cet escalier métallique en colimaçon peint en vert, s’harmonisent très bien. Dès que je les ai vus j’ai eu envie de les photographier. Le décor est tout simple mais intéressant. Quant à la troisième photo, elle montre que nous sommes bien en Grèce. Puisque le pays, îles et continent, n’est que montagnes, si l’on trouve une ville sans escaliers c’est que l’on n’est pas en Grèce. J’exagère, bien sûr, mais les villes sans escaliers sont quand même peu nombreuses. Et ici, cette rue a un cachet qui lui est propre.
 
760d1 Vue du Kastro de l'île de Sifnos
 
760d2 Vue du Kastro de l'île de Sifnos
 
Nous nous sommes aussi rendus au Kastro, situé tout à l’est, et qui surplombe d’un côté les collines environnantes et cette petite église, et de l’autre, de très haut, la mer avec ce promontoire et sa chapelle. C’est à l’époque géométrique, au huitième siècle, simultanément avec le premier renouveau de Saint André, que ce Kastro voit construire ses premières maisons. Mais ici la vie ne connaîtra pas d’interruptions.
 
760d3 Vieux rempart du kastro de Sifnos (Cyclade de l'ouest
 
On peut voir, lorsqu’on suit le chemin de ronde, une assez longue portion de la muraille qui enserrait la ville dans l’Antiquité et qui a été assez solide pour parvenir assez haute jusqu’à nous, au prix de réparations mineures.
 
760d4 Kastro de l'île de Sifnos
 
760d5 Kastro de l'île de Sifnos
 
Ici encore, on voit des maisons bien originales, comme sur la première photo où, pour accéder à la porte arrière, côté jardin, on doit passer par un chemin si étroit par endroits que l’on ne pourrait s'y arrêter en posant les deux pieds l’un à côté de l’autre, et bien sûr à gauche il y a un mur et à droite c’est le vide… Sur la façade de la maison de ma deuxième photo a été installé un lavoir. Il est plus distrayant de laver son linge en discutant avec les voisines, et de se tenir au courant de qui passe dans la rue.
 
760d6 Kastro de l'île de Sifnos
 
760d7 Kastro de l'île de Sifnos
 
760d8 Kastro de l'île de Sifnos
 
Encore quelques vues de ce Kastro si beau et si original tout à la fois. Parmi nos diverses visites dans les Cyclades, nous avons vu des îles plus riches d’antiquités (Délos, Kéa, Naxos entre autres), des îles où la nature était plus surprenante (le volcan de Santorin, les roches blanches de Milos), mais j’ai particulièrement aimé la forte personnalité de Sifnos et le charme de ses rues.
 
760e1 dans une rue du Kastro de l'île de Sifnos
 
760e2 Kastro de l'île de Sifnos,sur le mur d'une maison
 
En plusieurs endroits, dans les rues du Kastro, des sarcophages anciens ont été déposés, à titre d’ornement je suppose. Celui de ma photo ci-dessus comporte à la base un trou qui laisse penser qu’il a été transformé en vasque de fontaine à une certaine époque. Et je voudrais finir notre petite visite avec cette plaque amusante scellée dans le mur d’une maison. En haut, entre un K et un B (dans l’alphabet grec moderne c’est un "Vita", lettre V) il y a un 5 plus petit, et des signes qui n’appartiennent pas à l’alphabet grec et que je suis incapable de déchiffrer. Sur le côté gauche, une date, 1819, alors que cette plaque de marbre semble beaucoup plus ancienne. En-dessous, je lis "Ioannou". Pour attraper un oiseau perché sur une colonne, un chat ou un petit chien, je ne sais, renverse la colonne.
 
760f1 Kamares (Sifnos), Ristorante italiano da Claudio
 
760f2 Kamares (île de Sifnos), devant chez Da Claudio
 
Je n’ajouterai rien à notre plaisante visite de cette île, mais je voudrais faire mention du moment agréable que nous avons passé en dînant, au port de Kamares, au restaurant pizzeria Da Claudio (ce n’est certes pas typiquement grec, mais nous qui vivons en Grèce depuis près d’un an ne sommes pas tenus de nous limiter aux spécialités locales). Nous avons assez longuement discuté avec les patrons, avec l’équipe, des gens sympathiques, ouverts et pleins d’humour, comme en témoigne le panonceau qu’ils ont posé devant leur terrasse pour éviter que les voitures ne bouchent la vue de leurs clients. Et comme nous y avons bien mangé pour un prix très raisonnable, ils méritent qu’on les mentionne. D’ailleurs, les choses sont claires : sur une grande ardoise, dans la rue, ils annoncent en langue italienne "On ne peut bien penser, bien aimer, bien dormir si l’on n’a pas bien mangé".

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Jamard
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Thierry Jamard
  • : Un long, long voyage d'observation et de description culturelle à travers l'Europe. Paysages, histoire, architecture, peinture, sculpture, mythologie et religions, société, tout ce qui me tombe sous les yeux.
  • Contact

Recherche